Gustave (Edouard) Lœw, notaire, et (1868) Caroline Nathalie Weisgerber


Gustave Lœw (Gustave Edouard Lœw) naît à Strasbourg 14 juillet 1831, fils du brasseur Louis Loew et d’Eve Freyss, remariée en 1841 avec le commissaire priseur Emile Wack. Il est clerc chez le notaire Zeyssolff de juin 1851 à juillet 1857 puis principal clerc chez le notaire Pepin à Guebwiller de septembre 1857 à décembre 1860. Louis Charles Zeyssolff cède son office au candidat notaire Gustave Edouard Loew le 28 décembre 1860. Le garde des sceaux qui souhaite appliquer de façon stricte le règlement renvoie le dossier parce que le candidat ne justifie pas d’une année de stage dans une étude de même classe ou de classe supérieure. Gustave Lœw est ensuite premier clerc chez le notaire Zeyssolff de décembre 1860 à décembre 1861. Il remplace en 1862 Louis Charles Zeyssolff dans ses fonctions.
Il épouse en 1868 Caroline Nathalie Weisgerber, fille du fabricant Frédéric Louis Weisgerber, de Ribeauvillé. Il demeure 6, rue des Juifs avant d’acheter en 1874 le 10, rue des Pucelles à l’ancien notaire Hippolyte Momy.
Il cède en 1905 son étude à Adolphe Riff et va habiter chemin du Dœrnelbrück à la Robertsau où il meurt le 9 février 1917 à l’âge de 85 ans. Sa veuve meurt en décembre 1927.

Maison en propriété
10, rue des Pucelles, 1874


Signature au bas d’un acte de 1870


Louis Charles Zeyssolff, notaire à Strasbourg, cède son office au candidat notaire Gustave Edouard Loew le 28 décembre 1860

1860 (28.12.), Strasbourg 10 (143), Not. Zimmer (Louis Frédéric) n° 13.810
Cession d’office, 28 Décembre 1860. ont comparu M. Louis Charles Zeyssolff, notaire à la résidence de Strasbourg, y demeurant d’une Part
Et M. Gustave Edouard Loew, candidat notaire, demeurant à Strasbourg d’autre Part
Lesquels ont fait et conclu entre eux le traité qui suit :
M. Zeyssolff cède et transmet à M. Loew, ici présent, qui a accepté
la Charge de notaire à la résidence de Strasbourg, dont il est pourvu par ordonnance royale en date du seize Mai mil huit cent trente neuf.
Ensemble toutes les minutes de l’exercice de M. Zeyssolff et de ceux de ses prédécesseurs, les répertoires chronologiques et alphabétiques et les registres et pièces, le tout formant l’étude de M. Zeyssolff
Tel que le tout se trouve et se comporte dans son état actuel et dont M. Loew déclare avoir parfaite connaissance par la vérification qu’il a faite, notamment des registres et répertoires de l’étude, pour s’assurer du produit et des émollumens de la charge ou office cédé.
Pour, par M. Loew, se pourvoir et se faire recevoir à ses frais, à l’office ou charge présentement cédé, et jouir, à partir du jour de sa réception et de a prestation de son serment, de tous les droits, actions et privilège y attachés, ainsi que des émollumens que cette charge produira.
A cet effet, M. Zeyssolff a, à l’instant, signé et remis à M. Loew, sa démission et la présentation à l’agrément de Sa Majesté, du dit M. Loew, comme son successeur.
Le présent traité est fait aux clauses et conditions suivantes
M. Zeyssolff s’engage, aussitôt après la réception et la prestation de serment de M. Loew, le cessionnaire, à lui remettre toutes les minutes et tous les répertoires ayant fait partie de son exercice et de ceux de ses prédécesseurs, le dit cessionnaire s’en chargera après récolement et en donnera décharge.
M. Zeyssolff s’engage en outre à remettre à ce dernier les livres d’ordre, de correspondance et les papiers d’affaires accessoires qui y sont relatifs.
Cette cession de charge ou d’office a été faite et acceptée pour et moyennant le prix de quatre vingt dix mille francs (90.000 f) que M. Loew s’engage à payer à M. Zeyssolff, de la manière et ainsi qu’il suit, savoir :
vingt mille francs un mois après le jour où M. Loew aura prêté serment, comme successeur de M. Zeyssolff. A défaut de paiement, M. Loew devra constituer au profit de M. Zeyssolff, une affectation hypothécaire sur ses bien personnels, à la garantie des dits vingt mille francs et, dans ce cas, cette somme ne pourra être exigée par M. Zeyssolff avant le premier Janvier mil huit cent soixante neuf.
Et les soixante dix mille francs formant le complément du prix de cession en sept termes et paiements égaux et annuels, chacun de dix mille francs, dont le premier écherra un an après le jour où M. Loew aura prêté serment et les six autres au jour correspondant à l’échéance de ce premier terme, des six années immédiatement suivantes.
Le prix de cession produira intérêts à quatre et demi pour cent l’an à compter du dit jour de prestation de serment, ces intérêts seront payables par semestre.
Tous les paiements devront être effectués à Strasbourg, en la demeure de M. Zeyssolff, le cédant, en espèces ou valeurs ayant cours autorisé par l’Etat, au moment des termes d’exigibilité, le tout sans, frais, déduction, ni retenue, ainsi que M. Loew s’y oblige.
Pour la perception des droits d’enregistrement, les parties déclarent que le montant du cautionnement affecté à l’étude cédée est de neuf mille quatre cents francs, ci 9400 f
Dont Acte, pour l’exécution duquel les parties élisent domicile en leurs demeures respectives.
Fait et passé à Strasbourg, en l’étude de Me Lauth, notaire,
l’An mil huit cent soixante, le vingt huit Décembre.
Et après lecture faite, MM. Zeyssolff et Loew ont signé avec les notaires, les présentes restées à Me Zimmer.
Enr. à Strasbourg le vingt neuf Décembre 1860 n° 71 * Reçu dix huit cents francs et cent quatre vingt francs de 10.

Etat par année des Actes reçus tant en Minute qu’en brevet par M° Zeyssolff, notaire à Strasbourg, du montant des Sommes versées à l’Enregistrement pour droits perçus et du Produit de ces Actes durant les cinq dernières années de son exercice.
Le présent état est certifié véritable par MM. Zeyssolff et Loew, visé et certifié sincère par M. le receveur de l’Enregistrement.
Strasbourg, le 8 janvier 1861.


Etat des actes (ADBR, cote 108 AL 187)

La candidature est transmise au garde des sceaux. Il souhaite désormais appliquer de façon stricte le règlement et la renvoie parce que le candidat ne justifie pas d’une année de stage dans une étude de même classe ou de classe supérieure.

108 AL 187 (notaires)
Monsieur le Garde des Sceaux,
J’ai l’honneur de transmettre à votre Excellence les pièces produites par le S. Loew, Gustave Edouard, praticien domicilié à Strasbourg, dans le but d’obtenir sa nomination aux fonctions de notaire de cette résidence en remplacement de M. Zeyssolff qui a donné sa démission en sa faveur.
Ce candidat réunit toutes les conditions voulues pour remplir convenablement les fonctions auxquelles il aspire : il appartient à une famille honnête et considérée, ses ascendants de moralité sont irréprochables et on me certifie qu’il est dévoué de coeur à la dynastie impériale. Quant à son aptitude elle est justifiée par un stage de plus de neuf années dont trois en qualité de principal clerc.
Les pièces produites sont régulières. Le traité intervenu entre les parties ne renferme aucune clause illicite ou contraire aux instructions ministérielles. Le prix de quatre vingt dix mille francs qui y est stipulé est en rapport avec le produit de la charge dont la moyenne calculée sur les cinq dernières années d’exercice du titulaire s’élève à quatorze mille cent soixante seize francs onze centimes et représente dès lors l’intérêt à près de seize pour cent du capital engagé. Je n’ai aucune raison de suspecter la sincérité des stipulations arrêtées à cet égard, et M. Loew est dans une position de fortune qui lui permettra de satisfaire aux obligations qu’il contracte.
J’estime donc, Monsieur le Garde des Sceaux, qu’il y a lieu de nommer M. Loew, Gustave Edouard, notaire à la résidence de Strasbourg en remplacement de Me Zeyssolff, démissionnaire.
[sans signature ni date]

Ministère de la Justice. Direction des Affaires civiles et du Sceau. 3e Bureau. n° 78 n 5. Insuffisance de stage.
Paris le 19 février 1861
Monsieur le Procureur impérial, son Excellence vient de m’envoyer les pièces du S. Loew qui sollicite sa nomination aux fonctions de notaire à la résidence de Strasbourg, en remplacement du S. Zeyssolff, démissionnaire en me faisant observer que le stage dont justifie l* n’est pas régulier. Il a effectivement travaillé pendant six ans comme simple clerc dans une étude de 2e classe et pendant trois ans en qualité de 1er clerc dans une étude de 3e classe mais il ne satisfait pas au voeu de la loi qui exige que le candidat ait été premier clerc, pendant une des deux dernières années de son stage, dans une étude de classe égale à celle à laquelle il aspire. Son Excellence * ainsi une question qui est très controversée et qui consiste à savoir si l’article 40 de la loi du 7 Ventose an XI déroge aux deux* dispositions de l’article 56 de la même loi ou seulement à la premiere ? et si le candidat qui n’a travaillé que dans une étude de troisième classe ne peut obtenir une étude de première ou de moindre classe quel que soit le temps de son stage sans avoir fait une année au moins de première cléricature dans la classe dont il sollicite l’accès. La chancellerie se montrait autrefois moins rigoureuse, de nombreuses décisions en témoignent mais elle revient dans l’espèce à la rigueur des principes d’après lesquels l’article 40 n’a pas eu* pour objet de restreindre les garanties exigées par l’article 56 il y a * ajouté la nécessité d’un stage plus long quand le candidat veut entrer immédiatement dans une classe supérieure.
Dans cette situation, je vous prie de faire savoir au S. Loew que sa demande ne peut être accueillie à présent et de remettre aux parties les pièces ci-jointes sur leur récépissé.
Recevez, Monsieur le Procureur, l’assurance de ma considération très distinguée.
Le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice.

Nouveau traité passé le 13 décembre 1861 entre Louis Charles Zeyssolff et Gustave Edouard Lœw qui confirme le précédent

1861 (13.12.), Strasbourg 10 (143), Not. Zimmer (Louis Frédéric)
ont comparu M. Louis Charles Zeyssolff, notaire à la résidence de Strasbourg, y demeurant D’une part
Et M. Gustave Edouard Loew, candidat notaire, demeurant et domicilié en la dite ville D’autre part
Lesquels ont exposé que par acte passé devant Mes. Zimmer et Lauth, soussignés notaires, le vingt huit Décembre mil huit cent soixante, enregistré, Me Zeyssolff a cédé à M. Loew, la Charge de notaire à la résidence de Strasbourg, dont il est pourvu par ordonnance royale du seize Mai mil huit cent trente neuf. Cette Cession a eu lieu pour le prix de quatre vingt dix mille francs, payable vingt mille francs, payable – vingt mille francs un mois après le jour où M. Loew aura prêté serment comme successeur de M. Zeyssolff et les soixante dix mille francs restants en sept termes égaux et annuels, dont le premier écherra un an après le dit jour de prestation de serment et les six autres au jour correspondant, à l’échéance de ce premier terme, des six années immédiatement suivantes, le dit prix productif d’intérêts au taux de quatre et demi pour cent par an l’an à partir du jour de la prestation de serment, payables par semestre.
Environ un mois après la passation du dit acte M. Loew adressa à Son Excellence M. le garde des Sceaux une demande aux fins d’obtenir la nomination comme successeur de M. Zeyssolff. M. le garde des Sceaux renvoya le dossier à M. Loew, en l’informant qu’il ne pourra donner suite à sa demande que lorsqu’il justifiera d’une année de principalat dans une étude d’une classe égale à celle pour laquelle il postule, soit dans une étude de deuxième classe.
M. Loew étant aujourd’hui à même de faire la justification exigée par son Excellence MM. Zeyssolff et Loew ont déclaré qu’ils maintiennent et confirment dans toutes ses parties le traité intervenu entre eux sous la date du vingt huit Décembre mil huit cent soixante et analysé d’autre part.
En conséquence ils s’obligent chacun en ce qui le concerne à l’accomplissement de toutes les clauses et conditions que renferme ce traité.
Dont acte, pour l’exécution duquel les parties élisent domicile en leurs demeures sus indiquées.
Fait et passé à Strasbourg en l’étude de M° Zimmer dépositaire de la minute des présentes.
L’an mil huit cent soixante un le treize Décembre.
Et après lecture faite MM. Zeyssolff et Loew ont signé avec les notaires. Suivent les signatures.
Enregistré à Strasbourg le treize Décembre mil huit cent soixante un, folio 24, verso case 6. Reçu deux francs et deux centimes. signé Antoine.
acp 505 (3 Q 30 220) f° 24-v du 13.12.
Ratification, 15 décembre 1861 n° 14.300, Strasbourg 10 (143)

Nouvelle candidature transmise un an plus tard au garde des sceaux. Gustave Edouard Lœw a été clerc chez le notaire Zeyssolff de juin 1851 à juillet 1857, principal clerc chez le notaire Pepin à Guebwiller de septembre 1857 à décembre 1860 puis chez Zeyssolff de décembre 1860 à décembre 1861.

Inventaire des pièces jointes à l’appui de la demande faite par Gustave Edouard Loew, principal clerc de notaire, demeurant à Strasbourg, d’être admis à succéder à M° Louis Charles Zeyssolff, notaire en la dite ville.
1° La Démission de M. Zeyssolff de ses fonctions de notaire à Strasbourg, avec présentation de M. Loew à l’agrément de sa Majesté, du 13 décembre 1861.
2° L’Expédition du Traité de Cession à M. Loew par M. Zeyssolff de sa charge de notaire à Strasbourg, reçu par MM. Zimmer et Lauth, notaires à Strasbourg, le 28 décembre 1860.
Cette cession a eu lieu pour le prix de quatre vingt dix mille francs, dont 20.000 francs sont payables un mois après la prestation de serment et le surplus en 7 termes égaux et annuels avec intérêts à 4 ½ % l’an.
L’Expédition d’un acte de renouvellement et de confirmation du dit traité de cession d’office, passé devant ces mêmes notaires de 13 décembre 1861.
3° L’Acte de Naissance de M. Loew constatant que ce dernier est né à Strasbourg le 14 juillet 1831.
4° Un Certificat délivré par le Préfet du Bas-Rhin, du 26 décembre 1860, constatant que M. Loew est libéré du service militaire.
5° Trois Certificats délivrés aux Mairies de Guebwiller et de Strasbourg, constatant que M. Loew jouit de ses droits civils, civiques et politiques.
6° Trois autres Certificats délivrés aux dites Mairies constatant que M. Loew est de bonne vie et moeurs.
7° Un Extrait du Registre établi par la Chambre des Notaires de Strasbourg, pour constater le stage des clercs de son ressort.
Un pareil extrait délivré par le Secrétaire de la chambre des notaires de Colmar.
Un certificat de stage délivré par M. Zeyssolff, notaire à Strasbourg, le 14 Juillet 1857.
Un pareil certificat délivré par M. Pepin, notaire à Guebwiller, le 1er Décembre 1860.
Enfin un pareil certificat délivré par le sus dit notaire Zeyssolff, le 13 Décembre 1861.
Il résulte de ces cinq pièces que M. Loew a travaillé 1° en l’étude de M. Zeyssolff, comme clerc du 1er Juin 1851 au 14 Juillet 1857, soit pendant 6 ans 1 mois 14 jours, 2° en l’étude de M. Pepin, comme principal clerc, du 1er Septembre 1857 au 1er Décembre 1860, soit pendant 3 ans 3 mois, 3° et de nouveau en l’étude de M. Zeyssolff comme principal clerc, du 10 Décembre 1860 au 13 Décembre 1861, soit pendant 1 an 3 jours. De sorte qu’en tout M. Loew a un stage de 10 ans 4 mois 17 jours.
8° Un certificat de capacité et de moralité, délivré par M. le Président de la Chambre des notaires de Strasbourg le 21 Janvier 1861.
Une Expédition de la délibération tenue par la dite chambre, le 12 Janvier 1861, autorisant M. le Président à délivrer le dit certificat.
Un nouveau Certificat de capacité et de moralité délivré à M. Loew par M. le Président de la même chambre le 24 Décembre 1861.
Une Expédition de la délibération tenue par la dite chambre, le 14 Décembre 1861, autorisant M. le Président à délivrer ce nouveau certificat à M. Loew.
9° Enfin un Etat contenant le nombre d’actes, les droits d’enregistrement, et les produits de l’étude du dit M. Zeyssolff, durant les cinq années 1856, 1857, 1858, 1859 et 1860. Il résulte de cet état qu’en moyenne, M. Zeyssolff a fait 381 actes qui ont produit des droits d’enregistrement montant à 19.443 francs 8 ct., présentant un produit moyen de 14.176 francs 11 cent.

(S. le 10 janvier 1861). Monsieur le Garde des Sceaux,
J’ai l’honneur de transmettre à votre Excellence avec les pièces à l’appui d’une supplique par laquelle le Sr. Loew, Gustave Edouard, renouvelle sa demande tendant à obtenir sa nomination aux fonctions de notaire à la résidence de Strasbourg, en remplacement de M° Zeyssolff, démissionnaire.
Je me suis expliqué par un rapport en date du 2 février 1861 sur les garanties que présente ce candidat au point de vue de l’aptitude, de la moralité et des opinions politiques. Je crois donc pouvoir me dispenser de tout nouveau détail à cet égard. La candidature de M. Loew été ajournée au commencement de 1861 par l’unique motif qu’il n’avoit point fait de première cléricature dans une étude d’une classe égale ou supérieure à celle pour laquelle il était présenté. Cette lacune de stage est aujourd’hui comblée : M. Loew justifie effectivement qu’il est attaché comme principal clerc de notaire à l’étude pour laquelle il a traité depuis le 10 décembre 1860 et qu’il y travaille encore aujourd’hui en cette qualité.
Les conventions des parties n’ont pas changé, leur position respective à cet égard est absolument la même que lors de la première présentation. J’estime donc M. le Garde des Sceaux, qu’il y a lieu de nommer M Loew Gustave Edouard, notaire à la résidence de Strasbourg, en remplacement de M° Zeyssolff, démissionnaire.

Gustave Edouard Lœw épouse en 1868 Caroline Nathalie Weisgerber, fille du fabricant Frédéric Louis Weisgerber, de Ribeauvillé

Mariage, Ribeauvillé (n° )
Acte de mariage – L’an 1868, le 4 septembre à sept heures du soir sont comparus le sieur Loew, Gustave Edouard, âgé de 37 ans, notaire à la résidence de Strasbourg, département du Bas Rhin, y domicilié, né dans ladite ville le 14 juillet 1831, célibataire, fils majeur de feu le sieur Louis Loew, de son vivant brasseur domicilié à Strasbourg, y est décédé le 19 janvier 1840 et de la survivante Eve Freyss, sans état, âgée de 64 ans, sa veuve domiciliée à Strasbourg, cette dernière ci présente et consentante, d’une part
Et Mademoiselle Weisgerber, Caroline Nathalie, âgée de 19 ans et huit mois, sans état particulier, née le 8 décembre 1848 à Ribeauvillé, y domiciliée avec ses père et mère, célibataire, fille mineure du sieur Frédéric Louis Weisgerber, fabricant, âgé de 57 ans et de Dame Mathilde Henriette Nathalie de Béer, sans état, âge de 47 ans, conjoints domiciliés à Ribeauvillé, les père et mère ci présents et consentants, d’autre part (…) nous ont déclaré que sous la date du 24 août écoulé ils ont passé un contrat de mariage devant Maître Koehler notaire à la résidence de Ribeauvillé (i 144)

Gustave Edouard Lœw meurt le 9 février 1917 à l’âge de 85 ans à l’institution de la Toussaint, rue du Dœrnelbrück à la Robertsau

Décès, Strasbourg (n° 386)
Strassburg den 10. Februar 1917. Die Oberin der Anstalt ‘Allerheiligen’ hier hat mitgeteilt, daß der Ehren-Notar Gustav Eduard Loew, Ehemann von Nathale geborenen Weisgerber, 85 Jahre 6 ½ Monat alt, evangelischer Religion, wohnhaft in Strassburg, Ruprechtsau, Dörnelbrückweg, geboren zu Straßburg, Sohn der verstorbenen Eheleute Ludwig Loew, Bierbrauer, und Eva geborner Freyss, beide zuletzt in Strassburg wohnhaft, zu Straßburg in obengenannter Anstalt am 9. Februar des Jahres 1917 nach mittags um acht Uhr verstorben sei (i 195)

Nathalie Caroline Weisgerber meurt le 10 décembre 1927 rue du Dœrnelbrück à la Robertsau

Décès, Strasbourg (n° 2787) Le 10 décembre 1927 à douze heures dix minutes est décédée en son domicile 1 rue Doernelbruck, Nathalie Caroline Loew née Weisgerber, née à Ribeauvillé (Haut Rhin) le 8 décembre 1848, fille de Louis Weisgerber et de Mathilde Nathalie Caroline de Beer, décédés, veuve de Gustave Edouard Loew. Dressé le 11 décembre 1927 (i 261 AMS)


Gustave Edouard Lœw habite place Kleber chez sa mère Eve Freysz (veuve du brasseur Louis Lœw, remariée en 1841 avec le commissaire priseur Emile Wack)

Registre de population 600 MW 194 f° 406, Place Kleber N° 38 (i 146)
Wack née Freysz, Eve, 1798, Eckwersheim, propriétaire, f. v. (à Strasbourg depuis) 12. 7.bre 1827, délogée 25 juin 1855, Vieux Mé aux Vins 39
Loew, Louis, 30. avril 1828, Strasbourg, du 1° lit de la f°, f.
id. Gustave Edouard, 14 juillet 1832, id., idem, f. clerc de notaire, délogé 25 juin 1855, Vieux Mé aux Vins 39

Gustave Lœw habite d’abord 6, rue des Juifs puis 10, rue des Pucelles, enfin chemin du Dœrnelbrück à la Robertsau

Fichier domiciliaire (603 MW)
Wwe Loew Notar (Nathalie geb. Weissgerber)
Loew Gustav, 14.1.31 Str. † 9/2.17, Judengasse 6
Jungferngasse 10
Frau Nathalie geb. Weisgerber 14.11.48 Rappoltsweiler, 1886 Dörnelbrückweg 1
Kinder, Margaretha, verstorben
personalien ausfällen


Les Maisons de Strasbourg sont présentées à l’aide de Word Press. Elles sont hébergées par Free-H.