Jean Jacques Lung, notaire, et (1779) Marie Marguerite Emmerich – luthérien


.

Jean Jacques Lung est le fils du boutonnier et marchand de soie Jean Daniel Lang et d’Anne Marguerite Scharrier. Il passe en juin 1774 les épreuves du notariat. Il est nommé notaire le 10 février 1776 et rédacteur d’inventaires le 20 août 1776 après avoir été secrétaire pendant plus de vingt ans chez plusieurs notaires. Il est nommé secrétaire à la tribu des Maçons le 28 août 1779 en remplacement de Jean Frédéric Dinckel démissionnaire.
Jean Jacques Lung épouse en 1779 Marie Marguerite Emmerich. Il devient tributaire chez les Maçons en juin 1780.
Il meurt début 1803, sa veuve en 1828.

Maison en propriété
1782, rue du Bouclier (VII 43, actuel n° 8)

Enfants

  • Jacques Chrétien, négociant, épouse en 1807 Guillaumette Caroline Ulrich
  • Chrétienne Charité, épouse en 1812 le chapelier Pierre Joseph Robin

Lung (J. Jacques, contrat de mariage 1779, ADBR cote 6 E 41, 740)
Lung (Jean Jacques, 1777, ADBR cote 6 E 41, 1522 n° 5)
Signatures au bas de l’acte de mariage (1779)
dans un de ses actes de 1777 (ADBR cote 6 E 41, 1522 n° 5)


Les préposés en chef de la Chancellerie font passer le 21 juin 1774 les épreuves du notariat à Jean Jacques Lung qu’ils recommandent aux Conseillers et les Vingt-et-Un. Il refusent le 15 mars 1776 de le nommer notaire alors qu’il argue que le notaire Schweighæusser est disposé à lui céder les actes de l’étude Hæring. Ils le reçoivent le 21 août 1776 aux épreuves de rédacteur d’inventaires.
Les Conseillers et les Vingt-et-Un nomment Jean Jacques Lung notaire le 10 février 1776 et rédacteur d’inventaires le 20 août 1776. L’avocat général Mogg qui rend compte des épreuves rapporte que Jean Jacques Lung a été secrétaire pendant plus de vingt ans chez plusieurs notaires.

Jean Daniel Lung est le fils du boutonnier et marchand de soie Jean Daniel Lang et de sa femme Anne Marguerite Scharrier. Il épouse en 1779 Marie Marguerite Emmerich, fille de courtier : contrat de mariage, célébration

1779 (24.3.), Me Langheinrich (J. Daniel, 6 E 41, 740) n° 501
(Eheberedung) Zwischen Herrn Johann Jacob Lung, Notario publico jurato et Practico alhier, weiland Herrn Johann Daniel Lung, gewesenen Knöpffmachers und Seidenhändler auch burgers alhier seeligen, mit Fraun Anna Margaretha gebohrner Scharrierin ehelich erzeugt: und hinterlaßenem Sohn, als dem herrn bräutigam, ane einem,
Wie auch der Edlen, Viel Ehren und Tugendgezierten Jungfrau, Maria Margaretha Emmerichin, weiland Herrn Johann Michael Emmerich, des gewesenen geschwornen Wechsel: Courtier und wohlangesehenen burgers dahier längst seeligen, mit Fraun Susanna Magdalena gebohrner Ehrmännin ehelich erzeugter Tochter, als der Jungfraun braut, ane dem andern Theil [unterzeichnet] Johann Jacob Lung, als bräutigam, Maria Margaretha Emmerichin als Braut

Mariage, Saint-Nicolas (luth. p. 10 n° 9)
1779 Dienstag den 27. Aprilis seind nach ordentlich geschehenen ausrufungen in der Kirch Zu St. Nicolai ehelich eingesegnet worden Herr Johann Jacob Lung Notarius publicus Juratus und Practicus alhier, weÿland herrn Johann Daniel Lung geweßenen Knöpffmachers und Seidenhändlers, auch burgers alhier, mit Frau Anna Margaretha gebohrner Scharrierin ehelich erzeugter Sohn, und Jungfer Maria Margaretha Emmerichin, weÿland herrn Johann Michael Emmerich geweßenen geschwornen Wechsel Courtier und burgers alhier mit deßen hinterlaßenen Wittib, Fraun Susanna Magdalena gebohrner Ehrmännn, ehelich erzeugte tochter, wie solches bezeugen [unterzeichnet] Johann Jacob Lung, als bräutigam, Maria Margaretha Emmerichin als Braut (i 12) – Proclamation, Saint-Thomas (luth. f° 53 n° 106) 1779

Les nouveaux mariés font dresser l’inventaire de leurs apports. Ceux du mari s’élèvent à 1 291 livres et ceux de la feme à 1 665 livres

1779 (30.4.), Me Langheinrich (J. Daniel, 6 E 41, 738) n° 1065
Inventarium über Herrn Johann Jacob Lung, Notarii publici jurati et Practici, wie auch Fraun Mariä Margarethä gebohrner Emmerichin, beeder Eheleute und burgere allhier einander für unverändert in den Ehestand zugebrachte Nahrungen, auffgerichtet Anno 1779. – in ihren den 27.t dieses Monats angetrettenen Ehestand Zugebracht haben – So geschehen alhier Zu Straßburg in beÿseÿn Fr. Susanna Magdalena Emmerichin gebohrner Ehemännin und Fr. Anna Margaretha Lungin gebohrner Scharrierin, ihr der beeden Ehepersonen annoch lebender Fr. Mütter wie auch H Johann Michael Emmerich, treueiferigen Abendprediger Zu St. Niclaus alhier, der Ehefrauen H. Bruders und hierzu erbettenen beÿstands

(f° 11) Series rubricarum hujus Inventarii. (Des Ehemanns Vermögen) Sa. Haußraths 121, Sa. bücher 47, Sa.Silbers und dergleichen geschmeids 25, Sa. goldener Ring 70, Sa. baarschafft 43, Sa. pfenningzinß hauptgüter 900, Sa. Schulden 359, Summa summarum 15 676 lb – Schulden 400 lb, Nach deren Abzug 1167 lb – Hierzu kommt die Ihme ane denen Haussteuren unverändert gebührige helffte 124 lb – Des Ehemanns Zugebracht Gut 1291 lb
Solchemnach wird auch der Ehefraun in die Ehe gebrachtes Vermögen beschrieben, Sa. haußraths 299, Sa. Silbers und dergleichen Geschmeids 31, Sa. goldener Ring und dergleichen Geschmeids 127, Sa. baarschafft 247, Sa. Pfenningzinß und deren Hauptgüter 833, Summa summarum 2541 lb – Wann nun hierzu gerechnet wird die Ihro vermög der Eheberedung ane der Haussteuren gebührige Hälffte 124 lb, Der Ehefraun in die Ehe gebracht Gut 1665 lb

Jean Jacques Lung est nommé secrétaire de la Tribu des Maçons le 28 août 1779. Il devient tributaire en juin 1780

1780, Protocole de la tribu des Maçons (XI 240)
(p. 513) Dienstags den 13. Junii – Neu Zünfftiger E. R.
Ich Notarius Johann Jacob Lung, der dißortige Zunftschreiber, stunde ebenfalls vor, producirte Stallschein vom heutigen tag und bat mich mas einen leibzünfftigen Zudiener dieser Ehrsamen Zunft Zu recipiren.
Erkannt, seÿe dem Compatenen in seinem begehren gratis Zu willfahren.
[in margine :] Zunfftrechte gratis. Findling haus 6 ß

Jean Jacques Lung meurt le 20 nivôse XI (10 janvier 1803) alors qu’il exerce ses fonctions de notaire

Décès, Strasbourg (n° 661) Du 20° jour du mois de nivose l’an onze de la République française. Acte de décès de Jean Jacques Lung, décédé ce jourd’hui à deux heures après midi, agé de 55 ans neuf mois, Notaire, né en cette ville demeurant rue du Bouclier N° 2, fils légitime de feu Jean Daniel Lung, Passementier et de feue Marguerite Scharrier, époux de Marie Marguerite Emmerich, Sur la déclaration à moi faite par Philippe Abraham Lung agé de 61 ans, orfèvre, et par Jean Geoffroi Emmerich agé de 56 ans, négociant, lesquels ont dit être le premier frère, le second beau frère du défunt – [in margine :] pulmonie (i 168)

La veuve et les enfants quittent ensuite la maison pour s’établir du 58 de la rue du Vieux-Marché-aux-Poissons

Registre de population, 600 MW 71, p. 133 (i 142)
9° section, Rue du Bouclier n° 2
Lung, Jean Jacques, 52, Notaire publ., de Strasbourg – décédé le 20 nivose XI
Emmerich, M.ie Marguerite. 43. Epouse, de Strasbourg, dél. marché aux poissons 58.
Lung, Jacques Chrétien, 18, fils, de Strasbourg
Lung, Chrétienne Charité, 14, fille, de Strasbourg
Eichborn, M.ie Madel, 18. Servante, de Strasbourg, dél. Mé poisson 58.

La veuve Marie Marguerite Emmerich meurt en 1828 en délaissant une fille et un fils

1828 (22.3.), Strasbourg 12 (107), Me Noetinger n° 605
Inventaire de la succession de feue Marie Marguerite Emmerich, veuve de feu le Sieur Jean Jacques Lung, en son vivant notaire à Strasbourg, y décédée le 13 mars 1828 – à la requête 1. de Mad. Christine Charité Lung, épouse de M. Pierre Joseph Robin, ci devant chapelier, demeurant à Strasbourg de lui ci présent dument autorisée, 2. et de M. Jacques Chrétien Lung, ancien négociant, demeurant en cette même ville, les deux agissant en qualité d’héritiers chacun d’eux pour une moitié (…) de leur mère.
Ladite Dame Robin agissant d’ailleurs aussi en qualité de légataire de sadite défunte mère, à titre particulier, aux termes d’un testament olographe de celle-cu en date de Strasbourg le 12 novembre 1825 (…) déposé au rang des actes de Me Noetinger le 15 mars

Le tout fait et passé, trouvé et exhibé à Strasbourg dans la maison mortuaire Grande rue du Bouclier n° 2
Immeuble. La moitié par indivis d’une maison à rez de Chaussée et deux étages avec petite Cour, petite maison de derrière, appartenances, droits et dépendances le tout situé à Strasbourg Grande rue du Bouclier n° 2, d’un côté M Wengler notaire honoraire, de l’autre ci devant les héritiers Dietsch, devant la dite rue et par derrière M de Bulach. elle a éré acquise durant la Communauté qui a existé entre le défunt Sr Lung et sa veuve de François Caspard Claus, procureur à Strasbourg, suivant acte passé à la cidevant chambre des contrats de cette ville le 30 mars 1782. Elle est en partie occupée par la succession en partie louée (…) estimée 5100 fr. Ladite moitié a été léguée à la Dame Robin suivant le testament précité pour cette dernière somme à verser en masse de cete succession, mais y compris la propriété des objets mobiliers ci-dessus décrits dans l’alinéa qui les concerne. L’autre moitié de cet Immeuble appartient aux deux héritiers pour l’avoir recueilli dans la succession de feu leur père, à portion égales
masse active, mobilier 13 546 fr – total de la masse active 18 646 francs, passif 729 francs
Enregistrement de Strasbourg, acp 188 f° 170 du 31.3.


Les Maisons de Strasbourg sont présentées à l’aide de Word Press. Elles sont hébergées par Free-H.