Numéros de maison


Après avoir commencé à graver le nom des rues aux maisons d’angle, on a fait le projet de numéroter les maisons et d’apposer sur chacune d’elles son numéro en 1782. Le Magistrat consulte notamment le maréchal de Contades, commandant en chef d’Alsace, et l’évêque d’Arath, coadjuteur de Strasbourg, pour s’assurer que l’exécution du projet ne rencontrera aucune opposition. Il ordonne à l’inspecteur des bâtiments Pierre Boudhors de dresser un projet précis en numérotant les maisons à partir d’un repère, la cathédrale. L’exécution du projet date de 1785, d’après les plans qui ont été préparés entre temps.
Les maisons porteront des numéros par alignement : on part du début d’une rue, on la remonte puis on passe à l’alignement en face en le redescendant, de sorte que le premier et le dernier numéro de la rue se font face. Une nouvelle numérotation selon le principe actuel (côté pair et côté impair) figure déjà à l’Atlas des alignements daté de 1829 mais ne sera mis en pratique que dans les années 1850. Les quais garderont cependant une numérotation continue. Cette nouvelle numérotation correspond le plus souvent à l’état actuel.

Ci-dessous la transcription des deux décisions de 1782 et de 1785, accompagnées de leur traduction.

Directeurs fonciers (Bauherren), 1782 et 1784

1782, Directeurs fonciers VII 1420
(f°29). Dienstags den 26. februarii 1782. Numerotirung der Häußer hiesiger Stadt betreffend – Lectum folgendes Schreiben und darauf ergangene Erkanntnußen Gnädiger Herren der dreÿ Zehen die Numerotirung der Häußer hiesiger Stadt betreffend.
Copie d’une Lettre écrite par M. le Maâl. de Contades à Mrs. du Magistrat de la Ville de Strasbourg en date de Paris le 13 fevrier 1782.
Messieurs
« Je suis trop disposé à favoriser les Etablissemens (f° 29-v) qui ont pour But L’utilité publique de vôtre ville et la bonne police, pour ne pas aprouver le Dessein que vous avés formé de numeroter les Maisons. Je crois qu’il ne peut resulter que de grande avantages, relativement au militaire, ce sera de plus un nouveau Moyen à ajouter au Reglement sage que vous avés fait pour arréter le progrés des incendies. Vous ne devés pas douter de l’attachement avec lequel J’ay l’honneur d’étre &c. »
Zufolg Erkanntnus Gnädiger Herrn dreÿzehen vom 21. februarii 1782. Seÿe vorstehendes Schreiben pro notitia denen Hoch und Wohl verordneten Herren Oberbau Herren zu communiciren, unterschrieben Matthieu, secretarius mit pphe.
Ferner Erkanntnus deshalben
Zufolg Erkanntnus Gnädiger Herren der dreÿzehen vom 25. februarii 1782. Auf geschehenen Vortrag von Seiten des Regierenden Herrn Ammeister Engelmann, wie daß Herr Abbé Zaepffel, Promotor hiesiger Officialitæt von Seiten des Herrn Eveque D’Arath Zu Ihm gekommen und berichtet, daß gedachter Herr Bischoff von Ihrer Eminenz Herrn Cardinal de Rohan ein Schreiben erhalten, vermög welches nach dieselbe sich erklären, daß Sie gegen die von Seiten Eines Löblichen Magistrats vorgeschlagene Numerotirung aller Häuser in der Stadt Ihres Orts nicht das geringste ein zu wenden, sondern (f° 30) sich Namens der gesammten Cleriseÿ sehr gern darzu zu verstehen gedencken, in der Hoffnung demnach, daß man in Ansehung derer Geistlichen Corporibus eben das observiren würde, was etwa in Ansehung der übrigen Corps privilegiés zu reveriren und zu vertragen für gut befunden würde ; und auf gleichfalls geschehene Erinnerung von Seiten derer Herren General Advocaten, daß sowol vermittelst dieser, als der Von Seiten eines löblichen Ritter Directorii und Ihro durchlaucht Herrn Prince de Lorraine würcklich schon vernommenene mündlichen Erklärungen, Endlich vermittelst der von Herrn Maréchal de Contades erhaltenen schriftlichen Genemigung nunmehro alle Bedenklichkeiten gehoben, welche Meine Gnädige Herren hätten abhalten können die vorgeschlagene Einrichtung mit den Numeros aller häuser sogleich ins Werk zu setzen, ist Erkannt : Seÿen obberührte sowol mündlich als schriftlich gegebene Einwilligungen den Hoch und Wohl verordneten Herren Oberbauherren pro notitia zu communiciren, dieselbe anbeÿ zu ersuchen nunmehro, da von keinem Ort mehr einige Schwierigkeit wegen der anzubringenden Numeros der Häuser zu befürchten, Zu Ausführung des Vorschlags selbst zu schreiten, zu diesem Ende die vorzu kerhende Maas Reglen in einen ordentlichen schriftlichen Entwurf zusammen zu (f° 30-v) auch denselben als denn dißorts beliebig zu communiciren, damit was etwa in Beziehung der Corps privilegiés annoch zu verfügen dienlich wäre, durch gehörige Vorschritten vermittelt werden könte. unterschrieben Mathieu, Secretarius mit pphe.
Lectione factâ wurde nach gemachter reifer Überlegung vor das dienlichste erachtet, die Häuser einer jeeden Gaß besonders zu numeriren, deme Zufolg einen gewissen Punct ex: gr: das Münster anzunemen, von welchem der Anfang der Gaßen zu machen, und also das erste Haus rechter seits mit N° I zu bezeichnen, die Zahl solle in verhältismäsiger und gleicher gröse über jeeden Hauses Haupt Eingang gesetzt werden /:welches ersteres vornemen auf Kösten gemeiner Stadt geschehen solle:/ um dieses vorläufige Guterachten Gnädigen Herren dreÿzehen deutlich vor Augen zu legen, wurde Erkannt : Seÿ durch Herrn Bau Inspector Boudhors von einer Gegend hiesiger Stadt, worin sich unterschiedenen Gaßen befinden, ein Plan zu verfertigen, die Häuser anzuzeichen und zu numeriren und durch einen schriftlichen beizu legenden Rapport gnädigen Herren Dreizehen vor zu tragen was dißorts dienlich erachtet worden.

Traduction – (f° 29) Mardi 26 février 1782. Numérotation des maisons de la Ville – Donné lecture de la lettre suivante et des décisions ultérieures de Messieurs les Treize relatives à la numérotation des maisons en cette Ville.
Copie d’une Lettre écrite par M. le Maréchal de Contades à Messieurs du Magistrat de la Ville de Strasbourg en date de Paris le 13 février 1782. (ci-dessus le texte en français)
Selon la décision des Treize en date du 21 février 1782, la lettre ci-dessus devra être transmise pour information aux directeurs fonciers. Signé Mathieu, secrétaire, avec paraphe.
Décisions à ce sujet
Décision de Messieurs les Treize en date du 25 février 1782. Après que le sieur Engelmann, ammestre régent, a rapporté que le Sieur abbé Zæpffel, promoteur de l’officialité de cette ville, est venu le trouver de la part de l’évêque d’Arath en lui disant que l’évêque a reçu de son Eminence le Cardinal de Rohan une lettre où il déclare n’avoir pas la moindre objection à l’encontre du projet qu’a le Magistrat de numéroter toutes les maisons de la ville, qu’au contraire il donne son accord au nom de tout le clergé en espérant que les corps ecclésiastiques bénéficieront des mêmes égards assorties des mêmes charges qu’on aura jugées convenables pour les autres Corps privilégiés, et après que le sieur avocat général a de même fait observer que tant cette lettre que les déclarations qu’ont déjà faites le Directoire de la Noblesse et Sa Majesté le Prince de Lorraine, de même que l’accord écrit de Monsieur le Maréchal de Contades ont maintenant levé toutes les difficultés qui auraient pu empêcher Messieurs du Magistrat de mettre immédiatement à exécution le projet de numéroter toutes les maisons : a été décidé que les accords tant oraux qu’écrits devront être transmis pour information aux directeurs fonciers auxquels on ordonnera de mettre le projet en œuvre puisqu’il n’y a plus à craindre que nul ne soulève de difficulté contre les numéros qu’on projette d’apposer aux maisons, de [résumer] à cet effet par écrit les mesures à prendre dans un mémoire circonstancié et de les leur communiquer à leur convenance pour être à même de faire les démarches convenables qui pourrait être utiles auprès des Corps privilégiés. Signé Mathieu, secrétaire, avec paraphe.
Cette lecture faite, il a été décidé après mûre réflexion qu’il serait particulièrement judicieux de numéroter les maisons de chaque rue en partant d’un repère donné, par exemple la cathédrale, qui marquerait le début des rues, la première maison à main droite porterait par conséquent le numéro 1, en apposant le nombre en taille proportionnée et égale au-dessus de l’entrée principale de chaque maison (les frais initiaux étant pris en charge par la Ville), et de présenter ce mémoire prévisionnel à Messieurs les Treize. Décision, l’inspecteur des bâtiments Boudhors devra dresser le plan d’un quartier de la ville où se trouvent plusieurs rues, y représenter les maisons et les numéroter, puis présenter à Messieurs les Treize un compte rendu écrit qui expose les conclusions qui sembleront pertinentes.

1785, Directeurs fonciers VII 1421
(f° 287-v) Dienstag den 31. Maji 1785. Numerotirung der Häuser hiesiger Stadt – Lectum Erkanntnus Hochlöblicher Oeconomie Kammer die Numerotirung der Häuser hiesiger Stadt betreffendt, folgenden Inhalts. « Zufolg Erkanntnus einer Hochlöblicher Oeconomie Kammer der Stadt Straßburg vom 18. Maÿ 1785 werden die Hoch: und wohl- verordneten Ober Bauherren geziemend ersucht, die Numerotirung der Häuser hiesiger Stadt, nach Maßgabe des vorgelegten Plan und angeschloßener Submission in Execution zu setzen, unterschrieben : Weber, Oecon. Secr. mit pphe. »
Lectione factâ, wurde Erkannt : Verzeichnus, und seie Herr Fünffzehner Barth bestens ersucht, die Execution solcher Numerotirung zu besorgen.

Traduction – Mardi 31 mai 1785. Numérotation des rues de la Ville – On a donné lecture d’une décision ci-dessous qu’a rendue la Chambre d’économie relativement à la numérotation des rues.
La Chambre d’économie de la ville de Strasbourg a pris le 18 mai 1785 la décision suivante, il convient de demander aux directeurs fonciers de mettre à exécution la numérotation des maisons de la Ville d’après le plan qui en a été dressé et la soumission qui l’accompagne. Signé Weber, secrétaire à la Chambre économique, avec paraphe.
Cette lecture faite, on a pris la décision suivante : à enregistrer, et charger le Sieur Barth des Treize d’exécuter le projet de numérotation.


Les Maisons de Strasbourg sont présentées à l’aide de Word Press. Elles sont hébergées par Free-H.