n° 24 : P 613 puis section 58 parcelle 42 (cadastre)


Rue Hannong n° 24 (partie détachée du Lisenmeyerhoff

Stampfgasse 24 (907 W 161)
Elévations du 24 rue du Foulon, à droite
(dessins de 1911, AMS, cote 907 W 161)

Le numéro 24, détaché du Lisenmeyerhoff en 1844, comprend le bâtiment à gauche de l’entrée et toute la partie au sud, c’est-à-dire le bâtiment à pignon sur rue et l’appentis que représentent les élévations pour le plan-relief ainsi que les cours O et N. Le relevé des bâtiments à détruire pour la Grande percée montre que la façade a été transformée. Si on entre toujours dans le bâtiment par la cour, les ouvertures ne sont plus réparties de la même manière. Le bâtiment principal comprend un rez-de-chaussée et un étage surmontés d’un deuxième étage en encorbellement de toutes parts. La ville achète les bâtiments au début du XX° siècle et les démolit en 1912. Les enquêteurs de la commission qui a visité les maisons qui seraient détruites pendant la Grande percée ne signalent guère d’éléments remarquables. Les terrains que la Ville acquiert sont redécoupés avant d’y construite les nouveaux bâtiments.

Stampfgasse 24, Schnitt (907 W 161) Stampfgasse 24, plan (907 W 161)
Coupe et plan (1911)

Récapitulatif des propriétaires

La liste ci-dessous donne tous les propriétaires de 1844 à 1912. La propriété change par vente (v), par héritage ou cession de parts (h) ou encore par adjudication (adj). L’étoile (*) signale une date donnée par les registres du cadastre.

1828 v Jean Louis Rist, officier de santé, et (1796) Dorothée Louise Imlin
1844 v François Schaal, négociant, et (1838) Marie Thérèse Caroline Baillard
1893* v Laurent Mengus, la veuve née Schaal
1899* v Laurent François Joseph Mengus, marchand
Ville de Strasbourg

Cadastre

Cadastre napoléonien, registre 22 f° 826 case 1

Schaal François épicier grand rue 124
1891/92 Schaal Frantz Wittwe geb. Baillard
1893/94 Mengus Lorentz Wittwe geb. Schaal
1899 Mengus Lorenz Josef Franz, Kaufmann
(2672) 1908 Strassburg die Gemeinde
(ancien f° 574)

P 614.p, maison, sol, Rue du Foulon 24
Contenance : 2,03
Folio de provenance :
Folio de destination : Gb
Année d’entrée :
Année de sortie :
Revenu total : 113,06 (112 et 1,06)
Ouvertures, portes cochères, charretières :
portes et fenêtres ordinaires : 32
fenêtres du 3° et au-dessus : 5

P 614.p, sol
Contenance :
Folio de provenance :
Folio de destination : Gb

Cadastre allemand, registre 31 p. 329 case 2

Parcelle, section 58, n° 42 – autrefois P 613, 614.p
Canton : Stampfgasse Hs. Nr 24
253/13
236
Désignation : Hf, Whs u.a. T. u. G
Contenance : 9,85
Revenu : 1300 – 1500
Remarques : 1913 ab S. 324 F. 4
1912 Abbruch

(Propriétaire), compte
Strassburg die Gemeinde
1909 Gemeinde Strassburg / Ville de Strasbourg
(33)

Annuaire de 1905

Verzeichnis sämtlicher Häuser von Strassburg und ihrer Bewohner, in alphabetischer Reihenfolge der Strassennamen (Répertoire de toutes les maisons de Strasbourg et de leurs habitants, par ordre alphabétique des rues)
Abréviations : 0, 1,2, etc. : rez de chaussée, 1, 2° étage – E, Eigentümer (propriétaire) – H. Hinterhaus (bâtiment arrière)

(Haus Nr) 24
Magazin. 0
Barnewitz, Trödler. 1
Bobrecker, Wwe. 1
Zimmermann, Tagner. 1
Fischer, Tagner. 2
Heymann, Tagnerin. 2
Kroll, Hausierer. 2
Willer, Bierbrauer. 2
Fürst, Händlerin. 3
Manhard, Tagnerin. 3
Stolz, Tagner. 3
Sulzbacher, Schreiner. 3

Grille d’enquête

Fragebogen
zur Feststellung der Altertümer in den für den Straßendurchbruch zum Abbruch bestimmten Häusern in Straßburg i. E. 1907
[Questionnaire destiné à répertorier les antiquités dans les maisons vouées à la démolition pour réaliser la percée, Strasbourg, 1907]

n° 51

Anmerkung. Den aufzuführenden Gegenständen ist ein Vermerk der Erhaltung hinzuzufügen und zwar bedeutet
+ sofort zu entfernen, * dringend zu erhalten, o an Ort und Stelle zu erhalten.
Diejenige Gegenstände die sofort zu entfernen sind, sind umgehend dem Kaiserlichen Denkmal-Archiv mitzuteilen.
[Remarque. On joindra aux éléments à répertorier une mention relative à la conservation, à savoir : (+) à démonter immédiatement, (*) à conserver absolument, (o) à conserver sur place. Il faudra signaler au Service impérial des monuments historiques les éléments à démonter immédiatement]

Haus : Stampfgasse N° 24 [Maison : 24, rue du Foulon]

a) Geschichtliches : Des Schoubers Gotzhus (Ritter Gösselin Schoup) 1327, 1408, 1506, in einem Teil des Stamphes Hof 1293 (s. Gerbergrabenplatz N° 5). Zum Schoub 1562. Linsenmeyer Hof 1732, 1774, 1818, 1828 mit N° 17 der Leimengasse [Historique]

b) Zeitbestimmung : [Epoque]

c) Zeicheriche Aufnahmen : [Relevés sous forme de dessin]

d) Photographische Aufnahmen : [Relevé photographique]

I. Das Äussere [Extérieur]

  • 11. Türeinfassungen – im Hof, spätgotischer Thürgewände in d. Mauer [Encadrements de porte – dans la cour, encadrement gothique tardif scellé dans le mur]

II. Im Inneren [Intérieur]

  • 25. Türbeschläge – Hinterthür III. Stock, Thürbänder [Ferrures de porte – Pentures à la porte arrière, 3° étage]

Relevé d’actes

Madame Louise Dorothée Imlin vend la partie méridionale du Linsenmeyerhoff au négociant François Schaal en se réservant la partie nord

1844 (7. 8.br), Strasbourg 15 (76), Me Lacombe n° 4569
Madame Louise Dorothée Imlin, veuve de M. Jean Louis Rist en son vivant docteur en médecine, ladite dame demeurant et domiciliée à Strasbourg
A Mr François Schaal, négociant demeurant et domicilié à Strasbourg
Description de l’immeuble vendu. Une Maison à rez de chaussée et deux étage avec petite cour, pompe et un petit bâtiment en eppendice dans lequel se trouve étable, une bouchere, sis à Strasbourg rue du Foulon, cette maison fait partie des bâtiments dont la réunion forme la maison connue sous le nom de Linsen Meyerhoff, sise en cette ville rue du foulon n° 4. Le bâtiment vendu est celui qui se trouve à gauche en entrant par la porte cochète rue du Foulon, il a pignon sur ladite rue du Foulon et ssur une propriété de la rue de l’argile, d’un côté le Sr Boos, de l’autre dans toute sa longueur la cour du Linsenmeyerhoff appartenant et entièrement réservés à Mad. veuve Rist.
Conditions et réserves. La présente vente est faite aux conditions et réserve suivants que les parties s’obligent à eécuter et à maintenit respectivement chacune en que qui les concerne.
1. Mad. veuve Rist se réserve la propriété pleine et entière de toute la cour du Linsenmeyerhoff, en conséquence l’acquéreur du bâtiment présentement vendu n’aura dans ladite cour aucuns droits de passage ni autres.
2. Mad. Rist, ses héritiers et ayant droit ne pourront bâtir, élever de constructions, faire des plantations, déposer des amas de marchandises, matériaux ou fulmiers, ni établir de fosse à fumier dans ladite cour du Linsenmeyerhoff, si ce n’est à une distance de deux mètres du bâtiment vendu, /:quant à la cage d’escalier du bâtiment du fond de la cour, attenant au bâtiment vendu à M. Schaal, elle restera dans Son état actuel, sans que Mad. Rist, ses héritiers, successeurs soient tenus à la démolir, cependant Si par la suite d’une démolition avait lieu, elle ne pourrait plus être rétablie qu’à une distance de deux mètres:/.
M. Schaal s’oblige à faire murer à ses frais et dans un délai de six mois à partir de ce jour (jouir de la signature du contrat) toutes les portes du bâtiment qu’il vient d’acquérir ouvrant sur la dite Cour du Linsenmeyerhoff, il sera tenu et il s’oblige toujours à ses frais et dans le même délai à garnir de barreaux de fer toutes les fenêtres et autres ouvertures du rez de chaussée et au premier étage donnant sur la dite cour du Linsenmeyerhoff, les quelles consistent actuellement dans le bâtiment vendu, ou celles qui pourraient y être établies par la suite. Mad. Ristn ses héritiers en succession auront le droit, s’ils le jugent à propos et à quelqu’époque que ce puisse être, d’exiger du Sr Schaal que celui-ci fasse garnir à ses frais de treillis en fer ses fenêtres et autres ouvertures existantes au second étage du bâtiment vendu et prenant jour sur le cour dite Linsenmeyerhoff.
3. Le Sieur Schaal aura le droit de laisser écouler sur le Cour du Linsenmeyerhoff les eaux pluviales que déversera le toit du bâtiment par lui acquis, il aura également le droit de laisser écouler sur la dite Cour les eaux ménagères de deux éviers qui existent actuellement, cependant ces eaux devront continuer à être recueillies et déversées par un seul tuyau pour les deux éviers.
4. Mad. Rist se réserve pour elle et pour les autres habitans des autres bâtiments du Linsenmeyerhoff d’aller puiser et prendre de l’eau à la pompe qui se trouve dans la petite cour vendue au Sr Schaal, et ce pendant un temps de Six mois à partir de ce jour.
5. L’acquéreur aura tant pour lui que pour tous les habitants de la maison qu’il vient d’acquérir la jouissance commune des lieux d’aisances qui existent sur la propriété de Mad. Rist, et ce pendant un espace de six mois à partir de ce jour, sans que M. l’acquéreur puisse prétendre à une part quelconque dans le prix de vente du fumier desdits lieux d’aisances.
Etablissement de la propriété. Mad. Rist (…) déclare en être devenue propriétaire de la manière suivante. Feu M. Jean Louis Rist son mari s’est rendu adjudicataire de la maison dite Linsenmeyerhoff (dont l’immeuble aujourd’hui vendu forme une fraction) sur les héritiers collatéraux de M. Jean Saum en son vivant propriétaire rentier à Strasbourg, suivant procès verbal d’adjudication dressé par M° Zimmer le 3 juillet 1828 transcrite au bureau de la conservation des hypothèques de cette ville le 2 octobre de la même année Volume 216 N° 47. Cet immeuble a été abandonné à Mad. Rist suivant acte passé devant Me Lacombe soussigné le 28 juin 1839, contenant la liquidation et le partage de la succession de M. Jean Louis Rist et de la communauté de biens qui a existe entre lui et Mme Rist sa veuve. (…)
Le défunt Sr Saum avait acquis cet immeuble dans l’adjudication définitive qui en a été faite à son profit par les dames Saum, Vogel et Liebold sœurs devant Me Hickel le 17 mai 1820 transcrite au bureau des hypothèques de cette ville le 26 du même mois Volume 130 N° 21.
Lesdites dames sœurs Saum, Vogel et Liebold étaient devenues propriétaire de ladite maison avec ses appartenances au moyen de l’abandon qui leur a été fait par M. Jean Daniel Saum leur père par acte passé devant ledit Me Hickel et son collegue le 10 août 1808 transcrit au bureau des hypothèques de cette ville le 12 octobre suivant Volume 110 N° 25.
Ledit Sr Jean Daniel Saum avait acquis cet immeuble en vertu du contrat de vente sous seing privé que lui en a passé le Sr Livio (Etienne) ancien fabricant de tabac à Strasbourg le 16 mars 1791 enregistré le 31 du même mois et déposé pour minute à Me Laquiante notaire en cette ville par acte de dépôr qu’il en a dressé le 1 avril suivant. (…) Prix de vente 8000 francs

François Schaal épouse en 1838 Marie Thérèse Caroline Baillard
1838 (15.5.), Strasbourg 10 (94), Me Zimmer n° 2860 – Enregistrement de Strasbourg, acp 259 f° 64-v du 16.5.
Contrat de mariage, communauté réduite aux acquets – François Schaal, négociant à Strasbourg, né le 25 novembre 1809 à Geispolsheim fils de Pierre Schaal, cultivateur, et de Marguerite Nuss
Marie Thérèse Caroline Baillard fille mineure née à Valence (Drôme) le 7 septembre 1817 de Jean Georges Baillard, capitaine commdant retiré, Chevalier des Ordres Royaux de la Légion d’Honneur et de St Louis et adjoint au maire de Molsheim, et de Marie Joséphine Schlicke


Les Maisons de Strasbourg sont présentées à l’aide de Word Press. Elles sont hébergées par Free-H.