10, rue des Juifs


Rue des Juifs n° 10 – VI 97 (Blondel), O 334 puis section 20 parcelle 43 (cadastre)


Façade à crépi rouge (juillet 2017)
Façade sur rue avant et après la rénovation de 1979 (dossier de la Police du Bâtiment)

Le Grand Chapitre vend en 1615 la maison sise face au poêle des Maçons (in der Juden gaß gegen der Maurer Zunfftstuben) au marchand Thiébaut Braun. Elle revient ensuite à sa fille, femme du receveur Jean Philippe Hünerer, puis à sa petite fille Marie Anne Hünerer femme du marchand de bois Jean Henri Metzger. Le menuisier Jean Georges Hildenbrand l’achète en 1690. Ses héritiers la vendent en 1713 au notaire royal Jean Joseph Humbourg qui y établit son étude. Il charge le maître maçon Jean Blessig de faire des travaux qui donnent lieu à une plainte devant le conseil des Maçons. Ces transformations qui doivent porter sur les bâtiments arrière portent la valeur minimale de 550 livres en 1713 à 1 400 livres en 1717 ; on trouve alors un bâtiment avant, un bâtiment arrière, un bâtiment intermédiaire, une galerie et deux cours. La maison revient à l’huissier Jean François Humbourg qui la loue régulièrement. Il n’est pas autorisé à étayer l’encorbellement en 1784, il fait modifier une des croisées en 1790. La maison appartient ensuite à son fils greffier au tribunal de Commerce François Antoine Materne Humbourg puis au gendre de ce dernier, le commissaire des guerres Jean Louis Antoine Alexandre Chastelain.

76 Elévations a-c
Elévations pour le plan-relief de 1830, îlot 76

L’Atlas des alignements (années 1820) signale un rez-de-chaussée en maçonnerie et deux étages en bois en encorbellement. Sur les élévations préparatoires au plan-relief de 1830 (1), la façade sur rue se trouve à droite du repère (c) : une fenêtre, une porte d’entrée et une porte cochère au rez-de-chaussée, deux étages à trois fenêtres chacun, surmontés d’une toiture à trois niveaux de lucarnes. La cour E (voir le plan) représente l’arrière (3-4 puis 5-6) du bâtiment sur rue, un bâtiment (4-5-6) dans l’angle nord-est, le mur (4-5 puis 6-1) du bâtiment voisin, le bâtiment (1-2) au fond de la cour puis le bâtiment à galerie (2-3) à l’ouest de la cour.
La maison porte d’abord le n° 41 (1784-1857) puis le n° 10.


Cour E (plan-relief, 1830
Coupe en 1979 (dossier de la Police du Bâtiment)

Le pâtissier Antoine Müller, locataire depuis 1812, devient propriétaire de la maison en 1824. Les propriétaires suivants sont aussi pâtissiers, son neveu François Aloïse Krebs puis Chrétien Weber qui remplace en 1885 le bâtiment construit dans la cour par un nouveau plus solide. L’entrepreneur Wieger modifie en 1900 la devanture en plaçant des piliers en fer. Le marchand de meubles Louis Schertz qui occupe le magasin depuis 1900 fait transformer le rez-de-chaussée et couvrir la cour d’un toit vitré en 1913. Les copropriétaires font supprimer en 1980 le toit vitré, transformer le rez-de-chaussée et poser des lucarnes dans la toiture.


Façade arrière du bâtiment sur rue avant et après rénovation, 1979
Façade du bâtiment au fond de la cour
Elévation et coupe en 1900, nouvelle devanture (dossier de la Police du Bâtiment)

août 2017

Sommaire
CadastrePolice du BâtimentRelevé d’actes

Récapitulatif des propriétaires

La liste ci-dessous donne tous les propriétaires de 1615 à 1952. La propriété change par vente (v), par héritage ou cession de parts (h) ou encore par adjudication (adj). L’étoile (*) signale une date donnée par les registres du cadastre.

Grand Chapitre
1615 v Thiébaut Braun, marchand
1625* h Jean Philippe Hünerer, receveur, et (1620) Madeleine Braun – luthériens
1650* h Jean Henri Metzger, marchand de bois, et (1644) Madeleine Hünerer puis (1679) Marthe Uhlmann, veuve du receveur Jean Marcel Schenck – luthériens
1685* h Daniel Ulrich, batelier, et (1680) Marie Salomé Metzger – luthériens
1690 v Jean Georges Hildenbrand, menuisier, et (1672) Marie Madeleine Wagner puis (1694) Susanne Marie Metz, veuve du pasteur Jean Philippe Meyer – luthériens
(indivis avec) Marguerite Wagner et (1695) Philippe Zeitler puis (1708) Jean Gross, les deux menuisiers – luthériens
1713 v Jean Joseph Humbourg, notaire, et (1695) Marie Marguerite Pfeil, veuve du musicien Jean Adam Ochsner. puis (1707) Marie Claire Meyer, remariée en 1724 avec Joseph Boissié, employé aux affaires du Roi – catholiques
1728 h Jean François Humbourg, huissier sergent royal, et (1736) Marie Anne Metzger puis (1778) Marie Claire Elisabeth Krafft – catholiques
(indivision) Jacques Blaise Humbourg, huissier, et (1798) Barbe Libaire Provin veuve du garde magasin François Lemenz
François Antoine Materne Humbourg ci-dessous
1802 v Laurent Steg, pâtissier, et (1801) Reine Jägi
1803 v François Antoine Materne Humbourg, avocat, notaire, greffier au Tribunal de Commerce, et (1761) Anne Marie Sultzer – catholiques
1808* h Jean Louis Antoine Alexandre Chastelain, commissaire des guerres, et (1792) Marie Anne Catherine Humbourg
1819 v Michel Rivage, négociant, et (1771) Marie Elisabeth Spoor puis (1806) Marie Rose Mouff – catholiques
1824 v (Jean Baptiste) Antoine Müller, pâtissier, célibataire († 1839)
indivis entre les héritiers Marie Louise Krebs femme du marchand épicier Aloyse Heinrich et le suivant
1840 h François Aloïse Krebs, pâtissier, et (1856) Louise Anne Sidonie Kretz
1875* v Chrétien Théodore Weber, pâtissier, et (1858) Henriette Elise Luthy
1926* h Louise Elise Weber et copropriétaires
1952* h Paul Weber, entrepreneur, et copropriétaires

Valeur de la maison selon les billets d’estimation : 550 livres en 1713, 1 400 livres en 1717

(1765, Liste Blondel) VI 97, Sr Humbourg
(1843, Tableau indicatif du cadastre) O 334, Müller, Jean Baptiste Antoine, rue des Juifs 41 – maison, sol – 2,50 ares

Locations

1633, Jean Gaspard Hepp, docteur en médecine
1726, François de Gatinet, capitaine au régiment de Normandie et ingénieur ordinaire du Roi
1726, Théophile Samuel Silberling, relieur
1732, Marguerite L’Escot, femme séparée du comédien Pierre Fierville (contrat sans effet)
1732, Anne Marie du Bau veuve du chandelier Jacques Maury
1738, François Thomas de Rousseau, prébendier du grand Chœur de la Cathédrale
1762, Antoine Cassain, inspecteur des Ponts et Chaussées
1781, Jacques Maurice Hatry, capitaine au régiment de la Marck
1781, (cave) François Henri Mürdel, boucher
1812, 1820, Antoine Müller, pâtissier (ensuite propriétaire)
1814, Joseph Laurent Hommell, percepteur des contributions, et Anne Barbe Lienhart

Préposés aux affaires foncières (Bauherren)

1784, Préposés aux affaires foncières (VII 1421)
Le maître maçon Meyer demande au nom de l’huissier royal Humbourg la permission d’étayer l’encorbellement. Les préposés refusent.

(f° 148-v) Dienstags den 3. Augusti 1784 – Sr Humbourg huissier Royal
Mr Meier, der Maurer, nôe Sr Humbourg des Königlichen Huissier, bittet zu erlauben an deßen behaußung in der Juden Gaß gelegen den Überhang Zu unterfangen. Erkannt, Abweißung.

1790, Préposés aux affaires foncières (VII 1424)
Le maître maçon Meyer demande au nom de l’huissier royal Humbourg l’autorisation de crépir et de peindre la façade, de plâtrer l’encorbellement et de modifier une croisée comme le maire Dietrich l’a déjà permis

(f° 6-v) Dienstags den 13. Aprilis 1790 – M. Humbourg Huissier Royal
Mr Meÿer, der Maurer, producirt Ansuchungs Schein an Herrn Humbourg, des Huissier Royal behaußung in der Juden Gaß gelegen, die façade Verblenden und anstreichen auch den Überhang gipsen und einen Kreutzstock verändern zu laßen, welche Repartion provisorie von Herrn Maire Baron de Dietrich erlaubt worden. Erkannt, Approbation

Description de la maison

  • 1717 la maison comprend un bâtiment avant, un bâtiment arrière et un bâtiment intermédiaire, un passage latéral, deux cours, une cave voûtée et un puits, le tout estimé avec le sol, les appartenances et dépendances à la somme de 2 800 florins

Atlas des alignements (cote 1197 W 37)

4° arrondissement ou Canton Est – Rue des Juifs (en partie)

nouveau N° / ancien N° : 10 / 41
Müller
Rez de chaussée en maçonnerie et 2 étages mauvais en bois et avance
(Légende)

Cadastre

Cadastre napoléonien, registre 25 f° 120 case 1

Müller, Jean André, rue des frères N° 4
Krebs Aloïse , subst. 1849

O 334, maison, sol, Rue des Juifs
Contenance : 2,50
Revenu total : 181,30 (180 et 1,30)
Ouvertures, portes cochères, charretières :
portes et fenêtres ordinaires : 40 / 32
fenêtres du 3° et au-dessus :

Cadastre napoléonien, registre 26 f° 151 case 1

Krebs Aloïse
1875 Weber, Christian Theodor, Pasteten bäcker, Stephansplatz 6

O 334, maison, sol, Rue des Juifs 10
Contenance : 2,50
Revenu total : 181,30 (180 et 1,30)
Folio de provenance : (120)
Folio de destination : Gb
Ouvertures, portes cochères, charretières :
portes et fenêtres ordinaires : 40
fenêtres du 3° et au-dessus :

Cadastre allemand, registre 30 p. 255 case 2

Parcelle, section 20, n° 43 – autrefois O 334
Canton : Judengasse N° 10 – Maurerzunftgasse – rue des Juifs
Désignation : Hf, 2 Whs – sol deux maisons et bât. acc.
Contenance : 2,55
Revenu : 2300 – 2800
Remarques :

(Propriétaire), compte 1299
Weber Theodor Christian
1825 Weber Chrétien Théodore les héritiers et son épouse née Lathy
1926 Weber Louise Elise sans profession pour 1/7 et copropriétaires
1929 Weber Louise Elise sans profession pour 5/28 et copropriétaires
1952 Weber Paul, entrepreneur sa veuve pour 30/168 et copropriétaires
(4225)

1789, Etat des habitants (cote 5 R 26)

Canton VI, Rue 147 des Juifs (p. 276)

41
Pro: Humbourg, François Huissier – Privilegié
Humbourg, Jacob Blaise fils – ni B. ni M.
loc: Oberlin, Pierre Joseph, Docteur en Medecine – Jardiniers

Annuaire de 1905

Verzeichnis sämtlicher Häuser von Strassburg und ihrer Bewohner, in alphabetischer Reihenfolge der Strassennamen (Répertoire de toutes les maisons de Strasbourg et de leurs habitants, par ordre alphabétique des rues)
Abréviations : 0, 1,2, etc. : rez de chaussée, 1, 2° étage – E, Eigentümer (propriétaire) – H. Hinterhaus (bâtiment arrière)

Judengasse (Seite 68)

(Haus Nr.) 10
Schertz, Möbelgeschäft. 01
Stehli, Kaufmann. H 1
Stehli, Stickerin. H 1

Dossier I de la Police du Bâtiment (cote 737 W 158)

Rue des Juifs 10 (I), 1866-1981

Le pâtissier Chrétien Weber charge en 1885 l’entrepreneur Greiner de remplacer le bâtiment construit dans la cour par un nouveau plus solide puis en 1900 l’entrepreneur Wieger de transformer la devanture.
Le local commercial est occupé par le marchand de meubles Louis Schertz (1900). Sa distribution est modifiée en 1913. La cour est recouverte d’un toit vitré. La fabrique de meubles Rust et Compagnie y ouvre un magasin en 1938, remplacée par le graphiste et éditeur Drüsel pendant la guerre puis par la société Avenir Publicité (1950-1952) et le Pressing de la Cathédrale de Joseph Deiber (1954-1979).
Les copropriétaires représentés par Patrick Gauthier-Lafaye font transformer en 1980 le rez-de-chaussée et la façade (poser des lucarnes dans la toiture vers la rue et vers la cour) et supprimer le toit vitré qui recouvre la cour. Les travaux sont terminés en novembre. Le magasin est ensuite occupé par un magasin de tapis.

Sommaire
  • 1863 – L’entrepreneur Falckner demande au nom du propriétaire Heinrich le droit d’établir un soupirail du 10 ou 12, rue des Juifs
  • 1866 – Les entrepreneurs Petiti et Klotz demandent au nom du propriétaire le pâtissier Müller l’autorisation de badigeonner le mur au rez-de-chaussée sous l’encorbellement – L’agent voyer relève dans son rapport que le rez-de-chaussée est aligné mais que les étages dépassent l’alignement
  • 1885 – Les services de la Ville remarquent que le pâtissier Chrétien Weber fait construire dans la cour un bâtiment servant de bureau comportant une installation de chauffage – L’entrepreneur L. Greiner (20, rue du Jeu-des-Enfants) déclare qu’il y avait déjà un bâtiment identique dans la cour et qu’il s’est limité à le remplacer par un autre plus solide. – L’entrepreneur Greiner est autorisé à transformer un bâtiment accessoire à simple rez-de-chaussée dans la cour du 10, rue des Juifs – Le bâtiment est entièrement terminé, juin 1885
  • 1885 – Le maire notifie le pâtissier Chrétien Weber (domicilié 6, place Saint-Etienne) de faire ravaler la façade – La façade a été repeinte à l’huile, novembre 1885
  • 1894 – Même demande – Le ravalement est terminé, octobre 1894
  • 1900 (janvier) – L’entrepreneur E. Wieger (30, rue de faubourg de Pierre) demande l’autorisation d’occuper la voie publique devant le 10, rue des Juifs – Autorisation – L’occupation est terminée, mars 1900
    1900 (janvier) – Le même demande au nom du propriétaire Weber-Luthy l’autorisation de transformer la devanture selon les dessins joints, datés du 26 janvier. Le projet est refusé le 1 février parce qu’il contrevient aux dispositions du règlement en date du 30 novembre 1891 d’après lesquelles les bâtiments à encorbellement ne peuvent avoir d’ouvertures supérieures à 1,80 mètre
    L’entrepreneur transmet de nouveaux dessins le 12 février – Autorisation
  • 1899 – Le maire notifie le pâtissier Chrétien Weber (domicilié 6, place Saint-Etienne) de faire ravaler la façade – Le propriétaire demande un an de délai sur papier à lettres en français (Pâtés et terrines de foie gras Ch. Weber-Luthy, succ. de J. A. Muller, 10, rue des Juifs)
  • 1900 – La Police du Bâtiment constate que Louis Schertz a fait poser sans autorisation une enseigne plate (libellé Möbelausstellung, exposition de meubles) – Demande – Autorisation
  • 1904 – Le maire notifie le pâtissier Chrétien Weber (domicilié 6, place Saint-Etienne) de faire ravaler la façade – Le ravalement est terminé, novembre 1904
    1906 – Le maire notifie le pâtissier Weber-Luthy (domicilié 6, place Saint-Etienne) de faire ravaler la façade – En marge, comme le précédent ravalement remonte à deux ans et que la façade n’est pas particulièrement sale, la Police du Bâtiment classe l’affaire
    1907 – Le maire notifie le pâtissier Weber-Luthy (domicilié 6, place Saint-Etienne) de faire ravaler la façade – Courrier du propriétaire – Le ravalement est terminé, décembre 1907
  • 1912 – Le maire notifie le propriétaire Weber-Luthy (domicilié 6, place Saint-Etienne) de faire ravaler la façade – Le propriétaire demande si un simple lavage suffirait. La Police du Bâtiment fait remarquer que le crépi est abîmé
    1912 – L’entrepreneur C. Widmann (1, rue Saint-Louis) demande l’autorisation de réparer le crépi – Autorisation, les teintes devant être acceptées par la Police du Bâtiment – Travaux terminés, juin
    1912 (août) – Le rentier Weber-Luthy est autorisé à ravaler la façade – Le ravalement est terminé, septembre
  • 1913 – L’entrepreneur C. Widmann demande l’autorisation de transformer le bâtiment. Il s’agit de mieux distribuer les pièces où se trouve le magasin de meubles. Le reste du bâtiment sert d’entrepôt, sauf le deuxième étage où habite le propriétaire du magasin. L’architecte Emile Widmann (même adresse) transmet les plans sur lesquels figure la cour recouverte d’un toit vitré – Autorisation accordée au propriétaire Weber et à l’entrepreneur Widmann – Dessins (plan du rez-de-chaussée et des étages, coupe)
    La structure en fer est posée, août – L’entrepreneur ne doit pas recouvrir les structures en fer avant contrôle, octobre – Les transformations sont terminées, la réception finale peut avoir lieu, fin octobre
  • 1914 – Le marchand de meubles Schertz demande l’autorisation de poser deux enseignes (Strassburger Möbelhalle, galerie strasbourgeoise de meubles, au-dessus du premier étage et L. Schertz Möbel, meubles L. Schertz, au-dessus du rez-de-chaussée), croquis. La Police du Bâtiment refuse l’enseigne à double face posée sur l’encorbellement parce que la saillie par rapport à l’alignement est trop importante – Les enseignes ne sont pas posées
  • 1915 – Commission des logements militaires. Rien à signaler
  • 1919 – Le marchand de meubles L. Schertz demande l’autorisation de poser un échafaudage sur la voie publique au commissariat de police qui transmet à la Police du Bâtiment – Accord – L’échafaudage est retiré, juin
    1922 – L’entrepreneur E. Widmann demande l’autorisation de poser un échafaudage sur la voie publique pour réparer le pignon au commissariat de police qui transmet à la Police du Bâtiment – Accord
  • 1938 – La fabrique de meubles Rust et Compagnie (10-12, rue de Belfort au Neudorf, papier à lettres illustré) demande l’autorisation de poser temporairement un drapeau (Rustra-meubles) à l’occasion de l’ouverture de son magasin – Accord – Fiche de paiement, H. Weber, 14, rue Jean-Jacques Rousseau – Les inscriptions sont retirées, avril
    1938 (avril) – La même demande l’autorisation de poser une enseigne sur l’encorbellement – Autorisation – L’enseigne est posée, septembre
    1938 (juin) – La même demande l’autorisation de poser une enseigne verticale (Rustra Meubles, 4 x 0,30 m) – Autorisation – L’enseigne est posée, septembre
  • 1938 (mars) – La société Sigel Frères demande l’autorisation de poser un échafaudage sur la voie publique pour repeindre la façade – Autorisation
  • 1939 – Le propriétaire du 7-a rue des Frères (Mme Rousset, 8, boulevard de la Marne) se plaint de l’humidité provenant du 10, rue des Juifs – L’humidité qui provient d’une conduite d’eau défectueuse n’a pas entièrement disparu
  • 1943 – L’entrepreneur C. Kuhn (vitres, miroirs, enseigne, agencement de magasin),8-10 rue Oberlin à Schiltigheim) demande l’autorisation de poser une enseigne au nom de R. Drüsel (Graphisme et édition) – Maquette – Autorisation – L’enseigne est posée, janvier 1944
  • 1950 – La Police du Bâtiment constate que la société Avenir Publicité a posé sans autorisation une inscription murale – Demande – Autorisation
    1952 – Avenir Publicité (7, rue Saint-Michel) informe la Police du Bâtiment qu’elle va retirer l’enseigne – L’enseigne est enlevée, janvier 1953
  • 1954 – J. Deiber demande au nom du Pressing de la Cathédrale l’autorisation de poser deux enseignes, l’une au-dessus de l’entrée (Pressing de la Cathédrale), l’autre sur la façade (Nettoyage à sec en 2 heures) – Maquette – Autorisation
  • 1954 – Le préfet délivre à J. Deiber un récépissé de déclaration concernant un atelier de nettoyage à sec qui utilise des liquides halogénés
  • 1959 – Robert Gerst (fabrique de pâtés de foie gras, 7, rue des Frères) se plaint de fumées grasses provenant du 10, rue des Juifs. La Police du Bâtiment répond que sa descente sur les lieux n’a pas permis de savoir de quelle cheminée proviendraient les fumées
  • 1960 – Joseph Deiber, principal locataire demande une visite du logement au deuxième étage occupé en dernier lieu par Eugène Diemert. Il estime que le logement est insalubre et souhaite en faire un local commercial – Constat (propriétaire, François Tassel, 22, rue de l’Isle de Jars) qui rapporte les déclarations d’Eugène Deibert, lequel à l’intention d’acquérir l’immeuble. Le magasin et ses installations se trouvent au rez-de-chaussée, le premier étage renferme un bureau, un réfectoire pour les ouvriers et l’atelier de repassage. Le logement du deuxième étage demande une réfection
  • 1968 – Le maire notifie le médecin André Hanssen (77, rue des Grandes-Arcades) de faire ravaler la façade – Le propriétaire charge l’entreprise Wagner de faire faire les travaux
    1968 (octobre) – Le propriétaire est autorisé à poser un échafaudage sur la voie publique – Le ravalement est terminé, novembre
  • 1972 (avril) – Le Pressing de la Cathédrale se plaint que l’enseigne posée par son voisin (magasin de dorure Mertz exploité par Mme Chevallier) cache la sienne. Autre lettres qui expose les différends entre voisins – La Police du Bâtiment répond que l’enseigne en question est conforme aux règlements – Photographie
    1972 (juin) – Le Pressing de la Cathédrale demande l’autorisation de poser une enseigne lumineuse (Pressing) en la rehaussant de 60 centimètres suite à un accord avec le voisin. L’enseigne n’est pas posée
    1974 – Même demande. L’architecte des Bâtiments de France émet un avis défavorable. La Police du Bâtiment demande de déposer l’enseigne perpendiculaire. L’enseigne est toujours en place, janvier 1975
    1979 – Le Pressing de la Cathédrale informe la Police du Bâtiment qu’elle a cessé son activité au 1° août
  • 1979 (septembre) – Le syndic Lux est autorisé à poser un échafaudage sur la voie publique pour ravaler la façade – Travaux terminés, octobre 1980
    1979 (novembre) – Patrick Gauthier-Lafaye, représentant la copropriété, demande l’autorisation de transformer la façade (poser des lucarnes dans la toiture vers la rue et vers la cour) et le rez-de-chaussée, ainsi que de supprimer le toit vitré qui recouvre la cour (10, rue des Juifs, section 20 n° 43). Architecte, Jean Jacques Mischler, 2, rue des Meuniers – Plan cadastral de situation – Dessins (plan, élévations avant et après travaux, coupe). Le projet consiste à construire deux murs en briques creuses pour fermer les locaux ouverts aux intempéries depuis que le toit vitré a été démonté et à restituer les lucarnes d’origine. Devis
    Le maire transmet le dossier avec avis favorable au préfet – Observations de la Commission de sécurité. L’architecte des Bâtiments de France et l’inspecteur du travail émettent un avis favorable – Le préfet délivre le permis de construire le 20 février 1980
    Suivi des travaux – Les travaux extérieurs et intérieurs sont en cours, avril, juin 1980. Le ravalement est terminé, septembre. Les travaux sont conformes aux plans, une lucarne côté rue n’a pas été réalisée, novembre
  • 1980 (avril) – Le copropriétaire Mehrchid Avanzo (marchand de tapis) demande des précisions sur les obligations qui lui incombent. Il sollicite l’autorisation de poser des rideaux en fer et des enseignes – Croquis sur reproductions de photographies – La Police du Bâtiment n’émet pas d’objection quant à des volets roulants s’ils sont installés dans les caissons en place mais refuse les enseignes incompatibles avec le secteur sauvegardé
    1981 (février) – La Police du Bâtiment constate que Mme Avanzo a posé deux enseignes sans autorisation – Mehrchid Sabet (tapis d’art) déclare qu’il s’agit d’enseignes provisoires – Elle présente un projet en octobre 1981, maquette de l’enseigne – L’architecte des Bâtiments de France émet un avis favorable – Autorisation, 20 novembre 1981

Dossier II de la Police du Bâtiment (cote 934 W 238)

Rue des Juifs 10 (II), 1980-1982

Dossier en marge du permis de construire accordé en 1980. Les dessins du dossier sont de l’architecte Emile Dotchinov alors que ceux du précédent dossier sont de Jean Jacques Mitschler.

Sommaire
  • 1980 (avril) – Patrick Gauthier-Lafaye, représentant la copropriété, demande l’autorisation de modifier les façades, faire des transformations intérieures et créer des surfaces
    1980 (janvier) – Demande de permis de construire. Architecte Emile Dotchinov (6, rue des Echasses) – Dessins
    1980 (janvier) – L’avocat Claude Riegel émet au nom de la copropriétaire Françoise Athanassiou des objections contre la demande de permis de construire
  • 1982 – Une locataire se plaint que son appartement n’est pas conforme à la réglementation. La Police du Bâtiment constate les faits.

Relevé d’actes

D’après le titre cité à l’inventaire de 1713, le Grand Chapitre vend le 13 janvier 1615 la maison au marchand Thiébaut Braun qui en transmet la propriété à sa fille Madeleine, épouse du receveur Jean Philippe Hünerer

Mariage, Saint-Thomas (luth. n° 1353)
1620. Dominica Misericordia. Johannes Philippus Hünerer, Marbachischer Schaffner alhier, Vndt Jungfrau Magdalena, Herrn Dieboldt Braunen des handelsmanns nachgelaßene Tochter (i 448)

Jean Philippe Hünerer hypothèque la maison qui lui est échue dans la succession de sa belle-mère au profit de Jean Jacques Schell au nom duquel son tuteur le marchand Jean Pierre Bex

1631 (12. 9.bris), Chambre des Contrats, vol. 470 f° 569
Erschienen hanß Philipps Hüenerer burger Zu St.
hatt in gegensein herrn Peter Bexen deß handelßmanns auch burgers zu St, alß vogts hannß Jacob Schellen bekannt, daß Er besagtem Vogtsohn wegen der hernach specificirten und ihme Hünerer in seiner Schwiger weÿ: Margreth Braunin see: verlaßenschaffts Abtheÿlung durchs looß zugefallenen Behaußung schuldig worden, 100 pfund
zu vnderpfandt ernennt verlegt vnd eingesetzt hauß vnd hoffstat mit allen andern ihren gebäwen & gelegen alhie Inn der Juden gaß gegen der Maurer Zunfftstuben vber gelegen, einseit neben herrn Samuel Hugwarten dreÿern an alhieiger Müntz anderseit neben einem in Bruderhoff alhie gehörigen hauß, hind. Zum theil vff besagten Hugwarten vnd zum theil vff angeregt Bruderhöfisch. hauß stoßend

Jean Philippe Hünerer loue la maison au docteur en médecine Jean Gaspard Hepp

1633 (20. Februarÿ), Chambre des Contrats, vol. 471 f° 95
Erschienen Herr hannß Caspar Hepp medicinæ Doctor, burger Zu St.
hatt in gegensein H Hanß Philipps Hüenerers, auch burgers alhie, bekannt, daß Er von demselben Zweÿ Jahr lang, die von bevorstehendem Mariæ Verkündungs tag nechst nach einander. volgendt entlehnt vnd bestand.
sein Behausung alhie in d. Judengass geg. der Maurer Zunfftstuben vber gelegen, für vnd vmb einen Jährlich. Zinß Nemblichen XXXV. lb

La maison échoit ensuite à Madeleine Hünerer qui épouse en 1644 le marchand de bois Jean Henri Metzger

Mariage, Saint-Thomas (luth. f° 297-v)
1644. Domin. XIII Trinit. 15. Sept. Johann Heinrich Metzger Holtzhändler, Leonhard Metzgers Lohners auf dem Luxhoff Ehelich Sohn, Jungfr. Magdalena Johann Philipp Hüenerers burgers alhie Nachgelaßene Tochter. Eingesegnet Montags 30. Septembris St. Thoman (i 352)

La maison figure à l’inventaire des apports de Madeleine Hünerer qui s’élèvent à 5 061 livres. La maison est estimée 800 livres auxquelles s’ajoutent 100 livres de capital

1644 (8. 8.br), Me Ursinus (Jérémie, 60 Not 14) n° 14
Inventarium Über Jungfrawen Magdalena Hüenererin Zu Herrn Johann Heinrich Metzgern dem Holtzhändler Ihrem lieben Hochzeiter in die Ehe Zubring. Nahrung auffgerichtet 1644. – (…) zu herrn Johann Heinrich Metzgern Holtzhändlern, Herrn Lienhardt Metzgers, altten großen Raths Verwanthen, vnd der Zeit Stattlohners auff dem Luxhoff alhie eheleiblichem Sohn, Ihrem lieben hochzeiter, als ein unverändert Gutt in den Ehestandt Zubringen thutt – durch sie selbsten mit beÿstand herrn Johann Adam Hünerers Ihres geschwornen vndt noch ohnentledigten Vogts vnd Vetters geeügt undt gezeigt – So beschehen auff Montag, dinstag vnd dinstag den 5. vndt 6 Augusti vndt 8. Octobris A° 1644.

Inn einer alhie in der Judengaßen gelegener: vnd in diße Nahrung gehöriger Behaußung Ist befunden worden wie volgt.
Auff dem Casten, In der Cammer A, In der Cammer B, In der Cammer C, Vor der Obern Stuben, Auff dem Gang, Im Hoff, Inn mein Jeremiæ Ursini Notÿ Behaußung
Eÿgenthumb Vnd Beßerung einer Behaußung. Item hauß, hoffstatt vndt hoff sampt einem hind. hauß mit allen derßelben gebewen, begriffen, weithen, rechten, Zugehörd. vndt gerechtigkeiten, gelegen alhie in d. Statt Straßb. in d. Judengassen gegen d. Maurer Zunfftstuben über, j. s. neben H. Samuel Hugwarthen, burgern allhier, 2. s. neben einer d. Brud. hoff alhie Zugehörigen behaußung dauon gehen Jährlich 5. lb d H hanß Jacob Schellen burgern alhie, Jährlich vff Martini ablößig in hauptgutt 200. R. capital sonsten über dieße beschwerdt freÿ ledig vndt eÿgen vor 850. lb. V.mög j. t. erg. Kauffbrieffs deßen dat. freÿtags den 13. Januarÿ A° 1615. mit alttem lit. A signirt vnd darbeÿ gelaßen darbeÿ auch, Copeÿ deßelben.
Sa. haußraths 137, Sa. Silbers vndt Geschmeids 95, Sa. Guldenen Ring Vndt Geschmeids 113, Sa. Baarschafft 12, Sa. Pfenningzinß hauptgüter 3393, Sa. Gülthen xL, Sa. Anschlags deß Aigenthumbs vnd Beßerung der Behaußung 850, Sa. Liegende güther 50, Sa. der Schulden 363, Summa summarum 6455. lb – Schulden 933, Nach deren Abzug 5361 lb
Nota. Dießer Beschluß summa gehen von die Jenige 300 lb so hieuornen fo. 79 vff H Sebastian Ackermann als hauß zinß eingetragen, Vnd die Behaußung fo: 83. auch in spe. also doppel einbracht, V.pleibt demnach die Beschluß summa dießes Inventarÿ jetzmalen 5061. lb

Jean Henri Metzger, alors assesseur des XXI se remarie avec Marthe Uhlmann, veuve du receveur Jean Marcel Schenck
Mariage, Saint-Pierre-le-Vieux (luth. f° 184)
1679. d. 25. 7.bris. d. Edel Wohl Ehrenvest, Fürsichtig v. wohlweise H. Joh: Heinrich Metzger deß beständig. regiments der herrn XXI. vnd Kirchenpflegers besagter Kirch Zum Alt. St. Peter v. Martha H. Joh: Marcelli schencken schaffners zu St. Margarethen hinderlaßene wittib (i 185)

Intitulé de l’inventaire des apports dont les autres pages semblent manquer
1680 (5.2.), Me Oesinger (David le jeune, 38 Not 14) [-]
Inventarium und Beschreibung aller undt Jeder Haab, Nahrung undt Güethere, Liegender undt Vahrender Keinerleÿ davon außgeschloßen, So weÿl. der Ehrenveste Fürsichtig und Wohl [-] Johann Heinrich Metzger des beständigen Regiments der Herrn Räth und Ein und Zwantzig Wohlansehnlicher beÿsitzer zu Straßburg und die Viel Ehren undt tugendreiche Fraw Marthan Vhlmännin beede Ehegemächte, Vndt Burgere alhie alß Ein Unverändert Guth Zusammen In den Ehestand gebracht – So beschehen Vndt angefangen den 5. Februarÿ A° 1680

Jean Henri Metzger et sa deuxième femme Marthe Uhlmann passent un accord avec les enfants issus du premier mariage du mari avec Madeleine Hünerer, à savoir Dorothée Metzger femme du serrurier municipal André Kœrmann, Jean Philippe Metzger, péager au pont du Rhin, Jean Frédéric Metzger tonnelier, Marie Salomé Metzger femme du batelier Daniel Ulrich et Jean Henri Metzger absent

1685 (9.3.), Me Lang (Jean Henri l’aîné, 27 Not 5) n° 3
Zuwißen seÿe hiemit, demnach der Wohl Edel Ehrenvest, fromb, fürsichtig und hochweiße Herr Johann Heinrich Metzger deß beständigen Regiments der Herrn Fünffzehen Wohlansehnlicher beÿsitzer etlichen seine in Erster Ehe mit Weÿland der Viel Ehren und Tugendreichen Frawen Magdalen Metzgerin Geborner Hünererin erziehlten Kindern, theils beÿ lebzeiten erstgedachter dero lieben Mutter seel. theils nach dero Absterben im Wittibstandt, theils Aber in Jetziger seiner Zweÿten Ehe, ein und das andere wie wohlen zu ungleichen theilen, Zur Ehesteür und auff Abschlag dero Mütterlich Gutts gelüffert (…) So seind ane Zu end stehendem dato beÿsammen Erschienen obwohlgedachter H. XV. Johann Heinrich Metzger und die Edel Viel Ehren vnd tugendreiche fr. Martha Metzgerin gebohrne Uhlmännin beede Ehegatten als respe. H. Vatter und Fr. Stieffmutter eines, Andern theils aber die Viel Ehren und Tugendreiche Fr. Dorothea Metzgerin H. Andreß Körmanns Statt Schloßers und burgers alhier Eheliche haußfr. beÿständlich deßelben Ihres haußwürths, Ferner herr Johann Philipp Metzger, Zoller ane d. Rheinbruckh, Mehr H. Johann Friderich Metzger der Küeffer beede burgere allhier, vor sich selbsten, Ferner die Ehrn vnd tugendreiche Fraw Maria Salome Metzgerin H. Daniel Ulrichs deß Schiffmanns und burgers allhie Ehewürthin mit assistentz deßelben, ihres haußwürths, So dann der Ehrenvest, fürsichtig vnd wohlweiße H. Frantz Rudolph Mollinger, E. E. Großen Raths beÿsitzer als Geschworner Curator Johann Heinrich Metzgers, deß in der frembde sich erthaltenden Jüngern vnd noch ledigen Sohns, der Guthmuthigter intention, Willens v; vorhabend, sowohlen eine Ersuch: vnd beschreibung deßen, Was ein vnd das andere Kindt obangeregter maß, berichts von dem herrn Vatters empfangen (…) Actum Straßburg den 25. Januarÿ vnd 9. Martÿ Anno 1685.

La maison échoit à Marie Salomé Metzger femme du batelier Daniel Ulrich

Mariage, Saint-Pierre-le-Vieux (luth. f° 187-v)
1680. October, d. 14. H. Daniel Ulrich d. schiffmann v. burger alhie v. J. Maria Salome des Edelvesten Fürsichtigen v. wohlweißen H. Joh: Heinrich Metzgers deß beständigen regiments d. Hh. XXI. v. Kirchenpflegers beÿ Alt. St. Peter ehl. tochter (i 189)

Marie Salomé Metzger vend la maison au menuisier Jean Georges Hildenbrand

1690 (8.6.), Chambre des Contrats, vol. 562 f° 302
Maria Salome gebohrne Metzgerin Hn Daniel Ulrichs deß Schiffmanns Und E:E: kleinen Raths beÿsitzers eheliche haußfrau
in gegensein hans Georg Hildenbrands deß Schreiners
hauß, hoff, hoffstatt und hinderhauß, mit allen deren Gebäuen begriffen, Zugehördten und Gerechtigkeit allhier in der Judengaß gegen der Maurer Zunfftstub über, einseit neben Hn Jacob Wenckern alter Ammeistern anderseit neben einer Brud.höffischen Stiffts behaußung, hind. auff bemeldte brud.höffische behaußung stoßend gelegen – geschehen umb 1300 Gulden

Originaire de Geislingen (en Wurtemberg), Jean Georges Hildenbrand épouse en août 1672 Marie Madeleine Wagner, fille de menuisier, et devient bourgeois quelques jours plus tard en devenant tributaire chez les Charpentiers
Mariage, cathédrale (luth. f° 156, n° 33)
1672. Zum 2. mahl Johann Georg Hildenbrand der Schreiner, Johann Ulrich Hildenbrand gewesenen Schreiners Zu Geißlingen Meintzer herrschafft nachgelaß. ehel.S. Jfr Maria Magdalena Weiland Johann Jacob Wagners gewesenen Schreiners u. Burgers alhie nachgelaß. ehel. T. Donnerstags den 22.ten Aug. Münster i 158)

1672, 4° Livre de bourgeoisie p. 397
Hannß Georg Hildenbrandt der Schreiner, Weÿl. Hannß Ulrich Hildenbrandts deß Schreiners zu Geißlingen Ehelicher Sohn, empfangt daß burger Recht Von seiner huaßfrauen Maria Magdalena, Weÿl. Hannß Jacob Wagners gewesenen Schreiners und burgers alhie hinderlaßener dochter, umb 8. Gold R. so er beÿ der Cantzleÿ erlegt, ist Zuuor ledigen standts geweßen, und Will beÿ E. E. Zunfft der Zimmerleuth dienen. Jurav. den 26. Augusti a° 1672.

Jean Georges Hildenbrand se remarie en 1694 avec Susanne Marie Metz, veuve de Jean Philippe Meyer pasteur à Wilferdingen en Bade-Durlach : contrat de mariage passé à la Chambre des Contrats, célébration
1694 (26. 8.br), Chambre des Contrats, vol. 566 f° 631-v
Johann Georg Hildebrand der Schreiner, alß Hochzeiter an einem,
So dann Fr. Susanna Margaretha gebohrne Metzin, weil. H. Johann Philipp Meÿers, gewesenen Pfarrherrs zu Wilferding Fürstl. Margg. Badendurlachisch. Herrschafft hind. laßene Wittib, alß Hochzeiterin mit beÿstand Hn Johann Conrad Sachßen, deß Spitahl Apotheckers allhier Ihres Schwagers amandern theil
dieweil aber die Fr. Hochzeiterin Ihme dem hochzeiterer auß ihrer Ersten Ehe ein Söhnein, nahmens Johann Philipß zubringt (…)

Mariage, Temple-Neuf (luth. f° 51, n° 301)
1694. Dom: XX post Trinit. seÿnd Zum 2. mahl außgeruffen word. Johann Georg Hildenbrand Schreiner und burger allhier v. Susanna Margaretha weil. Johann Melchior Meÿers gewesenen Pfarrers Zu Wülferdingen fürstl. Baaden Durlachischer herrschafft nachgelaßene Wittwe. Seÿnd copulirt worden Mittw. den 3. 9.br. [unterzeichnet] hanß Jorg hilde brandt Alß hoh zeter, Susanna Margaretha Meÿerin als hochzeiterin (i 50)

Jean Georges Hildenbrand meurt en 1713 en délaissant trois enfants issus de son deuxième mariage. Les experts estiment 450 livres la maison dont la moitié appartient à la succession (l’autre moitié revenant aux héritiers de sa première femme). La masse propre au veuf s’élève à 30 livres, celle des héritiers présente un déficit de 142 livres. L’actif de la communauté s’élève à 233 livres, le passif à 142 livres

1713 (15.4.), Me Mader (6 E 41, 667) n° 116
Inventarium undt beschreibung aller der Jenigen Haab Nahrung und Güetter, Liegender und fahrender, so Weÿland der Ehrengeachte Meister Johann Georg Hildenbrand der geweßene Schreiner und burger allhier nach seinem den 25. Februarÿ dießes 1713. Jahrs beschehenen tödlichem ableiben Zeitlichen Verlaßen welche Verlaßenschafft dann auf freundliches ansuchen erfordern und begehren der Edel Wohl Ehrenvest Weiß undt Großachtbahren Herrn Daniel Ernst Braunen berümhbten Jubilirers und E: E: Großen Raths alten Wohlverdienten beÿsitzers alß geschwornen Vogts Mariæ Margarethæ, Daniel und Johann Georg Hildenbrandts des verstorbenen seel: mit hernach gemelter seiner Haußfrawen in Zweÿter Ehe erzeugter Kinder und ab intestato Erben Inventirt und Ersucht durch die Ehren und Tugendsame Fraw Susannam Margaretham gebohrne Metzin die hinterbliebene hertzlich betrübte fraw Wittib mit assistentz und beÿstand Hoch Edel Vest fürsichtig und hochweiß. Herrn Johann Peter Nawendorff der Statt Straßburg hochmeritirten XXI. deroselben geschwornen herrn Curatoris auff Zuvorher beschehene genugsame anerinner: und anleßung der gewohnliches Articuls des Eÿdts Eÿgens und Zeÿgens – Actum und angefangen in der königlichen Freÿen Statt Straßburg auff dienstag d. 25. Aprilis Anno 1713.

In Einer in der Statt Straßburg in der Judengaß gelegenen in dieße Verlaßenschafft Zum theil gehöriger behaußung Ist befunden worden wie volgt
Ane Höltzen undt Schreinwerck, auf der Obern bühn, In der Cammer A, In der Cammer B
Eÿgenthumb ane Einer Behaußung. Item der halbe theil ane einer behausung, Hoff, Hoffstatt und hinterhauß mit allen deren begriffen, weithen, rechten, Zugehördten und gerechtigkeiten gelegen allhier Zu Straßburg in der Judengaß gegen der Maurer Zunfft Stuben über, einseit neben S. T. Herrn Jacob Wenckern alten hochverdienten Ammeistern dreÿ Zehnern und Scholarcha, anderseit neben einer behausung in dem bruderhoff gehörig hinden vff gemelte bruderhoffische behaußung stoßend Von der gantzen behaußung gibt mann Jährlichen auff Joh. Bapt: Weÿl. H. Johann Daniel Braunen geweßenen XV.rs und Jubilirers seel. hinterlaßenen Erben 18. lb d Zinnß so in hauptgut abzulößen mit 450. lb. sonst freÿ ledig und eigen und durch der Statt Straßburg geschwornen Werckmeistere nach eine beÿ dem Concept befindlichen Abschatzung angeschlagen Vor 550. lb, Davon seind aber wider abzuziehen Vorstehenden beschwerden so thun 450. lb. Nach deren abzug wird ane Voorstehendem anschlag der behaußung annoch übrig Verblieben 100. lb, thut zu hiehero gehöriger helffte 50. lb
Darüber besagt ein Neüer pergamentener Kauffbrieff mit der St. Straßburg C: C: stub anhangedem Jnsigel Verwahrt de dato d. 8. Junÿ 1690. Außweisend welchergestalt der Wittiber solche behaußung, Von Frawen Maria Salome gebohrner Metzgerin, herren Daniel Ulrichs des Schiffmanns und alten Kleinen Raths verwanthen alhier ehelicher haußfrauen Kaüfflich ane sich gebracht Lit. A notirt. Dabeÿ ferner ein alter pergamentener Kauffbrieff mit Vorgedachtem anhangendem Insigel bekräfftiget, deßen datum d. 13. Jan: 1615. auß welchem Zu ersehen, waß maßen H. Johann Theürer als Vogt weÿl. Hn Theobald Braunen des Handelßmanns allhier seel. Wittib erwehntes Hauß H. Johann Bregentzen Schaffnern der Hh. Deputaten hoher Stifft Srb. aberkaufft, mit altem Lt. A. notirt und darbeÿ gelaßen
Ergäntzung der Fraw Wittib unveränderten Guths. Vermög Declaration et Specification Frawen Susannæ Margarethæ Hildenbrandin gebohrner Metzin Zu herrn Johann Georg Hildenbrandt Schreinern und burgern zu Straßburg in die Ehe gebrachter Nahrung durch herrn Johann Reinhard Langen Seniorem Notarium in Anno 1713. gefertiget
Abzug über gegenwärtige Verlaßenschafft. Der Fraw Wittib unverändert Guth, Sa. hausraths 2, Sa. Silber geschirr und Geschmeids 4, Sa. Guldener Ring 1, Sa. der Ergäntzung 225, Summa summarum 233.
Der Erben unverändert und Theilbar Vermögen, Sa. haußraths 75, Sa. Holtz und Werckzeugs 22, Sa. Silber geschirr und Geschmeids 2, Sa. Guldener Ring 6, Sa. der baarschafft 10, Sa. Eigenthums ane Einer behaußung 50, Sa. Schulden in der Erbe zugeldten 7, Summa summarum 174 – Schulden 317, So nun solche passiva gegen der Erben unvertheilten Verlaßenschafft gehalten werden, so befindet sich daß solche selbige dem Stalltax nach übersteigen umb 142 lb
Der Fraw Wittib unverändert Gut thut 233. lb, Wann dann auch obiger Schulden rest der 142. lb (…) abgezogen werden, verbleiben dann 90 lb
Conclusio finalis Inventarÿ 151 lb

La deuxième moitié de la maison revient à la sœur de Marie Madeleine Wagner, Marguerite Wagner qui épouse en 1695 le menuisier Philippe Zeitler puis en 1708 le menuisier Jean Gross. La plus-value que perçoit Jean Gross à la vente de la maison justifie en partie devant les Quinze l’actif lors de l’inventaire de Marie Madeleine Wagner.

Jean Gross et Marguerite Wagner hypothèquent la maison au profit d’Elie Brackenhoffer, greffier à l’audience du consul

1713 (ut ante [28.9.]), Chambre des Contrats, vol. 586 f° 540-v
Joh: Groß schreiner und Margaretha geb. Wagnerin beÿständlich Daniel Gießbreccht schreiners und Joh: Adam Voltz schuemachers
in gegensein H. Elie Brackenhoffers Actuarÿ beÿ löbl. ammeister audientz – schuldig seÿen 750 pfund
unterpfand, ihre behaußung c: appert: in der Judtengaß, einseit neben H. Ammeister Wencker anderseit neben einer behaußung dem Bruderhoff gehörig, hinten auch

Marguerite Wagner vend la maison au notaire royal Jean Joseph Humbourg et à sa femme Marie Claire Meyer

1713 (ut ante [6.11.]), Chambre des Contrats, vol. 586 f° 626
(1900) Marg: geb. Wagnerin beÿständlich Joh: Groß schreiners ihres mariti
in gegensein H. Joh: Joseph Homburg Notarii Regii und fr. Mariæ Claræ geb. Maÿerin
eine behaußung hoff hoffstatt sambt inem hintern hauß mit allen deren gebäuen, begriffen, zugehörden, rechten und Gerechtigkeiten in der Judtengass gegen der maurerzunft stueb, einseit neben S.T. H. Jacob Wencker alten Ammeister XIII.er u. Scholarchen anderseit neben einer behaußung dem bruderhoff gehörig hinten auch
die verkäufer versprechen einen stueb bod. in der untersten stueb, Item einen bad. in dem Cammerlein im hoff unter dem gang, Item die fensterrahmen und fenster in hintersten stock der stueb und Cammer auf ihren cösten, Item ein thürlein ahn ein blindloch machen lassen und die wandt in der vordersten stueb zu repariren ohn entgeld – um 225, 225, 108, 108, 108, 108 und 750 capitalien verhafftet, geschehen um 226 pfund

Le notaire royal Humbourg dépose une plainte contre le maçon Jean Blessig au conseil des Maçons. Il estime que le travail qu’il a demandé est mal fait et trop cher. Les experts commis à la visite des lieux rendent un rapport non conservé. Jean Blessig qui n’accepte pas les conclusions du rapport porte l’affaire devant le Petit Sénat. Le conseil des Maçons commet Jean Quirin Berga pour terminer les travaux aux frais de Jean Blessig.

1714, Protocole de la tribu des Maçons (XI 234)
Herr Homburg der Königliche Notarius Clagt g. Mr Johannes Bleßig
(f° 163) Dienstags den 17.ten Aprilis A° 1714 – Mr Johann Philipp Biber der Jüngere Clagt C. Mr Johann Bleßig daß er Ihm in Herrn Homburgs Hauß einen Stümpler in das gesicht in gegensein herrn homburgs geheißen.
Ille sagt seÿ dann nicht alßo, er habe ander (-) nichts Zu Ihme gesagt, alß dises, er solle das handwerck nicht verstümplen und sowohl feil arbeiten damit ein andere ehrlicher Meister auch bestehen Kan, einen stümpler aber habe er Ihn expresse ô geheißen.
Erk. sollche biß zu herrn homburgs gegensein aufgehaben bleiben solle.

(f° 164) Dienstags den 8. Maÿ A° 1714. Herr Homburg der Königliche Notarius Clagt g. Mr Johannes Bleßig, daß er Ihme in seinem Jetzigen hauß eins: und andere arbeit verdungen, welche er aber dergestalten Verfertigt, daß er theils mit der arbeit nicht zufrieden, theils aber wegen Zuviel forderung nicht Zufrieden sein Kan.
Ille sagt er habe die arbeit verfertiget wie recht und wie er es haben wollen, habe Ihme auch mehr nicht abgefordert alß was er Verdient.
Mr Joh: Quirinus Berga. Mr Samuel Zangern alß welche auf befelch herrn oberherren bereits Zum theil besehen, berichten, daß Zwar eins und das ander Zu Viel, auch nicht recht gemacht seÿe, all ein mann Könnte, dar über noch Zur Zeit nicht Urtheilen, biß die Völlige arbeit besichtigt.
Erk. daß Mr Berga und Mr Zanger nochmahlen abgeordnet wein sollen, Vmb dise arbeit Zubesichtigen und anzuschätzen

(f° 165-v) Montags dden 9. Julÿ – In sachen herrn humburgs, deß Königlichen Notarÿ, Kläger an einem, entgegen und wieder Mr Johannes Bleßig, Maurer und Steinhauern, daß beklagten anderen theils, pt° gemachter Maurer und Steinhauer arbeith in sein H. Humburgs behaußung in der Judengaßen ist auf eingeführte Klag und antworth auch der deputirten Relation mit urthel Zurecht Erkandt, p.ge auf beÿligender Abschatzung allwo sich dann auch die Erk. befinden.

(f° 167) Montags den 27° Augusti A° 1717 – Herr Homburg der Königl. Notarius g. Mr Joh. Bleßig, den Maurer und Steinhauer erscheind und sagt, daß Mr Joh: Bleßig E: E: Zunfft und Gericht ertheilten bescheid nicht acceptirt, sondern an E. E. Kleinen Raht Appelliret, Welch es aber Crafft bescheid Vom 20.ten Augusti A° 1714. wider an E: E: Gericht gewiesen, Weßwegen er dann gebetten haben will /:maßen hochgebietender herr Oberherr auch schon permittiret:/ Mr Berga Zuerlauben, maß welchen er Vorschlägt daß er dise arbeit auf Mr Bleßig Lasten mach. zu laßen.
Mr Bleßig protestirt wid. dieses alles.
Erk. daß herrn humbourg in seinem begehren Willfarth sein solle, dergestalten, daß Mr Bleßig von der arbeit bleiben, Mr Berga aber die arbeit auf sein Mr Bleßig Kosten, wie recht ist, machen und Verfertig. solle.
Mr Johann Quirinus Berga Verspricht morg. od. übermorgen anzufangen.

Jean Joseph Humbourg meurt le 24 janvier 1717. Les experts estiment la maison 1 400 livres lors de son inventaire. Marie Claire Meyer se remarie avec l’employé aux affaires du Roi Joseph Boissié

Joseph Boissié et Marie Claire Meyer louent une partie de la maison à François de Gatinet, capitaine au régiment de Normandie et ingénieur ordinaire du Roi

1726 (9.2.), Me Humbourg (6 E 41, 44)
Bail d’un an à commencer au jour et fete de l’annonciation de Notre Dame 25. mars prochain – Sr Joseph Boissié Employé aux affaires du Roy demeurant en cette ville et dlle Marie Claire Meyer
au Sr François de Gatinet Capitaine au Régiment de Normandie Ingenieur ord.re du Roy
tous et généralement Les appartements du premier etage du second Etage de La maison de Led. dlle Epouse du Sr. Bailleur situé dans la ruë des Juifs vis à vis du Poele des Massons et tous les greniers en dépendant item la principale cave et La grande place pour mettre du bois de chauffage sous l’escaliuer et La Galerie – moyennant un loyer annuel de 250 livres

Joseph Boissié et Marie Claire Meyer louent une partie de la maison au relieur Théophile Samuel Silberling

1726 (9.2.), Me Humbourg (6 E 41, 44)
Bail de 3 années à commencer au jour et fete de l’annonciation de Notre Dame 25. mars prochain – Sr Joseph Boissié Employé aux affaires du Roy demeurant en cette ville et dlle Marie claire Meyer
au Sr Theophile Samuel Silberling marchand relieur de Livres bourgeois de cette ville (signé) Theophilus Samuel Silberling buchbinder
Les appartemens d’en bas qui sont rez terre ensemble La petite cave et une place dans la cour de derrière pour mettre du bois de chauffage de la maison appartenante à Lad, dle Epouse du Sr Bailleur situé dans la ruë des Juifs vis à vis du Poele des Massons – moyennant un loyer annuel de 100 livres tournois

Marie Claire Meyer meurt en septembre 1728 en laissant son fils Jean François Humbourg pour unique héritier. L’inventaire reprend l’estimation à laquelle a été portée la maison en 1717.

Jean François Humbourg, étudiant en philosophie pour lequel agit son tuteur Pierre Hermann Klein, loue la maison à Marguerite L’Escot, femme séparée du comédien Pierre Fierville. Le contrat est aussitôt annulé et remplacé par le suivant

1732 (24.4.), Chambre des Contrats, vol. 606 f° 190-v
H. Rathh. Peter Hermann Klein EE. kleinen Raths jetziger beÿsitzer als vogt Jean François Humbourg Studjosi Philosophiæ weÿl. H. Jean Joseph Humbourg gewesten Notarÿ regÿ einigen Sohns
an Mde Marguerite geb. L’Escot H. Pierre Fierville des Comoedianten quo ad bonam separirten ohnbevögtigt Ehefrauen beÿständlich H. Lt. René Paul Joseph Pin Cantzellisten
entlehnt, Eine gantze Behausung bestehend in Vorderhauß hindergebäu hoff und hoffstatt mit allen derselben gebäuden, begriffen, weithen, zugehörden, Rechten und gerechtigkeiten ahne der Juden gaß, einseit neben H. Jacob Wencker seniore registratore allhiesigen archivs anderseit neben dem catholischen Pfarrhauß im Münster gelegen, nichts davon als eine auff dem Vorder: hauß zweÿ stiegen hoch befindliche auff die gaß und in den hoff sehende Kammer so a la Mansarde gebauen – auf 3 nacheinander folgenden jahren anfangend von Johann Baptistæ für währenden Jahrs, um einen jährlichen Zinß nemlich 348 livres tournoises
[in fine :] Obige Lehnung ist wieder zurückgegangen

Jean François Humbourg loue la maison à Anne Marie du Bau veuve du chandelier Jacques Maury

1732 (26.4.), Chambre des Contrats, vol. 606 f° 194
H. Rathh. Peter Hermann Klein Exsenator und EE. kleinen Raths beÿsitzer als vogt Jean François Humbourg Studjosi Philosophiæ
in gegensein Fr Mariæ Annæ geb. Du Bau weÿl. Jacques Maury gewesten Liechtemachers wittib beÿständlich ihres Curatoris H. Carl Frantz Hannung Porcellin machers und E. E. kleinen Raths alten beÿsitzers und ihres tochtermanns Jacques Decary des Pastettenbeckers
entlehnt, Eine gantze Behausung bestehend in Vorder: Mittel: und hindergebäu zweÿen höffen weithen, zugehörden, Rechten und gerechtigkeiten nichts davon als eine im Vorderhauß zweÿ Stiegen hoch befindliche in den Vordern hoff sehende Camin Kammer, so dem curandi zu seiner bewohnung behalten, allhier in der Juden gaß, einseit neben H. Jacob Wercker Sen: JVDi und registratore allhiesigen Archivs anderseit neben einer zur wohnung des Catholischen Pfarrherren zu St Lorentz im Münster gewidmeten behausung gelegen – auf 3 nacheinander folgenden jahren anfangend von Johannis Baptistæ für währenden Jahrs, um einen jährlichen Zinß nemlich 85 pfund

Jean François Humbourg, étudiant en droit, hypothèque la maison au profit de Marie Anne Peublan

1735 (25. 8.br), Me Humbourg (6 E 41, 54)
Sr Jean François Humbourg candidat ez Lois praticien et bourgeois de cette ville y demeurant rue des Juifs paroisse St Laurent assisté du Sr Pierre Herman Klein son curateur établi par la justice y demeurant grande rüe paroisse St Pierre le Vieux
à Dlle Marie Anne Peublan fille majeure de feu Me Henry Peublan Procureur au Conseil souverain d’Alsace demeurant en cette ville rue Bruderhoffsgass paroisse St Laurent – devoir 3000 livres tournois
hypothèque une maison à Luy Appartenante propriétairement située Rue susdite des Juifs avec ses droits appartenances et dépendances joignant une maison canoniale d’un côté le Sr Wincker d’autre

Huissier sergent royal au Conseil souverain d’Alsace, Jean François Humbourg épouse en 1736 Marie Anne Metzger, fille du secretaire au Conseil de la Régence : contrat de mariage, célébration à Saverne

1736 (5.7.), Me Humbourg (6 E 41, 56)
Contrat de mariage – Sr Jean François Humbourg huissier sergent royal au Conseil souverain d’Alsace a la résidence et bourgeois de cette ville fils de feu Jean Joseph Humbourg aussy not.re royal en cette ville et Procureur à l’officialité de l’Eveché dud. Strasbourg et feue Dlle Marie Claire Meyer autorisé par Me Jean Jacques Meyer son grand pere maternel annexé au Cm. passé le jour d’hier entre le Sr Jean Ignace Behr cousin germain dudit Sr Humbourg et dlle Marie Anne Genevieve Schillinger
Dle Marie Anne Metzquer fille majeure de Me François George Metzquer secretaire au Conseil de la Régence de L’eveché de Strasbourg et de feue Dlle Marie Cunigonde Würmelé
article 6, Doüaire à la future épouse, pendant le tems seulement qu’elle restera veuve l’usufruit et la jouissance de tout le rez de chaussée et des appartemens le composant de la Maison appartenante en propriété aud. futur époux scitué en cette ville rue des Juifs joignant Mr L’ammeister Wencker d’une part et une maison appartenante au grand chapitre de la Cathedrale d’autre
le futur époux assisté du Sr Emanuel François dagobert Behr avocat au Conseil souverain d’Alsace et en celuy de la regence de l’Eveché de Strasbourg demeurant a Saverne, Jean Ignace Behr Greffier du baillage de Marmoutier domicilié aud. Marmoutier tous deux ses cousins germains du côté maternel

Mariage, Saverne (cath. f° 19)
Anno Dni 1736 die 16 julii (…) Sacro matrimonii vinculo in facie Ecclesiæ conjuncti fuerunt dominus joannes franciscus Homburg apparitor Regius Argentinæ commorans, filius Defuncti Dni joan. josephi Homburg, Notarii Regii ibidem et Defunctæ Mariæ Claræ Meyer in vita conjugum, et honesta ac pudica virgo Maria Anna Metzger filia D. Francisci Georgii Metzger Secretarii Regiminis Tabernensis et Defunctæ Mariæ Kunigundæ Würmel in vita conjugum [unterzeichnet] Humbourg, Maria Anna Metzger (i 19)

Jean François Humbourg loue à François Thomas de Rousseau, prébendier du grand Chœur de la Cathédrale, la partie de maison qu’occupe Mme Zorn de Bulach

1738 (22.4.), Me Humbourg (6 E 41, 59)
Bail a commencer au jour de la St Jean Baptiste jusqu’à 6 ans – Sr Jean François Humbourg huissier sergent royal au Conseil souverain d’Alsace a la residence de cette ville
à Monsieur François Thomas De Rousseau pretre prebendier du grand Chœur de la Cathedrale de cette ville
L’appartement occupé actuellement par Mde de Boulach dans la maison dud. bailleur scize rüe susd. des Juifs et à luy appartenante consistant led. appartement en un premier et second étage une grande cave donnant sur la rüe et le grand bucher les greniers restans en commun entre les parties à l’exception cependant d’une seule Chambre aud. second étage réservée aud. Sr bailleur – moyennant un loyer annuel de 320 liures

Jean François Humbourg garantit sur la maison la rente à servir au futur prêtre Jean Joseph Boissié

1740 (18.2.), Me Humbourg (6 E 41, 63)
Titre clérical – Sr Jean François Humbourg huissier sergent Royal au Conseil souverain d’Alsace à la résidence de cette ville y demeurant rue des Juifs paroisse St Laurent lequel voulant donner moyens au
Sr Jean Joseph Boissié Clerc de ce diocese d’être promû aux ordres sacrés (une rente viagère de) 100 livres tournois
sur la maison appartenante en propriété aud. Sr Humbourg et par luy présentement occupée et située en cette ville rue susd. des Juifs joignant Le Sr Wencker ammeistre d’une part et une maison appartenante au Grand Chapitre par devant lad. rue des Juifs et derrière lad. maison du Grand Chapitre

Jean François Humbourg hypothèque la maison au profit d’Annet Pretre dit Boubonnois, domestique du Maréchal comte de Broglie

1741 (27.5.), Chambre des Contrats, vol. 615 f° 273, Not. royal Humbourg, 25 mai 1741
Auff ansuchen H. Jean Humbourg königl. Notarii nachstehende von demselben d. 25. hujus passirte Obliigation
Sr Jean François Humbourg huissier royal à la résidence et bourgeois de cette ville demeurant rue des Juifs paroisse de St Laurent
au Sr Annet Pretre dit Boubonnois homme de Chambre de Mgr le Maréchal Comte de Broglie commandant en chef de cette province d’Alsace demeurant en cette ville, (devoir) 100 louis d’or
hypothèque la maison appartenant en propre et occupée par led. débitteur scize et située en cette ville rue des Juifs avec toutes ses appartenances et dépendances, d’un côté le Sr Ammeister Wencker, d’autre une maison du Grand Chapitre de la Cathédrale de cette ville – échu et avenu dans la succession de Jean Joseph Humbourg son père notaire et défunte Marie Claire Meyer

Jean François Humbourg garantit sur la maison la rente à servir au futur prêtre Jean Chrisostome Tuchfærber

1747 (14. 9.bre), Me Humbourg (6 E 41, 78)
Titre sacerdotal – Sr Jean François Humbourg huissier Sergent Royal au Conseil souverain d’Alsace et bourgeois de cette ville y demeurant ruë des Juifs paroisse St Laurent
lequel pour faciliter au Sr Jean Chrisostome Tuchfaerber clerc de ce diocese de Strasbourg fils de feu le Sr Jean François Tuchfaerber me. cordonnier bourgeois de cette ville et Damle Anne Marie Delile l’Exécution du St désir qu’il a de se faire promouvoir aux ordres sacrés pour lui servir de titre sacerdotal 100 livres de pension viagere
hypothèque, la maison a lui appartenante en propriété et par lui occupée scise et située audit Strasbourg rue des Juifs avec ses appartenances droits et dépendances joignant les héritiers de feu M l’Ammeistre Wencker d’une part et le Grand chapitre de l’Eglise Cathedrale d’autre

Jean François Humbourg engage la maison en garantie pour le commis en second aux exercices François Nicolas Schillinger

1760 (15.4.), Me Humbourg (6 E 41, 103)
Régie d’Etienne Somsoye, Acte de Cautionnement pour la régie des Droits sur les cuirs
Sr Jean François Humbourg huissier sergent royal au Conseil souverain d’Alsace a la regence de cette ville
de l’administration que fera François Nicolas Schillinger dans l’emploi de commis en second aux exercices de cette ville de Strasbourg
sçavoir sa maison avec ses appartenances et dépendances Scituée en cette ville de Strasbourg rue des Juifs
M. L’ammeistre faust d’une part une maison canoniale du grand Chapitre d’autre devant lad. rue des Juifs vis à vis la tribu des massons et par derrière lad. maison canoniale

Jean François Humbourg loue une partie de la maison à l’inspecteur des Ponts et Chaussées Antoine Cassain

1762 (26.2.), Me Humbourg (6 E 41, 107)
Sr Jean François Humbourg huissier sergent royal au Conseil souverain
et le Sr Antoine Cassain Inspecteur des Ponts et Chaussées residant en cette ville, Bail de 5 années qui commencent a la Notre Dame de mars prochaine
dans la maison du Sr bailleur en cette ville rue des Juifs tous les appartements au premier étage du corps de logis du devant et l’armoire dans le vestibule la cuisine dans le corps de logis du derrière avec les appartements et le grenier au dessus, la petite cave sous le corps de logis de devant, le grand bucher qui est dans la cour de devant, l’usage de la buanderie et des greniers en commun, le poele dans le corps de logis du milieu étant réservé au Bailleur qui pourra en disposer même le louer comme chambre garnie – moyennant un loyer annuel de 750 livres

Jean François Humbourg se remarie avec Marie Claire Elisabeth Krafft, fille du greffier d’Eschentzwiller en Haute-Alsace : contrat de mariage, célébration

1779 (29.5.), Me Lacombe (6 E 41, 174) n° 51
Dépôt de Contrat de mariage – Jean François Humbourg huissier royal au Conseil souverain d’Alsace pour la résidence de Strasbourg
Marie Claire Elisabeth Krafft majeure assitée de Marc Adam Krafft mon frère avocat aud. Conseil second receveur du Grand chapitre de Strasbourg et greffier des terres de la noblesse de la basse alsace – le 3 octobre 1778
Verzeichnus deren zu meinem Mann in die Ehe gebrachtes und von ihme agnoscirte Effecten und Mobilien 28 maÿ 1779
Inventaire des apports du mari

Mariage, Saint-Pierre-le-Vieux (cath. p. 266)
Hodie 10 Octobris anni 1778 (…) sacro matrimonii vinculo in facie ecclesiæ conjuncti fuerunt D. Joannes Franciscus Humbourg apparitor regius viduus defunctæ Dnæ Mariæ Annæ Metzger ex parochia ad St Laurentium hujus urbis et Dlla Maria Elisabetha Krafft, oriunda ex Eschentzweiler dioecesis Basiliensis filia legitima et Majorennis defunctorum Conjugum D marci Adami Krafft supremæ Curiæ Colmariensis, dum viveret, advocati nec non in Eschentzweiler Protoscribæ et Dnæ Annæ Mariæ Götzmann a tredecim annis in parochia nosrra commorans (signé) Humbourg (avec paraphe), Krafft (i 140)

François Humbourg loue une partie de la maison à Jacques Maurice Hatry, capitaine au régiment de la Marck

1781 (11.7.), Me Lacombe (6 E 41, 183) n° 24
Bail 6 années consécutives qui ont commencé le 24 juin de la présente – Sr François Humbourg huissier royal à la résidence de Strasbourg
à M. Jacques Maurice Hatry capitaine au régiment de la Marck infanterie pour ce représenté par M Antoine Augustin Engelmann avocat audit Conseil son beau frère fondé de procuration (à Boulogne sur Mer le 23 juin dernier)
de l’appartement dans la maison dudit Bailleur appartenances et dépendances, moyennant un loyer annuel de 400 livres
(Joint) Etat Des effets qui sont en place et se trouvent dans le corps de logis de la maison, Au premier étage dans la cuisine, au dessus dans le petit poel, au premier dans le grand poel d’habitation, dans le poel donnant jour sur la cour, a côté dans la chambre à cheminée, dans le cabinet, dans le vestibule, au second étage dans le poele sur la rue, dans la petite chambre à côté, s.d.

François Humbourg loue une cave au boucher François Henri Mürdel

1781 (13.7.), Me Lacombe (6 E 41, 183) n° 29
Bail de 5 années consécutives qui commencent à courir à la St Michel prochaine – Sr François Humbourg huissier royal à la résidence de Strasbourg
au Sr François Henri Mürdel boucher
la grande cave sous le corps de logis du milieu de la maison du Sr bailleur en cette ville rue des Juifs avec tous les tonneaux qui s’y trouvent
1. le preneur sera tenu de faire faire a ses frais deux poteaux en pierre de taille à l’entrée de la cave au bas de l’escalier pour pouvoir y mettre les gonds et attacher les portes de fermeture de lad. cave qui sont au pied de l’escalier et qu’il ajustera à tous égards pour leur fermeture – moyennant un loyer annuel de 144 livres tournois

La maison reste indivise lors du partage entre les trois enfants de François Humbourg et de Marie Anne Metzger

1796 (6 fruct. 4), Strasbourg 7 (8 b), Me Stoeber n° 1263
Partage De la succession de feu Sr François Humbourg huissier décédé le 20 ventose 5, sont comparus 1. le C. François Antoine Matherne Humbourg homme de loi et greffier du Tribunal de Commerce du Département du Bas Rhin, 2. la C. Marie Josephe Humbourg epouse du C. Jean François Leroux Negociant en cette commune, 3. le C. Jacques Blaise Humbourg huissier résidant en cette commune, tous trois enfants dudit défunt procréés en premier mariage avec Marie Anne née Metzger et héritiers pour un tiers dans la présente succession

Partage des meubles, à François, meubles 495, argenterie 444 – à Marie Josephe Leroux, meubles 339, argenterie 360 – à Jacques Blaise, meubles 569, argenterie 360 – meubles indivis 1847
Maison restée indivise entre les héritiers. Vne Maison située dans la rue des Juifs N° 41 ayant plusieurs Corps de logis, puits, Cour, Caves avec toutes ses appartenances et dépendances le C. Hatterer d’une part le C. Philippe Jacques Lauth d’autre aboutissant sur led. Hatterer, sur la propriété de laquelle maison il existe trois contrats de vente à la Chambre des Contrats des 13. janvier 1615, 8 mars 1690 et 7 novembre 1713
Créances indivises – total de la masse à partager 19 565 livres
[Joint] La soussigné Marie Anne Mathess native de marlenheim en Service chez le défunt Cit. François Humbourg reconnais avoir touché (…)
(enregistré 7 fruct. 4)

Marie Josèphe Humbourg femme du négociant Jean François Leroux cède sa part à ses deux frères

1796 (21 fruct. 4), Strasbourg 7 (8 b), Me Stoeber Joint au n° 1263 du 6 fru 4
Cne Marie Joseph Humbourg Epouse du C. Jean François Leroux Negociant
C. François Antoine Matherne Humbourg greffier du Tribunal de Commerce et au C. Jacques Blaise Humbourg huissier ses deux freres
le tiers par indivis dans une maison située dans la rue des Juifs N° 41 ayant plusieurs Corps de logis, puits, Cour, Caves avec toutes ses appartenances et dépendances le C. Hatterer d’une part le C. Philippe Jacques Lauth d’autre abou. sur led. Hatterer – pour 5300 livres
Enregistrement de Strasbourg, acp 42 F° 102 du 26 fruct. 4

Les héritiers de Marie Claire Elisabeth Krafft, veuve de François Humbourg, fond vendre ses biens
1798 (26 therm. 6), Strasbourg 12 (2), Me Wengler n° 351
Verkauf und Erörterung über weÿl. Fr. Maria Clara Elisabetha Krafft weÿl. des burgers Frantz humbourg gewesenen huissier hinterbliebenen Wittib den 4. Mess. jüngst verstorbenen Wittib, Auf ansuchen Intestat Erben sämtliche deren respective bruder und Schwester Kinder ihren Kinds Kinder 1. weÿl. Catharina Krafft mit auch weÿl. Sigmund Ihler, becken zu than erzeugte dreÿ Kindern a) Diebold Anton Ihler lehrer zu thann, b) Maria Ursula Ihler ledigen Standts, c) Maria Clara Ihler Anton Schwalm des küblers allda Ehefrau
2. weÿl. Anna Maria Krafft mit auch weÿl. Ignaz Bleicher gewesten Reebmann zu Eschensweiler Sohns Gregorius Bleicher zu Landser wohnhaft
3. weÿl. Francisca Krafft mit ebenfalls weÿl. Joseph Thirion von Eschensweiler erzielter dreÿ Kinder namentlich a) Maria Anna Thirion ledigen Standts und großjährigen alters alhier zu Straßburg wohnhaft, b) Frantz Heinrich Thirion beamten der Municipal Verwaltung zu thann und c) Maria Francisca Thirion ledigen Standts und großjährigen alters so sich ebenfalls zu thann aufhält
4. weÿl. Barbara Krafft mit weÿl. Dionisius Sauthier gewesten Magistrats-Person zu Ensisheim beder Kinder als a) Maria Anna Sauthier Johannes Dangel zu gemelten Ensisheim Ehefrau, und b) Ludwig Dangel daselbst
endlich 5. weÿl. Marx Adam Krafft gew. amtschreibers der vormaligen nieder elsässischen Ritterschaft hinterlassenen vier Kinder nämlichen a) weÿl. Maria Louisa Eleonora Krafft mit auch weÿl. Joseph Kentzinger alhier zu Straßburg erzeugten Sohns Joseph Kentzinger, so großjährigen alters und sich dermalen in Paris befindet, b) Maria Barbara Kentzinger des bürgers Thomas Zäpfel öffentlichen Notarius Ehegattin so zu Oswald wohnhaft, d) weÿl. Maria Josephina Kentzinger mit ebenfalls weÿl. Heinrich Geschwind gew. Stattschreibers zu Andlau erzeugten einigen Sohns Heinrich Moritz Geschwind, großjährigen alters und dermalen sich allhier zu Straßburg aufhaltend, e) des burgers Frantz Dominic Ignatz Krafft beamten der General Schaffneÿ der milden Stiftungen hieselbst
Erlös von 1865 fr, hierzu zu rechnen 58 fr, summa 1923 fr, schulden 1764 fr, verbleibt 159 fr
Procuration : Kentzinger logé à Paris rue de l’Université n° 392 – Leicht Un Kösten

L’huissier Jacques Blaise Humbourg épouse en 1798 Barbe Libaire Provin, veuve du garde magasin François Lemenz
1798 (26 ventose 6), Strasbourg 1 (14), Me Lacombe n° 34
Contrat de mariage – Cit. Jacques Blaise Humbourg huissier public demeurant en cette ville fils majeur de feu Jean François Humbourg, huissier, et de feue Marie Anne Metzger
Cit. Barbe Liber Provin veuve de François Lemenz, garde Magasin des effets de Campemens a Strasbourg, sous l’assistance du Cit. Joseph Richard Provin Docteur en médecine pharmacien en chef de de l’hopital Marguerite son frere
la futur époux apporte sa moitié dans la maison paternelle d’une valeur de 2400 livres
Enregistrement de Strasbourg, acp 59 f° 56-v du 27 ventose 6

Jacques Blaise Humbourg meurt après avoir institué sa veuve légataire universelle. La succession comprend la moitié de la maison provenant de son père
1802 (9 floreal 10), Strasbourg 13 (14), Me Bremsinger n° 589
Inventaire et description de tous les biens délaissés par feu le Cit. Jacques Blaise Humbourg, huissier audiencier près le tribunal civil du Département du Bas Rhin, après son decès arrivé en cette ville le 17 germinal 10 – à la requête du Cit. Barbe Libaire née Provin la veuve, propriétaire de toute la succession suivant acte passé devant Me Faller le 21 ventose 7, assistée du Cit. Jules Frédéric Bernard Jurisconsulte, laquelle a déclaré ne pas être enceinte

dans la maison mortuaire scituée Rue des Juifs N° 41
meubles, marchandises, argenterie, dettes actives (593 fr), total 3055 fr
Propriété d’une maison et dépendances. Savoir la moitié par indivis d’une Maison située en cette ville Rue des Juifs N° 41 ayant plusieurs Corps de logis Puit Cour Caves avec ses autres appartenances et dépendances, d’un côté C. Lahaye d’autre (-) Brasseur devant lad. rue, derrière le même Brasseur, estimée suivant le prix de la cession ci apres metionnée 7950 fr. De la susdite maison le tiers appartient au défunt pour bien paternel et le 6 restant lui a été cédé par la Cit. Marie Joseph Humbourg épouse du Cit. Jean Jacques Leroux Negociant, sœur du défunt, par cession passée devant Me Stoeber le 21 fructidor 4, La moitié restante appartient aud cit. Humbourg Greffier frere du défunt
total général 11 005 fr, passif 680 fr, reste 10 325 fr
Contrat de mariage, Me Lacombe 26 ventose 6 (…)
Jugement du tribunal 25 germinal 10
Enregistrement de Strasbourg, acp 84 F° 78 du 14 flo 10

François Antoine Materne Humbourg et la veuve de Jacques Blaise Humbourg vendent la maison au pâtissier Laurent Steg et à sa femme Reine Jägi après une première exposition infructueuse aux enchères

1802 (16 fruct. 10), Strasbourg 7 (36), Me Stoeber n° 3539, 1961
br. Frantz Antoni Materne Humbourg Greffier bei dem handlungs gericht zu Straßburg und br. Friedrich Bernard homme de loi madatarius b.in Barbe Libaire Provins weÿl. b.s Jacob Blais Humbourg gw. huissier dahier wittib dermalen in Luneville sich aufhaltend
br. Lorenz Steg Pastetenbeck und Regina geb. Jägi
Eine behausung bestehend in Vorder und hindergebäuden höffen hoffstatt Kellern Gumpbronnen mit allen zugehörden und Rechten in der Judengaß N° 41, einseit neben br Lahaye maître de pension, 2. s. und hinten br. North bierbrauer, samt 8 Öffen davon zween eingemaurt, bauchkößel, garde manger im hof, ein dreifacher Kasten im ersten stock (…) Woran br. Humbourg die helfte und die Wittib Humbourg als donataire ihres Ehemanns Succession die übrige helfte /:vermög vor weÿl. Not. Focart den 21 ventose 7 passirter verschreibung:/
verlegt ihre in der vorstadt Weißenthurn gelegene behausung N° 1, einseit neben dem zur Achträdermühl gehörigen Garten, anderseit neben der Einfahrt zur Mühl, hinten auff die Mühl – um 15 901 francken
([autre acte] 3300, 1916 du 8 prairial 10. à la requête du Citoyen François Antoine Materne humbourg greffier près du tribunal de Commerce de l’arrondissement de Strasbourg et De Barbe Libaire Provin veuve de feu C. Jacques Blaise Humbourg huissier près du Tribunal Civil de Strasbourg, vente et enchere publique volontaire d’une Maison située dans la rue des Juifs N° 41 ayant plusieurs Corps de logis puits à pompe, deux cours, caves et autres aisances, le C. Nortz brasseur d’une part le C. lahaye Mre. de Pension d’autre abboutissant sur led. S Norz, mise en vente pour 15 000 fr – n° 3319 du 15 prairial, personne ne s’est présenté – n° 3343 du 22 prairial, personne)
Enregistrement de Strasbourg, acp 85 F° 88-v du 20 fruct. 10

Originaire de Soultz-les-Bains, Laurent Steeg épouse en 1801 Marie Reine Jägy fille d’un employé municipal
1801 (23 floreal 9), Strasbourg 13 (13), Me Bremsinger n° 227
Eheberedung – burger Lorentz Steeg Pastetenbeck alhier zu Straßburg in der langen Straas N° 146 wohnhaft weÿl. lorentz Steeg Ackersmanns zu Sulz am Canal mit Francisca geb. herzog erzeugter Sohn
burgerin Maria Regina Jägÿ weÿl. br Gervasius Jägÿ gewesenen Emploirter der hiesigen Stadt mit weÿl. brin Maria Magdalena geb. Wagner erzeugte tochter so ledigen stands und großjährig zu seÿn declarirt in der Kalbsgaß N° 26 wohnhaft
in der an der Steinstras gelegen mit N° 14 bezeichnet und hernach bemeltem b. Jäquÿ eigenthümlich zuständigen behausung
Enregistrement de Strasbourg, acp 78 F° 75 du 29 flo 9

Laurent Steg et Reine Jägi qui habitent alors Darmstadt vendent la maison à François Antoine Materne Humbourg, l’un des anciens copropriétaires

1803 (6 compl. 11), Strasbourg 7 (37), Me Stoeber n° 2237, 4865
C. Jean Baptiste Jaquy boulanger en qualité de mandataire de Laurent Steeg, Cuisinier du Prince regnant de Hesse Darmstadt, et de Regine née Jaquy (Joint, Pouvoir zu Darmstadt am 30 Augusti 1803)
au C. François Antoine Materne Humbourg Greffier prés du tribunal de Commerce
Une maison consistant en deux Corps de logis Cours Caves puits avec appartenances et dépendances située en cette ville rue des Juifs Numéro 41, d’un côté le C. Lahaye Mr de pension, d’autre et derrière le C. Nortz Brasseur avec les trumeaux (…) – acquis par acte passé devant le soussigné le 10 fructidor 10 – pour 12 000 fr
Enregistrement de Strasbourg, acp 89 F° 14-v du 4 vend. 12

François Antoine Materne Humbourg, secrétaire au corps des marchands puis à la Chambre de commerce, épouse en 1761 Anne Marie Sultzer dont il a une fille Marie Anne Catherine qui épouse en 1792 Jean Louis Antoine Alexandre Chastelain et devient seule propriétaire de la maison à la mort de son père

1792 (28.8.), Strasbourg 1 (3), Me Lacombe
Contrat de mariage – Me Jean Louis Antoine Alexandre Chastelain commissaire des guerres a la residence de Pfalsbourg fils majeur de feu Jean Alexandre Chastelain de Verly, Conseiller du Roy et son procureur à la Maitrise des Eaux et forets a Sarguemines demeurant présentement audit Phalsbourg, et de Dle Marie Jeanne Catherine hardel Duverger demeurant à Sarguemines
Dlle Marie Anne Catherine Humbourg fille majeure de Me François Antoine Materne Humbourg, Greffier au Tribunal de Commerce du District de Strasbourg y demeurant, et Dmlle Anne Marie Sulzer, de l’avis de Me Jean François Humbourg huissier royal a la residence de cette ville son ayeul et de l’avis du Sr Jacques François Leroux Cit. de cette ville son oncle maternel
de la succession de feu son pere et du Sr Bernard Chastelain son oncle Prevot Royal et subdelegué d’Hirson en thierache

Jean Louis Antoine Alexandre Chastelain loue la maison au pâtissier Antoine Müller

1812 (22.6.), Strasbourg 15 (15), Me Lacombe n° 2164
Bail de 3 années à commencer de la St Jean prochaine – Jean Louis Antoine Alexandre Chastelain commissaire ordonnateur et membre de la Légion d’Honneur légitime administrateur des biens de Marie Anne Catherine Humbourg son épouse
à Antoine Müller patissier
la maison qui appartient à ladite De Chastelain sise en cette ville rue des Juifs n° 41, aboutissant d’un côté au Sr Samuel négt. d’autre au Sr Müller brasseur avec les meubles dont le détail suit, au rez de chaussée (…) – moyennant un loyer annuel de 1500 francs
Enregistrement de Strasbourg, acp 120 F° 11-v du 26.6.

Inventaire après décès d’un locataire, le percepteur Joseph Laurent Hommell

1814 (22.6.), Strasbourg 14 (53), Me Lex n° 101
Inventaire de la succession de Joseph Laurent Hommell, percepteur des contributions à Bischheim au Saum décédé à Strasbourg le 12 mai dernier – à la requête d’Anne Barbe Lienhart la veuve tutrice naturelle de Jean François Louis de Gonzague 11 ans, Marie Barbe Salomé 8 ans et Anne Joséphine Hortense 7 ans ; en présence de Charles Hommel employé au greffe au Tribunal Civil, subrogé tuteur – Contrat de mariage reçu par Me Zimmer le 27 fructidor 10
dans le logement que le défunt occupait dans la maison du Sr Schastelin commissaire ordonnateur rue des Juifs n° 41
apports 6000 fr, garde robe 147 fr, apports de la veuve 5000 fr et maison Vieux Marché aux Poissons n° 109 vendue devant Me Zimmer le (-) juillet 1809 pour 8000 fr, terres à Willgottheim pour mémoire, 19 000 fr
communauté – meubles 907 fr, créances 17 902 fr, terres à Willgottheim 960 fr, ensemble 25 916 fr, passif 34 503 et 951 fr
Supplément d’inventaire du 23 août n° 203 – dettes actives 48 fr, passif 1731 fr, immeubles à la veuve 4525 fr
Enregistrement de Strasbourg, acp 124 F° 181 du 1.7.

Marie Françoise Alexandrine Henriette Chastelain épouse Jean Baptiste Alexandre Lacour
1814 (14.12.), Strasbourg 15 (19), Me Lacombe fils n° 3826
Contrat de mariage – Jean Baptiste Alexandre Lacour, major au 12° régiment de cuirassiers, Chevalier de l’ordre royal et militaire St Louis, officier de la Légion d’Honneur, domicilié à Paris fils de François Lacour décédé et de Jeanne Pinot
Marie Françoise Alexandrine Henriette Chastelain, fille majeure de M le Chevalier Jean Louis Antoine Alexandre Chastelain, commissaire ordonnateur de la 5° division militaire, Chevalier de l’ordre royal et militaire St Louis et de la Légion d’Honneur et de Marie Anne Catherine Humbourg
enreg. manquant F° 144 du 17.12.

Anne Marie Catherine Hombourg meurt en 1816. Lors de la liquidation, la maison revient au veuf

1817 (2.12.), Strasbourg 11 (24), Me Thurmann n° 3825
Liquidation et partage – Anne Marie Catherine Hombourg femme de Jean Louis Antoine Alexandre Chastelain, décédée le 7 juin 1815 et de celle d’Adèle Emilie Chastelain sa fille décédée le 15 février suivant – à la requête de Jean Louis Antoine Alexandre Chastelain, ancien commisaire ordonnateur d’une part,
Alexandrine Henriette Chastelain épouse d’Alexandre Lacour, lieutenant colonel de cavalerie, Désiré François Alexandre Chastelain, majeur, Marie Caroline Eugénie Chastelain, majeure, ses enfants
Contrat de mariage le 28 août 1792 enreg. communauté partageable par moitié – les enfants Chastelain déclarent qu’il est de leur parfaite connaissance que feue leur mère dans ses derniers moments avait exprimé la volonté de donner à M Chastelain son mary un quart en propriété de sa succession – par contrat de mariage devant Me Lacombe le 14 décembre 1814 constitué à leur fille Mde Lacour (…)
à M Chastelain biens ci dessus
masse active des conjoints, une maison rue des Frères n° 18 estimée 40 000 fr. acquise pendant la communauté ; bien à Saralbe estimé 48 820 fr vendu
une maison rue des Juifs n° 41 estimée 18 000 fr propre aux héritiers provenant de la succession de Me Humbourg père de la De Chastelain
emphythéose à Truchtersheim 3000 fr, mobilier meubles 6890 fr, créances 14 554 fr, obligations 30 717 fr, numéraire 153 259 fr, total de l’actif 315 240 fr, passif reprises de la De Chastelain 188 580 fr, total des reprises avec la succession de ses père et mère 270 550 fr
Enregistrement de Strasbourg, acp 136 f° 171-v du 5.12.

Jean Louis Antoine Alexandre Chastelain cède la maison par échange au négociant Michel Rivage et à sa femme Marie Rose Mouff

1819 (29.9.), Strasbourg 11 (26), Me Thurmann n° 4322
Echange – Jean Louis Antoine Alexandre Chastelain, commissaire ordonnateur des guerres en retraite, officier de la Légion d’Honneur chevalier de l’Ordre militaire de St Louis
à Michel Rivage négociant à Schiltigheim et Marie Rose née Mouff
le Sr Chastelain (cède) sa maison avec tous ses droits, aisances & dépendances sise à Strasbourg rue des Juifs n° 41, d’un côté le M Müller brasseur, d’autre le Sr Samuel négociant, derrière le Sr Müller – au Sr Chastelain qui l’a hérité de son épouse Anne Marie Catherine née Humbourg et de sa fille Adèle suivant acte passé devant le soussigné Me Thurmann le 2 décembre 1817 contetant liquidation et partage. La maison appartenait à Mde Chastelain du chef de son père François Antoine Materne Humbourg, greffier au tribunal de commerce, duquel elle était seul enfant unique héritière.Ledit Humbourg l’a acquis de Laurent Steig cusinier du Prince régnant de Hesse Darmstatt et Régine née Jaqui par acte reçu Me Stoeber le 6 compl. 11, les conjoints Jaquy [sic] acquis dudit Sr Humbourg et Barbe Libaire Provin veuve de Jacques Blaise Humbourg huissier à Lunéville par acte reçu Me Stoeber le 10 fructidor 10. Auxdits Humbourg 1) chacun pour un tiers indivis du chef de leur père François Humbourg huissier dont ils étaient héritiers avec Marie Joseph Humbourg leur sœur épouse de Jean François Leroux négociant, suivant partage de la succession par Me Stoeber le 6 fructidor 4, 2) du tiers appartenant à la femme Leroux par acte reçu Me Stoeber le 21 fructidor 4. La propriété constatée par actes passés à la Chambre des contrats les 13 janvier 1615, 8 mars 1690 & 7 novembre1713, non estimée
le Sr Rivage (cède) un bien de campagne formant autrefois l’auberge du Pied de Bœuf à Schiltigheim (…), estimée 12 000 fr, sans soulte
Enregistrement de Strasbourg, acp 144 f° 155-v du 2.10.

Soldat réformé originaire de Seboncourt dans le diocèse de Noyon, Michel Rivage épouse en 1771 Marie Elisabeth Spoor, luthérienne convertie de Strasbourg
Mariage, Saint-Louis (cath. p. 310)
Hodie 2 Mensis Julii Anni 1771 (…) sacro matrimonii vinculo in facie Ecclesiæ conjuncti fuerunt Michael Rivage, oriundus ex parochia Stæ aldegondis de Seboncourt Diœcesis Noviodunensis, filius Michaelis Rivage et Mariæ Franciscæ Vassaux, conjugum, miles dimissus e Legione Regiæ Rei tormentariæ Besançon nuncupatâ, Et Maria Elisabetha Spoor, Majorennis, Neoconversa, Argentinensis, filia Danielis Jacobi Spoor, in vivis civis hic et pellionis, et Annæ Elisabethæ Flam, defunctorum, conjugum, ambo commorantes in hac parochia (signé) Rivage, Spoor ( i 158)

Marie Elisabeth Spoor meurt en 1802 en délaissant une fille
1802 (7 pluviose 10), Strasbourg 1 (22), Me Lacombe n° 2458
Inventaire de la succession de Marie Elisabeth Spoor femme de Michel Rivage décédée le 4 thermidor dernier – à la requête du veuf et Françoise Pauline Rivage leur fille et Cit. Pierre François Rouge négociant son époux héritière unique
Immeuble, Une maison sise à Strasbourg rue des échasses ditte au grand turc avec cour et dépendances estimée 22 200 fr
Il appartenoit à la communauté un jardin sis à la Ruprechzau avec maison et bâtiment estimée 6000 fr, échangé devant le souss. le 23 nivose 10
meubles 1569 fr ; passif 27 319 fr, actif 29 319 fr
Enregistrement de Strasbourg, acp 83 f° 103 du 17 pluv. 10

1808 (7.6.), Strasbourg 11 (6), Me Thurmann n° 69
Inventaire de la succession de Marie Elisabeth Spoor épouse de Michel Rivage décédée le 4 thermidor 9 – à la requête du veuf tuteur d’Eugène et Alexandre Rouge ses petits fils procrés de François Rouge ci devant négociant et de Marie Françoise Pauline Rivage par représentation de sa mère, en présence de Jean Claude Hugard négociant subrogé tuteur
pas de contrat de mariage, codicile reçu Me Lacombe le 21 octobre 1779
meubles dans la maison dite Grand turc rue des échasses n° 9, dans la cave voutée, Au rez de chaussée dans la cuisine, salle à manger, seconde pièce, Premier étage grande salle a gauche, seconde pièce, troisième pièce, quatrième pièce, a droite au premier chambre de devant, chambre a cheminée – Second étage grande salle, seconde pièce, troisième pièce, quatrième pièce, deuxième étage dans le travers du jardin et sur la grande cour, dans les deux pièces du fond, dans la cuisine, dans la chambre a côté, troisième étage a droite du grand escalier, au grenier, rez de chaussée sur le jardin, seconde pièce, troisième pièce, dans la cuisine 2829 et 152 fr, mobilier distrait 6390 fr
A l’époque du décès de la De Rivage les conjoints possedaient une campagne composée de maison de maître et maison de jardinier, un jardin potager d’environ un hectare appartenances et dépendances le tout à la Ruprechtsau donnant a droite face à la propriété de Weil a gauche sur celle de Matz par le bout en entrant au jardin contre le canal dit des français derrière et à l’autre bout sur le chemin, cet immeuble évalué a la somme de 6000 fr
2. le Sr Rivage possede encore comme immeuble de sa première communauté la maison appelée le grand turc sise en cette ville rue des echasses n° 9 consistant en un corps de logis a rez de chaussée et trois étages avec cour écurie remises buanderie jardin sur le derrière appartenances et dépendances devant la rue des échasses a droite dans le jardin a Heims* Herrmann et Balazux a gauche sur Fournier et au bout du jardin M Roederer, 40 000 fr
total des immeubles 46 000 fr, meubles 6390 fr, total de l’actif 52 390 fr, passif 39 250 fr
Enregistrement de Strasbourg, acp 106 f° 65 du 9.6.

Michel Rivage se remarie en 1806 avec Marie Rose Mouff originaire de Soultz en Haute-Alsace
Mariage, Strasbourg (n° 150)
L’an 1806, le 10° jour du mois de Mars (…) sont comparus Michel Rivage, agé de 59 ans, négociant domicilié en cette ville depuis 34 ans, né à Seboncourt, Département de l’Aisne, le 3 avril 1746, majeur, fils de feu Michel Rivage cultivateur audit lieu et de feue Marie Françoise Vassaux, veuf de Marie Elisabeth Spoor, décédée en cette ville le 4 Thermidor an IX, et Marie Rose Mouff, agée de 36 ans, domiciliée en cette ville depuis deux ans, née à Soultz Département du Haut Rhin le 28 septembre 1769, majeure fille d’Ignace Mouff, vigneron audit lieu consentant (…) et de feue Anne Marie Waldspiel décédée à Soultz le 23 vendémiaire an VIII (signé) Rivage, Mari rose Mouff (i 78)

Michel Rivage loue la maison au pâtissier Antoine Müller

1820 (5.10.), Strasbourg 8 (30), Me Roessel n° 7405
Bail de 3, 6 ou 9 ans à partir du 24 juin prochain – Michel Rivage, propriétaire
à Antoine Müller, patissier
une maison qui appartient au Sr Rivage située en ladite ville rue des Juifs n° 41 entre le Sr Samuel négociant et le Sr Müller brasseur, plus le mobilier ci après désigné se trouvant dans ladite maison, savoir au rez de chaussée une glace, un fourneau de fer de fonte, au second étage un fourneau de fayence et un en fer de fonte, une bonne broche, une armoire dans l’antichambre au premier, une petite armoire au rez de chaussée
le Sr Rivage déclare qu’il a premis au Sr Müller de pratiquer une ouverture dans le mur communiquant de sa cour dans la cave de la maison louée dont il jouit à titre de sous locataire et que ledit Müller sera tenu à l’expiration de son bail de faire clore cette ouverture à ses frais – moyennant un loyer annuel de 1100 francs
Enregistrement de Strasbourg, acp 149 F° 115 du 9.10.

Les parties conviennent que la durée du bail ci-dessus est de neuf années
1823 (8. 7.br), Enregistrement de Strasbourg, ssp 50 – acte sous seing privé du 13 aout dernier 1823
Déclaration par Michel Rivage propriétaire demeurant a Strasbourg
et Antoine Müller Patissier en ladite ville
que dans le Bail passé entre eux par devant le notaire Roessel le 5 octobre 1820 il est dit que led. Bail est fait pour trois six ou neuf années qu’ils annulent cette clause et veulent que le Bail sera sans interruption pour lesdites Neuf années
Plus quittance (…)

Michel Rivage et Marie Rose Mouff vendent la maison à Jean Baptiste Antoine Müller (leur locataire)

1824 (16.10.), Strasbourg 14 (80), Me Lex n° 2781
Michel Rivage, propriétaire, et Marie Rose Mouff
à Jean Baptiste Antoine Müller, patissier
Désignation de l’immeuble à vendre, une maison avec aisances, appartenances et dépendances située à Strasbourg dans la rue des Juifs n° 41, d’un côté la propriété du Sr Müller brasseur, d’autre celle du Sr Samuel négociant, devant la rue, derrière la propriété du Sr Müller
Justification des droits de propriété, acquis de M le Chevalier Jean Louis Antoine Alexandre Chastelain, commissaire ordonnateur des guerres en retraite, par acte passé devant Me Thurmann le 29 septembre 1819 transcrit au bureau des hypothèques volume 122 n° 46. M Chastelain en était propriétaire pour avoir succédé à son épouse Anne Marie Catherine Humbourg et à sa fille Adèle Chastelain, suivant inventaire reçu Me Thurmann le 2 décembre 1817, Mde Chastelain l’a recueillie dans la succession de François Antoine Matern Humbourg, greffier au tribunal commerce séant à Strasbourg dont elle était seule et unique héritière. Ledit Humbourg l’avait acquis de Laurent Steeg, cuisinier, et de Reine Jacquey demeurant à Darmstatt par acte passé devant Me Stoeber le 6 compl. 11 – Mise à prix 14 000 fr – moyennant 16 000 fr
(acte distinct) Cahier des charges n° 2765 du 13 octobre
Enregistrement de Strasbourg, acp 170 F° 67 du 25.10.

Jean Baptiste Antoine Müller meurt célibataire en 1839 après avoir institué pour ses légataires universels son neveu Aloyse Krebs et sa nièce Marie Louise Krebs en laissant à la servante Thérèse Paulus la jouissance viagère d’un logement dans la maison

1839 (21.6.), Strasbourg 8 (anc. cote 68), Me Zeyssolff n° 15
Testament – Jean Baptiste Antoine Müller, patissier – décédé le 26 courant
légataires universels Aloyse et Marie Louise Krebs ses neveu et nièce
Thérèse Paulus non mariée née à Griegsheim une ménagère demeurant avec moi la jouissance viagère et gratuite d’un logement au premier étage au fond de la cour donnant sur le jardin de M Worms de Romilly dans la maison sise à Strasbourg rue des Juifs n° 41, d’un côté M Worms de Romilly, d’autre M Schaeffer, ledit logement composé d’une chambre et d’une cuisisne et d’un grenier dessus
Enregistrement de Strasbourg, acp 269 F° 76-v du 27.6.

Décès, Strasbourg (n° 1296)
Déclaration le 27 juin 1839 du décès de Jean Baptiste Antoine Müller agé de 53 ans, né à Colmar (Haut Rhin), Patissier, non marié, domicilié à Strasbourg, mort en cette maire le 25 du mois courant à neuf heures du soir, dans sa maison située N° 41 rue des Juifs, fils de feu Pierre Müller, Domestique, et de feu Catherine Wunderlich (i 110)

L’inventaire de ses biens est dressé en juillet 1839. Les légataires sont les enfants de Catherine Müller et du tailleur d’habits Joseph Krebs

1839 (15.7.), Strasbourg 8 (anc. cote 68), Me Zeyssolff n° 35
Inventaire de la succession de Jean Baptiste Antoine Müller, patissier décédé le 26 juin dernier – à la requête de Marie Louise Krebs, fille majeure, Aloyse Krebs, patissier émancipé par déclaration de Georges Frédéric Roederer, officier en retraite Chevalier de la Légion d’Honneur, M. Roederer mandataire de Catherine Müller veuve de Joseph Krebs, tailleur d’habits à Strasbourg demeurant actuellement à Altenhasslau, mère et tutrice légale du Sr Krebs, asssité de Roederer son curateur – enfants légitimes de Joseph Krebs et Catherine Müller, mineurs, neveu et nièce du défunt légataires universels selon testament reçu Me Zeyssolff le 21 juin dernier

immeuble, une maison avec aisances, appartenances et dépendances située à Strasbourg rue des Juifs n° 41, d’un côté la propriété de M Schaeffer docteur en médecine, d’autre celle de M Worms de Romilly, derrière la propriété de M. Schaeffer – Titres de propriété, 1) acte passé devant Me Stoeber le 21 floréal 4, Marie Joseph Hombourg épouse de Jean François Leroux, négociant, à François Materne Hombourg, greffier au Tribunal de commerce et Jacques Blaise Hombourg, huissier, ont vendu le tiers indivis dans une maison sise à Strasbourg rue des Juifs n° 41. 2) Echange reçu Me Thurmann le 29 septembre 1819, Jean Louis Alexandre Chastelain, commissaire ordonnateur des guerres, Chevalier de plusieurs ordres, à Michel Rivage, négociant Schiyl et Marie Rose née Mouff, la maison prédésignée. 3) Contrat précédé de cahier des charges reçu Me Lex les 13 & 16 octobre 1824 les époux Rivage à Jean Baptiste Antoine Müller, la maison en question pour 16 000 francs, transcrit au bureau des hypothèques volume 167 n° 258
Enregistrement de Strasbourg, acp 270 F° 40 du 19.7.

Inventaire après décès de François Joseph Krebs
1820 (17.8.), Strasbourg 8 (30), Me Roessel n° 7310
Inventaire de la succession de François Joseph Krebs, tailleur d’habits – à la requête de Marie Catherine Müller la veuve, commune en bien suivant contrat de mariage passé devant Me Lex le 1 janvier 1806, mère et tutrice légale de Marie Béate Joseph, Marie Catherine Joséphine, Marie Louise et François Louis – en présence de Joseph Scola, marchand épicier subrogé tuteur – qu’elle est enceinte du défunt
dans une maison Petites Arcades n° 2
meubles, garde robe marchandises 1549 fr avec créances et numéraire 2753 fr, passif 3905 fr déficit de 1221 fr
enreg. 148 manquant F° 185 du 22.8.

Marie Louise Krebs femme du marchand épicier Aloyse Heinrich cède sa moitié de maison à son frère François Aloïse Krebs

1840 (30.4.), Strasbourg 8 (62), Me Zeyssolff n° 326
A comparu Marie Louise Krebs épouse dument assistée et autorisée de M. Aloyse Heinrich, marchand épicier, présent, domiciliés et demeurant à Strasbourg (vendre)
à François Aloise Krebs, pâtissier domicilié et demeurant à Strasbourg
la Moitié indivise d’une Maison avec tous droits, aisances, appartenances et dépendances sise à Strasbourg rue des Juifs n° 41, tenant d’un côté la propriété de M Worms de Romilly, d’autre celle de M. Schaeffer docteur en médecine, donnant par derrière sur la propriété de ce dernier
Etablissement de la propriété. Mr Krebs, acquéreur et la De Heinrich, venderesse, sont propriétaires de cette maison pour l’avoir recueillie dans la succession de feu M. Jean Baptiste Antoine Müller, leur oncle, décédé pâtissier à Strasbourg, qui les a institués ses héritiers légataires universels en conformité de son testament authentique reçu par le soussigné notaire Zeyssolff le 21 juin 1839 enregistré le 27. du même mois, leurs qualités sont en outre constatées par l’intitulé de l’inventaire de la succession de M. Müller, dressé par le même notaire Zeyssolff en date au commencement du 15 juillet de ladite année. M. Müller s’était rendu adjudicataire dudit immeuble sur Michel Rivage, négociant à Schiltigheim, et Marie Rose née Mouff, son épouse, aux termes d’un procès verbal dressé par Me Lex, ancien notaire en cette ville le 16 octobre 1824 et acte de ratification du même jour, enregistré (…) transcrit au bureau des hypothèques de cette ville le 28 octobre 1824 volume 72 n° 47. (…)
Les époux Rivage étaient propriétaire de ladite maison pour leur avoir été cédée à titre d’échange par M. Jean Louis Antoine Alexandre Chastelain commissaire ordonnateur des guerres en retraite demeurant à Strasbourg en conformité d’un acte reçu Me Thurmann le 29 septembre 1819 enregistré et transcrit au bureau des hypothèques de cette ville le 13 octobre suivant volume 122 n° 46. M. Chastelain l’avait hérité de son épouse Anne Marie Catherine née Humbourg et de sa fille Adèle, ainsi que le tout résulte d’un acte passé devant ledit Me Thurmann 2 décembre 1817, enregistré. Cet immeuble appartenait à madite De Chastelain du chef de son père François Antoine Materne Humbourg, greffier au au Tribunal de commerce séant à Strasbourg duquel elle était seule enfant et unique héritière. Mondit Sr Humbourg avait acquis la propriété du Sr Laurent Steeg, cuisinier du prince régnant de Hesse Darmstadt et de Régine née Jacquy son épouse ainsi qu’il résulte d’un contrat de vente devant Me Stoeber notaire à Strasbourg en date du 19 complémentaire an 11 enregistré. Les époux Steeg étaient propriétaire de cette maison d’acquisition faire dudit Sr Hombourg et Dame Barbe Libaire Provin veuve de M. Jacques Blaise Humbourg, huissier à Strasbourg, ladite De demeurant à Lunéville, agissant en qualité de donataire dudit son mari, ainsi que le tout résulte d’un acte de vente passé devant Me Stoeber le 10 fructidor an 10 enregistré. Messieurs Humbourg susnommés en étaient propriétaires pour en avoir recueilli deux tiers dans la succession de leur père François Humbourg, huissier à Strasbourg, par acte de partage de sa succession dressé par feu ledit Me Stoeber le 6 fructidor an 4 enregistré, et acquis le dernier tiers de leur sœur De Marie Josephe Humbourg épouse de M. Jean François Leroux, négociant en cette ville, aux termes d’un contrat passé devant feu Me Stoeber susdit le 21 fructidor an 4 enregistré. Les titres anciens sur cet immeuble sont trois contrats passés à la ci devant Chambre des contrats de cette ville les 13 janvier 1615, 8 mars 1697 et 17 novembre 1713. – Prix, 9000 francs
Enregistrement de Strasbourg, acp 277 F° 86-v du 2.5.

François Aloïse Krebs épouse en 1856 Louise Anne Sidonie Kretz

1856 (19. 9.br), Me Zeyssolff (minutes en déficit)
Contrat de mariage – François Louis Aloyse Krebs, patissier à Strasbourg d’une part
Louise Anne Sidonie Kretz, fille mineure de François Xavier Kretz, conducteur des ponts et chaussées et Marie Madeleine Parzelle sa femme à la Robertsau
stipulation de communauté réduite aux acquets, réserve d’apports et d’héritages
Les apport du futur consistent 1) meubles, extances et argent comptant 14 221
Une maison à Strasbourg rue des Juifs n° 41
Donation par les conjoints Kretz à la future épouse leur fille ce acceptant en avancement d’hoirie 1) d’un maison estimé 2261, 2) argent comptant 5339 francs
Donation réciproque par les futur époux au survivant d’eux de l’usufruit de toute la succession, rédictible à moitié en cas d’existence d’enfants
acp 455 (3 Q 30 170) f° 32-v du 24. 9.br

Le propriétaire suivant, le pâtissier Chrétien Théodore Weber, épouse en 1858 Henriette Elise Luthy originaire d’Aubonne au canton de Vaud

1858 (25. 8.br) Strasbourg 10 (137), Me Zimmer (Louis Frédéric) n° 12 770
Contrat de mariage – Ont comparu Mr Chrétien Théodore Weber, pâtissier travaillant comme ouvrier chez son père, demeurant et domicilié à Strasbourg, né en cette ville le 21 février 1832 du légitime mariage des époux Weber ci après nommés futur époux d’une part,
Mad.lle Henriette Elise Luthy, majeure d’après la loi française mais d’après la loi de son domicile légal mineure, demeurant à Strasbourg, née à Aubonne, canton de Vaud (Suisse) où elle a son domicile légal le 22 octobre 1837 du légitime mariage de M. Henri Samuel Luthy et de De Louise Frédérique Henriette Guignet son épouse les deux décédés, agisant en son nom avec l’assistance du mandataire de son tuteur les deux ci après nommée, future épouse d’autre part
Mr François Luthy, boulanger, frère de la Dlle future demeurant à Strasbourg agissant au nom et comme mandataire de M. Louis Pelichet propriétaire demeurant à Aubonne tuteur de la dlle future épouse (…)
Mr Georges Chrétien Weber, boulanger & De Louise Fritsch son épouse qu’il autorise à l’effet des présentes, les deux demeurant et domiciliés à Strasbourg, agissant ès présentes à cause de la constitution de dot qu’ils vont faire en faveur du Sr futur leur fils en quatrième et dernière part
stipulation de communauté de biens réduite aux acquets partageable par moitié, réserve d’apports et d’héritages
Le survivant aura l’usufruit de la moitié des biens de la communauté
Les apports de la future épouse consistent en une valeur de 6854 francs
Donation par les conjoints Weber au futur époux leur fils ce acceptant en avancement d’hoirie d’un mobilier et argent comptant montant à 1133
Donation réciproque de l’usufruit de toute la succession
acp 473 (3 Q 30 188) f° 36 du 26. 8.br


Les Maisons de Strasbourg sont présentées à l’aide de Word Press. Elles sont hébergées par Free-H.