A-B – Répertoire des rues


Les formes allemandes des rues reprennent l’usage du XVIII° siècle. C’est pourquoi elles ne correspondent pas toujours à celles qui figurent aujourd’hui sur les plaques de rues dont les formes dialectales reprennent les noms, souvent normalisés par l’administration prussienne, en usage entre 1870 et 1918.
On pourra aussi remarquer que les noms étaient liés à un repère plutôt qu’à une rue. On trouve jusqu’au XVIII° siècle face à la Douane (gegen dem Kauffhaus über), le XIX° désigne le même endroit sous le nom de rue de la Douane (Kauffhausgasse), voir aussi Noms de rues.


Adolphe Seyboth (rue) – Pickergasse
  • n° 17, maison Græf 1958-1961
Ail (rue de l’) – Knoblochsgass
  • n° 6, zum Gold Gulden (au Florin d’or)
  • n° 7, zum Knobloch (à l’Ail), maison Osterrieth (1783)
  • n° 16, zum Neuenburg
  • n° 20
  • n° 22, maison Vigera (1716)
Aimant (rue de l’) – Magnetengässel
Ancre (impasse de l’) – Anckergässlein
  • n° 9, détruite en 1948, puis nouvelle construction
Arc-en-Ciel (rue de l’) – Regenbogengass
Argile (rue de l’) – Leimengäßlein
  • n° 7, démolie en 1960, voir rue Gustave-Doré
  • n° 13, démolie en 1912 lors de la Grande Percée
  • n° 16, maison Gœbel (1751) démolie en 1912 lors de la Grande Percée
  • n° 24, démolie en 1912 lors de la Grande Percée
  • n° 37, démolie en 1911 lors de la Grande Percée
Austerlitz (rue d’) – Grosse Viehegass
  • n° 15 (au Buffle, façade de Jacques Saum, vers 1760)
Austerlitz (Petite rue d’) – Hinter den Mauren, Kleine Metzgergasse
  • n° 3 (maison Klein, 1860)
Aveugles (rue des) – Blindengass
  • n° 1, démolie en 1912 lors de la Grande Percée
  • n° 3, démolie en 1912 lors de la Grande Percée
  • n° 16, démolie en 1913 lors de la Grande Percée
Bain-aux-Plantes (rue du) – Pflantzbad
Bateliers (quai des) – Schiffleuthstaden
  • n° 1, zum Raben, zum Rappen (cour du Corbeau)
  • n° 25, maison Jung (1875)
  • n° 27, zum Franckfurter Schiff (au Bateau de Francfort)
  • n° 31, zum Seidenfaden
  • n° 38
Bateliers (rue des) – Neugass am Schiffleuthstaden
  • n° 4, détruite en 1944
  • n° 6, détruite en 1944
Bouchers (rue des) – Metzgergiessen
  • n° 13
  • n° 33, façade XVIII° siècle ajoutée vers 1830
  • n° 35, démoli en 1971, nouveau bâtiment en 1972
  • ancien n° 54, maison Schreibeissen (1762, démolie en 1841)
Bouclier (rue du) – Schildsgasse
  • n° 1, anciennes maisons zum Hirskorn (au Grain de millet), zur Krone (à la Couronne) et zum Korbe (au Panier)
  • n° 5, maître d’ouvrage probable Jean Adam Reul (vers 1762)
  • n° 8, maître d’ouvrage, Jean Kræuter (1847)
Brochet (rue du) – Hechtengässel
Broglie (place) – Rossmarckt
  • n° 1, maison Flach (1900)
  • n° 4, sans doute maison Hermanny (vers 1757), démolie en 1925
  • n° 10, maison Beyckert (1768)
  • n° 12, maison Moog et Cappaun (1744)
  • n° 23, maison Knœrr (1771), bâtiment actuel (1873)
Brûlée (rue) – Brandgass
  • n° 1, hôtel de Türckheim (1750, détruit en 1870)
  • n° 19, hôtel de Klinglin (1733 et suiv.)
  • n° 19-a, angle de l’impasse des Maçons
  • n° 23

Les Maisons de Strasbourg sont présentées à l’aide de Word Press. Elles sont hébergées par Free-H.