Notaires, greffiers, secrétaires


Notaires nommés par le Magistrat

Les notaires nommés par le Magistrat de Strasbourg ont pour rôle d’une part d’être secrétaire d’une tribu (Zunfftschreiber) et d’autre part de dresser certains actes, notamment les inventaires. Les greffiers de la Chancellerie dressent les actes de vente et les obligations.
Les ventes et les obligations étaient rédigés jusqu’en 1587 soit sous le contrôle de la Ville soit sous celui de l’évêque (officialité). Une décision du Sénat en date du 4 janvier 1587 réserve le soin d’établir des contrats aux notaires de la Chancellerie auxquels est attribué le 2 février 1625 un local aménagé au-dessus de la Chancellerie, la Chambre des Contrats (Cancelley Contract Stub). Les notaires de la chancellerie municipale puis les greffiers de la Chambre des Contrats sont seuls habilités à passer les actes de vente et les obligations, les notaires agréés par la Ville étant chargés de dresser les inventaires après décès. Les dispositions testamentaires et les contrats de mariage deviennent peu à peu l’exclusivité des notaires au cours du XVII° siècle.

Un candidat notaire adresse une supplique aux Conseillers et aux Vingt-et-Un qui le renvoient aux préposés généraux de la Chancellerie (Obere Cancelley Herren), chargés de lui faire passer un examen et de le recommander. Après la mort ou la démission d’un notaire, les Conseillers et les Vingt-et-Un ont toute latitude de nommer un nouveau notaire (notaire public, notarius publicus, ou selon la dénomination plus complète notaire public assermenté, notarius publicus juratus) qu’ils choisissent parmi les candidats recommandés. Il est alors habilité à dresser des contrats de mariage, des testaments, des codicilles, des inventaires d’apports et des états de fortune.
Un notaire peut présenter une nouvelle supplique pour obtenir l’agrément de dresser des inventaires après décès (beneficium inventandi) en devenant rédacteur d’inventaires (Inventirschreiber, notaire habilité à dresser des inventaires). Les préposés en chef de la Chancellerie lui font passer un nouvel examen. Quand un poste de rédacteur d’inventaires devient vacant, les Conseillers et les Vingt-et-Un choisissent un remplaçant parmi les notaires déjà en fonction. Le notaire rédacteur d’inventaires est alors habilité à être secrétaire de tribu et à dresser des inventaires après décès. L’inventaire après décès sert notamment à vérifier la base d’imposition ; il est soumis à la chambre de la Taille (Stall) qui procède le cas échéant à un redressement fiscal si le contribuable avait déclaré une fortune moindre que celle constatée lors de l’inventaire.
Les Conseillers et les Vingt-et-Un fixent à 24 le nombre des rédacteurs d’inventaires le 8 juin 1636 et à 30 le nombre de notaires le 14 mai 1718.
A la mort d’un notaire, les ayants droit vendent les actes de son étude à un notaire en fonction à moins que le défunt n’ait légué son étude, disposition que les Conseillers et les Vingt-et-Un doivent ratifier.

Le syndic royal rappelle en 1759 l’origine de ce double examen, aussi évoquée en 1739. La ville libre impériale de Strasbourg avait le droit de nommer ses notaires mais devait accepter les notaires nommés par les comtes palatins. Pour éviter que ces derniers ne dressent des inventaires de succession qui seraient soumis à la chambre de la Taille, la Ville a institué une habilitation à rédiger des inventaires. La distinction entre notaires et rédacteurs d’inventaires subsiste bien que les comtes palatins ne puissent plus procéder à de nouvelles nominations depuis l’édit royal de 1704.

Il résulte de ce qui précède qu’il n’existe pas à Strasbourg sous l’Ancien Régime d’étude au sens où un notaire succède à un autre en lui transmettant sa charge et ses archives, sauf pour les deux notaires royaux établis après la Capitulation.
On citera à titre d’exemple de notaire Adam Claus, d’abord secrétaire garde-bois (Haagschreiber, secrétaire de l’administration municipale du bois) qui est ensuite reçu notaire le 10 décembre 1725. Il devient secrétaire de la tribu des Tonneliers, établit des contrats de mariage, des testaments et des inventaires d’apports. Il dresse aussi des inventaires de succession une fois qu’il a reçu le beneficium inventandi le 5 septembre 1739.

Le notaire dresse les inventaires d’accession à la bourgeoisie (inventarium puncto civiligii) ou états de fortune, généralement intitulés Designatio ou Verzeichnus, puisqu’il fallait disposer d’une fortune minimale pour devenir bourgeois. Il établit des procurations, parfois des baux. Les ventes d’immeubles dans le ban de Strasbourg sont réservées à la Chambre des Contrats mais le notaire est chargé des licitations entre héritiers pour régler les successions ; ces ventes de parts d’immeubles sont de plus en plus souvent transcrites à la Chambre des Contrats dans le dernier quart du XVIII° siècle. Les notaires dressent parfois des ventes provisoires (Interims kauff) dans la deuxième moitié du XVIII° siècle ; elles ne deviennent cependant effectives qu’une fois qu’un autre acte a été passé à la Chambre des Contrats. Le notaire est habilité au XVIII° siècle à passer des baux et des ventes de biens sis hors du ban de la ville mais qui appartiennent à des bourgeois de Strasbourg.
Le notaire de la Ville dresse exclusivement des inventaires après décès de bourgeois ou de manants de Strasbourg. Certains, notamment les pasteurs, peuvent habiter hors de la ville. Les notaires aussi accrédités par le Directoire de la Noblesse immédiate de Basse-Alsace suivent les règles en usage dans cette fonction.

Les préposés généraux de la Chancellerie donnent un état des notaires en 1719. Parmi les vingt-huit en fonction, seize sont à la fois notaire et secrétaire d’une tribu, douze autres ne sont pas secrétaires. Les préposés dressent en 1749 un catalogue des notaires en fonction.

Notaires royaux établis en 1682

Suite à la Capitulation de 1681, le Roi établit à Strasbourg en décembre 1682 deux études de notaires, appelés notaires royaux. Ces notaires sont habilités à instrumenter dans toute la province, donc aussi à Strasbourg. Les nouveaux venus de langue française sont dans les premiers temps leur principale clientèle, notamment celle de Pierre Bidier Dutil. Les actes de vente d’immeubles sis à Strasbourg sont en principe enregistrés à la Chambre des Contrats. Les notaires royaux ne dressent pas d’inventaire de bourgeois, soumis à la vérification du bureau de la Taille.

Notaires royaux nommés par les comtes palatins (jusqu’en 1704)

Comme on l’a vu plus haut, les comtes palatins avaient le droit de nommer des notaires à Strasbourg par délégation de l’empereur. Après la Capitulation de 1681, ils continuent les nominations non plus au nom de l’empereur mais en celui du Roi, voir ci-dessous l’extrait de l’édit du Roi qui supprime les fonctions des comtes palatins. Ces notaires portent comme les précédents le titre de notaires royaux. Sauf s’ils sont investis de nouvelles fonctions, ils n’ont plus le droit d’exercer après l’édit de 1704. Un certain nombre d’entre eux sont accrédités par la Ville et d’autres par le Directoire de la noblesse.

Lesdits deux Comtes Palatins establis à Strasbourg auroient depuis que la dite Ville est soumise à l’Obeissance de sa Majesté continué d’exercer les mesmes droits & pouvoirs avec cette difference neantmoins qu’ils les auroient exercez au nom de Sa Majesté au lieu qu’auparavant ils les exercoient en celuy de l’Empereur. En quoy ils se sont cru suffisamment fondez & authorisez par ladite Capitulation, veu qu’elle ne contient point de derogation particulière à cet egard, de sorte que les Bourgeoiss & Habitans de la dite Ville de Strasbourg ayant esté dans la mesme opinion, il se trouve cinquante cinq legitimations & trente cinq creations de Notaires qui ont esté faites par les dits deux Compes Palatins en la dite Ville de Strasbourg, depuis qu’elle est soumise à l’Obeissance de sa Majesté.
(Arrest qui supprime les Fonctions des Comtes Palatins, concernant le pouvoir de legitimer, 30 mars 1704, exemplaire aux ADBR, cote 32 J 25)

On rendra par convention, dans la mesure du possible, notarius par notaire, scribent ou Schreiber par secrétaire et actuarius par greffier. La distinction entre secrétaire et greffier relève en grande partie d’habitudes. On parle de secrétaire des Treize ou des Quinze, de greffier de la Chambre des Contrats. Zunfftschreiber est le plus souvent rendu par secrétaire de tribu, on rencontre cependant aussi des traductions par greffier.


Inventaires de manants

Au XVIII° siècle, les inventaires de manants relèvent généralement de la compétence du greffier du Petit Sénat qui en délègue la confection aux notaires agréés par la Ville. Quand le greffier du Petit Sénat traite lui-même l’inventaire, le notaire lui fournit un exemplaire où figure déjà son nom et qu’il lui suffit de ratifier. Le règlement de la succession n’est pas du ressort du greffier mais du notaire qui a préparé l’acte.
Un certain nombre d’inventaires de 1738 à 1790 ratifiés par le greffier du Petit Sénat est conservé aux Archives départementales (cotes E 5782 à 5792). Cette collection lacunaire est en partie complétée par un exemplaire des minutes qu’ont conservées certains notaires.

  • Jean André Becker (arch. dép. 6 E 41, 1396) 1775-1789
  • Jean Adam Claus (arch. mun. 7 not 7-8) 1728-1763
  • Jean Raoul Dinckel (arch. dép.), actes non signés ni numérotés classés parmi les inventaires de bourgeois
  • Jean Georges Elles (arch. dép. 6 E 41, 1340-1349, les actes n° 1 à 87 se trouvent aussi dans la collection du greffier) 1755-1772
  • Matthias Koch (arch. dép. 6 E 41, 497, trois inventaires, d’autres sont signalés par le répertoire) 1739-1740
  • Jean Daniel Lang l’aîné (arch. mun. 25 not 122) 1740-1750
  • Jean Frédéric Lichtenberger (arch. mun. 94 Z 15 et 16, inventaires qui figurent au répertoire coté 6 E 41, 225-1) 1736-1754
  • Jean Georges Rœssel (arch. dép. 6 E 41, 920) 1777-1790
  • Jean Daniel Stœber l’aîné (arch. dép. 6 E 41,1222) 1749-1775
  • fonds d’inventaires du greffier Mathieu Béguin (arch. dép. 6 E 41, 1454-1482) 1747-1785

Catalogues de notaires

1722, fonctions de secrétaire
1739, fonctions de secrétaire, fonds détenus
1749, dates de réception
1783, Almanach d’Alsace

Catalogue des notaires en 1722

Etat au 2 décembre 1722 dans le protocole des Conseillers et des Vingt-et-Un (AMS, cote 1 R 205)

Jean Marbach, secrétaire au Miroir
Wolffgang Courtz, secrétaire à la Fleur
François Hess, secrétaire chez les Fribourgeois
Jean Brackenhoffer, secrétaire chez les Drapiers
Jean Martin Brieff, secrétaire à la Lanterne
Jean Régnard Lang, secrétaire à la Mauresse
Christophe Michel Hoffmann, secrétaire à l’Echasse
Abraham Kolb, secrétaire chez les Boulangers
Jean Adam Œsinger, secrétaire chez les Tonneliers
Daniel Rohr, secrétaire chez les Tanneurs
Jean Schweighæusser, secrétaire chez les Gourmets
Jean Lobstein, secrétaire chez les Maréchaux
Jacques Christophe Pantrion, secrétaire chez les Cordonniers
Jean Jacques Œlinger, secrétaire chez les Charpentiers
Philippe Jacques Mader, secrétaire chez les Jardiniers au Faubourg des Charrons
Jean Henri Lang le jeune, secrétaire chez les Jardiniers au Faubourg de Pierre
Jean Pierre Nauendorff, XXI
Jean Breu
Jean Paul Thromer
Jean Adam Brantz
Joseph Gug
Jean Frédéric Léopold Steinmetz
Jean Winther
Jean Thomas Rœmer
Philippe Conrad Rauch
Jean Chrétien Winterlin

Catalogue des notaires en 1749

Catalogue des notaires dressé en 1749 par les préposés généraux de la Chancellerie à la demande des Conseillers et des Vingt-et-Un. La deuxième colonne indique la date à laquelle chacun a été reçu notaire de la Ville, la troisième colonne la date à laquelle il a reçu l’agrément de dresser des inventaires après décès.

Préposés en chef de la Chancellerie (Obere Cancelley Herren, 1739-1748, AMS cote 4 R 35)
(p. 537) Dienstag d. 15. Martÿ 1749. Catalogus Notariorum Argentoratensium, nach maßgab Mghh. Erkandtnuß vom 10. et 15. hujus eingerichtet

Recipirt als notarius als Inventirschreiber
H Christoph Michael Hoffmann, + d 26. Mart. 1746
H Johannes Marbach + d. 11. Jun. 1748 16. Mart. 1716
H Johannes Lobstein 1. Xbr 1714 25. febr. 1715
H Johann Jacob Ölinger 1. Xbr 1714 25. febr. 1715
H Johannes Winther 25. febr. 1715 o
H Johann Daniel Lang 25. febr. 1715 16. Aug. 1717
H Abraham Kolb 28. Mart. 1716 13. Apr. 1720
H Frantz Heß, Cath. Relig. 20. Apr. 1720
H Johannes Brackenhoffer 6. Nov. 1719 28. Sept. 1720
H Philipp Jacob Marbach 2. Xbr. 1722 1. Apr. 1724
H Philipp Rith, Cath. Relig. 2. Xbr. 1722 14. Junÿ 1723
H Joh: Philipp Lichtenberger 2. Xbr. 1722 15. Maÿ 1723
H Joh: Elias Goll 20. 9.br. 1724 16. Julÿ 1729
H Adam Claus, C. R. 10. Xbr. 1725 5. Sept. 1739
H Frantz Heinrich Dautel 17. 9.br. 1727 9. Febr. 1732
H Matthias Koch 14. Jul. 1731 9. Febr. 1732
H Frantz Antoni Rumpler, C. R. 11. 8.br. 1732 5. Sept. 1739
H Joh: Friderich Lichtenberger 11. 8.br. 1732 12. Xbr. 1733
H Johann Rudolph Dinckel 3. Xbr. 1735 23. Mart. 1737
H Joh: Daniel Stöber 15. Xbr. 1736 11. Apr. 1739
H Joh: Niclaus Sommervogel, C. R. 22. febr. 1738 5. sept. 1739
H Johannes Euth 13. Apr. 1739 8. Junÿ 1739
H Joh: Jacob Heß, C. R. 6. febr. 1740 12. Mart. 1740
H Lt. Joh: Daniel Lang 13. Xbr. 1745 21. Mart. 1746
H Frantz Joseph Fernig, C. R. 22. Jan. 1746 21. Mart. 1746
H Joh: Daniel Langheinrich 22. Jan. 1746 21. Mart. 1746

Enquête de 1739

Enquête sur les détenteurs des archives notariales (1739), Préposés en chef de la Chancellerie (Obere Cancelley Herren, 1739-1748, AMS cote 4 R 35). Le protocole des Conseillers et des Vingt-et-Un de 1739 contient la même liste simplifiée.

(f° 18) Montag d. 1.sten Junÿ 1739. die sämbtl. Notarii zeigen an, Was Vor alte Schreibstuben dermahlen unter Ihren handen.
Hierauff Wurde so gleich auch zu befolgung des in der erst publicirten Zweÿdten Verordnung enthaltenen letzten denen sambtl. Notariis auffgetragen, Ihren Anzeig beÿ gegenwärtigem Protocollo zu thun, Was für Schreibstuben sich dermahlen unter Ihren Händen befinden, Welche dann folgender maßen theils münd: theils schrifftl. bericht gegeben, nemblich
H Johann Rudolff Dünckel Inventier und Zunfftschreiber E. E. Zunfft der Encker, Er habe Keine andere schreibstub außer der seinigen.
H Johann Marbach Inventier und Zunfftschreiber E. E. Zunfft Zum Spiegel gabe schrifftl. ad Protocollum, daß er Weÿl. Notar. Eliæ Wincklers Notariat geschäfft unter Handen
H. Johann Niclaus Sommervogel Zunfftschreiber E. E. Zunfft Zur Blum Er habe Keine frembde schreibstub
H Philipp Jacob Marbach Inventier und Zunfftschreiber E. E. Zunfft der Freÿburger declarirte similiter
H Johannes Brackenhoffer Inventier und Zunfftschreiber E. E. Zunfft der tucher gabe schrifftl. ad Protocollum, daß er Weÿl. H. Notar Johann Georg Redtslobs und Andreä Schmidts schreibstuben besitze
H Frantz Anthoni Rumpler Zunfftschreiber E. E. Zunfft Zur Lucern, sagt Er besitze Keine frembde schreibstube.
H Joh: Friederich Liechtenberger Inventier und Zunfftschreiber E. E. Zunfft Zur Mörin gabe schrifftl. ad Protocollum, daß er zwar die meiste Notariat acta Weÿl. H Sebast. Goldtbachs unter handen, dennoch aber auch in Erfahrung gebracht habe, daß H Notar. Johann Lobstein verschiedene Concepten davon besitze.
H Christoph Michael Hoffmann, Inventier und Zunfftschreiber E. E. Zunfft zur Steltz declarirte mündlich daß er Weÿl. Notar. Johann Frieder. Redwitzen Schreibstub unter handen habe
H Abraham Kolb Inventier und Zunfftschreiber E. E. Zunfft der Becker, declarirte schrifftl. daß er
(1) Seines seel. Vatters Weÿl. Not. Joh: Peter Kolben gewes. Inventier und Zunfftschreiber E. E. Zunfft der Freÿburger
(2) Weÿl. H Notar. Johann Ludwig Scheerers gewesenen Inventier und Zunfftschreiber E. E. Zunfft der Becker
(3) Weÿl. H. Not. Christoph Eberhard Bären gewesenen Inventier und Zunfftschreiber E. E. Zunfft der Gartner ane Krautenau
die erstere Schreibstub ererbt, die andere zweÿ aber an sich gekaufft.
H Frantz Heinrich Dautel Inventier und Zunfftschreiber E. E. Zunfft der Kürßner sagte er habe keine schreibstube außer der senigen
H. Adam Clauß Zunfftschreiber E. E. Zunfft der Kieffer declarirte Similiter
H Joh. Philipp Liechtenberger Inventier und Zunfftschreiber E. E. Zunfft der Gerber gab schrifftl. bericht, daß de Weÿl. Notar. H Joh: Jacob Böllers und H. Daniel Rohren Schreibstuben besitze.
H Matthias Koch Inventier und Zunfftschreiber E. E. Zunfft der Weinsticher declarirte schrifftl. daß er zwar Weÿl. Notar. Joh: Martin Brieffen schreibstub auf Ansuchen der Erben zu handen genommen, Wäre aber Willfährig solche aller stund Wieder außzuliefferen
H Lt Joseph Gug, Zunfftschreiber E. E. Zunfft der Schneider absens
H Johannes Lobstein Inventier und Zunfftschrbr. E. E. Zunfft der Schmidt übergab eine schrifftl. Specification derjenigen documenten und Schrifften, Welche er auß Weÿl. Not. H. Sebastian Goldtbachs schreibstub annoch expedirt in handen
H Jacob Christoph Pantrion Inventier und Zunfftschreiber E. E. Zunfft derer Schuhmacher sagt er habe Keine frembde schreibstub unter Handen
H Joh: Elias Goll Inventier und Zunfftschreiber E. E. Zunfft der Fischer declarirte Similiter
H Johann Jacob Oelinger Inventier und Zunfftschreiber E. E. Zunfft der Zimmerleuth berichtete schrifftl. daß er
(1) Weÿl. Not. Joh: Frieder. Ölingersn seines bruders,
(2) Not. Johann David Ößingers und
(3) Joh: Adam Ößingers Junior schreibstuben unter handen habe.
H Philipp Jacob Mader Inventier und Zunfftschreiber E. E. Zunfft der Gartner U. W. declarirt mündlich er habe Keine frembde schreibstub.
H. Andreas Schmidt Inventier und Zunfftschreiber E. E. Zunfft der Gartner ane Steinstraß und Krautenau, Similiter
H Johann Daniel Lang, Inventier und Zunfftschreiber E. E. Zunfft der Maurer gabe schrifftl. bericht, daß er Weÿl. seines Vatters Notar Joh: Reinhardt Langen Notariat Acte durch eine Erbs Cession an sich gebracht.
H Johann Daniel Stöber, Inventier schreiber declarirte, er habe Keine frembde schreibstub unter handen
H Johann Daniel Papelier, Inventier schreiber, Similiter
H Joseph Reuoire Notarius absens
H Johannes Eudt Notarius sagt er habe Weÿl. Not. Wolffgang Courtzen hinterlaßene schreibstub an sich gekaufft
H. Breu Senior Notar,
H. Winter Notar, +
H. Rith Notar
H. Joh: Thomas Römer Notar, absentes
+ hat es post schrifftl. declarirt daß er Weÿl. H. Steph. Cornelii Saltzmanns hinterlaßene schreibstub besitze.
Nach dießen ad Protocollum veschehenen Anzeigen, Würde die sämbtli. gegenwärtige Notarii ferners befragt, ob sie Keine Wißenschafft hätten, Welche schreibstuben derer Notariorum dermahlen annoch vacirend wären, worauff dieselbige folgenden bericht erstattet
Weÿl. H Not. Joh: Frieder. Marbachs schreibstub in N. Marbachs eines Sohns des Scribenten händen.
Weÿl. H Johann Heinrich Langen Senior et Junior in der Erben handen
Weÿl. H Joh: Friderich Schatzen in der wittib Verwahrung.
Weÿl. Not. Johann Kitschen, in der Spithal schaffeneÿ
Weÿl. Not. Johann Philipp Schüblers schreibstub besaße die Brieffische töchter in dem Schulschaffeneÿ Hauß in der Schlauchgaß
Weÿl. Not. Joh: Peter Reeb, N. Laut der Weißbeck
Pro Nota
In fernerer Conformitæt obbemeldten articuli ult. der erst publicirten Verordnung die Zunfft und Inventier schreiber Wie auch derer Notarior. vacirende schreibstube, betreffd. sind die Von denen Hh. Notariis Vorstehender maßen ad Protocollum gegebene Anzeigen in ein absonderes hierzu Verfertigtes Register beÿ denen Actis dieses Protocolli befindlich, eingetragen Worden, deßen continuation Künfftighin Gnhh. Räth und XXI. Intention gemäß darauß zu ersehen Wird.

Informations ci-dessus sous forme de tableau

Notaire Secrétaire à la Fonds détenus
Jean Brackenhoffer tribu des Drapiers Jean Georges Redslob
André Schmidt
Jean Sigefroi Breu non communiqué
Adam Claus tribu des Tonneliers aucun
François Henri Dautel tribu des Pelletiers aucun
Jean Raoul Dinckel tribu de l’Ancre aucun
Jean Euth Wolffgang Courtz
Jean Elie Goll tribu des Pêcheurs aucun
Joseph Gug tribu des Tailleurs non communiqué
Christophe Michel Hoffmann tribu de l’Echasse Jean Frédéric Redwitz
Matthias Koch tribu des Gourmets Jean Martin Brieff
Abraham Kolb tribu des Boulangers Jean Pierre Kolb
Jean Louis Scherer
Christophe Evrard Bæhr
Jean Daniel Lang tribu des Maçons Jean Régnard Lang
Jean Frédéric Liechtenberger tribu de la Mauresse Sébastien Goldbach (en partie)
Jean Philippe Liechtenberger tribu des Tanneurs Jean Jacques Bœller
Daniel Rohr
Jean Lobstein tribu des Maréchaux Sébastien Goldbach (en partie)
Philippe Jacques Mader tribu des Jardiniers
au faubourg des Charrons
aucun
Jean Marbach tribu du Miroir Elie Winckler
Philippe Jacques Marbach tribu des Fribourgeois aucun
Jean Jacques Œlinger tribu des Charpentiers Jean Frédéric Œlinger
Jean David Œsinger
Jean Adam Œsinger
Jacques Christophe Pantrion tribu des Cordonniers aucun
Jean Daniel Papelier aucun
Jean Revoire non communiqué
Georges Philippe Rith non communiqué
Jean Thomas Rœmer non communiqué
François Antoine Rumpler tribu de la Lanterne aucun
André Schmidt tribu des Jardiniers aux
faubourgs de Pierre et de la Krutenau
aucun
Jean Nicolas Sommervogel tribu de la Fleur aucun
Jean Daniel Stœber aucun
Jean Winter Etienne Corneille Saltzmann

Compléments
Actes de Jean Frédéric Marbach, détenus par son fils secrétaire
Actes de Jean Henri Lang l’aîné et Jean Henri Lang le jeune, détenus par les héritiers
Actes de Jean Frédéric Schatz, détenus par la veuve
Actes de Jean Kitsch, détenus par la recette de l’hôpital
Actes de Jean Philippe Schübler, détenus par les filles Brieff
Actes de Jean Pierre Reeb, détenus par le boulanger Lauth

1783, Almanach d’Alsace

Almanach d’Alsace pour l’année 1783

A Strasbourg chez Lorenz & Schouler, imprimeurs du Directoire de la Noblesse, sous les petites arcades [pp. 218-219]

Notaires établis par le Magistrat
Me Lichtenberger, doyen, vis à vis la monnoye
Me Euth, grand rue
Me Nenter, près des moulins
Me Lobstein, rue S. Barbe
Me Schweighæuser, rue de l’épine
Me Greiss, l’ainé, grand rue
Me Schuhmacher, près S. Nicolas
Me Albert, grand’rue
Me Saltzmann, rue de la lie
Me Heus, quai des tanneurs
Me Grauel, place S Thomas
Me Anrich, rue S. Magdelaine
Me Zimmer, rue dite Salzmannsgasse
Me Hüttel, fossé des tanneurs
Me Schæff, rue dite Fladergasse
Me Ensfelder, rue de l’ail
Me Fettich, près l’hôpital bourgeois
Me Lauth, rue de l’ail
Me Greiss, le cadet, rue des cordonniers
Me Rœssel, rue des sept hommes
Me Becker, grand’rue
Me Stœber, vieux marché aux vins
Me Lung, quai S. Nicolas
Me Lederlin, rue du chaudron
Me Ubersaal, rue S. Helene
Me Kiechel, quartier Finckweiller
Me Rœderer, vieux marché aux vins
Me Bateincourt
Me Zæpffel, vieux marché aux vins
Me Dautel, grand’rue
Me Carlier

Notaires royaux
Immatriculés au Conseil Souv. d’Alsace
Me Laquiante, rue des échasses
Me Lacombe, rue des freres

Huissiers royaux
Immatriculés au Conseil Souv. d’Alsace à la résidence de Strasbourg
Me Humbourg, rue des juifs
Me Bootz, grand’rue
Me Stierling, grand’rue
Me Toussaint, grand’rue
Me Poirot, place de victoire
Me Léger, vieux marché aux vins
Me Tisserant, place d’armes

Chambre des Contrats (p. 213)
Greffiers
M. Hammerer, rue dite Fladergasse
M. Dinckel, Adj. rue des serruriers


Les Maisons de Strasbourg sont présentées à l’aide de Word Press. Elles sont hébergées par Free-H.