1, rue du Poumon


Rue du Poumon n° 1 – VII 375 (Blondel), O 89 puis section 19 parcelle 173 (cadastre)

Rez-de-chaussée (portail et fenêtres à crossettes), vers 1716, maître d’ouvrage Jean Hervé (voir notice)


Façade du 1, rue du Poumon suivie de la façade latérale du 27, rue du Vieux-Marché-aux-Poissons
Portail – Fenêtres à crossettes (mars 2018)

La maison abrite l’auberge Zur Lungen (au Poumon) qui a donné son nom à la rue. Elle est exploitée par divers aubergistes jusqu’à ce que le marchand épicier Denis Schœpff déjà propriétaire de la maison voisine à l’angle du Vieux-Marché-aux-Poissons l’achète en 1670. Les deux propriétés restent indépendantes mais l’acquéreur annexe l’ancienne salle d’auberge à sa maison en la transformant en boutique pour son commerce. La maison partage la destinée de sa voisine de 1670 à 1796, date d’un partage entre héritiers.
Le marchand confiseur Jean Hervé transforme les soupiraux de sa maison rue du Poumon en 1716, il est ensuite dispensé de régler le loyer du pour les anciens qui débordaient sur le communal. Il est probable qu’il ait fait faire en même temps la porte cochère et les fenêtres à crossettes du rez-de-chaussée qu’on peut voir actuellement. Le plan-relief de 1727 montre que la maison et sa voisine ont les mêmes volumes qu’actuellement. Les différents baux de la maison à l’angle du Vieux-Marché-aux-Poissons montent que Gaspard Hervé louait régulièrement la maison au Vieux-Marché-aux-Poissons et habitait rue du Poumon.



Plan-relief de 1725, la rue du Poumon à gauche (© Musée historique, cliché Thierry Hatt)
Elévations préparatoires au plan-relief de 1830, îlot 164 (© Musée des Plans-relief)

L’Atlas des alignements (années 1820) signale un rez-de-chaussée en maçonnerie et deux étages en bois. Sur les élévations préparatoires au plan-relief de 1830 (1), la façade est celle à gauche du repère (b). Les ouvertures se distribuent comme aujourd’hui, la porte cochère est à gauche du rez-de-chaussée, suivie de trois fenêtres, chacun des deux étages a quatre fenêtres. Le cordon qui sépare le rez-de-chaussée du premier étage et le bandeau le premier et le deuxième étage courent non seulement sur la façade de la maison mais aussi sur la voisine vers le Vieux-Marché-aux-Poissons dont les étages sont neufs en 1829. Il faut donc supposer que le propriétaire de la maison rue du Poumon a transformé ses étages en bois à la même époque.
La maison porte le n° 1, aussi bien selon l’ancienne (1784-1857) que la nouvelle numérotation.


Cour A
Cabinet d’aisance à l’angle sud-est de la cour occidentale (dossier de la Police du Bâtiment)

Le locataire principal fait construire un bâtiment léger en 1967. Le propriétaire fait convertir des bureaux en logements et réhabiliter toute la maison en 2010. La construction couverte en tôle ondulée dans la cour est démontée, un cabinet d’aisance rapporté sur le mur de la cour est supprimé.


Elévations de la façade, de la cour ouest (correspond à la cour A), de la cour est
(dessins de l’atelier d’architecture Natura Concept, dossier de la Police du Bâtiment)

mars 2018

Sommaire
Cadastre – Police du Bâtiment, dossier I, dossier IIRelevé d’actes

Récapitulatif des propriétaires

La liste ci-dessous donne tous les propriétaires de 1619 à 1952. La propriété change par vente (v), par héritage ou cession de parts (h) ou encore par adjudication (adj). L’étoile (*) signale une date donnée par les registres du cadastre.

Charles Spielmann, consul, remarié (1621) avec Anne Scheid
1623 v Martin Preusselé, batelier (propriétaire, et son fils)
Martin Preusselé, aubergiste, et (1623) Marie Knoderer puis (1646) Sara Eckel – luthériens
1629 v Michel Thebes, aubergiste, et (1626) Salomé Kayser – luthériens
1633 v Damien Jung, aubergiste, et (1610) Odile Hermann puis (1627) Marie Stich – luthériens
v. 1650 (adj) Jacques Spielmann, marchand, et (1624) Barbe Meyer puis (1627) Salomé Ringler – luthériens
1653 v Philippe Kœrner, aubergiste et (1653) Ursule Lœffler, (1660) Anne Lentz, puis (1669) Susanne Geidel veuve du boulanger Jean Oberlé – luthériens
1670 v Denis Schœpff, voisin
(voir la maison au Vieux-Marché-aux-Poissons de 1670 à 1796)
1796 h Charles Frédéric Gaspard Hervé, procureur du Roi à la Maréchaussée d’Alsace, et (1784) Françoise Louise Nithard – catholiques
1807 v Abraham Picard, négociant, et (1797) Judith Boumsell divorcée (1795) de Jacques Levy
1841 h Léon Picard, négociant, et (1834) Ernestine Simon puis (v. 1836) Charlotte Ruff
1910* v Georges Henri Meyer, marchand de papiers peints, et sa femme née Nickles

Valeur de la maison selon les billets d’estimation : 750 livres en 1702, 1 250 livres en 1788

(1765, Liste Blondel) VII 375, au Sr Hervé
(Etat du développement des façades des maisons, AMS cote V 61) (Etat du développement des façades des maisons, AMS cote V 61), toises, pieds et pouces, 17 toises, 0 pied et 6 pouces
(1843, Tableau indicatif du cadastre) O 89, Piccard, Abraham – maison, sol – 1,6 are / puis Piccard Léonard

Locations

1625, Thiébaut Moll, domestique, fils de feu Oswald Moll
1636, Michel Theurer, aubergiste à l’Homme gris
1637, Jacques Kauffmann, aubergiste, et Marie Schmitz
1784, Jean Marie Buchetti puis les frères Bastard, marchands
1837, Lazare Wertheim, commis négociant

Livres des communaux

L’auberge au Poumon qui appartient à Charles Spielmann a un encorbellement de 39 pieds 3 pouces de long en saillie de 3 pieds, plus haut une avance de 24 pieds de long en saillie de 1 pied, trois marches en pierres de 7 pieds de large en saillie de 4 pieds, deux portes de cave inclinées contiguës de 17 pieds de large en saille de ½ pied, un petit banc en pierre de 3 pieds de long, une marche en pierre de 6 pieds de long en saillie de 7 pouces, un chenal en bois. Le propriétaire règle pour cette jouissance 2 livres 8 deniers

1587, Livre des loyers communaux, cote VII 1450 f° 235

Anderseits Lungengaß
Ermelter Carle Spielmann hatt an seinem hauß so das Würtz hauß Zur Lungen genandt würdt ein Vsstoß xxxix schu iij zoll lang, iij schu herauß, oben daran ein Staucher xxiiij schu lang j schu herauß, dreÿ steinerin Tritt vij schu lang iiij schu herauß, Mehr zwo lehenende Kellerthüeren an einand. xvij schu breÿt + schu herauß, Darneben ein steines Benckhlin iij schu lang, xxj Zoll breÿt, Ein steinerin Tritt vj schu lang, vij Zoll herauß, Ein hülzenen Naach, Bessert für die Nüessung, ij lb. viij d

Préposés aux affaires foncières (Bauherren)

1716, Préposés aux affaires foncières (VII 1387)
Le confiseur Jean Hervé déclare qu’il a deux soupiraux devant sa maison sur le communal, qu’il a l’intention de murer l’un d’eux et d’intégrer l’autre verticalement dans son mur. Comme il doit 1 denier de rente foncière d’après le folio 406 du livre des communaux, il demande humblement d’en être exempté. Décision, l’accord est donné selon la demande.

(f° 27) Dienstags den 7. Aprilis 1716. – Herr Johann Hervé pt° Kellerfenster
Herr Johann Hervé der Confisseur, berichtet Mghh. daß Er Zweÿ Kellerfenster Vor seiner behausung in der Lungengaßen auff dem Allmendt habe und gesinnet seÿe das eine gantz zumauren Zu laßen, das andere aber Vom allmend hinweg auffrecht in seine maur transferiren Zu lassen, weilen Er aber vermög Statt Zinnßbuch fol. 406. Jährlichen 1 ß d allmend Zinß bezahlen müß, alß bitt underthänig Ihme deßen Zu befreÿen. Erk. Gebettenermaßen willfahrt.

Description de la maison

  • 1702 (billet d’estimation traduit) la maison qui comprend un bâtiment latéral est estimée avec ses appartenances et dépendances à la somme de 5 000 florins

Atlas des alignements (cote 1197 W 37)

3° arrondissement ou Canton Sud – Rue des Poumons

nouveau N° / ancien N° : 2 / 1
Picard
Rez de chaussée en maçonnerie et 2 étages en bois bon état
(Légende)

Cadastre

Cadastre napoléonien, registre 25 f° 25 case 1

Picard, Léon, rue des poumons N° 1

O 89, maison, sol, R. des poumons 1
Contenance : 1,60
Revenu total : 189,83 (189 et 0,83)
Folio de provenance : (25)
Folio de destination : Gb
Ouvertures, portes cochères, charretières :
portes et fenêtres ordinaires : 24 / 19
fenêtres du 3° et au-dessus :

Cadastre napoléonien, registre 26 f° 325 case 1

Picard, Léon

O 89, maison, sol, Rue de poumons 1
Contenance : 1,60
Revenu total : 189,83 (189 et 0,83)
Folio de provenance : (25)
Folio de destination : Gb
Ouvertures, portes cochères, charretières :
portes et fenêtres ordinaires : 24
fenêtres du 3° et au-dessus :

Cadastre allemand, registre 30 p. 237 case 4

Parcelle, section 19, n° 173 – autrefois O 89
Canton : Lungengasse Hs. Nr 1 – Rue du Poumon
Désignation : Hf, Whs
Contenance : 1,53
Revenu : 1500 – 1900
Remarques :

(Propriétaire), compte 941
Picard Leo Wwe
1910 Meyer Georg Heinrich Tapetenhändler u. Ehefr. geb. Nickles
1932 Meyer Georges Henri négociant et son épouse
1952 Meyer Georges Henri sa veuve née Nicklès à la Robertsau
(2934)

1789, Etat des habitants (cote 5 R 26)

Canton VII, Rue 254 Rue des Poumons

loc. Bastard, Jean Baptiste, Négt. – Miroir

Annuaire de 1905

Verzeichnis sämtlicher Häuser von Strassburg und ihrer Bewohner, in alphabetischer Reihenfolge der Strassennamen (Répertoire de toutes les maisons de Strasbourg et de leurs habitants, par ordre alphabétique des rues)
Abréviations : 0, 1,2, etc. : rez de chaussée, 1, 2° étage – E, Eigentümer (propriétaire) – H. Hinterhaus (bâtiment arrière)

Lungengasse (Seite 104)

(Haus Nr.) 1
Picard, Rentnerin. E 1
Bloch, Rentnerin. 2

Dossier de la Police du Bâtiment (cote 865 W 183)

Rue des Poumons n° 1, Lungengasse 1

Le marchand d’œufs Adlersberg qui a l’intention d’acheter la maison demande en 1909 s’il pourra conserver l’écurie qui n’a plus servi depuis une trentaine d’années. Comme le locataire principal a fait construire sans autorisation un bâtiment léger dans la cour en obstruant en partie une fenêtre arrière de la maison sise rue des Tonneliers, il en résulte en 1967 un différend entre les deux propriétaires qui se termine en 1968 par un accord de servitudes réciproques. Le bâtiment léger fait l’objet d’un permis de régularisation.

Sommaire
  • 1900 – Le maire demande au propriétaire Picard de se conformer au nouveau règlement d’après lequel les ouvertures à moins de 2,20 mètres du sol ne doivent pas avoir de volets qui s’ouvrent vers la voie publique. Le maire rappelle que malgré ses injonctions les volets non réglementaires sont toujours en place – Travaux terminés, septembre 1900.
  • 1903 – Le maire notifie la veuve Picard née Ruff de faire ravaler la façade. Elle demande et obtient un délai en arguant qu’elle va transformer la maison l’année suivante. – Travaux terminés, juin 1904.
  • 1909 – Le marchand d’œufs en gros A. Adlersberg qui a l’intention d’acheter la maison demande s’il pourra conserver l’écurie. La Police du Bâtiment n’y voit pas d’inconvénients à condition de prendre des mesures adaptées, en évitant notamment que le fumier n’incommode les habitants du bâtiment avant.
    1909 – L’agent d’affaire Henri Weil (sur papier à lettres en français et en allemand) chargé des pourparlers souligne que l’écurie qui a servi une trentaine d’années auparavant n’a jamais donné lieu à plaintes, que ce soit de la part de voisins ou de locataires.
  • Commission contre les logements insalubres, 1906. Propriétaire, veuve Picard, les logements sont bien tenus, les cabinets d’aisance raccordés aux canalisations
    Commission des logements militaires, 1916. Propriétaire, Meyer, demeurant sur place. Rien à signaler
  • 1930 – La Police du Bâtiment constate que le licencié en droit I. Hirtz, demeurant 1, rue du Poumon, a posé sans autorisation une enseigne au 27, rue du Vieux-Marché-aux-Poissons. L’ancien magistrat Hirtz demande l’autorisation de poser l’enseigne (I. Hirtz, contentieux, 75 sur 50 centimètres) – Autorisation
  • 1934 – Mario Gaston François (autrefois Agence Mario) informe la Police du Bâtiment qu’il a posé deux enseignes à son nouveau domicile 27. Vieux-Marché-aux-Poissons et 1, rue du Poumon
  • 1967 – La Police du Bâtiment fait remarquer qu’il faudra prendre en compte que la cour arrière est couverte avant de délivrer le permis de construire à H. H. Meyer du fait qu’une fenêtre du voisin y donne.
    Le boulanger Oswald (32, rue des Tonneliers) est en litige avec son voisin, la maison de papiers peints Meyer (successeur de Blum) rue du Vieux-Marché-aux-Poissons. Bien que la Police du Bâtiment ne puisse pas intervenir en matière de servitude, elle note qu’elle n’a pas autorisé M. Blum à poser le toit. La Police du Bâtiment demande à G. H. Meyer (société anonyme, linos, tapis, papiers-peints, tissus d’ameublement) de régulariser la situation
    Le boulanger Oswald a fait constater que les locataires de son voisin ont fait construire un mur à quelques centimètres d’une fenêtre grillagée qui existe depuis des temps immémoriaux. L’huissier de justice Oscar Muller établit le constat accompagné de photographies
    1968 (février) – Comme G. H. Meyer n’a pas fait régulariser les travaux, le maire le met en demeure d’enlever la couverture non autorisée. Le député Ernest Richert intercède en faveur du contrevenant auprès de l’adjoint Christian de Rendinger
    1968 (février) – L’adjoint Pfirsch signale que les parties sont en pourparlers et que M. Meyer a pris contact avec le propriétaire de la maison
    1968 (juillet) – G. H. Meyer demande l’autorisation de recouvrir la cour d’une toiture pour agrandir une remise – Demande de permis de construire (parcelle 132 de la section 19, propriétaire E. Weber). Plan cadastral de situation
    L’architecte Ernest Grunler décrit les travaux. La construction en matériau léger comprend un mur porteur en briques de 12 centimètres qui soutient une charpente métallique
    Acte portant restriction de servitude, passé le 16 juillet 1968 par devant le notaire Pierre Urscheller, substituant Henri Haumesser, entre le maître coiffeur Eugène Weber et son épouse Marguerite Rinn, demeurant 25, rue des Grandes Arcades d’une part, propriétaires des immeubles sis 27, rue du Vieux-Marché-aux-Poissons et 1, rue du Poumon, la société G. H. Meyer, succ. dont le siège est au 24, rue du Vieux-Marché-aux-Poissons à Strasbourg d’autre part, locataire des susdits immeubles, et le maître boulanger Aloïse Oswald et son épouse Marie Thérèse Scheh demeurant 32, rue des Tonneliers de troisième part. Les époux Oswald consentent au profit de leur voisin au droit de maintenir la nouvelle construction et à la charge du même voisin à interdire toute nouvelle servitude.
    1968 (octobre) – Le maire transmet avec avis favorable la demande de construire un appentis. Le maire délivre le permis de construire le 21 novembre 1968 sur un terrain sis 27, rue du Vieux-Marché-aux-Poissons – Le dossier est classé, novembre 1968
    Le ministère de l’équipement et du logement délivre le certificat de conformité en mai 1969
  • 1969 (‘juin) – Les établissements G. H. Meyer sont autorisés à poser un échafaudage sur la voie publique devant le 1, rue du Poumon
  • 1977 – La veuve Marguerite Weber (demeurant à Wolfisheim) demande l’autorisation de refaire la toiture des bâtiments sis 1,rue du Poumon et 27, rue du Vieux-Marché-aux-Poissons – L’architecte des Bâtiments de France émet un avis favorable

Dossier de la Police du Bâtiment (cote 1688 W 789)

Rue du Poumon n° 1 (2010-2011)

Le propriétaire fait convertir des bureaux en logements et réhabiliter toute la maison en 2010. La construction couverte en tôle ondulée dans la cour est démontée, un cabinet d’aisance rapporté sur le mur de la cour est supprimé.

Sommaire
  • 2010 – Hervé Weber demande l’autorisation de modifier les façades sur les deux cours, de poser une fenêtre dans la toiture et de refaire la couverture
    Le projet consiste à convertir des bureaux en logements et à réhabiliter les autres logements. L’ascenseur desservant les bureaux sera supprimé et les anciens escaliers en bois seront remplacés par de nouveaux. La construction dans la cour, couverte en tôle ondulée, sera supprimée ainsi que les cabinets d’aisance en bois rapportés sur la façade de la cour occidentale
    Jeu de dessins par l’atelier d’architecture Natura Concept (à Trænheim) : plan de masse, plan et coupe, élévations, plan des différents niveaux, toiture (ancien et nouvel état)
    2011 (mai) – L’architecte des Bâtiments de France émet un avis favorable, assorti de conditions
    2011 (juin) – Le maire accorde le permis de construire et de démolir
    Le propriétaire verse une taxe compensatoire au lieu de réaliser deux places de stationnement

Relevé d’actes

Charles Spielmann vend en son nom et en celui de sa sœur Marie Spielmann femme Henri Kæmmerling de Franckenthal l’auberge au Poumon au batelier Martin Preusselé l’aîné

1623 (xvij. Februarÿ), Chambre des Contrats, vol. 449 f° 168-v
(Inchoat. in Prot. fol. 148.) Erschienen der Fürsichtig vnd weÿß herr Carle Spielmann xiij für sich selbst vnd Inn nammen seiner schwester Mariæ Spielmännin hn Heinrich Kämmerleins von Franckenthal haußfr. für welche ermelter herr Carle cauiren vnd gutt sein will (verkaufft)
Martin Breußele dem eltern schiffmann burger Zu Straßburg
die herrberg Zur Lung. mit vordern vnd hindern hauß hoffstett vnd höfflin, Auch Allen Ihren geb. geleg. In d. St. St. Inn d. Lung. gaß beÿ dem fischmarck einseit Clauß Keÿser Küffer, And.seit Philippß Jacob Khÿdell hind. vff heüßer dem Werck vnßer Fr. Münster gehörig stoßend, dauon gnd. iiij gl gnd Ablß. mit j. C. gl. Werung vff Johannis Baptæ Elisabeth Römerin Heinrich Dÿchmans selig witwen Sunst ledig vnd eÿg. Vnd Alles & Also & Vnd Ist disser Khauff vber obgehörtte beschwd. so der Kheüfer vff sich nimpt Zugang. vndt besch. für vnd vmb iij C xx lb
(vide cessionem in Registrand 1637. fol. 652. et 701. et in Regist 1638. fol. 635 & in Regist 1645. den 2. Januarÿ)
[in margine :] Erschienen d. Ehrenvest fürsichtig vnd wolweß herr Carol Spielman Alt Ameister an i. So dann Michel Debs als ietziger Inhaber diser herberg am 2. theil (…) Geschehen den 16. Decembris Anno 1629.

Le consul Charles Spielmann se remarie en 1621 avec Claire Anne Scheid, veuve de Martin Trausch
Mariage, Saint-Nicolas (luth. f° 124-v, n° 6) 1621. den 26. Februarÿ sind ehelich eingesegnet worden Herr Carolus Spielmann, des beständigen Regiments der Herren Fünff Zehen alhier Assessor Vnd Beÿsitzer vnd fraw Clara Anna Scheidin weiland herrn Marttin Drauschen geweßenen burgers seliger alhie nachgelaßenee widtwe (i 135)

Charles Spielmann le jeune fait baptiser ses enfants à partir de 1588 à Saint-Nicolas. Le pasteur ne mentionne pas les prénom et nom de la mère
Baptême, Saint-Nicolas (luth. f° 176-v, n° 64) 1588. d° [den 27. octob] Carolus, Caroli Spilman deß Jüngern Sohn, der j. Pfetter (…), i 194
Baptême, Saint-Nicolas (luth. f° 192-v, n° 8) 1590. den 14. Jan. ist getaufft word. Werner Carolus Spilmanns deß Jüngern Sohn, der j. Pfetter (…), i 210
Baptême, Saint-Nicolas (luth. f° 205-v, n° 12) 1591. den 22 Febr. ist getaufft worden Carolus, Caroli Spilmans deß Jüngern Sohn, der j. Pfetter (…), i 224
Baptême, Saint-Nicolas (luth. f° 219, n° 33) 1592. [den 23 Aprilis] ist getaufft worden Johannes, Caroli Spilmans deß Jüngern Sohn, der j. Pfetter (…), i 239
Baptême, Saint-Nicolas (luth. f° 243, n° 76) 1593. [den 14 Octobris] ist getaufft worden Samuel, Caroli Spilmans deß Jüng. Sohn, der j. Pfetter (…), i 263
Baptême, Saint-Nicolas (luth. f° 243, n° 76) 1594
Baptême, Saint-Nicolas (luth. f° 14, n° 15) 1596. den 24 Februarÿ ist getaufft worden Jacob, Carle Spilmans deß Jüngern Sohn, vnd seind die Pfetter (…), i 19

Fils du batelier Martin Preusselé, le valet Martin Preusselé épouse en 1623 Marie Knoderer, fille de boucher
Mariage, cathédrale (luth. p. 145)
1623. Dominica Invocavit, 2. Martÿ. Martin Breüssele der Haußknecht, Martin Breüssele deß schifmans sohn, Vndt J. Maria Jacob Knoderer des metzigers n. eheliche Tochter. eingesegnet den 10. Marÿ auf den montag (i 77)
Proclamation, Saint-Nicolas (luth. f° 133) 1623. Dom. 40° I. Vice. Martin Bresele d. Haußknecht, Martin Bresele deß schiffmanns alhie ehelicher Sohn, Vndt Jungfr. Maria Jacob Knoderer deß Metzigers hinderlaßene eheliche Tochter. Mont. post reminisc. Kirchgang Im Münster (i 145)

Martin Preusselé le jeune loue l’auberge au Poumon pendant quatre ans au domestique Thiébaut Moll fils de feu Oswald Moll

1625 (ut spâ. [24. Augusti]), Chambre des Contrats, vol. 455 f° 345
(Inchoat. in Prot. fol. 295) Erschienen Diebold Moll der haußknecht, weÿland Oßwaldt Möllen Sohn, mit beÿstand h. hannß Hammerer seines vogts
hatt in gegensein Martin Breusell Jetzig. Zeit gasthalters Zur Lung. bekhand,
daß er Ime Von Jetzgemeltem Breüsell Vier Jahrlang nach einander. volgend, so vff Michaelis Jetzo Khunfftig Angeh. sollen vnd nit für baß die herrberg Zur lung. Alhie Inn d. St. St. beÿ dem fischmarckt geleg. entlehnt vnd bestand. hette, für vnd vmb ein Järl. Zinß Nemmlich Lxxb lb., darann vnd vff solche vier Jahr Albereit j C lb d anticipirt vnd vorgeb. dergestalt, daß er der entlehner hiefürther All Jahr vff Sant Michells tag mehr nicht Als L. lb sein der verlÿhers Vattern Martin Breüsell dem alten Zuentricht. schuldig sein solle

Ancien aubergiste au Poumon, Martin Preusselé et sa femme Marie Knoderer font dresser l’inventaire de leurs biens grevés d’un fort passif dans une maison rue des Charpentiers

1626 (27. Martÿ), Not. Oesinger (David, 37 Not 2) n° 6
Inventarium und Beschreibung Aller vndt Jeder Haab vnd Nahrung, So Martin Preißeln burgern Und geweßenen wirth Zur lungen alhie Vnnd Mariæ Knodererin seiner haußfrawen zuständig, welches Alles auff begehren Herrn Pauli Wegraffs Notarÿ, alß geordnet und geschworenen Curatoris Jetz gedachter Mariæ Knodererin, weilen derselben haußwürth Zimlich schuldenlast kommen vnd gerhaten, dahero Er d. Vogt Zu erhalttung Ihres Zugebrachten gehörigen Gutts dießen Inventarium Auffzurichten verursacht worden – auff Montag den 27. Martÿ A° 1626.

Inn Einer Behaußung In der Statt Straßburg Alhie In Zimmerleüth gaßen, einseith neben hanß weber dem Schneider, anderseit neben Georg delern dem Jüngern, webern gelegen, so Jetzmahlen herren hanß dieterich Ettling dem Lauttenisten Zugehörig ist alß volgt befunden worden
Vff d. ohn j. obersten büenen, In der Cammer A, In der Cammer B, Vor der Cammer B, In der Stuben, In d. Kuch, In dem haußöhrn

Le batelier Martin Preusselé vend l’auberge à Michel Thebes qui se charge des capitaux encore dus à l’ancien consul Charles Spielmann

1629 (10. 9.bris), Chambre des Contrats, vol. 465 f° 696
(Protocollat. fol. 93) Erschienen Martin Preüsele d. Schiffmann
hatt in gegensein Michel Thebsen auch burgers alhie bekannt (verkaufft)
die Herberg Zur Lungen mit deren behausung. hoffstat vnd allen andern & alhie in d. St. St. neben Niclauß Keÿser dem Käuffer & neben hanß Ludwig Waltzen hind vff Jacob Schäffer den Scheidenmacher, stoßend gelegen, welche noch v.hafftet vmb 950. lb. H Carol Spielman Alt Ammeister so vff erfordern erlegt wd. müß. So gehen Jährlich vff Mariæ V.künd. 4. fl. St. w. gelts der Samblung Zum Offenburg alhie in hauptg. mit 100. fl. St. w. abzulösen, sonst eÿgen, Vnd ist diser Kauff vber die beschwerd., so d. Käuffer vff sich genommen, par 590. lb
dabeÿ auch dem Käuffer angezeigt, d. herr Ammeister Spiehlman vff dieser herberg ein Vorkauffs recht, wie beÿ hilario Meÿgern dem Not° de, 17. feb. 1623. fol. 169. zu sehen habe
(vide cessionem in Regist. 1632. fol. 256.)

Originaire de Quantzenheim, Michel Thebes devient bourgeois en 1623 en s’inscrivant à la tribu des Gourmets
1623, 3° Livre de bourgeoisie (4 R 105) p. 819
Michael Thebes von quatzenheim erkaufft d. Burg. recht mit Beÿstandt Peter Kriners deß weinstichers p 20. goldtguld. Vnd Will Zu den weinstich. Zünfftig sein. Actum den 20 Julÿ 1623

Aubergiste au poêle des maçons, Michel Thebes épouse en 1626 Salomé Kayser
Mariage, cathédrale (luth. p. 218) 1626. Dominica 12. Trin: 27. Aug. Michel Thebes der würth auf der maurer stub und J. Salomé Niclas Keyser des Küffers tochter, eingesegnet zinstag 5. 7.bris (i 114)

Devenu quartier-maître dans le régiment de Herff, Michel Thebs cède l’auberge à Damien Jung contre une maison au Marché aux herbes

1633 (14. Junÿ), Chambre des Contrats, vol. 471 f° 282-v
Erschienen Herr Michel Thebß burger Zu Str. anietzo Regiments quart meister vnderm obristen Herffen An eim,
So dann Damian Jung, Auch burger alhie, Am andern theil, Zeigten an, daß sie sich mit einander einmüetig eines tausches Verglichen
Erstlichen hat er H Thebß ihme damian Jungen eigenthümlichen Cedirt, vertauscht und eingeraumbt die Herberg Zur Lungen, mit Allen andern ihren gebäwen, gelegen Alhie in der Lungen gaßen, einseit neben clauß Keÿser deß Küeffers see: witib und erben anderseit neben hanß Ludwig Baltz dem handelßmann hinden vff ein behausung so dem werck vnser frawen Münster zustendig, vnd An ietzo H hanß Jacob Meÿer der handelsmann be(sitz) hat, stoßendt, welche herberg noch verhafftet ist vmb 1900 fl. weÿ: H Carol Spilmanns Alten ammeisters see. Erben, daran vff weÿhenachten Anno 1635. 200. fl. nachgehends alle Jar 200 fl. Zuerlegen (…) Item vmb 100. gld. St. w. d. Samblung Zum offenburg alhie Jarß vf Johannis Bptstæ mit 4 ß w. Zuuerzinßen, Item vmb 200. fl a 15. bz Veltin Jäg. dem Schiffmann so er von Martin Breüsele erkauft, so bereits zuerlegen v.fallen, sonst ledig eÿgen,
Hingegen hat Er Damian Jung ihme H Michel Thebsen vfrecht & tauschweiß zugestelt vnd eigenthümlichen geben hauß vndt hoffstat mit allen anderen ihren gebäwen & alhie am Krautmarckht einseit neben Marx Helbecken gnt. Böhemen gewesenen Barbierers see. Erben, 2.seit neben deß Bischoffs hoff vnd hind. vf erstbesagten hoff stoßend gelege, so noch v.haftet vmbb 120. fl. a 15 bz. der Ellend Herbergen Jarß vff Johannis Bpstæ mit 3. lb d Zuuerzinßen, Item vmb 417. fl. a 15. bz herren M. Samueli Schalesio Pfarrern Zum Jungen S. Peter alhie, daran Jarß vff begeren 200. fl. erlegt (…) Item vmb 213. R a 15. bz negstkünfftig Weÿhenachten Philipp Jacob Bürckel, Christmann heßen und ihren mitinteressenen Alß Adolffischen Erben Zuerlegen (…) vmb 353. fl, So hat doch Damian Jung solche vff ihme behalten und ohn sein Thebßen einiche entgeltnuß ehe vnd Zuuor er Jung in sein ihme ietz angetauschhte Herberg Zeücht abzustaten vnd richtig zumachen angelobt, sonsten were diser Tausch zugleich vnd der gestalt zugangen daß ein Jeder theil die ihme angegebene beschwerd. vf solchen häusern stehen (außgenommen negsberüerter 353 fl.) auff vnd über sich nemmen, auch Je ein theil dem andern daß dise häuser nicht weiter alß vorsthet beschwehrt seÿen, gebürend, d. wehrschafft zu tragen schuldig sein soll.
Nota in diesem Tausch ist auch ihme Jungen vbergeben worden Alle tisch und stüel wie solche in einem Kerbszedel mit ihme Thebsen vndt hanß Philipp Schäffer oder deß. dochtermann vffericht, specificirt seind, also daß daß überig holtzwerck in solchen Zedel darinn nit begriffen.
(vide Regist. 1629. fol. 737. Jung. Kauff)

Aubergiste au Bouc, Damien Jung épouse en 1610 Odile Hermann, fille de l’aubergiste au Pied de Bœuf
Mariage, Saint-Thomas (luth. f° 296 n° 866) 1610. Damian Jung d. Würt Zum Bock vnd Otilia, Diebold Herman deß würts Zum Rindtsfuß To. Eingesegner Montag 19 Novembr. (i 304)

Damien Jung se remarie en 1627 avec Marie Stich, fille d’armurier
Mariage, Saint-Pierre-le-Jeune (luth. p. 72) 1627. Ead. [Dom II. Trin. 17. Junÿ] Herr Damian Jung burger alhie Vndt J. Maria Anthoni Stichen gewesenen Plattners Vndt burgers alhie tochter (i 38)

Damien Jung hypothèque l’auberge au profit du marchand de vins Nicolas Diel

1634 (23. Decembris), Chambre des Contrats, vol. 473 f° 773-v
Erschienen Damian Jung Gastgeb Zur Lungen alhie
hatt in gegensein Niclauß Dielen auch burgers und weinhändlers alhie – schuldig seÿ 61. lb
dafür Vnderpfand sein soll die herberg Zur Lungen alhie mit Allen deren gebäwen & so Zuuor verhafftet vmb 1900. fl. a 15. bz. H. Carol Spielmanns Alten ammeisters s. Erben, Item vmb 50. lb der Samblung Zum Offenburg, Item vmb 200. fl. Veltin Jäger

Anne Marie, femme de Damien Jung, loue l’auberge pour un an à Michel Theurer, jusqu’à présent aubergiste à l’Homme gris

1636 (9. Martÿ), Chambre des Contrats, vol. 474 f° 228
Erschienen hanß Michel Theürer ietzig. Zeit Würth Zur Grawenmann alhie
hatt in gegensein Annæ Mariæ Damian Jungen deß Würths Zur Lungen alhie ehelicher haußfrawen Curatoris H Johann Caspar Mockels E. E. groß. Rhats vice procuratoris mit beÿstand herrn Johann Kelterers alß vß E. E. Kleinen Rhats mitel wegen sein Jungen Creditoren hierzu insonderheit deputirt bekannt
daß Er von demselben vfrecht ein Jahr lang von Annunciationis Mariæ nechstkommend Anzurechnen, entlehnet und bestand. die herberg Zur Lungen alhie, mit allen deren gebäwen & für und umb einen Jährlichen Zinß nemblichen 125. fl. a 15. bz. dauon Er Entlehner bereits anticipando erlegt 100. R

Marie Spielmann veuve de Henri Kæmmerling de Franckenthal cède à son cousin le marchand Jacques Spielmann des capitaux garantis sur la maison en paiement de sommes dues par son fils Jean Bourcard Kæmmerlein

1637 (5. Augusti), Chambre des Contrats, vol. 478 f° 652
Erschienen Fraw Maria Spielmännin, weÿ: herrn Heinrich Kemmerlings geweßenen handelßmanns vndt Burgers see: Zue Franckenthal nachgelaßene wittib mit beÿstandt hanß Heinrich Stürtzels Küeffers Burgers Zue Straßburg, Ihres Vettern
hat in gegenwärtigkeit herrn Jacob Spielmanns deß Handelßmanns Burgers Alhie auch Ihres Vettern freÿwillig bekannt,
demnach Ihr Sohn weÿ: Jacob Burckhardt Kemmerling gewesener handelßmann zu berüerten Franckenthal Ihme herrn Spielmann vor vngefahr vier Jahren für aberkauffter Wahren vndt par gelügen gelt 402. fl. (…)
insolutum undt ane bezahlung cedirt und vbergeben 550 fl. a 15 bz. Ane 950 fl. mehrern Summen, so Ihro Mariæ An den 1900 fl., vff der Gastherberg Zur Lungen alhien nach Außweisung der beÿ herren Hilario Meÿgern dem Notario den 17. Februarÿ Anno 1623. vffgerichteten Verschreibung gebürt, vnd an ietzo weÿl. Damian Jungen see: witib vndt Erben welche angeregte Gast herberg Inhab. Zugelten

Autre cession par la même à son cousin Jean Spielmann

1637 (31. Augusti), Chambre des Contrats, vol. 478 f° 701-v
Erschienen Fraw Maria Spielmännin, weÿland herrn Heinrich Kemmerlings gewesenen handelßmanns undt Burgers Zu Franckenthal see. nachgelaßene witib, mit beÿstand ihres Vettern hannß Heinrich Stürtzels deß küeffers vndt burgers Zue Straßburg
hat in gegenwärtigkeit herrn Johann Spielmanns auch ihres lieben Vettern burgers alhie bekannt, daß Sie demselben Anstatt 100. fl. so dieselb Ihme Spielmann für, von Michaelis 1633. biß vff nechstkünfftig Weÿhenachten gerechneten haußzinß schuldig worden
in solutum und an bezahlung Cedirt und übergeben 50. lb ane 200. lb mehre,n Summen, so Ihro Mariæ noch in allem an den 1900. fl. vff der Gastherberg Zur Lungen alhie vermög der durch hilarium Meÿgern alß & geweßen Contractuum Notarium den 17. Februarÿ Anno 1623 vffgerichteten Verschreibung

Jacques Kauffmann qui était jusqu’à présent aubergiste au Poumon prend à bail l’auberge au Vieux Palais

1637 (19. Decembris), Chambre des Contrats, vol. 478 f° 926
Erschienen hanß Jacob Kauffmann, bißhero gewesener Würth Zur Lungen alhie
hatt in gegensein weÿ: Annæ Catharinæ Kegelin hanß Caspar Fuchsen, gewesenen Gastgeben zur Alten Pfaltzen alhier witiben see: nachgelaßener Erbin Susannæ, weÿ: Balthasar Göppels gewesenen Metzgers see. mit Susanna Köchin, An ietzo hannß Müllenbergers deß Kachlers alhie ehelicher haußf. erzeügten döchterlins Vogts Henrich Kochen deß Metzgers, wie Auch Samuel Ruppen, deß Schuhmachers alß noch ohnentledigten Vogts obbesagter Kegelin see: bekannt,
daß Er Kauffmann von ihme Kochen innamen obstehet, vffrecht & zweÿ Jar lang, die nechsten von Mariæ Verkündung Anno 1638. An nach einand. volgend. entlehnet vnd bestand. die herberg Zur Alten Pfaltz gent. Alhie und. an der Kurbawgaß. gelegen, mit allen deren gebäwen, nichts außgeschloß. für und vmb Einen Jährlichen Zinß Nemblichen LXXV lb

Ancien aubergiste au Poumon, Martin Preusselé se remarie avec Sara Eckel, fille de tonnelier, qui fait dresser l’inventaire de ses apports
1646 (2. 9.bris), Not. Ursinus (Jérémie, 60 Not 16) n° 27
Mariage, Saint-Thomas (luth. f° 321-v)
1646.Domin: XXIIII Trinit. 8. Novemb. Martin Breÿsel gewesener würth Zur Lung V. burg. alhie, Sara, Jacob Eckelß Küeffers vndt burgers alhier nachgelaßene tochter. Eingesegnet dinstag 17. Novembr. Ruprechtsau (i 328)

Inventarium vndt Beschreibung Aller Haab vndt Nahrung, so Sara Eckellin Zu Martin Breißeln, geweßenen Würth Zur Lungen burgern allhie, Ihrem Lieben hochzeiter als ein unverändert Guth in die Ehe zugebracht – So beschehen auff Donnerstag den 2. 9.bris A° 1646
Schulden in die Nahrung Zugeltend. Item Fr. Sara Köchin die Mutter seel. (…)
Sa. haußraths 186, Sa. Silbers Vnd geschmeidts 20, Sa. Guldinen ing. 3, Sa. Pfenningzinß hauptgüter 123. Sa. Schulden 24, Summa summarum 358 lb

Jean Jacques Kauffmann l’aîné et sa femme Marie Schmitz doivent 300 livres au marchand Jacques Spielmann pour du vin acheté en 1637

1644 (7. Junÿ), Chambre des Contrats, vol. 493 f° 363-v
Erschienen herr hannß Jacob Kauffmann d. älter, Alter Kleinen Rhats v.wanther alhie, wie auch fraw Maria Schmitzen sein eheliche haußfraw, vnd Sie Maria insonderheit mit beÿstand H Paul Beckers Und H. hannß diehlen, beed. alß vß E. E. Kl. Rhats mittel an statt ihrer nechst. Verwanthen, hierzu sonderlich deputirt vnd v.ordnet
haben in gegensein Herrn Jacob Spielmanns deß handelßmanns burgers Zu Straßburg – schuldig seÿen 300. lb Straßburger
albereit am 21. Januarÿ Anno 1637 alß Zur Zeit in der herberg Zur Lungen durch Sie beede Eheleuth getriebener würtschafft aberkauffter wein

Jean Spielmann cède à son frère Jacques Spielmann les sommes encore dues selon la vente de l’auberge au Poumon passée en 1623

1648 (11. April.), Chambre des Contrats, vol. 501 f° 228
Erschienen Johann Spielmann der Notarius Vnd Burger Zu Straßburg
hatt in gegensein H Jacob Spielmanns deß handelßmanns auch burgers alhie seines Eheleiblich. Bruders bekannt
daß Er demselben vffrecht & zu bezahlung der jenig. 369. fl. so Er ihme H Jacob Spielmann bekantlich Zu thun geweßen. cedirt und übergeben habe 200. fl. Capital, von und ahe 750. fl. mehrern Sumen, so ihme Johann Spielmann noch per rest ahne dem jenig. Kauffschilling der 1900. fl. welche vff der Gastherberg Zur Lung alhie vermög der beÿ weÿl. H. Hÿlario Meÿern alß damahlig Contractuum Notario nunmehr seel. am 17. Februarÿ A° 1623 Vffgreichtetrt Verschreibung Vnd dabeÿ befindlich. Vergleichung noch außstehen freÿ eigenthümlich gehörig (…)

Marie Spielmann, veuve de Jean Henri Kæmmerling de Franckenthal cède aux héritiers de Jacques Spielmann ses prétentions sur les sommes encore dues en prenant en compte que les maisons ont perdu en valeur et que la maison au Poumon n’est plus exploitée comme auberge

1653 (14. 9.br.), Chambre des Contrats, vol. 514 f° 595
Erschienen der Ehrenvest- Fürsichtig- und hochweÿse H Johann Valentin Storckh dißer Statt alter Ammaÿster alß Vogt Frawen Salomeen, Weÿl. H Jacob Spielmanns deß handelßmanns seel: wittibin, wie auch H. Gerhard Heckher der handelßmann alß Vogt ersternannts H Spielmanns seel: Kinder beede mit beÿstand H Johann Philipß Braunen deß Notarÿ und der Statt Straßburg Stallschreibers an einem,
So dann H. Johann Koch Churpfältzisch. Kellers, Germerßheimer Ampts, in crafft deßelben sub dato Germerßheim den 5. hus. iüngsthien ahne ihne H Not. Redwitzen abgelaßener missiv und beÿgelegt. Postscripti, hierzu gevollmächtigter Befelchhaber, wie auch Jacob von Mittel der küeffer und Burger Zu Franckhenthal für sich selbst. beede alß Weÿl. Fr. Mariæ Spielmännin H Hannß Henrich Kämmerlingß geweßener ehelich. haußfr. sel. Erben, am andern theil,
haben bekannt und freÿ offentlich veriäh. Wiewohlen Sie, Mariæ spielmännische Erb., ahne die Jacob Spielmannische wittib und Erben der herberg Zur Lungen alhie 250. fl. Capital sampt derer Zinnß Extantzen erferdert gehabt, Demnach Jedoch die besagte herberg bißhero nicht allein keine Würtschafft mehr geweßen sondern auch Zue weil. gar lähr gestand. ist und ein sehr geringes ertrag., hiengeg: alß ein altes Gebäw ein nambhafftes in der Conservation gecostet hatt, Zumahl die Mariæ Spielmannische Ansprach keine Vff dero herberg hafftende und vorhergehende Gerechtigkeit sondern nur ein Antheil d. herberg, und Zwar nach dem pretio, da die häußer vor Zeit. Zu Straßburg sehr wehrt waren gerechnet, Nunmehr aber da die häußer der Orts in höchstem Vnwerth seind, solcher Antheil eines gering. wehrts und mit der Jacob Spielmannischen wie auch der Naßerisch. Ansprach gleiches Rechtens seÿe,
alß hetten sich beede Parten, nach dem Sie die Umbständ fleißig erkundigt und wohl erwog. endlich dahin mit einander verglich., daß ihnen den Mariæ Spielmannisch. Erben für alle dero ahne die herberg Zur Lung. Zumahl. auch ahne die Jacob Spielmannische wittib und Erben habende prætension, über Allen Abzug, noch 100 Guld. Zue 15 batz. herauß gegeb. werd. solle

L’auberge revient au marchand Jacques Spielmann, fils du consul Charles Spielmann, sans doute par adjudication judiciaire.

Jacques Spielmann épouse en 1624 Barbe Meyer, fille du gardien de l’arsenal Frédéric Meyer
Mariage, Saint-Nicolas (luth. f° 138 n° 20)
1624. Dominica Trinitatis 1. Vice. Jacob Spielman, Herrn Carl Spielman, Beÿsitzern deß bestendigen Regiments der dreÿzehen alhier ehelicher Sohn Vndt Jungfrauw Barbara, Weiland Herrn Friderich Meÿern deß Zeügwarts alhie hinderlaßene eheliche tochter – Zinst. post 1. Trin. Zu St. Claus (i 151)

Jacques Spielmann se remarie en 1627 avec Salomé Ringler, fille de consul : contrat de mariage, célébration
1627 (30.4.), Not. Strintz (Daniel, 58 Not 56)
Eheberedung – zwüschen dem Ehrenuesten vnd vornehmen herrn Jacob Spielmann, handelßmann burgern alhie Zu Straßburg An einem,
So dann der ehren: vnd tugendreiche Jungfrauwen Salome Ringlerin des Ehrenuesten fürsichtigen und wolweißen herrn Daniel Ringlers alten vnd beÿ der Statt Straßburg wohlverdienten Ammeisters eheleiblichen dochter Am andern theil
Beschehen und Verhandelt Inn des heiligen Reichs freÿen Statt Straßburg Montags den 30. Aprilis Inn dem Jahr des Herren als man Zalt 1627. [unterzeichnet] Ich Jacob Spielman der Hochzeiter bekendt wie Vorsteht, Ich Carle Spielman des Hochzeiters Vatter bekenne wie obsteth, Ich Daniel Ringler der hochzeiterin Vatter bekenne wie oben

Mariage, Saint-Nicolas (luth. f° 148 n° 27)
1627. Dominica Trin. 1. Vice. Herr Jacob Spielman der Handelßmann vnd Jungfer Salome des Ehrenvesten fürsichtig. vnd weisen Herrn Daniel Ringlers alten Ameisters eheliche tochter (i 161)

Le tuteur des enfants de Jacques Spielmann vend l’auberge au Poumon à Philippe Kœrner assisté de son père David Kœrner, prévôt de Kehl

1653 (16. 9.br.), Chambre des Contrats, vol. 514 f° 600-v
(Protocoll. fol. 116.) Erschienen H Gerhard Heckher der handelßmann alß Vogt weÿl. H Jacob Spielmanns deß handelßmanns seel: Kinder mit beÿstand deß Ehrenvest, fürsichtig hochweÿser herrn Johann Valentin Storckh dißer Statt alten Ammaÿsters alß sein H Spielmanns hinderlaßener Fr. Wittibin Vogts
hatt in gegensein Philipß Körners mit beÿstand H David Körners deß Schultheiß. Zu Keel seines Vatters und Lorentz Löfflers deß Müllers seines Schwähers
die herberg Zur Lung. deren hoffstatt höfflin und Gebäwen alhie am undern Fischmarckh in der Lungengaß. einseit neb. weÿl. hannß Andreß deß Paßmentmachers seel. Wittibin, und anderseit neben H Hannß Ludwig Baltz. den handelßmann hind. vff weÿl. H Christoph Wehrbeckhß deß weiß leinwadhändlers seel. Erben stoßend gelegen, davon gehnd iahrs termino Joh. Bapt: 2. lib. 2 ß lößig mit 52. lib. 10. ß der Samlung zum Offenburg – umb 550 Pfund

Fils du prévôt de Kehl, Philippe Kœrner épouse en 1653 Ursule Lœffler, fille de meunier. Il devient bourgeois quelques mois plus tard avec sa femme qui a perdu le droit de bourgeoisie par son mariage
Proclamation, Saint-Nicolas (luth. f° 244-v, n° 10) 1653. Dominica 8. Trinit. Philipps Körner der Metzger vnd burger herr David Körner des Schultheiß. und Würths zum Ochßen Zue Kaÿl ehelicher Sohn, Vnd Jfr. Ursula herr Lorentz Löfflers des burgers v. Müllers allhie auff der Zornen Mühl eheliche tochter – Zinst. Kaÿl (i 263)

1653, 3° Livre de bourgeoisie p. 945
Philipp Kürner, David Kürners des Schultheißen Sohn zu Kail, anietzo Würth Zur Lungen alhier, erkauft daß Burgerrecht für sich und seine haußfraw Ursulam Lorentz Löfflers des Müllers Vnd burgers alhie dochter, welche Ihr burgerrecht Verzogen auß sonderbahrer begnadigung Vmb 10. gold fl. Wird Zue den freÿburgern dienen, Jur. den 10.ten Xbris 1653.

L’aubergiste au Poumon Philippe Kœrner s’accorde avec la veuve de Laurent Lœffler sur la succession de sa défunte femme Ursule Lœffler
1658 (17. Julÿ), Chambre des Contrats, vol. 523 f° 323-v
Erschienen Maria, weÿl. Lorentz Löfflers deß Müllers seel. wittib, mit beÿstand H Marcell Haanen deß Müllers vff der Spittahl mühlen ihres Curatoris, und Wendling Luten der Müller vff der Spitzenmühl, alß sein Löfflers mit ihro Maria ehelich erziehlter Kind. vogt, an einem,
So dann Philipß Körner der Gastgeb Zur Lung am andern theil,
Zeigt. an, und bekannten freÿ gutwillig offentlich, waß maß beÿer Parten, über dem Jenig. so Zu ein Theil ahne den andern, weg. weÿl. Ursulæ löfflerin sein Körners geweßenen ehelich. haußfrauwen nunmehr seel: Verlassenschafft, Zuerfordern befugt seÿe, ordentlich abgerechnet

Philippe Kœrner se remarie avec Anne Lentz, fille de l’aubergiste au Pied de Bœuf
Mariage, Saint-Nicolas (luth. f° 40-v)
1660. Eâdem [Dncâ Cantate d. 20. Maji] Philipp Körner Würth Zur Lungen vnd burger allhier vnd J. Anna, H. Johann Lentzen Gastgebers Zum Rindsfueß vnd burgers allhier Eheliche Tochter. Copulirt eodem {Mont. d. 28. May] Zu St. Thoman (i 45)

L’aubergiste au Poumon Philippe Kœrner hypothèque la maison au profit des cinq enfants d’Isaac Lienhard

1660 (6. april), Chambre des Contrats, vol. 525 f° 400-v
Erschienen Philipß Körner der Würth Zur Lungen
in gegensein Herrn Johann Jacob Schaumann E. E. Stattgerichts Procuratoris alß Vogts Isaac Lienhardts fünff Kinder – schuldig seÿe 40. lib. Straßb.
Unterpfand sein soll die Herberg Zur Lungen mit allen deren Gebäwen alhie in d. Lungen Gaßen einseit neben Philippß Andreßen dem Paßmentmachern anderseit neben H Hannß lud. Baltzen dem Handelßmann hinden uff hermann Werbeckhen den Weißleinwad händlern stoßend gelegen

L’aubergiste au Poumon Philippe Kœrner hypothèque la maison au profit de Susanne Goll veuve Bechtold

1666 (22. Maÿ), Chambre des Contrats, vol. 532 f° 315
Erschienen Philipß Körner der würth Zur Lung.
in gegensein deß Ehrenvest- hochgelehrten H Johann Adam Gollen V.I.D. & Advocati alß Curatoris Fr. Susannæ Bechtoldin, wittibin, seiner eheleiblich Schwester – schuldig seÿen 75 Pfund pfenning
Unterpfand sein soll die herberg Zur lung. mit allen deren Gebäwen, Begriffen, Zugehördten und Gerechtigkeiten alhie am undern Fischmarckh in der lungengaßen geleg. so hievor umb 52 lib der samblung Zum Offenburg wie auch umb 200. lib Kauffschillingß rests Fr. Salomeen Spielmännin wittibin verhaftet

Aubergiste au poêle des Jardiniers aux Charrons, Philippe Kœrner se remarie avec Susanne Geidel qui avait épousé en premières noces le boulanger Jean Oberlé
Mariage, Sainte-Aurélie (luth. p. 160)
1669. Donnerst. den 18. Mart: St: Aurel. H. Philips Körner der Gastgeber auff der Gartner stub vndt Fr. Susanna, herrn Hans Oberlins des Weißbecken alhie nachgelaßene Wittib (i 83)

Mariage, Sainte-Aurélie (luth. p. 136, n° 12)
1659 H. Johannes Oberle Burger Und Weißbeck alhie, Jfr. Susanna Georg Geidelin Burgers und Ohlmans alhie Eheliche Tochter. Mont. 10.t Octobr. St. Aurel. (i 71)

Aubergiste au poêle des Jardiniers aux charrons, Philippe Kœrner et sa femme Susanne ainsi que le tuteur de son fils issu de son premier mariage vendent l’auberge au Poumon au marchand épicier Denis Schœpff qui est propriétaire de la maison voisine à l’angle du Vieux-Marché-aux-Poissons

1670 (24. martÿ), Chambre des Contrats, vol. 537 f° 177
(Prot. fol. 7. fac. 1. – 550. lb) Erschienen Philipp Körner der Würth vff der Gartner und. wagner Zunfftstuben und Susanna sein eheliche haußfrau mit beÿstand hannß Nonnenmanns deß Weißbeckh sein Körners aus erster Ehe erzeugten Söhnleins Philipß Vogts Vnd H Johann Hartmann Wörtzen Schaffners deß Waÿsenhaußes als Jfr Susannæ in vorig. Ehe erziehlten döchterlins
in gegensein H Dionÿsÿ Schöpffen deß Specereÿ händlers und Fr. Annæ Mariæ seiner ehelich. haußfrau
die herberg Zur lungen mit deren hoffstatt, höfflin, und allen Gebäwen, Begriffen, Zugehördten und Gerechtigkeiten alhie am undern Fischmarckh in der Lungengaß einseit neben Philipß Andreß. dem harpffenisten, anderseit neben denen kauffend. Eheleuth. selbst. hind. vff Fr. Einbeth Ringlerin stoßend gelegen, welche herberg umb 52. lb. 10. ß der Samblung Zum Offenburg, Item umb 200. lb obgemelter Annæ Mariæ Oberlin verhafftet (übernohmen) umb 297. lb

La maison partage la destinée de la voisine à laquelle elle a été réunie jusqu’en 1796.
Gaspard Hervé loue la maison au négociant Jean Marie Buchetti qui cède son bail aux frères Bastard. Un état des lieux est joint au bail.

1784 (20.8.), Not. Lacombe (6 E 41, 195) n° 44
Bail du 20 aoust 1784 – fut present le Sieur Gaspard Hervé negociant et exsenateur de la Ville de Strasbourg, y demt. (a cédé) à bail et loyer d’argent pour 9 années entieres et consécutives qui commenceront à Courir a la St Michel prochaine et finiront a pareille fete lesdites neuf années revolues
au Sr Jean Marie Buchetti bourgeois négociant aud. Strasbourg
Sçavoir la Maison appartenant au Sieur bailleur en Cette ville Rue petit Poulmon sans en Rien excepter ny Reserver Si ce n’est le grand Grenier d’icelle dont l’usage appartient seul au Sieur Hervé, ladite Maison se trouvant présentement en bon Etat logeable et munie de toutes les réparations nécessaires ce qui sera encore Constaté par Etat qui sera Rapporté joint et annexé aux présentes – pour et moyennant un loyer annuel de 800 livres. Il a en outre été convenu (…) 2° Il sera libre au Sieur preneur de Cede quand il le jugera a propos aux sieurs Jean Baptiste Batard freres bourgeoiss négociants de la même ville le bénéfice du présent bail aux mêmes Clauses, Conditions et loyer y stipulés
[in fine :] Ce jourd’hui 18° Juin 1785 (…) fut present Mr Hyacinthe Hervé dénommé au bail cy dessus (…) consentoit que Jean Baptiste Bastard et freres jouissent du bénéfice dudit bail
(Joint) Inventaire d’une maison sise rue des Poulmons appartenant à M Gaspard Hervé, Louée à Mr. Buchetti sous la garantie de Messieurs les freres Bastard Selon Bail passé pardevant Mre Lacombe Notaire royal audit Strasbourg le 20 Aoust 1784. Inventaire qui doit être annexé audit bail
Rez de chaussée. Une grande Salle a trois croisées à grands Carreaux, volet en dedans de bois de Chene et en dehors de sapin, une porte de chene a deux battans a triple serrure, un fourneau octogone de fonte à porte de fer dans une cheminée, une armoire dans le mur avec plachettes serrure à la française, un Parquet en bois de chene et un devant de cheminée en fer blanc,
Un cabinet a côté donnant dans la cour avec deux portes à serrure à la française et une fenetre a carreaux carrées avec des volets dans la cour,
Une buanderie à deux croisées sur la cour, porte avec serrure à l’allemande, trois potagers garnis de fer et une bande de fer à lentour sur l’atre un grand chenet et une grande chaudiere pour la lessive, deux fenetres a carreaux carrés a cadre en fil de fer,
Une chambre de domestique formant entre sol au dessus de la buanderie et une escalier portative,
Grande porte d’entrée à deux battans bois de chene serrure à la française et deux verrouls,
Premier étage. La cuisine avec sa porte, serrure à l’allemande, trois étages avec planchettes, un tourne broche avec sa clef et deux broches, une atre avec plaque de fonte et une contre la cheminée a côté, un cramaillés et soupappe dans la cheminée et une sonnette de métal,
Un cabinet a côté avec une armoire en forme de garde-manger, fenetres a carreaux carrés et un cadre en fil de fer,
Une petite chambre à droite en montant avec une fenetrre a carreaux ronds,
Une antichambre a cheminée a gauche en montant avec une porte serrure à la française et une fenetre a carreaux ronds et deux volets,
Un grand poele a deux croisées carreaux fins et Espagnolettes, deux tringles et Pitons, un fourneau rond de fonte, trois portes à deux battans bois de chene et serrure à la française,
Un Cabinet à droite sur le devant, une croisée a carreaux fins et Espagnolettes, tringles et Pittons, Cheminée avec un trumeau et Glace et Peinture, et une porte de fer fermant la cheminée,
Un cabinet à gauche sur le devant a une fenetre a carreaux fins et espagnolettes, tringles et Pitons,
Un petit cabinet a côté sur le derrière a deux croisées, une armoire dans le mur, serrure à la française et une porte à loquet,
Second étage. Une petite chambre à droite en montant a fenetre sur le derrière à carreaux carrés et cadre en fil de fer,
Une chambre vis à vis l’escalier à deux croisées, carreaux ronds ordinaires et double fenetre un fourneau de fonte rond ordinaire avec tuyaux et porte serrure à la française,
Une anti-chambre a cheminée à gauche en montant donnant sur la cour, fenettres a carreaux ronds ordinaires,
Un grand poele a deux croisées, à carreaux fins et Espagnolettes, tringles et Pittons, trois portes, serrure à la française, un fourneau carré de fonte et de terre avec une porte de fer dans l’antichambre,
Un cabinet a droite sur le devant, une croisée à carreaux fins et Espagnolettes, tringles et Pittons, alcove avec sa tringle et ses pittons, cheminée avec un chenet, plaque de fer au fond, porte de fer avec son grand maillet, trumeau au dessus de la cheminée long à glaces, cadre doré, un fourneau de fonte forme octogone, deux armoires dans le mur avec tablettes,
Un cabinet à gauche Sur le devant à une croisée carreaux fins et Espagnolettes avec tringle et pittons,
Un petit cabinet a côté sur le derrière a deux croisées avec une grande armoire a deux battans, dont la clef est entre les mains du propriétaire de la maison, plus une petite armoire a droite a une porte,
NB. Il est a observer que tous les carreaux des fenetres sur le devant du Rès de chaussée, premier et second étage sont de verre fin et doivent etre tous entiers.
Greniers. Une fenetre sur l’escalier a carreaux ronds, plus une fenetre à neuf carreaux entiers, double corde à l’escalier depuis le bas jusq’au au grenier
Dans les trois caves. Sept grands madriers, quatre dits petits et une cuve, porte de cave de bois de sapin a l’entrée sous l’escalier, serrure à la française, porte d’entrée donnant sur la rue à deux battans bois de chene, serrure à la française, porte de séparation dans la cave en bois de sapin à trois verouls et une porte en lattes a trois battans avec cadenat

Lors du partage de la succession de Gaspard Hervé, la maison rue du Poumon échoit à Charles Frédéric Gaspard Hervé, procureur du Roi à la Maréchaussée d’Alsace, qui épouse en 1784 Françoise Louise Nithard, fille d’officier au régiment d’Alsace

Mariage, Saint-Louis (cath. p. 209)
Hodie 20 mensis Aprilis anni 1784 (…) in facie ecclesiæ conjuncti sunt Dnus Carolus Franciscus Gaspardus Hervé, supremæ alsatiæ curiæ advocatus Eques consiliarius procurator Regius tribunalis judicii criminalis vulgo marechaussée, filius majorennis Dnii Gaspardi Hervé negotiatoris et ante hac senatoris magistratus argentinensis et Defunctæ Margarethæ Elisabethæ Cossa parochianus ad stum petrum juniorem ex unâ, et Domicella Francisca Ludovica Nitard filia minorennis Defuncti dni Johannis Baptistæ Nitard Equitis ordinis Regii et militaris St. Ludovici in vivis centurionus in Legione pedestri alsaticâ et Dnæ Odiliæ Stouhlen parochiana nostra ex altera partibus (signé) Charles François Gaspard Hervé, Françoise Louise Nithard (i 104)

François Charles Hervé meurt à Ottrott-le-Bas en 1793 en délaissant deux enfants

1794 (21 vend. 2, 12.8.br), Strasbourg 6 (10), Not. Laquiante n° 20
Inventaire de la succession de feu le Citoyen François Charles Caspar Hervé – à la requête de la Citoyenne Françoise Louise Nithard veuve de feu le Citoyen François Charles Caspar Hervé vivant homme de Lettre de cette commune décédé a Niederottenrotte le 28 Messidor dernier et Encor à la Requete du Cit. Hermann Antoine Mayerhoffen aussy homme de Lettres agissant sa qualité de tuteur étably par justice aux deux enfants Mineurs Procréés dud. feu Citoyen Hervé et de la Cit. Nithard
(Nomination de tuteur, Fried Juge de paix), la Citoyenne Françoise Louise née Nithard mere de Reine Françoise Caspar Hervé agée de 9 ans et de Louis Etienne Joseph Caspar Hervé agé de 4 ans

Meubles, Dans la salle à Manger, Dans une chambre a côté, Dans une petite chambre a côté, Dans un petit cabinet y attenant, Dans un autre Cabinet, Dans le Sallon, Dans le Cabinet du deffunt, Dans le vestibule, Dans la Cuisine, Dans la premier chambre Donnant sur le derrier, Dans une autre chambre a côté, Sur le grenier
(Joint) Inventaire dressé de la succession de feu le Cit. Charles François Caspar Hervé de la Commune de Niederottrott, (signé) Langhans, notaire du district de Benfeld canton d’Obernay residant a Bernardsweiller 1 brumaire 3), Il est a observer que tous les biens Immeubles situés au ban de cette Commune qui aviennent aux héritiers du Chef du défunt leur pere sont encore indivis et font partie integrante de la succession de delaissée par feu Caspar Hervé Vivant Citoyen de Strasbourg et pere du défunt, total des meubles 4249 livres

Autre inventaire de la succession de François Charles Hervé

1806 (25.7.), Strasbourg 1 (30), Not. Lacombe (s. n.)
Inventaire de la succession de Charles François Hervé ancien procureur du roy de la maréchaussée de la province d’alsace de Strasbourg – à la requête de M Pierre Theodore Paul payeur de la 5° division demeurant à Strasbourg en qualité de tuteur établi par la justice aux deux enfants mineurs délaissés par le défunt de son mariage avec Louise Nithard, Louise Françoise Nithard la veuve assitée de Louis Nithard negt. son frère, Reine Françoise Gaspar Hervé majeur, Louis Etienne Gaspard Hervé

dans le logement de la veuve place St Pierre le jeune n° 6
meubles 6222 fr, dettes actives 22 157 fr
Immeuble, Une maison sise à Strasbourg rue du poulmon N° 1 avec cour puis écurie appartenances et dépendances, d’un côté le Sr Stupffel marchand, d’autre le magasin du Sr Simonis, louée au Sr Batard pour 800 francs en revenu, en capital 15 000 fr
plus un jardin hors la porte de l’hopital clos d’une haye vive loué au Sr Kreitner 300 fr, Estimé en l’année 1796 6000 fr, chargé d’une rente foncière de 30 envers la ville de Strasbourg
bien rentier à Illkirch 140 fr, La campagne d’Ottrott 18 484 fr, total des immeubles 40 884 fr, passif 47 654 fr
déclaration supplémentaire n° 5735 du 24.1.1807, ensemble 10 338 fr
Enregistrement de Strasbourg, acp 100 f° 96-v du 5.8.

1807 (24.1.), Strasbourg 1 (31), Not. Lacombe, Fantôme, vide 25.7.1806
Déclaration tenant lieu d’inventaire de Charles François Hervé
Enregistrement de Strasbourg, acp 101 f° 182 du 2.2.

La veuve et les enfants de François Charles Hervé vendent la maison 9 000 francs à Abraham Picard qui devra aussi régler les frais de réparations

1807 (5.10.), Strasbourg, Not. Lacombe, Fantôme Vide Boëte 20 – Hypothèque de Strasbourg, Transcription reg. 35, n° 21 du 16.10.1807
le 8 décembre 1806 à la requête de Louise Françoise Nithard veuve de Charles François Hervé ancien procureur du Roi de la maréchaussée de la province d’Alsace en qualité de mère et tutrice naturelle de Louis Joseph Etienne Gaspard Hervé son fils mineur Dlle Reine Françoise Gasparde Hervé majeure et Pierre Theodore Paul payeur de la cinquième division, tuteur subrogé audit mineur, héritiers bénéficiaires de Charles François Hervé, Me Lacombe fils commis par jugement du Tribunal Civil le 9 octobre 1806
à Abraham Picard
une maison et dépendances consistant en bâtiment principal pavillon et maison de fond cour caves voutées puits et greniers ayant un rez de chaussée une boutique et deux comptoirs sise en cette ville rue du Poumon n° 1, d’un côté M Stupfel, d’autre M Simonis derrière M Sarsel, Lievre & Niethammer, estimée par les Sr Renn et Arnold architectes par procès verbal du 5 décembre dernier à 18 000 francs, criée 16 000 francs
le 5 mai 1807 Abraham Picard 9000 fr
le 23 juin, à charge par l’adjudicataire de rembourser les réparations et améliorations qui ont été faites tout nouvellement a la maison dont s’agit attendu que les réparations sont très nécessaires (enreg. le 2.7. f° 17), moyennant 13 825 francs
Enregistrement de Strasbourg, acp 103 F° 170-v du 8.10.

Originaire de Hegenheim en Sundgau, Abraham Picard épouse en 1797 Judith Boumsell, native de Hagenthal en Sundgau. Agée de 18 ans, elle s’était mariée en 1794 à Balbronn avec Jacques Levy dont elle a divorcé un an plus tard.
1797 (6 fruct. 5), Strasbourg 1 (13), Not. Lacombe n° 11
Déclaration – Cit. Abraham Picard negotiant de cette ville majeur
Judith Bumsel fille mineure de Wolff Bumsel négociant et de hano Weiler, apporté 600 li de dot, 1065 livres en argenterie
Enregistrement de Strasbourg, acp 54 f° 5-v du 12 fruct. 5

Mariage, Strasbourg (n° 533)
Cejourd’hui le 29° Messidor l’an V de la République française une et indivisible (…) d’une part Abraham Bigard, agé de 30 ans, négociant né et domicilié à Hegenheim, département du Haut rhin fils de Moyse Bigard, négociant au dit lieu, et de Hentel Rueff, de l’autre part Judith Bumsel âgée de 18 ans, domiciliée en cette commune depuis six ans, native de Hagenthal département susdit fille mineure de Wolff Bomsel négociant en cette commune et de Hanna Weiller épouse divorcée de Jacob Levy négociant domicilié à Ballbron département du bas rhin, duëment autorisée à cet effet par ledit Wolff Bomsel son père présent, Lesquels futurs conjoints étaient accompagnés de Goutchau Weiller agé de 54 ans, de Simon Weiller agé de 44 ans oncles de la future épouse (…) de l’acte de notoriété dressé par Léonard Marchand juge de paix du second arrondissement de cette commune le 2 de ce mois, qui constate que le futur est né à Hegenheim (…) 2° de pareil acte de notoriété dressé par le susdit juge de paix le 16 floréal deuxième année constatent que la future est née à Hagenthal (…) 3° de l’acte de divorce dressé par Jacques Demichel ancien officier public de cette commune le 29 floréal troisième année qui constate que la future a élé divorcée de Jacob Levy (signé) Abraham Bigard, Jutit Wolff bumsel

Mariage, Balbronn (f° 1-v)
Heute de 23. Tag de Monats Floreal Zweiten Jahrs der Francken Republick (…) einer seits Jacob Levi der ledige Handelsmann 18 Jahr alt in der Municipalität zu Ballbronn Wohnhaft, Sohn von Weÿland Baruch Levi und Hanna Levj seiner hinterlaßenen Ehegattin beeden handelsleüten in gedachtem Ballbronn wohnhaft, Anderseits Judith Bomsell die ledige zu Straßburg wohnhaft 16 jahr alt tochter Von Wolf Bomsel und Hanna Weÿler seiner Ehgattin bede Handelsleuten In der Municupalität zu Straßburg wohnhaft (signé) Jacob Leÿ, Jute wolff bumsel (i 8)

Divorce, Strasbourg (n° 455)
Aujourd’hui 29° floréal l’an III de la République française une et indivisible (…) Judith Bumsel âgée de 17 ans, native de Hagenthal département du haut rhin, domiciliée en cette commune depuis près de 4 ans, épouse en légitime mariage de Jacob Levy négociant domicilié à Balbron, département du Bas Rhin, accompagnée de Wolff Bomsel son père agé de 61 ans négociant (…) laquelle Judith Bumsel m’a requis de prononcer la dissolution de son mariage contracté avec le susdit Jacob Levy le 23 floréal l’an II de l’ère républicaine en la maison commune de Balbronn département du bas rhin et m’a remis à cet effet un acte de notoriété qui lui a été délivré par le conseil général de la commune de Strasbourg en séance publique le 29 germinal dernier par lequel il appert que ladite Judith Bumsel est séparée dudit Jacob Levy son époux depuis plus de 6 mois (…)

Abraham Picard et Judith Boumsell conservent leurs noms et prénoms lors de la déclaration de 1808. Ils ont alors quatre enfants, Léon, Samuel, Sara et Amélie, ils habitent la maison rue du Poumon
1808, Déclaration des noms par les Juifs, Strasbourg
n° 268. Par devant nous (…) s’est présenté Abraham Picard, négociant domicilié en cette ville Rüe du Poumon N° 1 lequel nous a declaré conserver le nom de Picard pour nom de famille et celui de Abraham pour prénom et a signé avec nous le présent acte, le 28 septembre 1808.
n° 269. Par devant nous (…) s’est présentée Judith Boumsel Epouse d’Abraham Picard, négociant domicilié en cette ville Rüe du Poumon N° 1 laquelle nous a declaré conserver le nom de Boumsel pour nom de famille et celui de Judith pour prénom et a signé avec nous le présent acte, le 28 septembre 1808.
n° 270. Par devant nous (…) s’est présenté Abraham Picard, négociant domicilié en cette ville Rüe du Poumon N° 1 lequel nous a declaré conserver à Lehmann son fils Mineur né en cette ville le 30 fructidor an IX le nom de Picard pour nom de famille & lui donner celui de Léon pour prénom et a signé avec nous le présent acte, le 28 septembre 1808.
n° 271. Par devant nous (…) s’est présenté Abraham Picard, négociant domicilié en cette ville Rüe du Poumon N° 1 lequel nous a declaré conserver à Samuël son fils Mineur né en cette ville le 4 pluviôse an XI le nom de Picard pour nom de famille & celui de Samuël pour prénom et a signé avec nous le présent acte, le 28 septembre 1808.
n° 272. Par devant nous (…) s’est présenté Abraham Picard, négociant domicilié en cette ville Rüe du Poumon N° 1 lequel nous a declaré conserver à Sara sa fille Mineure née en cette ville le 29 mars 1806 le nom de Picard pour nom de famille & celui de Sara pour prénom et a signé avec nous le présent acte, le 28 septembre 1808.
n° 273. Par devant nous (…) s’est présenté Abraham Picard, négociant domicilié en cette ville Rüe du Poumon N° 1 lequel nous a declaré conserver à Amélie sa fille Mineure née en cette ville le 10 septembre 1807 le nom de Picard pour nom de famille & celui de Amélie pour prénom et a signé avec nous le présent acte, le 28 septembre 1808.

Inventaire après décès d’un locataire, Lazare Wertheim

1837 (13.10.), Strasbourg 15 (62), Me Lacombe n° 1316
Inventaire dans la maison de M. Picard rue du Poumon n° 1 au rez de chaussée, de la succession de Lazard Wertheim, commis négociant à Strasbourg décédé le 29 juillet 1837, à la requête de la veuve Katiche Hess
Enregistrement de Strasbourg, acp 253 F° 84 du 17.10.

Judith Boumsell meurt en 1827 et Abraham Picard en 1841 en délaissant neuf enfants

1841 (14.6.), Strasbourg 15 (69), Me Lacombe n° 2949
Inventaire des successions de M. Abraham Picart négociant et de Dame Judith Boumsell
en la maison mortuaire Rue du Poumon Numéro 1 à neuf heures du matin. A la requête de I. M. Léon Picard, négociant demeurant et domicilié à Strasbourg, agissant en son nom personnel et encore au nom et en qualité de mandataire de général et spécial de 1° M. Samuel Picard commis négociant demeurant à Paris rue St Denis Numéro 140 son frère (…) 2° A) de M. Joseph Achille Picard avocat demeurant à Strasbourg, B) M. Louis Vital Picard, C) M. Frédéric Guillaume Picard, ces deux derniers négociants demeurant et domiciliés à Bischviller (…), 3° D) de Mme Amélie Picard épouse autorisée de M. Jacques Ruef, commis négociant, E) de M. Eugène Picard, aussi négociant, tous les trois demeurant et domiciliés à Strasbourg,
II. Mme Sara Picard épouse de M. Lazare Marc Samuel propriétaire demeurant ensemble à Illkirch, se trouvant tous deux momentanément à Strasbourg, ladite Dale dûment autorisée par son mari,
III. de M. Léopold Aron Hirtz docteur en médecine demeurant à Marmoutier, agissant au nom et qualité de mandataire de général et spécial de Dame Pauline Picard son épouse demeurant avec lui audit Marmoutier (…)
Lesdits Sr Léon Picard, Samuel Picard, Joseph Achille Picard, Louis Vital Picard, Frédéric Guillaume Picard, Dame Ruef née Amélie Picard, M. Eugène Picard, Dame Samuel née Sara Picard et Dame Hirtz née Pauline Picard, habiles à se porter seuls héritiers pour un 9° chacun de M. Abraham Picard en son vivant négociant à Strasbourg et de Dame Judith Boumsell son épouse leurs père et mère, les deux décédés à Strasbourg, le Sr Picard le 11 mai dernier & Mme Picard déjà en l’année 1827.

Immeubles appartenant à la succession. 1° Une maison à deux étages, bâtiment de devant et bâtiment de derrière, petite cour, pompe, appartenances et dépendances, situé à Strasbourg Rue du Poumon Numéro 1, d’un côté M. Ott de l’autre côté M. Simonis. Titres de propriété. Cet immeuble a été acquis par feu M. Picard des héritiers bénéficiaires de M. Charles François Hervé suivant procès verbal d’adjudication définitive dressé par M° François Lacombe alors notaire à Strasbourg le 3 juillet 1807 et 5 octobre de la même année enregistré et transcrit au bureau des hypothèques de cette ville le 16 octobre de la même année Vol. 25 art. 21.
2° Une maison avec cour, bâtiments entre cour et jardinet au fond un jardin le tout situé à Bischviller quartier bleu N° 226 Rue dite Herrengasse (…)
Titres et papiers. Titre de deux places à la synagogue de Strasbourg. L’extrait en due forme d’un acte passé devant Me Triponé notaire à Strasbourg le 7 septembre 1834 (…)
Acte de société. M. Léon Picard a présenté à l’instant l’expédition d’une acte sous signature privée à Strasbourg le 26 juin 1840 enregistré à Strasbourg le premier juillet 1841 f° 17 (…) Ledit acte déposé à M° Lacombe l’un des notaires soussignés suivant procès verbal en date du 26 juin 1840
acp 288 (3 Q 30 003) f° 49-v – Mobilier estimé 8397 francs, Dettes actives 700, Dettes passives 1427
Immeubles (…). L’avoir du Sr Picard dans la société qu’il a formée avec le sieur Abraham Ruef, Léon Picard et Jacques Ruef par acte sous seing privé déposé en minute au notaire le 26 juin 1840 est de 81 720 francs

Lors de la liquidation, la maison rue du Poumon revient à Léon Picard

1841 (7.9.), Strasbourg 15 (70), Me Lacombe n° 3063
Liquidation et partage de la communauté qui a existé entre les défunts Abraham Picard vivant négociant à Strasbourg et Judith Boumsell
I. M. Léon Picard, négociant demeurant et domicilié à Strasbourg, agissant en son nom personnel et encore au nom et en qualité de mandataire de général et spécial de 1° M. Samuel Picard commis négociant demeurant à Paris rue St Denis Numéro 140 son frère (…) 2° a) M. Joseph Achille Picard avoué près le tribunal civil de première instance séant à Sarrebourg, b) M. Louis Vital Picard, négociant demeurant à Bischwiller, c) M. Frédéric Guillaume Picard, négociants demeurant à Bischwiller, 3° a) Mme Amélie Picard épouse autorisée de M. Jacques Ruef, commis négociant, b) M. Eugène Picard, aussi négociant, tous les trois demeurant et domiciliés à Strasbourg,
II. Mme Sara Picard épouse de M. Lazare Marc-Samuel propriétaire demeurant ensemble à Illkirch, se trouvant tous deux momentanément à Strasbourg, ladite Dale dûment autorisée par son mari,
III. de M. Léopold Aron Hirtz docteur en médecine demeurant à Marmoutier, agissant au nom et qualité de mandataire de général et spécial de Dame Pauline Picard son épouse demeurant avec lui audit Marmoutier (…)
Lesdits Sr Léon Picard, Samuel Picard, Joseph Achille Picard, Louis Vital Picard, Frédéric Guillaume Picard, Dame Ruef née Amélie Picard, M. Eugène Picard, Dame Samuel née Sara Picard et Dame Hirtz née Pauline Picard, agissant en qualité d’héritiers chacun pour un 9° chacun de M. Abraham Picard en son vivant négociant à Strasbourg et de Dame Judith Boumsell son épouse leurs père et mère, les deux décédés à Strasbourg, le Sr Picard le 11 mai dernier & Mme Picard déjà en l’année 1827, ces qualités ainsi établies en l’intitulé de l’inventaire dressé après le décès du Sr Picard par Me Lacombe le 14 juin dernier.

Exposé préliminaire. Première observation. Inventaire. Lors du décès de Madame Picard aucun inventaire n’a été dressé, les biens et valeurs ayant composé la communauté qui a existé entre M. et Made Picard restèrent indivis entre les parties intéressées et M. Picard en conserva l’administration jusqu’au jour de son décès arrivé le 11 mai 1841. Après la mort de M. Picard ses héritiers procédèrent à l’inventaire de la masse des biens délaissés par lui. (…)
La Masse active des dites communauté et succession se compose
1° D’Une Maison sise à Strasbourg rue du poumon Numéro 1, composée d’un bâtiment de devant et d’un bâtiment de derrière à deux étages, petite cour, pompe, appartenances et dépendances, entre la propriété du Sr Ott et celle de M. Simonis, d’un revenu locatif de 1000 francs, évaluée par les copartageants à 20.000 francs
2° du prix de vente de la maison à Bischwiller (…) 15.000 francs
3° Deux stalles dans le templs israélité de Strasbourg, l’une la cinquième place d’homme de la première classe, l’autre la sixième place de femme de la première classe, évaluées ensemble à 1200 francs
Total de la masse active 186.077, de la masse passive 1989 francs, masse active nette partageable 184.088, dont le 9° à chaque enfant est 20.454
Assignations et abandonnements. 1. Mr Léon Picart a droit à son 9° par 20.454 francs. Pour le remplir de cette somme il lui est assigné (…)
3° la Maison sise en cette ville rue du poumon N° 1, 20.000 francs
acp 290 (3 Q 30 005) f° 83 du 14.9.

Léon Picard épouse en 1834 Ernestine Simon originaire de Sarreguemines
1834 (22.5. et 27.5.), Strasbourg 12 (133), Me Noetinger n° 6359
Contrat de mariage, communauté réduite aux acquets – Léon Picard, négociant, fils d’Abraham Picard et de feu Judith Boumsel
Ernestine Simon fille de feu Siméon Simon, horloger à Paris, et d’Emélie Crehange mariée en secondes noces avec Léopold Hertz, propriétaire à Sarreguemines (Moselle)
Enregistrement de Strasbourg, acp 225 f° 41-v du 27.5

Ernestine Simon meurt en 1834 en délaissant une fille
1836 (31.5.), Strasbourg 15 (59), Me Lacombe n° 620
Inventaire de la succession d’Ernestine née Simon épouse de Léon Picard, négociant – à la requête du veuf, commun en biens suivant contrat de mariage reçu Me Noetinger le 22 mai 1834, usufruitier viager de la moitié de la succession, père et tuteur légal de Cécile Judith fille procréée avec la défunte – en présence de Jacob Créhange, négociant, subrogé tuteur
dans la maison rue du Poumon n°1
Enregistrement de Strasbourg, acp 241 F° 46 du 8.6.

Léon Picard se remarie avec Charlotte Ruff native de Bâle
Registre de population 600 MW 233 – Rue du Poumon n° 1
Picard, Léon, 1801, Strasbourg, propriétaire, négt.
Picard née Ruff, Charlotte, 1820, Bale de parents français
Picard, Cécile Judith, 1835, Strasbourg, fille
Picard, Paul Louis Joseph, 1838, Strasbourg, fils
Picard, Charles Auguste, 1840, Strasbourg, fils
Picard, Clémence, 1844, Strasbourg, fille
Picard, Eugène, 1807, Strasbourg, aveugle (3 oct. 1852, décédé)

1856 (29.4.), Strasbourg 15 (94), Not. Momy (Hippolyte)
Dissolution de société Abraham Ruef, Léon Picart et Jacques Ruef, sous la raison Ruef et Picard 26 juin 1840
acp 450 (3 Q 30 165) f° 14 du 2.5.

1856 (29.4.), Strasbourg 15 (94), Not. Momy (Hippolyte)
Acte de société entre Léon Picard, Jacques Ruef, Adolphe Ruef sous la raison Ruef et Picard
achat de laine, fabrication de draps
acp 450 (3 Q 30 165) f° 14 du 2.5.


Les Maisons de Strasbourg sont présentées à l’aide de Word Press. Elles sont hébergées par Free-H.