Maisons à l’architecture caractéristique du XVIII° siècle


La liste suivante répertorie les maisons à l’architecture caractéristique du XVIII° siècle : maison entière, façade ou élément isolé (porte, portail, balcon courant). Les bâtiments sont répartis en hôtel (ensemble de bâtiments autour d’une cour), maison (bâtiment entièrement reconstruit) ou façade (souvent à l’avant d’un bâtiment ancien). Pour figurer dans la liste au titre d’une façade, le bâtiment doit comporter au moins deux des éléments suivants (les éléments caractéristiques en gras sont illustrés par le bâtiment photographié).

Vieux Marché aux Poissons 1 (août 2012)
Rue de la Douane n° 19 (Vieux-Marché-aux-Poissons n° 1),
maison du marchand de vins luthérien Jean Michel Greiner (1766,
restaurée après les bombardements de 1944, voir notice)

  • chaînages intermédiaires et chaîne d’angle arrondie, à refends,
  • bandeaux et cordons moulurés, entre les étages,
  • linteaux
    aux étages inférieurs : à angles arrondis, couronnés de petites corniches, à mascarons ou cartouches,
    au troisième étage : en segment d’arc, à fausse clé plate,
  • appuis de fenêtre, galbés aux deux premiers étages, droits au troisième,
  • toit à versants brisés (double pente), à la Mansard,
  • arcades marchandes au rez-de-chaussée (atteignent le sol, alors que les arcades boutiquières sont coupées vers le bas chez les artisans),
  • rez-de-chaussée parementé de grès à refends.

A défaut d’un millésime gravé, la date indiquée est
soit celle d’un document (datation directe) : autorisation donnée par les Directeurs fonciers (Bauherren), obligation contractée pour régler le prix des travaux, contestation portée devant le conseil des maçons,
soit celle qui résulte d’éléments donnés par plusieurs documents (datation indirecte), voir aussi l’exposé sur les dates de construction. La datation indirecte consiste par exemple à comparer à différentes époques le prix auquel les experts de la Ville évaluent une maison lors d’un inventaire après décès. La maison au 11 de la rue de l’Epine est évaluée par les experts 2 500 livres strasbourgeoises en 1713, 4 250 en 1725, 4 000 en 1732 et 4 250 en 1749. On peut donc conclure qu’il y a eu des transformations importantes entre 1713 et 1725 puisque sa valeur a considérablement augmenté entre ces deux dates pour rester stable par la suite. Comme on y signale des travaux en 1720, il est raisonnable de situer les transformations en 1720, ce qui n’exclut pas que des modifications aient eu lieu par la suite. Le tableau indique donc la date de 1720, assortie d’un astérisque (voir en fin de liste la légende des différents signes diacritiques).

Les encadrements de fenêtre à crossettes ne faisaient pas partie des critères retenus. Il est prévu de mettre à jour la liste en y portant les bâtiments où ils apparaissent.

Voir aussi le texte de la conférence d’avril 2014.

Liste des bâtiments

Classée par ordre alphabétique des noms de rue, elle mentionne le maître d’ouvrage (propriétaire de la maison) et sa religion, le numéro de la parcelle sur le plan Blondel de 1765 et le type de construction (façade, maison, hôtel, portail, balcon courant). Compte tenu des critères retenus, la liste des bâtiments qui subsistent devrait être close. Celle des bâtiments détruits, en italiques teintés de jaune, reste par contre ouverte.
Ne figurent pas dans la liste les maisons qui ne comportent que des fenêtres XVIII° (comme au 79, rue des Grandes Arcades ou au 2, rue de la Lanterne), celles dont la datation n’est pas certaine ou dont les caractéristiques ont pour l’instant été jugées insuffisantes.

  1. Académie n° 4, 1771, orphelinat, X 104, maison
  2. Ail n° 17, 1730 (?), Jean Hammerer, marchand, et Marie Salomé Kück, (luthériens), VII 302, portail (muré dans la cour)
  3. Ail n° 19, 1740 (*), Anne Marie Kuhff veuve de Jean Christophe Faber, marchand, (luthériens), VII 326, portail
  4. Arbre-Vert n° 6 (Tonneliers n° 29), 1768 (*), Joseph Antoine Mainoni, marchand, et Marie Thérèse Brentano Cimaroli, (catholiques), VII 311, porte
  5. Arc-en-Ciel n° 2, 1730 (?), Jean Georges Denner, greffier, et Marie Eve Haan, (catholiques), VI 20, portail
  6. Arc-en-Ciel n° 4, 1782 (v), Joseph Augustin Jean Baptiste Richard Praz, avocat, et Angélique Caron, (catholiques), VI 5, façade
  7. Arc-en-Ciel n° 6, 1763-1783 (v), Joseph Wilhelm, tonnelier, et Marie Thérèse Gillot, (catholiques), VI 4, façade, mascarons
  8. Arc-en-Ciel n° 9, (?), Daniel Raimbaut Friderici, commissaire de la Chancellerie, et Marie Marguerite Greuhm, (luthériens), VI 29, mascaron, balconnet
  9. Arc-en-Ciel n° 15, 1741, Jean Georges Horrer, conseiller du Roi, et Anne Elisabeth Goll, (catholiques), VI 31, maison, mascarons (notice)
  10. Austerlitz n° 2, 1742, Jean Michel Demuth, marchand de vins, et Marie Madeleine Hatt, (luthériens), IX 71, balcon courant
  11. Austerlitz n° 13, 1774 (*), Nicolas Thomas, boulanger, et Catherine Salomé Braun, (luthériens), IX 92, porte, fenêtres
  12. Austerlitz n° 15, 1760 (?), Jacques Saum, marchand de vins, célibataire (luthérien), IX 91, porte, fenêtres (notice)
  13. Bain-aux-Plantes n° 36, 1756, Jean Conrad Rauch, fabricant de coton, et Elisabeth Apfler, (catholiques), manants, VII 265, façade (notice)
  14. Bateliers n° 9 (quai des), 1772, tribu des Bateliers, IX 125, façade, mascarons
  15. Bateliers n° 17 (quai des), 1761, Jean Georges Keck, boulanger, et Marguerite Rhein, (luthériens), IX 145, rez de chaussée, balcon
  16. Bateliers n° 20 (quai des), 1767, Jean Frédéric Jost, boulanger, et Marguerite Salomé Brandhoffer, (luthériens), IX 175, façade, étages
  17. Bateliers n° 24 (quai des), 1742, Jean Jacques Rein, serrurier, et Marie Salomé Wahl, (luthériens), IX 180, étages
  18. Bateliers n° 30 (quai des), 1769 (?), Elisabeth Husson, marchande de modes (catholiques), IX 196 (a), chaînage
  19. Bateliers n° 34 (quai des), 1748, Théophile Gentsché, chaudronnier, et Marie Salomé Bameyer, (luthériens), IX 214, façade
  20. Bateliers n° 40 (quai des), 1752, Jean Jacques Ulrich, batelier, et Marie Madeleine Martin, (luthériens), IX 225, façade
  21. Bouchers n° [2 bis], ancien n° 54, 1762, Jean Schreibeissen, brasseur, et Anne Barbe Fischer, (luthériens), IX 22, façade – les trois travées centrales actuellement rue des Cheveux n° 4 – autres éléments, voir quai Kleber (notice)
  22. Bouchers n° 4, 1748, Jean Saum, marchand de vins, et Anne Elisabeth Demuth, (luthériens), IX 26, façade, mascarons
  23. Bouchers n° 5, 1760 (?), Philippe Jacques Hummel, marchand, et Marie Elisabeth Demuth, (luthériens), IX 69, façade
  24. Bouchers n° 6, 1768, Philippe Jacques Kammerer, cordier, et Anne Marie Rœderer, (luthériens), IX 27, façade
  25. Bouchers n° 8, 1768, Jean Frédéric Bœswillwald, boulanger, et Marie Marguerite Fischer, (luthériens), IX 28, façade
  26. Bouchers n° 19, (?), tribu des Bouchers, IX 59, façade, démolie lors de la Grande Percée
  27. Bouchers n° 33, façade XVIII° siècle ajoutée vers 1830 (notice)
  28. Bouclier n° 3, 1752, Georges Henri Bæhr, médecin, et Anne Marie Schætzel, (luthériens), VII 47, façade, mascarons
  29. Bouclier n° 5, (?), Jean Adam Reul, arquebusier, et Marie Madeleine Kast, propriétaires à partir de 1762, (luthériens), VII 48, façade
  30. Bouclier n° 10, 1722 (*), Jean Charles Faust, avocat, et Marie Elisabeth Fischer, (luthériens), VII 42, façade
  31. Broglie n° 10, 1768, Jean Philippe Beyckert, docteur et professeur en théologie à l’Université, et Susanne Madeleine Frœreisen, (luthériens), III 300, façade (notice)
  32. Broglie n° 12, 1744, Mathias Ambroise Mogg, juriste, et Susanne Marguerite Courtz, Jean Daniel Cappaun, juriste, et Marguerite Salomé Courtz (indivision), (luthériens), III 302, façade, mascarons (notice)
  33. Broglie n° 23 (Mésange n° 30), 1771, Jean Michel Knœrr, marchand de vins, et Sara Mann, (luthériens), III 209, façades, détruite en 1870 (notice)
  34. Brûlée n° 1, 1750, Jean de Türckheim, banquier, et Marguerite Salomé Fettich, (luthériens), V 2, hôtel, détruit en 1870 (notice)
  35. Brûlée n° 2, 1747, abbaye de Marmoutier, V 49, hôtel
  36. Brûlée n° 6, 1739-1748 (v), Philippe Chrétien Winter, receveur, et Marie Marthe Wilhelm, (luthériens), V 47, portail
  37. Brûlée n° 8, 1772, Jean Jacques Altorff, cocher de louage, et Marie Salomé Bury, (réformés), V 46, maison
  38. Brûlée n° 9, 1730-1738, Jean Régnard comte de Hanau (luthérien), V 6, hôtel – mascarons
  39. Brûlée n° 13, 1754, François Marie Gayot, subdélégué de l’Intendance, et Marie Anne Baron, (catholiques), V 8, hôtel – mascaron
  40. Brûlée n° 19, 1733-1735, François Joseph de Klinglin, préteur royal, et Françoise Deshons, (catholiques), V 10, hôtel – mascarons (notice)
  41. Cathédrale n° 19 (place de la), 1766, André Haifflé, fripier, et Marie Anne Bloch, (catholiques), VI 161, façade, mascarons, détruite en 1944 (notice)
  42. Cathédrale n° 20 (place de la), 1766, Jean Chrétien Schulterer, serrurier, et Marie Catherine Lung, (luthériens), VI 162, façade, détruite en 1944 (notice)
  43. Cathédrale n° 21 (place de la), 1766 (vers), Jean Heiligenstein, charpentier, et Marie Elisabeth Hetzel, (luthériens), VI 162, façade, détruite en 1944
  44. Cathédrale n° 22 (place de la), 1767, Jean Philippe Kræhmer, orfèvre, et Sophie Salomé Rüger, (luthériens), VI 164, façade (crépie)
  45. Cathédrale n° 23 (place de la), 1772 (v), Jean Pierre Blæss, cordonnier, et Marie Madeleine Hürler, (catholiques), VI 165, façade
  46. Cathédrale n° 24 [a] (place de la), 1773, Jean Feder, tailleur d’habits, et Anne Ursule Dangely, (catholiques), VI 166, façade
  47. Cathédrale n° 24 [b] (place de la), 1772, Jean Michel Sultzer, serrurier, et Marie Madeleine Drouel, (catholiques), VI 167, façade
  48. Cathédrale n° 25 [a] (place de la), 1766, François Saus, chaudronnier, et Gertrude von Zabern, (catholiques), VI 168, façade, mascarons
  49. Cathédrale n° 25 [b] (place de la), 1809 (**), Jean Charles Weisé, chaudronnier, et Gertrude von Zabern veuve Saus, (catholiques), VI 169, façade, mascarons
  50. Cathédrale n° 28 (place de la), 1776, Jean Frédéric Kuntz, négociant, et Marguerite Esther Schwab, (luthériens), VI 160, 159, façade en partie crépie
  51. Cathédrale n° 31 (place de la), 1777, François Moris, négociant, et Marie Catherine Cravotti, (catholiques), VI 175, maison
  52. Chaîne n° 3, 1769, Jean Laurent Gœtz, maître maçon, et Marie Sophie Conrad, (luthériens), VII 5, façade, mascarons, (notice)
  53. Chandelles n° 6, 1773, Jean Kieffer, vitrier, et Marie Madeleine Janus, (luthériens), IV 409, façade, détruite en 1919 (notice)
  54. Chandelles n° 18, 1760 ( ?), Jean Jacques Stegmann, serrurier, et Anne Marie Müller (luthérien converti, catholique), IV 402, façade, démolie en 1907 (notice)
  55. Chapon n° 8, 1770, Jean Michel Stoll, aubergiste, et Anne Marie Kugler, (catholiques), VI 340, maison
  56. Charpentiers n° 4, 1749, François Charles Bock de Blæsheim et Françoise Wilhelmine Wurmser de Vendenheim, (luthériens), V 44, étages
  57. Charpentiers n° 16, 1764, Elisabeth Neviant veuve d’Antoine Anselme Peyronelle, (catholiques), V 39, maison
  58. Charpentiers n° 17, 1763, Chrétien Frédéric Dagobert comte de Waldner de Freudstein, luthérien*, V 82, hôtel
  59. Charpentiers n° 18, 1762-1778 (v), Jean Philippe Wittmann, employé à la halle, et Anne Marie Fuchs, (luthériens), V 38, maison
  60. Château n° 1 (place du), 1758, collège des Jésuites, VI 339, maison
  61. Château n° 2 (place du), 1732 sqq., palais épiscopal, VI 338, hôtel, mascarons
  62. Chaudron n° 9, 1764, après (?), Jean Frédéric Ensfelder, boulanger, et Catherine Salomé Schall, (luthériens), V 166, façade
  63. Cheveux n° 4, voir rue des Bouchers n° [2 bis]
  64. Coq n° 6, 1742 (v), Jean Zacharie Meyé, maître maçon, et Anne Marie von Molsheim, (luthériens), VII 150, maison (notice)
  65. Cordonniers n° 5, (?), Martin Gauthier, aubergiste, et Alexis Mathieu (propriétaires de 1724 à 1747), (catholiques), VII 25, portail marqué A la Ville de Haguenau (notice)
  66. Couples n° 9, 1760, Jean Hammerer, marchand, célibataire (luthérien), IX 108, hôtel, mascarons
  67. Dôme n° 7, 1744, Jacques Gallay, maître maçon, et Marie Catherine Berga, (catholiques), V 21, façade, mascarons (notice)
  68. Dôme n° 8, 1786 et suiv., François Charles Joseph de Hohenlohe Waldenbourg Schillingsfürth, chanoine (catholiques), V 126, hôtel (notice)
  69. Dôme n° 12, 1751, Jean Georges Langhans, avocat et ammestre, et Hélène Cunégonde Kien, (catholiques), V 98, façade, mascarons
  70. Dôme n° 14, 1739, Jean Christophe Schrader, marchand, et Agnès Bessière, (catholiques), V 97, façade, mascarons
  71. Dôme n° 17, 1752, Claude Joseph Sarez, marchand, et Marie Anne Richarmé, (catholiques), V 56, façade, mascarons (notice)
  72. Dôme n° 18, 1750, Balthasar Frédéric Spach, orfèvre, et Sophie Dorothée Schaaff, (luthériens), V 93, façade, mascarons
  73. Douane n° 19, 1766, Jean Michel Greiner, marchand de vins, et Marie Barbe Hummel, (luthériens), VII 408, façade en partie sur la rue de l’Etal (n° 1 et n° 3, deux travées construites en 1780 – aujourd’hui rue du Vieux-Marché-aux-Poissons n° 1), mascarons (notice)
  74. Dragon n° 6, 1772-1781 (entre), Jean Jacques Hitschler, courtier, et Marie Salomé Pfeffinger, (luthériens), VIII 67, façade
  75. Drapiers n° 14, Fossé des Tanneurs n° 45, 1769, Jean Philippe Meyer, cordonnier, et Salomé Heidel, (luthériens), IV 186, façades, appuis
  76. Drapiers n° 16, 1769, Jean Laurent Ziegel, tonnelier, et Anne Marie Schmidt, (luthériens), IV 185, façades, appuis
  77. Echasses n° 6, 1746, Antoine Finot, aubergiste, et Marie Anne Bartel, (catholiques), V 50, porte
  78. Echasses n° 8, 1758, Pierre Labelly, revendeur, et Marie Catherine Olinet, (catholiques), V 60, façade (notice)
  79. Ecrevisse n° 21, 1768, Jean Jacques Bressel, tailleur de pierres, et (1752) Anne Marie Ripp, (catholiques), III 296, façade, démolie en 1971 (notice)
  80. Ecrivains n° 4, 1772, Jean Frédéric Charles Rœderer, teinturier, et Marie Madeleine Rœderer, (luthériens), VI 384, portail
  81. Ecrivains n° 8, 1749, abbaye d’Andlau, VI 341, hôtel
  82. Ecurie n° 4, 1769 (*), Georges Frédéric Weishaar, marchand de vins, et Marie Madeleine Bleyfuss, (luthériens), VII 342, façade, mascarons
  83. Ecurie n° 8, 1781, Jean Jacques Ulmer, marchand, et Marie Madeleine Winter, (luthériens), VII 344, façade
  84. Ecurie n° 9 (Ail n° 26), 1770, Philippe Jacques Kamm, marchand, et Anne Dorothée Verius, (luthériens), VII 347 a, façade, mascarons
  85. Ecurie n° 12 (Ail n° 28), 1747, Jean Daniel Stamm, marchand de vins, et Marie Madeleine Jung, (luthériens), VII 346, maison
  86. Eglise n° 4, (?), chapitre de Saint-Pierre-le-Jeune, III 172, façade
  87. Epine n° 1, 1773, Jean Frédéric Stamm, marchand de vins, et Marie Sara Werner, (luthériens), VII 301, façades (notice)
  88. Epine n° 4, 1769 (vers), Christophe Würtz, aubergiste, et Susanne Marie Treuttel, (luthériens), VII 328, façade, mascarons
  89. Epine n° 9, 1737, Jean Schubart, marchand, et Marie Barbe Kayser, (luthériens), VII 296, maison
  90. Epine n° 10, 1768 (**), Joseph Müeg, veuf, tonnelier ; Jean Læmmermann, tonnelier, et Marie Madeleine Müeg, copropriétaires, (luthériens), VII 318, façade
  91. Epine n° 11, 1720 (*), Jean Frédéric Bemberg, marchand, et Anne Marguerite Miville, (luthériens), VII 295, maison (notice)
  92. Ernest-Munch n° 12, 1769, Jean Conrad Grœtzinger, boucher, et Anne Marguerite Fuchs, (luthériens), X 350, façade (maison)
  93. Etal n° 3, 1770, Benjamin Waltz, négociant, et Rosine Langhans, (luthériens), VII 409, façade, détruite en 1944 (notice)
  94. Faisan n° 2, 1734, Jean Nicolas Zæpffel, marchand de vins, maître de la Grue, veuf d’Anne Marie Saxer, (catholiques), VI 59, porte et façade
  95. Faubourg de Pierre n° 5, 1778, Georges Frédéric Weishaar, marchand de vins, et Marie Madeleine Bleyfuss, (luthériens), II 149, façade, mascarons
  96. Faubourg de Pierre n° 11, 1778, Abraham Fischer, brasseur au Coq blanc, célibataire (luthérien), II 152, chaînage, appuis galbés aux fenêtres
  97. Faubourg de Pierre n° 39, 1778, Georges Henri Steinbach, boucher, et Anne Marie Fleischmann, (luthériens), II 110, façade
  98. Faubourg de Saverne n° 3, 1771, Jean Frédéric Claussmann, aubergiste, et Marie Marguerite Mosseder, (luthériens), I 2, façade, mascarons
  99. Faubourg National n° 8, 1771, Jean Frédéric Pfeffinger, brasseur, et Anne Catherine Lauth, (luthériens), I 168, façade, mascarons
  100. Finkwiller (quai) n° 5, 1755 (?) ou après, Abraham Jund, boutonnier, et Marie Catherine Lobstein, (luthériens), VIII 147, portail, premier étage
  101. Finkwiller (quai) n° 8, (?), Georges Guillaume Fleischmann, conseiller de Hesse-Darmstadt, célibataire, propriétaire de 1744 à 1776, ou Christophe Guillaume Koch, professeur et bibliothécaire, célibataire, propriétaire de 1776 à 1813, (luthériens), VIII 144, portail
  102. Finkwiller n° 4, 1767, Jean Daniel Saum, marchand, et Marie Barbe Demuth, (luthériens), VIII 172, façade, démolie en 1935 (notice)
  103. Finkwiller (rue) n° 51, Bain-Finckwiller n° 16, 1767, Jean Michel Sarger, greffier, et Catherine Elisabeth Lambrecht, (catholiques), VIII 208, façades
  104. Foin n° 3 (Place du), 1738, Arnaut Lagardelle, maître maçon, et Marie Catherine Reine Marchand (catholiques), démolie en 1972 (notice)
  105. Fossé des Tanneurs n° 14, 1766, Antoine Henri Meyer, serrurier, et Catherine Barbe May, (luthériens), IV 149, façade, mascarons
  106. Fossé des Tanneurs n° 18, 1771 (*), Jean Georges Leiss, menuisier, et Marie Madeleine Tretzel, (catholiques), IV 147, façade (notice)
  107. Francs-Bourgeois n° 19, 1777 (v.), Jean Jacques Haffner, sergent de la ville, et Marie Salomé Kampmann, (luthériens), IV 318, bandeaux, appuis (notice)
  108. Frères n° 1, 1771, Jean François Leroux, imprimeur, et Marie Louise Perdrix Servo, (catholiques), VI 104, maison
  109. Frères n° 2, 1769, Grand Séminaire, VI 339, maison
  110. Frères n° 27, 1760, Joseph Chrétien François de Hohenlohe Waldenbourg Bartenstein, chanoine (catholique), VI 91, hôtel
  111. Grand rue n° 16, 1750, Jean Jacques Hess, notaire, et Anne Catherine Risch (catholiques), VII 184, maître d’œuvre Jean Léonard Vidua (notice)
  112. Grand rue n° 35, 1749-1780 (*), Michel Hatzung, maître maçon, et Marie Salomé Hügel, (luthériens), IV 19, étages : clés aux fenêtres, chaînage
  113. Grand rue n° 39, 1791, Michel Scheer, tonnelier, et Marie Salomé Scheer, (luthériens), IV 22-21, façades (maison)
  114. Grand rue n° 58, 1755 (?), Jean Herrmann Klein, greffier, et Sidonie Elisabeth Haffner, (catholiques), VII 131, étages (sauf rez-de-chaussée), mascarons (notice)
  115. Grand rue n° 59, 1766, Jean Georges Dürr, tonnelier, et Anne Marie Schætzel, (luthériens), IV 54, façade, mascarons
  116. Grand rue n° 62, 1771 (*), Emanuel Vogt, aubergiste, et Marguerite Salomé Claussmann, (luthériens), VII 129, étages, chambranles, bandeaux, appuis de fenêtres (étages)
  117. Grand rue n° 63, 1776, Jean Daniel Albert, relieur, et Dorothée Barbe Schœpff, (luthériens), IV 56, étages
  118. Grand rue n° 65, 1776, Antoine Voinson, boulanger, et Marie Barbe Blehm, (catholiques), IV 57, façade, angle
  119. Grand rue n° 79, 1764, Jean Michel Starck, maître maçon, et Susanne Marguerite Russ, (luthériens), IV 218, façade (notice)
  120. Grand rue n° 81, 1772, Jean Henri Fanck, potier, veuf de Susanne Lobstein, remarié en 1773 à Sabine Federreuter, (luthériens), IV 219, façade (rez-de-chaussée, fenêtres, clé de cintre) (notice)
  121. Grand rue n° 82, 1756 (*), Dorothée Buchs veuve de Zacharie Krafft, revendeur, (luthériens), VII 104, étages, chambranles, bandeaux, appuis de fenêtres (étages)
  122. Grand rue n° 86, 1751, François Paul Acker, poêlier municipal, et Anne Marie Frick, (catholiques), VII 102, façade, démolie en (1962) (notice)
  123. Grand rue n° 96, 1769 (?) ou après, Jean Gautier Koch, taillandier, et Marie Salomé Weiss, (luthériens), VII 80, façade, mascarons
  124. Grand rue n° 98, 1769, Jean Jung, boulanger, et Catherine Simon, (luthériens), VII 79, façade, mascarons
  125. Grand rue n° 103, 1722, Jean Kornmann, marchand, et Marie Elisabeth Leo, (luthériens), IV 279, façade
  126. Grand rue n° 109, 1755, Jean Georges Fulgraff, perruquier, et Marie Françoise Diebold, (catholiques), IV 282, étages, encadrements et appuis de fenêtres, bandeaux
  127. Grand rue n° 110, (sans date), Jean Daniel Rhein, gaînier, et Marie Salomé Stoltz, propriétaires de 1765 à 1800, (luthériens), VII 55, chaînes d’angle, cordons, appuis de fenêtre
  128. Grand rue n° 118, 1736, Jean Jacques Oberlin, sellier, et Marie Salomé Gross, (luthériens), VII 41, balcon courant
  129. Grand rue n° 119, 1776, Philippe Jacques Lefevre, marchand de tabac, et Marie Marguerite Müller, (catholiques), IV 298, façade (étages)
  130. Grand rue n° 124, 1744, Hôpital bourgeois, VII 39, façades
  131. Grand rue n° 126, 1765, Jean Baptiste Choisy, sellier, et Marie Salomé Rothenbach, (catholiques), VII 19, façade, mascarons
  132. Grandes Arcades n° 10, 1771-1772, tribu des Pelletiers, IV 360, façades
  133. Grandes Arcades n° 15, 1754 ( ?), Jean Braun, banquier, et Catherine Salomé Bemberg, (luthériens), V 226, façade, détruite en 1944 (notice)
  134. Grandes Arcades n° 29, 1747, 1768, Jean Daniel Ehrmann, courtier de change, et Marie Madeleine Fritschmann, (luthériens), V 142, façade, détruite en 1932, même maître d’ouvrage qu’au 3 rue Gutenberg et 3 quai au Sable (notice)
  135. Grandes Arcades n° 31, 1748, Jean Jacques Meyer, brasseur, et Marie Salomé Pick, (luthériens), V 143, façade, démolie en 1932
  136. Grandes Arcades n° 52, 1745 (*), Samuel Becke, pelletier, et Anne Marguerite Franck, (luthériens), IV 331, façade
  137. Grandes Arcades n° 91, 1784, Wolffgang Auguste Bader, marchand, et Marguerite Salomé Roederer, (luthériens), V 202, façade, détruite en 1944 (notice)
  138. Grange (Grande rue de la) n° 26, 1768, Georges Frédéric Bruder, parcheminier, et (1749) Anne Marie Beck, (luthériens), IV 253, façade (notice)
  139. Gutenberg n° 3, 1747, Jean Daniel Ehrmann, courtier de change, et Marie Madeleine Fritschmann, (luthériens), VII 431, façade, balcon, détruite en 1944, même maître d’ouvrage qu’au 29 Grandes Arcades et 3 quai au Sable (notice)
  140. Gutenberg n° 5, 1782, tribu du Miroir, VII 420, maison
  141. Gutenberg n° 6, 1763, Jean Frédéric Strœhlin, pharmacien, et Marie Madeleine Krieg, (luthériens), IV 328, façade, mascarons, détruite en 1944 (notice)
  142. Gutenberg n° 10, 1751, Jean Baptiste Ruffier dit Deschamps, marchand, et Marie Barbe Oswald, (catholiques), IV 325, façade, mascarons, détruite en 1944 (notice)
  143. Gutenberg n° 16, 1743 (*), Jean Frédéric Rœderer, orfèvre, et Marie Ursule Frœreissen, (luthériens), IV 316, porte, mascaron
  144. Gutenberg n° 18, 1775 (*), François Longho, marchand, et Marie Elisabeth Brentano Somenza, (catholiques), IV 315, façade, mascarons
  145. Hallebardes n° 6, 1765, Georges Michel Hering, marchand, et Marguerite Elisabeth Stædel, (luthériens), VI 183, façade, frise, détruite en 1944 (notice)
  146. Hallebardes n° 7, 1753, Marguerite Barbe Strœhlin veuve de Jean Daniel Bæhr, orfèvre, (luthériens), V 206, façade, mascarons
  147. Hallebardes n° 8, 1765, Jean Baldner, marchand, et Marie Catherine Soder, (luthériens), VI 182, façade, mascarons
  148. Hallebardes n° 16, 1751, Jean Jacques Braun, orfèvre, et Anne Catherine André, (luthériens), VI 178, façade, mascarons
  149. Hallebardes n° 19, 1785, Benoît Philippe Kast, marchand, et Susanne Foltz (luthérien et réformée), V 111, façade (arcades, bandeaux)
  150. Hallebardes n° 20, 1748, Joseph Lassia, marchand de nouveautés, et Nicolas Dany, (catholiques), VI 176, façades, détruite en 1944 (notice)
  151. Hannong n° 18, 1771, Jean Mantelatz, tapissier, et Marie Eve Jenni, (catholiques), manants, IV 104, façade (notice)
  152. Haute-Montée n° 9, 1766, Vincent Marie Tounquet, orfèvre, et Marie Geneviève Potel, (catholiques), III 149, façade (étages), démolie en 2011, éléments remis en place (notice)
  153. Henry-Dunand n° 7 (rue), 1745**, Jean Laurent Blessig, marchand de poissons, et Susanne Sigwald, (luthériens), VIII 197, porte
  154. Homme de fer n° 2, 1768, Philippe Jacques Faudel, sellier, et Anne Marie Hüttner, (luthériens), IV 457, maison, mascarons
  155. Hôpital n° 3 (place de l’), 1759, abbaye d’Ettenheimmünster, VIII 44, façade, mascaron
  156. Jean-Jaurès n° 59 (avenue), 1749, François Joseph de Klinglin, préteur royal, et (1715) Marie Françoise Deshons, (catholiques), maison de plaisance (notice)
  157. Jeu-des-Enfants n° 24, 1769, Jean Jacques Klein, chiffonnier, revendeur de fruits et légumes et Marie Madeleine Zæpffel, (luthériens), IV 80, façade, démolie en 1968 (notice)
  158. Jeu-des-Enfants n° 52, (?), François Antoine Hold, avocat, et Anne Marie Jeanne Billerey, propriétaires à partir de 1737, (catholiques), IV 161, façade
  159. Jeu-des-Enfants n° 60, 1781, Jean Eusèbe Hessland, menuisier, et Anne Salomé Schultz, (luthériens), IV 157, encadrements de fenêtres, bandeaux, détruite en 1944 (notice)
  160. Jeu-des-Enfants n° 64, 1776, Jean Georges Faudel, sellier, et Catherine Knoderer, (luthériens), IV 155, façades, démolie en 1958 (notice)
  161. Juifs n° 2, 2-a, 1748 (*), Claude François Hautier, chirurgien, et Madeleine Charrot, (catholiques), VI 101, étages
  162. Juifs n° 11, 1731, Gérard Geofroi Becker, fourbisseur, et Susanne Marguerite Dieterlin, (luthériens), V 32, façade
  163. Juifs n° 27, 1767, Charlotte Clément femme de Claude Rend de Purgerot de Wardener, capitaine, (catholiques), V 64, façade, mascarons (notice)
  164. Juifs n° 28, 1740 (?) et 1766, héritiers de Jean Romain Willemann, avocat, et Marie Anne Françoise Breuer, (catholiques), VI 51-50, façade (en partie)
  165. Juifs n° 36, 1751, Joseph Massol, architecte, et Marie Louise Relly, (catholiques), VI 42, façade, mascaron (notice)
  166. Kastner n° 1 (allée), 1750-1754 (?), note, (notice)
  167. Kleber n° 9, 1758, Philippe Nagel, aubergiste, et Marie Marguerite Saum, (luthériens), IV 372, façade, mascaron, démolie en 1912 (Grande percée)
  168. Kleber n° 30, 1748, Jean Louis Imlin, orfèvre, et Anne Salomé Boch, (luthériens), IV 462, façade
  169. Kleber n° 31 (place), 1766, Aubette, IV 459, maison
  170. Kleber n° 6 (quai), voir [2-bis] rue des Bouchers, façade, mascarons
  171. Krutenau n° 30, 1760, Jean Michel Klein, boucher, et, Jean Valentin Schneegans, boucher, mari de sa petite-fille Marguerite Salomé Klein, (luthériens), X 335, façade, détruite en 1944 (notice)
  172. Lanterne n° 2, (?), Geoffroi Wittenberg, menuisier, et Anne Marthe Fischer (propriétaires de 1757 à 1790), (luthériens), IV 320, fenêtres côté rue de la Lanterne
  173. Lanterne n° 4, 1744, Pierre Jaccoti, aubergiste, et Anne Marie Huet, (catholiques), IV 319, portail
  174. Lentilles n° 7 et 7 bis, (?), Philippe Jacques Bischoff, marchand de bois, et Marie Salomé Reiff, (luthériens), VIII 180, portail, façade
  175. Marais Kageneck n° 9 [b], 1768 (**), I 119, façade (maison déplacée)
  176. Marché aux cochons de lait n° 10, 1762 (v), Joseph Philibert Perrot, marchand, et Marie Catherine Rey, (catholiques), VI 325, façade, mascarons
  177. Marché aux cochons de lait n° 4, 1781, Catherine Barbe Isenheim veuve du serrurier Jean Gretzinger, (luthériens), VI 397, rez-de-chaussée
  178. Marché aux cochons de lait n° 9, 1769, Joseph Mennet, marchand, et Marie Catherine Roundouin, (catholiques), VI 326, façade
  179. Marché aux poissons n° 4 (place du), 1756, Simon Zollickoffer, marchand, et Marie Dorothée Obermüller puis Marguerite Engelhard, (luthériens), VI 336, façade (bâtiment sur l’Ill), mascarons (notice)
  180. Maroquin n° 21, 1759, Jean Egelus, cordonnier, et Marie Madeleine Werner, (luthériens), VI 287, façade (notice)
  181. Maroquin n° 23, 1759, Jean Georges Werner, cordonnier, et Marie Salomé Westermann, (luthériens), VI 288, façade
  182. Mercière n° 14 (Cathédrale n° 8), 1778, Valentin Humbert, cafetier, et Marie Elisabeth Pfeffinger, (luthériens), VI 296, maison
  183. Mercière n° 8, 1764, Charles Daigue, marchand, et Marie Ester Bachelier, (catholiques), VI 263, balcon, étages
  184. Mésange n° 2 et 4, 1749, Antoine Ducré, boucher, et Anne Catherine Eckert, Jean Léonard Kien, greffier, et Marie Anne Varnhagen, (catholiques), III 351, maison
  185. Mésange n° 16, 1770, Jean Michel Merckel, orfèvre, et Anne Marie Jahn, (luthériens), III 200, façade
  186. Mésange n° 18 [a], 1767, Laurent Brucker, tonnelier, et Anne Marguerite Vix, (luthériens), III 201, façade
  187. Mésange n° 18 [b], 1768, Jean Michel Redslob, passementier, et Marie Salomé Baum, (luthériens), III 202, façade, mascarons, façade (notice)
  188. Mésange n° 20, 1766, Jean Streitt, fabricant de parapluies, et Elisabeth Schwartz, (catholiques), III 203, façade
  189. Nuée Bleue n° 5, chapitre Saint-Pierre-le-Jeune, III 251, façade
  190. Nuée Bleue n° 7, 1760 (après), Jean Henri Büchel, courtier, et Marie Elisabeth Boch (propriétaires à partir de 1760), (luthériens), III 227, façade
  191. Nuée Bleue n° 11, 1729 et suiv., Léonor Marie du Maine, comte du Bourg, gouverneur de la Province (catholique), III 252, hôtel, ailes latérales
  192. Nuée Bleue n° 22, 1767, Arbogast Nicolas Kohler, vitrier, et Anne Marie Wey, (catholiques), III 185, façade (notice)
  193. Nuée Bleue n° 24 (rue de la), 1753, Thiébaut Roser, boulanger, et Eve Elisabeth Bœschett, (luthériens), III 184, façades (notice)
  194. Nuée Bleue n° 25 (rue de la), 1732-1733, Marie Anne de Klinglin veuve d’Antoine d’Andlau, lieutenant colonel, (catholiques), III 259, hôtel (notice)
  195. Or n° 16, 1771, Georges Christophe Freisinger, maître maçon, et Marguerite Dorothée Rockenbach, (luthériens), VIII 18, façade
  196. Or n° 18, 1746, Jean Henri Reinbold, maître maçon, et Marguerite Dorothée Rockenbach, (luthériens), VIII 20, façade (notice)
  197. Or n° 21, 1769, Jean Paul Grucker, maréchal ferrant, et Anne Ursule Wild, (luthériens), IX 2, façade
  198. Orfèvres n° 3, 1773, Jean Frédéric Senckeissen, orfèvre, et Marie Elisabeth Maul, (luthériens), V 160, façade
  199. Orfèvres n° 10-12, 1746, Jean Henri Cladi, confiseur, et Marie Elisabeth Acker, (catholiques), V 218, maison
  200. Orfèvres n° 11, 1781, Jean Koch, revendeur, et Catherine Barbe Bimler, (luthériens), V 121, façade
  201. Orfèvres n° 14, (date indéterminée), V 217, porte (fronton)
  202. Orfèvres n° 17, 1739 (**), Jean Jacques Lung, orfèvre, et Marie Madeleine Emmerich, (luthériens), V 125, façade
  203. Orfèvres n° 26, 1765 (v, **), Joachim Frédéric Kirstenstein, orfèvre, et Marie Salomé Witter, (luthériens), V 213, façade
  204. Parchemin n° 3 (Brûlée n° 16), 1725-1728, Grand chapitre de la Cathédrale (Grand doyenné), V 66, hôtel
  205. Pucelles n° 1-3, 1730-1750 (v), François Nicolas Gelb, receveur, et Marie Eve Schneringer, (catholiques), VI 74, 75, maison, balcon courant
  206. Râpe n° 12, 1747, Jacques Louis Willame, marchand de cuirs, et Thérèse Le Roy, (catholiques), VI 401, maison, balcon courant
  207. Récollets n° 1, 1767, Louis Denis baron de Gallahan, conseiller du margrave de Bade, et Marie Anne baronne de Lehrbach, (catholiques), V 19, maison
  208. Sable n° 2 (quai au), 1756 (**), Jean Daniel Senckeissen, tailleur d’habits, et Marie Dorothée Gillich, (luthériens), VI 410, façade (même d’ouvrage qu’au 17 rue Sainte-Barbe)
  209. Sable n° 3 (quai au), 1744, Jean Daniel Ehrmann, courtier de change, et Marie Madeleine Fritschmann, (luthériens), VI 411, façade, mascarons (même d’ouvrage qu’au 29 Grandes Arcades et 3 rue Gutenberg)
  210. Sainte-Barbe n° 17, 1775, Jean Daniel Senckeissen, tailleur d’habits, et Marguerite Etter, (luthériens), IV 308, façade (même d’ouvrage qu’au 3 quai au Sable)
  211. Sainte-Barbe n° 19, 1763, Jean Frédéric Lobstein, notaire, et Catherine Salomé Büchel, (luthériens), IV 309, porte
  212. Sainte-Elisabeth n° 1, 1751-1753, Académie aux chevaux, haras, VIII 112, bâtiments
  213. Sainte-Elisabeth n° 4, 1747 (*), Daniel Ewald, banquier, et Anne Marie Ritter, (réformés), VIII 101, portail
  214. Sainte-Hélène n° 29, vers 1762, Jean Philippe Geissler, relieur, et Marie Salomé Preussing (luthériens), IV 238, chaînes d’angle, encadrements de fenêtres, bandeaux, démolie en 1970 (notice)
  215. Saint-Etienne n° 7 (place), 1753 et 1773, Georges Michel Müller, maître maçon, et Marie Françoise Schisler puis Catherine Meltzheim, (catholiques), VI 66, VI 73, façade, mascarons (notice)
  216. Saint-Etienne n° 8 (place) et Pucelles n° 2, 1763 (avant), François Nicolas Gelb, receveur, et Marie Eve Schneringer, (catholiques), VI 25, maison
  217. Saint-Louis n° 6 (place), 1769, Jean Christophe Dillemann, marchand, et Marie Anne Lamare, (catholiques), VIII 138-139, façade
  218. Saint-Louis n° 8 (place), 1760, Claude Bernard Eisentraut, receveur, et Reine Rostaing, (catholiques), VIII 137, façade
  219. Saint-Marc n° 9, 1776, Jean Jacques Dieterlin, marchand, et Catherine Barbe Biehler, (luthériens), VIII 225, façade
  220. Saint-Marc n° 15, 1770, Jean Jacques Memminger, marchand de tabac, et Rosine Karcher, (catholiques), VIII 222, façade
  221. Saint-Nicolas n° 7 (quai), 1759, Philippe Jacques Franck, banquier, et Catherine Elisabeth Boch, (luthériens), VIII 28, façade, mascaron
  222. Saint-Nicolas n° 8 (quai), 1737, Jean Thierry Fahlmer, marchand, et Marie Salomé Kayser, (luthériens), VIII 27, maison – façade, mascarons (notice)
  223. Saint-Nicolas n° 19 (quai), 1770 (?), Jean Michel Striedbeck, courtier, et Marie Salomé Schætzel, (luthériens), IX 13, façade, mascarons
  224. Saint-Thomas n° 1 (quai), 1772, chapitre Saint-Thomas, VII 269, maison
  225. Saint-Thomas n° 2 (quai), 1751, Jean Rodolphe de Bayer, conseiller du duc de Deux-Ponts, et Marie Salomé Sommer, (luthériens), VII 364, maison
  226. Saint-Thomas n° 3 (quai), 1737, Jean Sigismond Weitz, marchand, et Marie Madeleine Ferber, (luthériens), VII 363, façade
  227. Saltzmann n° 7, 1743, François Charles Lafermiere, aubergiste et Marie Marguerite Petit, (catholiques), VII 37, portail
  228. Sanglier n° 4 et 6, 1752, Jean Baptiste Gourmand, chandelier, et Thérèse Forgue, (catholiques), V 155, façade
  229. Sept-Hommes n° 13, 1770, Jean Durig, tourneur, et Catherine Bornert, (catholiques), IV 380, façade, démolie en 1938 (notice)
  230. Serruriers n° 8, 1775 (v), Georges Daniel Trawitz, fabricant de tabac, et Anne Barbe Heim, (luthériens), VII 273, étages
  231. Serruriers n° 10, 1775, Georges Girsching, maître d’hôtel, et Marie Cleophée Claussmann, (luthériens), VII 274, façade
  232. Serruriers n° 16, 1773-1776, François Georges Burghard, aubergiste, et Catherine Marguerite Rabailliaty, (catholiques), VII 292, chaînages, en particulier à l’angle, encadrements de fenêtre, démolie en 1930 (notice)
  233. Serruriers n° 20, 1747, Pierre Richard, marchand, et Marie Agathe Baud, (catholiques), VII 294, façade, mascaron (notice)
  234. Serruriers n° 29, 1758, tribu du Miroir, VII 421, façade, mascarons (notice)
  235. Serruriers n° 31, 1749, Antoine Janin, marchand, et Marie Violant, (catholiques), VII 435, façade, mascarons
  236. Sœurs n° 10, vers 1784, François Marc Spohrer, maître maçon, et Marie Catherine Schwartz, (catholiques), VI 353, façade (notice)
  237. Temple-Neuf n° 11 (place du), 1781, Othon Erdmann, tourneur, et Marie Barbe Seiler (catholiques), V 149, façade, mascarons
  238. Temple-Neuf n° 12 (place du), 1771, Philippe Jacques Diehl, tailleur d’habits, et Anne Marguerite Sengenwald, (luthériens), V 150, façade, mascarons
  239. Temple-Neuf n° 13 (place du), 1772, Isaac Haffner, sergent de Ville, et Susanne Barbe Kratz, (luthériens), V 151, façade
  240. Tiroir (impasse du), 1763-1773 (*), Jean Martin Schuster, caissier de la vente étrangère, et Elisabeth Meyer, (catholiques), V 95, portail
  241. Tonneliers n° 7, 1774, Jean Michel Redslob, passementier, et Marie Salomé Baum, (luthériens), VII 332, étages (rez-de-chaussée, 1761)
  242. Tonneliers n° 16, 1770, Jean Jacques Scær, cordonnier, et Catherine Michel, (luthériens), VII 399, façade
  243. Tonneliers n° 18, 1779, Jean Philippe Osterried, cafetier, et Catherine Frédérique Vogt, (luthériens), VII 398, porte (rue du Pied-de-Bœuf), façade
  244. Tonneliers n° 21, 1776 (*), Jean Henri Fessler, commissionnaire de navigation, et Anne Louise Reich, (catholiques), VII 320, façade
  245. Tonneliers n° 25, 1780, Antoine Grasselli, marchand, et Marie Catherine Dangelo, (catholiques), VII 314-315, façade
  246. Tonneliers n° 27, 1780, Susanne Marguerite Schlegel, veuve de Jean Jacques Stamm, marchand de vins, (luthériens), VII 312-313, façade
  247. Veaux n° 3, 1753, Prudent Baron de Fregval, conseiller du roi, et Françoise de Regemorte, (catholiques), VI 344, façade (notice)
  248. Veaux n° 5, 1770, François Baron d’Autigny, préteur royal, et Adélaïde Flore de Parseval (catholiques), VI 345, façade, détruite en 1944 (notice)
  249. Veaux n° 6, 1740 (après), François Lanfrey, négociant, et Catherine Capitaine, (catholiques), VI 381, façade
  250. Veaux n° 7, 1770, Marie Marguerite Fritsch, veuve de Jean Léonard Faber, secrétaire de la Noblesse immédiate de Basse-Alsace, (luthériens), VI 356, façade, démolie en 1966 (notice)
  251. Veaux n° 8, 1768 (ou suiv.), Jean Georges Baur, serrurier, et Marguerite Salomé Formier, (luthériens), VI 380, façade, mascaron
  252. Veaux n° 9, 1774, fondation Kurtzlieb Hartlieb, VI 357, portail
  253. Veaux n° 17, (?), Jean Jacques Tretzel, menuisier (propriétaire de 1746 à 1798), et Anne Catherine Schreiber sa femme en deuxièmes noces, (catholiques), VI 132, façade porte d’entrée, fenêtre centrale au 1° étage (appui, linteau)
  254. Veaux n° 20, 1762, Chrétien Henri Gayling d’Altheim, conseiller du margrave de Bade, et Françoise Auguste Wilhelmine de Berstett, (luthériens), VI 371, hôtel
  255. Vieil-Hôpital n° 4, 1743-1764 (?), Jean Paul Thalwitzer, brossier, et Marie Barbe Megel, (luthériens), VI 391, façade (notice)
  256. Vieil-Hôpital n° 37, Joseph Bonnard, boutonnier, et Anne Marie Hammer (propriétaires de 1745 à 1805), (catholiques), VI 259, rez-de-chaussée
  257. Vieil-Hôpital n° 41, 1768 (*), François Rouge, marchand, et Marie Thérèse Challard, (catholiques), VI 261, porte et arcade
  258. Vieux Marché aux grains n° 1, 1760, Ville de Strasbourg, maison de la Taille, IV 357, maison
  259. Vieux Marché aux Grains n° 12, 1768, Jean Pierre Hebeissen, musicien et marchand de futaine, et Marie Madeleine Kleinschroth, (luthériens), IV 345, façade, détruite en 1944 (notice)
  260. Vieux Marché aux grains n° 14, 1735, Jean Daniel Diebold, marchand, et Catherine Salomé André, (luthériens), IV 344, rez-de-chaussée, balcon (étages détruits en 1944)
  261. Vieux Marché aux grains n° 24, 1760 (?), Jean Philippe Martin, boutonnier, et Anne Marie Wallburg, (catholiques), IV 337, façade (étages)
  262. Vieux Marché aux poissons n° 3 (anciennement 5, rue de l’Etal), 1754, Jean Philippe Friess, cordier, et Anne Marie Korn (luthériens), façades (notice), voir aussi 3, rue de l’Etal (notice)
  263. Vieux Marché aux poissons n° 6, 1731, Frédéric Wolff, banquier, et Marie Salomé Kolb, (luthériens), VI 238, balcon courant
  264. Vieux Marché aux poissons n° 14, 1767 (*), Jean Michel Barthel, fripier, et Anne Marguerite Roos, (luthériens), VI 234, façade, mascarons
  265. Vieux Marché aux poissons n° 20, 1768 (*), Jean Pierre Maino, marchand, et Catherine Venino, (catholiques), VI 231, étages
  266. Vieux Marché aux poissons n° 21, 1739, Claude Tourni, marchand, et Marie Françoise Dangelo, (catholiques), VII 382, façade, mascarons
  267. Vieux Marché aux poissons n° 22, 1769, Jean Ehrmann, marchand, et Marie Catherine Gambs, (luthériens), VI 230, façade, mascarons
  268. Vieux Marché aux poissons n° 29, 1731 (*), Jean Georges Fleck, marchand, et Susanne Ræuber, (luthériens), VII 373, étages
  269. Vieux Marché aux poissons n° 32, 1765, Jean Bleyfus, gainier, et Anne Marie Jost, (luthériens), VI 226, étages (notice)
  270. Vieux Marché aux poissons n° 31, 1746 (v), Jean Daniel Hitschler, marchand, et Anne Catherine Vogt, (luthériens), VII 372, façade
  271. Vieux Marché aux poissons n° 33, 1736 et v. 1750-1760, Jacques Louis Willame, marchand de cuirs, et Thérèse Le Roy puis les héritiers, (catholiques), VII 371, façade à pans de bois, mascarons
  272. Vieux Marché aux poissons n° 34, 1765, Jean Michel Schauer, pelletier, et Susanne Mæhn, (luthériens), VI 225, étages
  273. Vieux Marché aux vins n° 8, entre 1758 et 1785, Jean Philippe Meybaum, horloger, et Marie Ursule Jost, (luthériens), VI 35, façade
  274. Vieux Marché aux vins n° 10, 1774, Jean Jacques Steinbach, aubergiste, et Marie Madeleine Pfæhler, (luthériens), III 23, façade
  275. Vieux Marché aux vins n° 27, 1751, abbaye de Neuwiller, III 68, hôtel, démoli début XX° siècle, reste le bâtiment arrière (quai de Paris) qui donnait sur le canal

Signes diacritiques

Les dates sans signe particulier représentent une construction au moins partielle d’après les documents,

(*) signale des transformations qui sont l’indice d’une construction,
(**) signale une datation à partir d’un élément du bâtiment (date, monogramme),
(v) signale une construction certaine autour de la date indiquée ou entre les dates indiquées,
(?) placé après une date signale une hypothèse quand les documents n’indiquent pas de datation précise mais permettent de proposer une date approximative.
Il y a un point d’interrogation sans date quand les documents ne permettent pas de proposer une date. La mention du maître d’ouvrage dans la colonne suivante est une hypothèse implicite quant à une date de construction probable.

Note
1, allée Kastner (Robertsau). Une quittance de 1754 indique que Jean de Turckheim a payé le maître maçon Jacques Gallay des travaux qu’il a faits tant en ville qu’à la campagne. S’il n’est pas douteux que le bien de campagne en question se trouve à la Robertsau, rien n’est dit sur la nature des travaux. La datation reste donc une hypothèse.


Les Maisons de Strasbourg sont présentées à l’aide de Word Press. Elles sont hébergées par Free-H.