T-Z – Répertoire des rues


Temple-Neuf (place du) – auf dem Prediger Kirchhoff
  • n° 16, maîtres d’ouvrage, Charles et Gustave Siegfried (1897)
Thomann (impasse) – Marbachgässel, Jungbronnengässel
  • n° 3, démolie dans les années 1950, absorbée par le magasin Grandes Galeries
  • n° 4
  • n° 9, réunie au 1-3, rue du Noyer (1877)
Thomann (rue) – Thomannloch
  • n° 3, aussi 4, rue du Noyer
  • n° 9, aussi 3, rue du Noyer
  • n° 19, maison Wagner (1762), puis imprimerie Du Mont-Schauberg (1891), bâtiments démolis en 1958
  • n° 20, maître d’ouvrage, Joseph Lœw Erlenbach, marchand (1885), architecte, Richard Schmitt
  • n° 30, maître d’ouvrage, Paul Eugène Zisig (1884), bâtiment actuel Max Lieber (1903)
Tonneliers (rue des) – Kieffergass
  • n° 16, reconstruite par Jean Jacques Scær (1770), maître maçon Georges Christophe Freysinger
Tour des Pêcheurs (rue de la) – beÿ St. Nicolai in undis
  • n° 11, maître d’ouvrage Jean André Weyer (1845)
Veaux (rue des) – Kalbsgass
  • n° 2
  • n° 3, maître d’ouvrage Prudent Baron de Fregval (1753)
  • n° 4, troisième étage, maître d’ouvrage, Callixte Coyard, marchand, vers 1840
  • n° 5, maître d’ouvrage François Baron d’Autigny (1770, détruite en 1944)
  • n° 6, à la Rose d’or (1689), à la Rose bleue (XVIII° s.), maîtres d’ouvrage François Lanfrey, marchand (années 1740), Charles Frédéric Perrin, architecte (1847-1850)
  • n° 7, maître d’ouvrage Jean Léonard Faber (1770, démolie en 1966)
  • n° 8, au Bœuf noir, à la Vache noire, troisième étage, maître d’ouvrage, Jean Georges Baur, serrurier, 1768
  • n° 10 (ancien n° 23), à la Main bleue (zur blauen Hand), reconstruite en 1847, détruite en partie (1944) et démolie (1957 et suiv.)
  • n° 12 à l’Agneau bleu ( zum blauen Lamm ), détruite en 1944
  • n° 16, bâtiment sur rue détruit en 1944, reconstruit en 1957 (architectes Charles Edouard Mewès et Gaspard Kœnig)
  • n° 17, maître d’ouvrage sans doute Jean Bastasius Rieth (vers 1736)
  • n° 20, maison patricienne Wurmser, réaménagée vers 1762 par Frédéric Jacques Gayling d’Altheim
Vieil-Hôpital (rue du) – Spithalgass
  • n° 4, maître d’ouvrage Jean Paul Thalwitzer (vers 1741 et 1764)
  • n° 8, dite à la Tour (zum Thurn) – Maître d’ouvrage Ferdinand Milius, maître maçon Jean Régnard Pfauth (1783-1785)
Vieux-Marché-aux- Grains (rue du) – am alten Kornmarckt
  • n° 12, maison Hebeissen (1768), détruite en 1944
  • n° 24, maître d’ouvrage, Jean Philippe Martin
Vieux-Marché-aux-Poissons (rue du) – alter Fischmarckt
  • n° 1, dit à l’Ours noir (zum schwarzen Bären) – Reconstruite en 1901 par la Brasserie Adelshoffen, démolie en 1960
  • n° 3, anciennement 3, rue de l’Etal, maître d’ouvrage Benjamin Waltz (1770, détruite en 1944)
  • n° 3, anciennement 5, rue de l’Etal, maître d’ouvrage Jean Philippe Friess (1754, détruite en 1944)
  • n° 3 (ancien), maître d’ouvrage Georges Lienhardt, cordonnier, 1902 – Démolie en 1960
  • n° 5 (ancien), maître d’ouvrage Georges Lienhardt, cordonnier, 1900 – Démolie en 1960
  • n° 13 Auberge au Pied de bœuf (Zum Rindsfuss) – Maître d’ouvrage, Frédéric Grosskost, lithographe (1876) – Démolie suite aux bombardements de 1944
  • n° 27, maître d’ouvrage, Jean Jacques Ott (1812)
  • n° 27 (ancien 118), maîtres d’ouvrage, Jean Daniel Kiwit et son gendre Georges Jonas Stoll (1813)
  • n° 32, maison Bleifuss (1765)
  • n° 40, maître d’ouvrage, Jean Frédéric Lobstein, passementier, 1706
  • n° 42
Vieux-Marché-aux-Vins (rue du) – alter Weinmarckt (voir aussi place Saint-Pierre-le-Vieux)
  • n° 4 , cour de Haslach (Haslacher hoff), maison Brückmann 1900 (aussi 5, rue du Jeu-des-Enfants)
  • n° 9, maison au Batteur (zum Tröscher), détruite en 1944
  • n° 16 (1953)
  • n° 17, maison Kuhn (1864), détruite en 1944 – Terrain réuni au n° 19
  • n° 22, maison Blüttner (1743), Netter (1898), détruite en 1944, maison Hemmendinger (1950)
  • n° 23
  • n° 37, 1843, Jean Frédéric Flamm, maître d’ouvrage
  • n° 39, maison à la Rose (zur Rosen), façade avant, 1865, maître d’ouvrage, veuve de Maurice Ordenstein
  • n° 42, bâtiment de 1881, maître d’ouvrage société Ebstein – bâtiment de 1949, architecte Charles Braun
  • n° 43, maison Schaaff (1812)
  • n° 44, maison à la Calandre (zur Mang, reconstruite en 1860, passage Jacquemin établi en 1923
  • n° 45, devient maison d’angle selon les nouveaux alignements des années 1950
  • n° 46, détachée (1603) de la maison à la Calandre (zur Mang)
  • n° 48, 1953, maître d’ouvrage banque Asch, architecte Jean-Paul Berst
  • n° 50, démolie en 1959
  • n° 52, démolie en 1959
  • n° 54, démolie en 1960
Vieux-Marché-aux-Vins (place du)
  • n° 2, maître d’ouvrage, François Etzkorn (vers 1826), architecte du bâtiment actuel (1950), Jean Gurtner
Vignette (rue de la)
  • n° 4, bâtiment arrière du 22, rue du Vingt-deux-novembre
Vingt-deux-novembre (rue du)
  • n° 9 et 11 rue Gustave-Doré, maison Schimpf (1913)
  • n° 15 et rue Hannong n° 11, manufacture de faïence Hannong (1721-1783), maison Horn (1914-1920)
  • n° 17 auparavant 9, place du Fossé des Tanneurs, voir aussi 8, place du Fossé des Tanneurs, bâtiment le Colbert (1964-1966)
  • n° 22, maison Huntzinger (1912)
  • n° 26-28, maître d’ouvrage, Othon Huber (1915)
  • n° 41, détruite en 1944, intégrée à un bâtiment plus grand
  • n° 43, en 1748, alors grande rue de la Grange
Zurich (rue de) – Gaulstaden, Blumenstaden
  • n° 3, maison Schmutz (1883)
  • n° 39, 41, Cour des ribaudes (Hurenhoff), anciens bâtiments démolis en 1972 – aussi 2, ruelle du Caquet
  • n° 47, démolie vers 1968
  • n° 50, maître d’ouvrage, Julie Bausch – architecte, Ferdinand Kalweit (1902) (1902)
  • n° 54 (ancien n° 34)
  • n° 56, partie gauche (X 218)
  • n° 57 ou 2, rue Fritz
  • n° 58, partie gauche (X 216)
  • n° 59, partie gauche (X 169), maître d’ouvrage Daniel Schmutz, brasseur (1857-1860)
  • n° 59, partie droite (X 170), brasserie aux Trois Lis (1746) puis au Télégraphe (1801)
  • n° 60
  • n° 70, auberge au Grand Cerf (zum Großen Hirtzen) à partir de 1689 – maître d’ouvrage, Antoine Klotz, menuisier (1843, 1853)

Les Maisons de Strasbourg sont présentées à l’aide de Word Press. Elles sont hébergées par Free-H.