Potiers


Les potiers, en allemand Haffner (dérivé de Haffen, pot) ou Kachler (dérivé de Kachel, carreau, anciennement pot, du latin caccabus, chaudron, d’origine grecque), sont un corps de métier rattaché à la tribu des maçons. Leurs délibérations ne sont pas conservées. Lors de leur inscription à la tribu, ils sont portés dans les comptes rendus des Maçons. Contrairement à la campagne (Haguenau par exemple) où les épreuves se limitent aux pots et aux carreaux, à Strasbourg les candidats doivent réaliser un fourneau (voir le litige que Gall Mack porte devant les Quinze en 1705).

Sommaire
RèglementPotiers avant 1789 Potiers au XIX° siècle

Règlement

Règlement de la tribu des Maçons, registre ouvert en 1560 (AMS, cote XI 226)
Traduction dans la colonne de droite, Jean-Michel Wendling, 2018

V. Der Kachler Articul
1 Wie sie lehrknaben dingen sollen, folio Lxxxix
2 Was ein Lehrknab seinem meister Zuthun schuldig, fo: Lxxxix
3 Obe ein Lehrknab seinem Meister vngehorsam, fo: Lxxxx
4 So ein Lehrknab auß dem dienst laufft, fo: Lxxxx
5 Wann ein Lehrknab oder sonst gedingter Knecht von seinem Meister begert, fo: Lxxxxj
6 Bedingte Knecht mogen öffen machen die stuckwercker nit, fo: Lxxxxj
7 Keine Kachlen frembden Kachlern verkauffen, fo. Lxxxxj
Hafen grempen articul vnder der Zunfft articulen der 18. folio xxxviij
Das keiner den andern vff sein werck gehen soll der Murer articulen der j. folio Lxv
Kein versprochnen Knecht dingen daselbst der 5 articul folio Lxvj
Die verfertigung des Meisterstücks betreffend folio Lxxxxiij
V. Règlement des potiers
1. Comment engager un apprenti, f° 89
2. Ce qu’un apprenti est redevable envers son maître, f° 89
3. Quand un apprenti n’obéit pas à son maître, f° 90
4. Quand un apprenti quitte son travail, f° 90
5. Ce qu’un apprenti est en droit de demander à son maître, f° 91
6. Ceux qui sont engagés chez un maître peuvent faire des fourneaux mais pas les sous-traitants, f° 91
7. Il est interdit de vendre des carreaux à des potiers étrangers, f° 91
Règlement des vendeurs de poterie, voir le 18° article du règlement de la tribu, f° 38
Aucun maître ne doit prendre le travail d’un autre, voir l’article des Maçons au f° 65
Il est interdit d’engager un employé qui a donné sa parole, voir le 5° article, f° 66
Confection du chef d’œuvre, f° 93

(f° 93) Extractus Auß E: E: Meisterschafft Haffner Handwercks alhier in Straßburg, Habenden, und von unsern Gnädigen Herren Räth und XXI. confirmirten ordnungen und Articuln
Die verfertigung des Mstrstücks betreffend
Extrait du règlement et des articles concernant le Corps des potiers de Strasbourg et ratifiés par les Conseillers et les Vingt-et-Un
De la confection du chef d’œuvre

1. Ein ieder, Heimischer oder Frembder, so das Haffner Handwerck in dieser Statt zutreiben, und alß ein Meister forzusetzen gewillt ist, solle Zuvor 3. Jahr lang beÿ einem redlichen Meister Inn: oder außerhalb der Statt gelernet, nach überstandener Lehr, 3 Jahr auff dem handwerck gewandert, und noch darzu, Wann er frembdt, beÿ einem oder Zweÿen Meistern alhier, dreÿ gantzer Jahr, so er aber einheimisch: wiewohl Keines Meisters Sohn, Zweÿ Jahr vnunderbrochen gearbeitet, So er aber eines Meisters Sohn ist, allein dreÿ Jahr inn der frembdt undt auff der Wanderschafft nach geendeten Lehr Jahren Zugebracht haben. 1. Tout potier, qu’il soit natif de cette ville ou étranger, qui veut exercer son métier dans cette ville et veut le pratiquer comme maître doit d’abord avoir été apprenti pendant trois ans chez un maître honorable, soit dans cette ville ou ailleurs, avoir ensuite fait un tour de compagnon pendant trois ans. S’il est étranger il doit en outre avoir travaillé sans interruption pendant trois ans chez un ou deux maîtres, pendant deux ans s’il est natif de cette ville sans être fils de maître, s’il est fils de maître il suffira qu’il ait voyagé trois ans comme compagnon une fois son apprentissage terminé.
2. Wann aber ein frembder Gesell, der seine Zeit so wohl in der Lehr, als Wanderschafft besagter maßen Zugebracht, eines Hießigen Haffners Tochter oder Wittib Heürathen wolte, solle Ihme, ob Er sich, nun ein Jahr beÿ einem oder Zween Meistern alhier gearbeitet, einzukommen und Meister Zu werden, nichts desto weniger gestattet sein. 2. Si un compagnon étranger qui a fait son apprentissage puis son tour de compagnon comme ci-dessus souhaite épouser une fille ou une veuve de potier, il devra avoir travaillé au moins un an chez un ou deux maîtres de cette ville pour être admis à devenir maître.
3. Die Jenigen, so anietzo würcklich Meister seind, sollen nicht weniger ihre Lehrjungen anzunehmen, und Gesellen zu fürdeen, macht haben, alß wann Sie ihre Wander Jahr für Voll erstreckt und das Meisterstückh wie recht, verfertiget Hätten. 3. Ceux qui sont déjà maîtres sont autorisés à prendre des apprentis et à employer des compagnons comme s’ils avaient fait leur tour de compagnon et réalisé leur chef d’œuvre.
4. So aber auß Ihrem Mittel etliche das Meisterstückh annoch Zumachen begehrten, solle daßelbe, in beÿsein der Obern Meisterstückh Schawer, durch das Handwercks Außschuß besichtiget, und so er Just erfunden, oder für gut erkandt, alß dann dreÿ von denselben Handwercks genoßen Zu Meisterstückh Schawern erwählt, alle Jahr beÿ Herren Räth und XXI. auff dem Mittwoch nach dem Schwörtag vorgestellt, mit gewohnlichem eÿdt beladen, Volgends alle Jahr der älteste darunder abgehen, und an deßelben statt ein newer von dem Handtwerckh erkoßen werden. 4. Si certains demandaient d’eux-mêmes à faire leur chef d’œuvre, celui-ci devra être inspecté par la commission du corps de métier en présence des examinateurs en chef. Trois membres du corps de métier dont le chef d’œuvre est considéré comme bon et bien fait seront élus examinateurs de chefs d’œuvre, ils seront présentés chaque année aux Conseillers et aux Vingt-et-Un le mercredi suivant le jour du Serment pour prêter le serment habituel. Chaque année, l’aîné sera remplacé par un autre, choisi par le corps de métier.
5. Ein frembder Haffnergesell, wann er besagter maßen Gelernt, gewandert, alhier gearbeitet und das Meisterstückh, allweil noch ledigen standts und Unverheürathet ist, Zumachen begehrt, solle Er vorderst seinen Lehrbrieff auffweißen, damit mann sehen möge, ob er an einem solchen orth, da Handwercks gebrauch und gewohnheit gehalten wird, gelernet habe oder nicht, dann sollen sich mängel hierinn erzeigen oder auch befinden, das er bereits Verheürathet seÿe, hette mann Ihme das Meisterstückh Zu verfertigen nicht Zu erlauben. 5. Un compagnon potier étranger qui a fait son apprentissage et son tour de compagnon, a travaillé en cette ville comme ci-dessus et qui demande à faire son chef d’œuvre alors qu’il est encore célibataire et non marié devra d’abord présenter son certificat d’apprentissage pour qu’on sache s’il a appris le métier dans un endroit où les us et coutumes sont en usage. Si ce n’était pas le cas où qu’il soit déjà marié, il ne sera pas autorisé à faire le chef d’œuvre.
6. Wird er aber Zugelaßen, solle er sein auff erlegtes stuck, wie es gehört, und vorgeschrieben ist, auff der Scheiben inn beÿsein der Meisterstückh Schawer verfertigen, des ofens Halben aber, weilen Zu deßelben auffsetzung eine mehrere Zeit erfordert wird, dem Obmann Handtrew an eÿdestatt, daß Ihme niemand Hilff darzu geleistet Habe, Zugeben schuldig und verbunden sein. 6. S’il est admis à faire son chef d’œuvre, il devra faire selon les prescriptions la pièce qui lui est demandée sur le tour en présence des examinateurs. Quant au fourneau dont la fabrication est plus longue, il sera tenu de déclarer au prévôt sous la foi du serment que personne ne l’a aidé.
7. So einem das Meisterstückh auff der Scheiben Zubreche, oder einfiele, solle Ihme auff den andern und dritten Erden Kloß Zubekommen, Unverwöhret sein. 7. Si le chef d’œuvre d’un candidat se brise ou se casse sur le tour, on pourra lui donner un deuxième et une troisième motte de terre.
8. Wann einer mit dem Meisterstückh zu dreÿen Verschiedenen mahlen Verfallen, solle Ihme zu anderwertiger verfertigung deßelben, der Zutritt beÿ dem erstenmahl, vor ablauffung eines viertel Jahres beÿ dem Andern, Wiederumb Ein Viertel Jahr, so dann beÿ dem dritten mahl gar nicht mehr gegönnet, noch gegen erlag eines stuck geldes, mit ihme dispensirt werden, es seÿe gleich sonsten wer er wolle. 8. Si un candidat manque son chef d’œuvre à trois reprises, la première fois un délai de trois mois lui sera imposé avant de pouvoir se présenter à nouveau, la deuxième fois aussi trois mois, la troisième fois il ne sera plus autorisé à se représenter, qui qu’il soit, même contre versement d’une somme d’argent.
9. Es solle aber das Meisterstückh darinn bestehen, daß er (:1:) auff der Scheiben trehe einen schönen, inn: und außwendig glatten Haffen, einer Straßburgischen Ehlen hoch, von Zweÿen stucken, in gleicher dicken durch undt durch, auch alßo, daß mann, wo die stuck auff einander gesetzt seÿen, nicht sehen, noch befinden möge (:2:) einen engen Krug von einem stuck, vier große maßen Haltend, mit einem gleichlingen scherben und schönen fuß, (:3:) eine brathpfann, einer Ehlen lang, und halben ehlen breit, mit einem gleichlingen scherben, darzu Kein meß gebraucht, noch was davon geschnitten, oder daran gesetzt worden: So dann (:4:) einen grünen offen, von schönem gleichlingen Glaß, deßen undere theil sieben Kachlen Hoch seÿe, und Zwo Ringleisten Habe, das obere aber dreÿ Kachlen Hoch seÿe, und Zween glatte simsen und vier ringleisten haben, auffsetzen. 9. Le chef d’œuvre consiste (1) à faire sur le tour un pot bien lisse aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur, haut d’une aune mesure de Strasbourg, en deux exemplaires de mêmes dimensions de manière à ce qu’on puisse les superposer sans voir de différence, (2) une cruche effilée contenant quatre grandes mesures, faite d’un seul tenant et présentant un beau pied, (3) une poêle à frire longue d’une aune, large d’une demi-aune, en prenant de la terre sans utiliser de mesures, sans rien couper ni ajouter, enfin (4) à monter un fourneau vert à glaçure bien régulière dont le corps inférieur a sept carreaux de haut ainsi que deux rebords et le corps supérieur trois carreaux de haut, deux corniches lisses ainsi que quatre rebords.
10. Doch solle eines Meisters Sohn vor einem frembden dießen Vorzug Haben daß er Vnder obvermeldten dreÿen Stucken, so auff der scheiben Zutrehen, nur den Haffen, neben dem grünen offen, der aber eines Meisters Wittib oder Tochter Heürathet, neben dem offen und Haffen, noch ein stuck Zu verfertigen schuldig sein solle &
Decretum beÿ Unsern Herren der Räth und XXI. H: den 13.ten Aprilis Anno: 1661.
10. Un fils de maître pourra, contrairement à un étranger, ne réaliser que le pot parmi les trois pièces à tourner outre le fourneau vert, celui qui épouse une veuve ou une fille de maître devra non seulement faire le fourneau et le pot mais aussi une autre pièce.
Ratifié par les Conseillers et les Vingt-et-Un le 13 avril 1661.

La liste ci-dessous, en cours d’élaboration, renvoie à la notice du potier ou, à défaut, à la maison dont il a été propriétaire.

Potiers avant 1789

  • Acker – Jean Adam, potier, et (1691) Anne Marie Mettler veuve du potier André Hintermeyer, puis (1695) Marie Madeleine Neidinger veuve du potier d’étain Jean Jacques Solatus d’Offenbourg, enfin (1712) Marie Elisabeth Weimar, notice
  • Acker – François Paul, potier, fabricant de poêles en faïence, et (1742) Anne Marie Frick – catholiques, (notice)
  • Berghoffer – Thomas, potier, et (1668) Elisabeth Ott, veuve du potier Michel Ruff, puis (1677) Marguerite Heuberger – luthériens, (1)
  • Bolender – Isaac, potier, et (1732) Marguerite Weber – luthériens, (1)
  • Boll – Jean Adam, menuisier, et (1678) Catherine Schneider – luthériens, (1)
  • Boll – Jean, menuisier, et (1631) Susanne Œlkrug – luthériens, (1)
  • Bratz – Jean Théophile, potier, et (1761) Marie Madeleine Bloch, veuve de Jean Gaspard Otterbein – luthériens, (notice)
  • Brunner – Jean, potier, et (1679) Anne Marie Guthmann – luthériens, (1), (2)
  • Clauss – Jean Georges, potier, et (1701) Anne Marie Reh, remariée (1716) avec le potier Jean Loue-Dieu Nœdel – luthériens, (1)
  • Clauss – Jean Georges, potier, et (1727) Marie Catherine Eckart – luthériens, (1)
  • Darm – Jean Balthasar, potier, et (1749) Marguerite Neff veuve du potier Jean Michel Wetzel – luthériens, (notice)
  • Diebold – Nicolas, potier, et (1695) Catherine Alber puis (1697) Dorothée Dumont – catholiques, (1)
  • Diehl – Jean Georges, potier, et (1783) Marie Madeleine Heusserer – catholiques, (1)
  • Diemer – Jean Michel, potier, et (1735) Marie Madeleine Nagel puis (1737) Anne Marie Gœfft – luthériens, (1)
  • Durchdenbach – Jean, potier, et (1649) Sara Ott – luthériens, (1), (2)
  • Durchdenbach – Laurent, potier, et (1595) Appolonie Kœnig, veuve du potier Jean Mülleberger, puis (1615) Barbe Heusch – luthériens, (1)
  • Elbert – Jean Georges, potier, et (1654) Anne Marie Boch – luthériens, (1)
  • Elbert – Philippe, potier, et (1614) Anne Haderer puis (1635) Jeanne Frœlich, veuve du potier Gaspard Schweickardt – luthériens, (1)
  • Fanck – Jean Henri, potier, et (1753) Catherine Barbe Litsch, (1757) Susanne Marie Lobstein, (1772) Sabine Federreuter puis (1785) Susanne Marguerite Redslob, veuve du boutonnier Jacques Bourcart Schweigheusser – (non célébré, 1756 Marguerite Dorothée Wetzel) – luthériens, (1)
  • Feurstein – Jean Georges, potier, et (1714) Anne Marie Arnold – luthériens, (1)
  • Fridel – Gabriel, potier, et (1616) Marguerite Ittel puis (1638) Madeleine Stampff – luthériens
  • Fridel – Georges, potier, et (1650) Anne Marie Mahler – luthériens, (1)
  • Gabriel – Melchior, potier, et (1762) Catherine Véronique Hügelin veuve de Nicolas Hoffstetter – catholiques, (1)
  • Garing – Tobie, potier, et (1651) Marguerite Ichart, (1659) Barbe Reinhard, (1667) Anne Marie Stumpff puis (1682) Marguerite Ulrich – luthériens, (1), (2)
  • Gerner – Jean André, potier, et (1759) Marie Chrétienne Nœdel, (1762) Marie Salomé Hæberlin puis (1784) Marie Elisabeth Meyel – luthériens, (notice)
  • Goppert – Jean Michel, potier, et (1731) Marie Elisabeth Lüttich, veuve du potier Jean Frédéric Müller, puis (1744) Sara Burger – luthériens, (1)
  • Gradel – Jean Kilien, potier, et (1723) Anne Marie von Bœrsch veuve de Paul Kress – luthériens, (1)
  • Gückel – Nicolas, potier, et (1578) Catherine Spritz puis (1599) Esther Lipp – luthériens, (1)
  • Gückel – Nicolas, potier, et (1639) Marie Reps, veuve du tailleur Michel Braun, puis (1655) Salomé Baumheckel, veuve du maître maçon Michel Ott – luthériens, (1)
  • Hæberlin – Jean Daniel, potier, et (1756) Marguerite Salomé Œrtel veuve du potier Jean Georges Oppitz, puis (1794) Marie Sophie Altherr – luthériens, (notice)
  • Hæberlin – Jean Daniel, potier, et (1785) Marie Hélène Geist – luthériens, (1)
  • Heberlin – Jean Georges, potier, et (1720) Susanne Marguerite Straub – luthériens, (1)
  • Hæberlin – Jean Georges, potier, et (1748) Anne Dorothée Jost – luthériens, (1)
  • Hammann – Charles, potier, et (1601) Barbe Herckerscher – luthériens, (1)
  • Hammann – Pierre, potier, et (1565) Catherine Jund – luthériens, (1)
  • Heidingsfelder – Henri, potier, et (1696) Marguerite Meyer veuve du potier Michel Huck puis (1697) Aurélie Lorentz – luthériens, (1)
  • Heyer – Paul, potier, et (1691) Ursule Rantzmer puis (1710) Marie Ursule Cœllner –catholiques, (1)
  • Huck – Georges André, potier, et (1704) Marie Dorothée Kammerer, (1)
  • Huck – Michel, potier, et (1674) Marguerite Meyer, remariée en 1696 au potier Henri Heydingsfelder, (1)
  • Hügelin – François Joseph, potier, et (1786) Anne Kuenemann, remariée (1807) au potier Jacques Geringer – catholiques, (1), (2)
  • Hügelin – Jean Adam, potier, et (1733) Anne Marie Klingelmeyer puis (1762) Anne Marie Kayser veuve de Joseph Fleck – catholiques, (notice)
  • Hügelin – Jean Nicolas, potier, et (1707) Marie Ursule Mack puis (1734) Marie Elisabeth Freund – catholiques, (notice)
  • Kantengiesser – Nicolas, potier, et (1634) Chrétienne Veitinger, veuve du potier Mathias Kleinmann – luthériens, (1)
  • Jæck – Jean, potier, et (1768) Anne Dorothée Jost, veuve de Jean Georges Hæberlin – luthériens, (1)
  • Jung – Georges Jacques, potier, et (1733) Catherine Dorothée Huck puis (1744) Marguerite Salomé Reissner, (1)
  • Kohlmann – Jean Louis, potier, et (1785) Marie Catherine Siedel – catholiques, (1)
  • Kohlmann – Jean, potier, et (1764) Marie Odile Bürckel – catholiques, (1)
  • Kraus – François († v. 1627), potier, remarié à Marie Edighoffer – luthériens, (1)
  • Kress – Paul, potier, et (1700) Anne Marie von Bœrsch – luthériens, (1)
  • Lutz – Jean Léonard, potier, et (1732) Marie Marguerite Niedermeyer veuve d’Abraham Schieb, (1734) Marie Salomé Claus puis (1738) Anne Marguerite von Zabern – luthériens, (notice)
  • Lutz – Jean Léonard, potier, et (1766) Marie Salomé Milling – luthériens, (1)
  • Lux – Jean André, potier, et (1749) Marie Chrétienne Zeys veuve de Jean Loue-Dieu Nœdel puis (1787) Marie Barbe Lœw – luthériens, (1)
  • Mack – Gall, potier, et (1687) Anne Dorothée Müller – catholiques, (notice)
  • Mœtzel – Jean Nicolas, potier, et (1781) Anne Marguerite Herrmann – luthériens, (1)
  • Müllenberger – Jean, potier, et (1611) Barbe Grassmann, (1632) Esther Heim et (1634) Susanne Gœppel – luthériens
  • Müller – Jean Frédéric, potier, et (1719) Anne Marie Rittelmeyer puis (1721) Marie Elisabeth Lüttich – luthériens, (1)
  • Musculus – Georges Frédéric, potier, et (1726) Marie Madeleine Nagel – luthériens, (1)
  • Musculus – Jean Conrad, potier, célibataire – luthérien, (1)
  • Nagel – Conrad, potier, et (1688) Salomé Jacober – luthériens, (1)
  • Nœdel – Jean André, potier, et (1770) Marguerite Dorothée Harr – luthériens, (1)
  • Nœdel – Jean Dieuloué, potier, et (1716) Anne Marie Rech, veuve du potier Jean Georges Claus, (1725) Marie Ursule Œsinger, (1735) Marie Chrétienne Zeys – luthériens, (notice)
  • Œrtel – Jean Martin, potier, et (1714) Anne Marie Bronner – luthériens, (1)
  • Oppitz – Jean Georges, potier, et (1740) Marguerite Salomé Œrtel – luthériens, (notice)
  • Ott – Michel, potier, et (1618) Elisabeth Wildenmeyer, veuve du potier Georges Katzenmeyer – luthériens, (1)
  • Otterbein – Jean Gaspard, potier, et (1722) Marie Dorothée Rœcklinger puis (1751) Marie Madeleine Bloch, veuve du tailleur Henri Letz – luthériens, (notice)
  • Petri – Jean Philippe, potier, et (1786) Catherine Barbe Claus – catholiques, (1)
  • Rappolt – Louis, potier, et (1638) Catherine Hammann veuve du pasteur Magne Listenmann – luthériens, (1)
  • Riedinger – Jean, potier, et (1762) Anne Marie Giss – catholiques, (1)
  • Rœcklinger – Balthasar, potier, et (1649) Catherine Hammann veuve du pasteur Magne Listenmann puis du potier Louis Rappolt, puis (1652) Anne Marguerite Schubæus – luthériens, (1)
  • Rœcklinger – Jean Joachim, potier, et (1686) Elisabeth Dambach puis (1705) Ursule Rœderer – luthériens, (1)
  • Ruff – Jean Georges, potier, et (1683) Anne Marguerite Notter – luthériens, (notice)
  • Ruff – Michel, potier, et (1642) Elisabeth Ott – luthériens, (1)
  • Scheidt – Georges Wolffgang, potier, et (1750) Marie Elisabeth Hæberlin – luthériens, (1)
  • Schieb – Abraham, potier, et (1712) Marie Marguerite Niedermeyer – luthériens, ( notice)
  • Schieb – Jean, potier, et (1696) Marie Salomé Hæberlin – luthériens, (1)
  • Schleiss – Jean Georges, potier, et (1710) Marie Madeleine Bronner – luthériens, (notice)
  • Schulmeister – André, potier, et (1699) et Catherine Kayser – luthériens, (notice)
  • Schweicker – Gaspard, potier, et (1622) Jeanne Frœlich – luthériens, (1)
  • Schweickhard – Jean Jacques, potier, et (1688) Susanne Hildenbrand – luthériens, (1)
  • Schmieg – Jean Georges, potier, et (1704) Marguerite Steiger – luthériens, (notice)
  • Schmieg – Jean Georges, potier, et (1744) Marie Dorothée Christianus – luthériens, (notice)
  • Schrœder – Melchior, potier, et (1704) Anne Catherine Schad puis (1733) Elisabeth Becker – catholiques, (notice)
  • Schweickard – Jean Jacques, potier, et (1636) Ester Gückel veuve de Gaspard Wolffgruber – luthériens, (1)
  • Schweickard – Jean Jacques, potier, et (1663) Marie Hellenwürth puis (1682) Susanne Brummer – luthériens, (1)
  • Seiler – Sébastien, potier, et (1747) Marie Sophie Hetz – catholiques, (1)
  • Sperer – Jean, potier, et (1691) Anne Farni puis (1712) Anne Marie Müller – luthériens, (1)
  • Steiger – Laurent, potier, et (1676) Marie Madeleine Elbert – luthériens, (1)
  • Steiner – Gaspard, potier, et (1658) Barbe Meyel ci-dessus, (1675) Anne Catherine Margrart puis (1679) Anne Dorothée Jacober – luthériens, (1)
  • Strauss – Georges Frédéric, potier, et (1767) l Salomé Jung – luthériens, (1)
  • Unger – Nicolas, potier, et (1638) Barbe Hübner puis (1671) Anne Marguerite Schubæus, veuve du potier Balthasar Recklinger – luthériens, (1)
  • Ursch – Jean Gaspard, potier, et (1638) Barbe Steigenbeck veuve du potier Jean Adam Rammel – luthériens, (1)
  • Vœlcker – Jean Chrétien, potier, et (1724) Marie Dorothée Schmidt veuve de Jean Michel Hetz – catholiques, (1), (2)
  • Vogler – Jean Martin, potier, et (1723) Marie Madeleine Bronner, veuve du potier Jean Georges Schleiss – luthériens, ( notice)
  • Walter – Luc, fabricant de poêles en faïence, et (1781) Marie Antoinette Acker – catholiques, (notice)
  • Weisser – Frédéric, potier, et (1644) Barbe Meyel. veuve du potier Jean Georges Ruff, remariée (1658) avec le potier Gaspard Steiner – luthériens, (1)
  • Wetzel – Jean Michel, potier, et (1716) Marie Dorothée Bronner puis (1732) Anne Marguerite Neff – luthériens, (notice)
  • Wetzel – Jean Michel, potier, et (1749) Anne Marie Kætzel puis (1760) Marie Salomé Meyer – luthériens, (1)
  • Wetzel – Jean, potier, et (1758) Marguerite Salomé Korn – luthériens, (notice)
  • Zimmermann – Jean, potier, et (1692) Susanne Brummer veuve de Jean Jacques Schweickard – luthériens, (1)

Potiers après 1789

  • Bernhard – Jean, potier, et (1791) Anne Marguerite Herrmann veuve de Jean Nicolas Mœtzel – réformé et luthérienne, (1)
  • Geringer – Jacques, potier, et (1807) Anne Kuenemann veuve de François Joseph Hügelin, (1)
  • Gerner – Jean Daniel, potier, et (1798) Marie Marguerite Wurth puis (1807) Marguerithe Barbe Blind, (1)
  • Hæffner – André, potier, et (1813) Louise Marguerite Schuler, (1)
  • Herrmann – François Bernard, potier, et (1813) Marie Claudine Sinner puis (1824) Louise Thérèse Wittmann, (1)
  • Hettinger – Xavier, potier, et (1825) Marie Jeanne Bucher, (1)
  • Hügelin – Joseph, potier, et (1819) Marie Thérèse Victoire Hertling, (1)
  • Kayser – Jean Georges, potier, et (1792) Marguerite Dorothée Nœdel – luthériens, (1)
  • Pipenbring – Martin, potier de terre, et (1796) Marie Madeleine Kretzmeyer, (1)
  • Schneider – Conrad, potier de terre, et Ursule Marck puis (1808) Marie Marguerite Diehl, (1)
  • Strauss – Philippe Jacques, potier de terre célibataire, (1)

Les Maisons de Strasbourg sont présentées à l’aide de Word Press. Elles sont hébergées par Free-H.