Joseph Revoire, notaire, et (1723) Jeanne Carlet la Cour – catholiques


Notaire royal à Grenoble, Joseph Revoire épouse en 1723 Jeanne Carlet la Cour, fille d’un marchand de la même ville. Il demande à être reçu notaire à Strasbourg le 20 décembre 1738. Il réitère sa requête le 12 janvier 1739 après être devenu bourgeois comme le lui ont demandé les Conseillers et les Vingt-et-Un. Les préposés en chef de la Chancellerie craignent qu’il ne dresse des ventes et des baux mais il s’engage à se soumettre aux règlements de la Ville. Il fait preuve de très bonnes compétences en droit et de bonnes connaissances des statuts de Strasbourg lors de son examen aux fonctions de notaire. La commission estime qu’il assurera un bon service auprès de la clientèle française de la ville. Les Conseillers et les Vingt-et-Un le nomment notaire le 21 mars 1739.
Les préposés en chef de la Chancellerie raient Joseph Revoire de la liste des notaires le 10 mars 1746 après qu’il a quitté la Ville. Il meurt en 1751 en délaissant quatre enfants de Jeanne Carlet la Cour qui demeure à Grenoble.

Maison en propriété
1741-v. 1746, rue de la Nuée Bleue (III 255, actuel n° 17)

Enfants

  • Marie Anne
  • Joseph, notaire à Strasbourg
  • Thérèse
  • Ennemond, employé aux Ponts et Chaussées, épouse en 1756 Louise Colliquet


Signature au bas d’un acte dressé en 1739 (ADBR, cote 6 E 41, 705)


Joseph Revoire, notaire royal à Grenoble, épouse en 1723 Jeanne Carlet la Cour, fille d’un marchand de la même ville, d’après le contrat de mariage joint à l’inventaire après décès dressé en 1751

Copie du contrat de mariage. Par devant les Con.ers du Roy notaires à Grenoble soussigné fut présente Damlle Jeanne Carlet la Cour, veuve de maître Joseph Revoire ci devant notaire en cette ville, laquelle a remis et dépose pour être joint aux minutes d’Ogier un de nous les Conventions de mariage qu’elle a signées avec led. deffunt maître Joseph Revoir dont la teneur suit.
Les présentes Conventions ont été faites entre nous soussigné Maître Joseph Revoire notaire Royal à Grenoble fils de Sr Jean Revoir Bourgeois de cette ville et de Demoiselle Anne Marie Sibilla d’une part, et demoiselle Jeanne Carlet la Cour, fille de deffunt sieur Pierre Carlet la Cour, viv. marchand du Lieu de Rives, et de défunte Demoiselle Laurence Jayet d’autre (…) Fait en double à Grenoble le 12 septembre 1723. Contrôllé à Grenoble le 18 7.bre 1734 – De laquelle remission ladite demoiselle veuve Rivoire a requis acte, passé l’an 1751 le 19 juillet

Ancien notaire royal à Grenoble, Joseph Revoire demande à être reçu notaire de la Ville le 20 décembre 1738. Il réitère sa requête le 12 janvier 1739 après être devenu bourgeois comme le lui ont demandé les Conseillers et les Vingt-et-Un.

1738, Conseillers et XXI (1 R 221)
Joseph Revoire kombt ein pro Notariatu. 686. Wird ad Examen Verwießen. 744.
(p. 686) Sambstag d. 20.ten 10.bris – Lt. Fuchß, Noê H Joseph Revoire des Königlichen Notarÿ Zu Grenoble dermahlen allhier Wohnhaft, producirt unterthäniges Memoriale und bitten sambt beÿlagen Sub Num.is 1. 2. 3. et 4. pt° admissionis ad Examen pro Notariatu handelt innhalts.
Ist Erkanndt, Würde Implorant Zuforderst das hiesige Burgerrecht erhalten, und alß dann ferners einkommen, so soll auff deßen begehren gesprochen Werden, Was recht ist.
Deputati H. Rathh. Fleck und H. Rht. Mehler.

(p. 744) Montag d. 12. Januarÿ 1739 – Lt. Fuchß, Noê Joseph Revoire, Zufolg Euer Gnaden Bescheids Vom 20. 10.bis iüngst, Weilen principalis in hiesiges Burgerrecht gnädig recipirt worden, als erholt nochmahlen petitum de dicta die. Erkandt, Wird Implorant nunmehro ad Examen et Concursum pro obtinendo Notariatu an die Obere Cantzleÿ: Herren Verwießen.
Deputati H. Rth. Greühm und H. Rathh. Fleck.

Les préposés en chef de la Chancellerie évoquent le 18 mars 1739 la candidature de Joseph Revoire. Ils craignaient qu’en qualité d’ancien notaire royal à Grenoble, il ne voulût dresser toutes sortes de ventes et de baux en excipant de l’ordonnance royale du 15 juin 1688 mais Joseph Revoire s’engage à se soumettre aux règlements de la Ville. Lors de son examen qui a lieu le 19 mars, il fait preuve de très bonnes compétences en droit et de bonnes connaissances des statuts de Strasbourg. La commission estime qu’il assurera un bon service auprès de la clientèle française de la ville et le recommande aux Conseillers et aux Vingt-et-Un.
Le 21 mars 1739, les Conseillers et les Vingt-et-Un nomment Joseph Revoire notaire ; il prête serment le même jour.

1739, Conseillers et XXI (1 R 222)
H. Joseph Revoire Wird zu einem Notario angenommen. 120. und schwört auff die Ordnung. 122.
(p. 120) Sambstag d. 21.ten Martÿ 1739 – Lt. Fuchß, Noê H Joseph Revoire Vom 12.ten Januar jüngst bittet der hochverordneten Obere Cantzleÿ: Herren Relation und wie d. die und d. 20.ten Decembris jüngst unterthg. gebetten Worden. H. Advocat Holdt referirte, es Wäre der Implorant in dem Vorgestrigen tags mit ihme Vorgenommenen Examine so wohl bestanden, daß die sämbtl. Herren über seine Responsiones auff die Ihme Vorgelegte Fragen eine Vollkommene Satisfaction bezeuget, indeme Sie Wahrgenommen, daß er nicht nur die statuta hiesiger Statt sich Wohl bekanndt gemacht habe, sondern auch sowohl in der Notariat Praxi als in Jure schöne Wißenschafft besitze, hätten deßwegen davor gehalten, daß der Implorant Gn. Hh. Räht und XXI Zu Erhaltung der stelle eines Notarÿ als ein täugliches Subjectum recommandirt werden Könnte. Die sambtl. Obere: Cantzleÿ Herren bezogen sich durchaus auss des H. Advocat Holden abgstattete relation.
Ist Erkandt, Wird der Implorant Zu einem Notario angenommen, und Zu dem gewohnlichen Juramento admittirt, deputati umb den bescheidt anzusagen H. Rathh. Richshoffer, H. Rathh. Ruffier.
Hierauff hat der neu creirte Notarius Joseph Revoire den Eÿd auff die Ordnung abgeschworen.

Les préposés en chef de la Chancellerie raient de la liste des notaires le 10 mars 1746 Joseph Revoire qui a quitté la Ville.

Joseph Revoire meurt en 1751 en délaissant quatre enfants de Jeanne Carlet la Cour qui demeure à Grenoble. L’inventaire rapporte que le loyer dû par la Ville pour la location de la maison fait l’objet d’une contestation dans la faillite du trésorier Bontemps. Les sommes dues par le préteur Bock et par Jacques Michel Pini figurent aux dettes actives.

1751 (22.6.), Me Koch (Matthias, 6 E 41, 486) n° 478
Inventaire des Biens delaissés par feu le Sieur Joseph Revoire, vivant Notaire juré public de la ville de Strasbourg, dressé l’an 1751. – Inventaire et Description de tous et chacuns les Biens generalement quelconques que feu Le sieur Joseph Revoire, vivant Not° juré public et Bourgeois de la Ville de Strasbourg a delaissé après sa mort arrivée le 6° du mois de fevrier de la presente année 1751. – Fait et passé audit Strasbourg en presence du Sr Jean Charle Spielmann Licentié és droit ancien assesseur au grand Sénat et presentement au petit comme Deputé dud. Senat le 22° du mois de Juin l’an 1751.
Le Deffunt a delaissé pour Heritiers ab intestat sçavoir 1. Dlle Marie Anne Revoir, agée d’environ 26 ans, absente, 2° Le Sr Joseph Revoir, Praticien agé d’environ 25 ans, lequel a été present tant pour lui que pour sa mere, frere et sœurs en vertu des Procurations jointes à la minutte du present Inventaire, 3.tio Damlle Therese Revoir, agée environ de 24 ans, absente, 4.to Le Sieur Ennemond Revoir, agé d’environ 23 ans, absent, Led dits quatre Enfants procréés avec Dam.lle Jeanne Carlet, Epouse du deffunt demeurant à Grenoble

Dettes actives. (…) Plus est dû par la Ville de Strasbourg pour neuf années de loyer de la maison size Rue de la nuë bleue, de laquelle il y a contestation pendante à la Commission nommée par le Roy, pour juger en dernier ressort dans la faillite du Sieur Bontems cy devant Thresorier de l’extraordinaire des guerres, led. deffunt Sieur Revoir ayant loué lad° maison à la Ville à raison de 1000 lb par années faisant la somme de 9000 lb sur quoi led. Sr Revoir a reçu celle de 4000 lb.
Copie du contrat de mariage (…) Fait en double à Grenoble le 12 septembre 1723
Etat sommaire du présent Inventaire. Le bien de la Veuve. Dettes actives 1958 li. Remplacement du bien de la Veuve o, Total général 1958 livres
S’ensuit enfin la Description du bien de la Communauté qui ne consiste qu’en Meubles, 32 livres – Total des Dettes passives 12 806 livres, Reste passif de la communauté 12 773 livres
En deduisant aussi du dit reste passif le Bien de la Veuve /:sans préjudice toutefois pour représenter seulement la somme taillable:/ qui se monte cy dessus folio (-) à 1958 lb
Il reste encore sur les dites Dettes passives la somme de 10 805 livres
Total des dettes actives douteuses appartenant à la communauté se monte à 6675. lb
Supplément au présent Inventaire. Dettes actives. Plus il est dû par mon Sr le stettmestre de Bock pour loyer de la maison size dans le Rue de la nuée bleuë pour le prix et somme de 650 lb par an par un Contract passé au poile des Contracts le 14. Xbre 1741 faisant pour deux années 1300 lb
Plus il est dû par feu le Sr Piny marchand Epicier pour le prix de la vente des moulins attenants à ladite maison par Acte passé pardevt. feu Me Humbourg Not.re le 9° mars 1744, 3000 lb

Ennemond Revoire épouse en 1756 Louise Colliquet

1756 (9.2.), Me Humbourg (6 E 41, 95)
Contrat de mariage – Sr Ennemond Revoire Employé pour le Roy dans les Ponts et Chaussées de cette province et Secretaire de M le Baron de fregval commissaire ordonnateur des Guerres demeurant en cette ville rue des Veaux Paroisse St Laurent fils majeur de feu Sr Joseph Revoire, avocat et Notaire public français de cette ville, et de De Jeanne Carlet
Sr Jean Michel Sarger Greffier du Baillage de Vangen et bourgeois de cette ville de Strasbourg, stipulant en qualité de tuteur de Dlle Louise Colliquet, fille mineure de feu Sr Jean Antoine Interessé dans les affaires du Roy, et défunte Damle Marie Anne Guillon de l’agrément de De Barbe Goujon son ayeule paternelle veuve de Jean Colliquet ingenieur en Relief et Entrepreneur des fortiffications de cette ville
futur époux Sr Joseph Revoire son frère germain notaire juré de cette ville, de la part de la future épouse De Marie Louise Guillon veuve du Sr henry le Blond sa tante maternelle
Etat des effets que dlle Barbe Bouchaut veuve du Sr Jean Colliquet Entrepreneur des fortiffications de cette ville a donné en mariage à sa petite fille Louise Colliquet

Joseph Revoire (fils)

Natif de Grenoble et fils du précédent, l’étudant en droit Joseph Revoire est reçu bourgeois à titre gratuit le 30 septembre 1752 et devient tributaire chez les Boulangers. Il sollicite le 11 décembre 1752 un poste de notaire, sa demande étant appuyée en haut lieu. Après avoir passé l’examen habituel où il se montre plus compétent en matière générale qu’en droit local, les Conseillers et les Vingt-et-Un le nomment notaire surnuméraire comme son père le 23 décembre 1752. Il demande le 27 janvier 1753 à être nommé rédacteur d’inventaires mais l’affaire n’a pas de suite.
Joseph Revoire vend le 5 février 1757 son fonds au notaire Jean Georges Albert. avant de quitter la Ville.
Joseph Revoire est débouté en 1768 d’une demande en français qu’il adresse aux Quinze et dont la teneur n’est pas connue.


Signature au bas d’un acte de 1754 (ADBR cote 6 E 41, 705)


Joseph Revoire sollicite le 11 décembre 1752 un poste de notaire. L’avocat Hold fait remarquer qu’aucun poste n’est disponible mais que le candidat a les mêmes arguments que ceux qu’avait son père défunt quand il a été reçu notaire surnuméraire, à savoir que les habitants francophones de la ville auraient un notaire qui parlent leur langue. Lors de son examen qui a lieu le 19 décembre 1752, Joseph Revoire se montre compétent en matière générale mais ne connaît pas particulièrement les règlements et les usages de Strasbourg, notamment parce qu’il ne maîtrise pas l’allemand. La commission recommande cependant le candidat qui bénéficie de hautes protections. Les Conseillers et les Vingt-et-Un nomment Joseph Revoire notaire surnuméraire le 23 décembre 1752. Il prête serment le même jour.
Joseph Revoire demande le 27 janvier 1753 à être nommé rédacteur d’inventaires. L’avocat Hold expose que le demandeur a été nomme notaire surnuméraire pour que les francophones de la Ville puissent d’adresser à un notaire qui parle leur langue, but qui n’est pas entièrement atteint tant que le notaire n’est pas habilité à dresser des inventaires. Il recommande donc de le renvoyer à la commission d’examen. L’affaire n’a pas de suite.
Le notaire Joseph Revoire vend le 5 février 1757 son fonds au notaire Jean Georges Albert.

L’étudant en droit Joseph Revoire est reçu bourgeois à titre gratuit le 30 septembre 1752 eu égard à ses études et devient tributaire chez les Boulangers

1752, Livre de bourgeoisie 1740-1754 (VII 284) p. 506
M. Joseph Revoire Candidatus Juris Von Grenoble gebürtig erhalt das b. recht ob favorem studiorum gratis, und will dienen beÿ E. E. Zunfft der becker. jur. d. 30. 7.bris 1752.

Joseph Revoire est inscrit au rôle des contributions à la tribu des Boulangers

1757, Registres annuels de la Taille (VII 1250) f° 224-v
Becker – Rivoire, Joseph, Jur. 30. 7.br. 1752.

Fils de feu le notaire Joseph Revoire, Joseph Revoire adresse aux Quinze une demande en français dont il est débouté. La mention marginale portée après coup allègue une demande d’apprentissage.

1768, XV (2 R 179)
(p. 444) Sambstags d. 24.ten Septembris 1768. Joseph Revoire pt° aufnahm in die Lehr
Claus Sen: nôe Joseph Revoire, Weÿl. H Joseph Revoire geweßenen burgers und Not. Publ. allhier ehelich erzeugten Sohns, prod. unterth. Memoriale und bitten in frantzösischer sprach, beziehet sich auf deßen inhalt, und gnädig zu erkennen, wie darinnen gebetten worden. Erkandt, wird der Implorant mit seinem begehren abgewiesen


Les Maisons de Strasbourg sont présentées à l’aide de Word Press. Elles sont hébergées par Free-H.