Jean Baptiste Anrich, notaire, et (1761) Anne Marie Barbe Hürler, (1781) Geneviève Larché, veuve du garde magasin Pierre Boulanger, puis (1799) Hélène Hægel – catholiques


Né le 3 septembre 1732 fils du tailleur et sergent de ville Jacques Anrich, Jean Baptiste Anrich dépose en 1757 auprès des Conseillers et des Vingt-et-Un un mémoire dans lequel il demande à devenir notaire de la Ville. Il réussit avec quatre autres candidats l’examen devant les préposés généraux de la Chancellerie sans être ensuite nommé notaire faute de poste vacant. Il réitère sa demande en 1760 alors que le notaire Jean Frédéric Goll, ancien notaire à Strasbourg qui occupe désormais le poste de greffier au bailliage de Wasselonne, a renoncé à sa fonction de notaire rédacteur d’inventaires en la transmettant à Jean Frédéric Zimmer. Cette renonciation en faveur d’un successeur désigné n’étant pas recevable, les Conseillers et les Vingt-et-Un lui attribuent le poste vacant puisqu’il est le seul candidat catholique, suivant le principe de l’alternative, le 24 mai 1760. Jean Baptiste Anrich qui est nommé l’année suivante secrétaire à la tribu des Gourmets obtient l’agrément de dresser des inventaires le 23 mai 1761. Il devient secrétaire de la maison des Orphelins.
Il se marie en août 1761 avec Anne Marie Barbe Hürler, fille de tisserand, qui meurt en 1781 en délaissant trois enfants. Jean Baptiste Anrich se remarie en 1781 avec Geneviève Larché, veuve du garde magasin Pierre Boulanger, puis en 1799 avec Hélène Hægel. Il meurt en 1807.

Maison en propriété
1772-1787, héritée de ses parents au Bastion de la Bruche (VIII 256, ensuite 41, quartier des Ponts Couverts)

Maisons en location
rue Sainte-Madeleine, maison de l’orphelinat (IX 156-160, actuel 22, rue Sainte-Madeleine)
rue Sainte-Madeleine, maison Walter (IX 154, n° 20)

Enfants du premier mariage avec Anne Marie Barbe Hürler

  • Marguerite Barbe, épouse (1781) François Guillaume Ritter, sous secrétaire de la fondation des Orphelins, puis (1801) Joseph Lachausse, receveur des contributions
  • Jean Baptiste Tobie Anrich, notaire à Wissembourg, marié à Sophie Dauphin
  • Joséphine Thérèse, épouse (1796) Gérard Henri Ritter, contrôleur des contributions directes

Enfants du troisième mariage avec Hélène Hægel

  • Thérèse Antoinette, célibataire, † 1835
  • Joseph Amand, tapissier, épouse en 1839 Joséphine Kralick

Anrich (Jean Baptiste, 1761 S Etienne f° 254-v)
Signature au bas de l’acte de mariage (1761)


Jean Baptiste Anrich demande le 18 mai 1761 aux Conseillers et aux Vingt-et-Un à être habilité à dresser des inventaires. Le préteur royal fait remarquer que le candidat doit être admis à l’examen puisqu’il vient d’être nommé secrétaire à la tribu des Gourmets et que le règlement exige que les secrétaires de tribu soient aussi rédacteurs d’inventaires. Le préteur royal rapporte le 23 mai que le candidat a réussi son examen, Jean Baptiste Anrich est porté sur la liste des rédacteurs d’inventaires et prête serment le même jour

1761, Conseillers et XXI (1 R 244)
H. Nots. Joh. Baptiste Anrig wird as Examen pro obtinendo beneficio Inventandi admittirt. 94.
H. Notarius Joh. Baptista Anrig wird nach überstandenem examine in die anzahl derer Inventir schreiber auf und angenommen. 96

(p. 94) Montags den 18.ten Maÿ 1761. Froereisen Ne. H. Notarii Johann Baptista Anrig producirt unterth. Memoriale und bitten pro obtinendo beneficio Inventandi.
H Syndicus Regius erwehnte, der Implorant würcklichen Notarius und ohnlängst Zu einem Zunfftschreiber beÿ E. E. Zunfft der Weinsticher erwehlet worden, so wolle die ordnung daß einem Jeweiligen Zunfftschreiber das beneficium Inventandi mitgetheilt werden, jedoch daß ein solcher vorhero das gewohnliche Examen passire, folglich wird der heutige Implorant anvorderist ad examen zu admittiren seÿn, damit so dann pt° verlangt. beneficii Inventandi relatione facta des weiteren Verordnet werden möge.
Dießemnach wurde auff hohen anspruch des H Prætoris Regii de Regemorte und des auff dem obern banck vorsitzenden H Stättmeisters von Berstett nach gehaltener und vollführter Umbfrag unanimiter Erkandt, wird Implorant ad examen pro obtinendo beneficio Inventandi admittirt.
Depp. H Rathh. Mathieu, H Rathh. Blanck

(p. 96) Sambstags den 23.sten Maÿ 1761. H Syndicus Regius referite, es seÿe H. Notarius Johann Baptista Anrig den 18.ten hujus pro beneficio Inventandi beÿ M.en Hhn. eingekommen, Zuvor aber an das gewohnliche Examen verwießen worden, welches er auch verwichenen dienstag rühmlich außgestanden, so daß nicht zu zweifflen, es werde selbiger mit aller capacitæt und ruhm das ambt eines Inventir schreibers verrichten, vermeinte dewegen deß dem Implorant mit gebettenem beneficio Invetandi zu willfahren.
Die Hochansehnliche Hhren Ober Cantzleÿ Heren benantlichen H Stättmeister von Berckheim, H XV.er Brackenhoffer, H XXI Dietrich und H. athh. Eisentraut hätten des H. Syndici Regii vortrag nichts beÿzusetzen.
Dießemnach wurde auff hohen anspruch des Herren Prætoris Regii de Regemorte und des auff dem obern banck vorsitzenden H. Stättmeisters von Berstätt unanimiter Erkandt, wird Implorirender Notarius Johann Baptista Anrig in die würckliche anzahl derer Inventir schreiber auff und angenommen.
so gleich wurde ged. H Notarius Anrig in die audientz stub beruffen, de dann selbiger auff vorstaben des reg. H. Stättmeisters von Gail den gewohnlichen Eÿd auff die stät und vesthaltung der Inventir schreiber Ordnung in pleno abgeschwohren

Compte rendu d’examen correspondant dans le protocole des préposés généraux de la Chancellerie

1761, Obere Cancelley Herren, 1759-1762 (4 R 37)
(H. Anrig wird pt° petiti officii Notariatus auff vacirende stelle vertröstet. 37. und Zwar ordine primus 48. Erhalt das off. Notariatus 51.) wird pro obt. beneficio inventandi examinirt 80.

(p. 80) Dienstag den 19. Maji 1761. – Auff abgelesene Erkantnus GHh. Räth und XXI. Vermög Welcher H Joh: Baptista Anrig, welcher den 2.ten hujus Von E. E. Zunfft der Weinsticher Zum Zunfftschreiber angenommen worden, Admissionem ad examen pro obtinendo beneficio inventandi erhalten, wurde erstgemelter Anrig vorgelaßen, und von H Baron von Spon als Syndico Regio über die einem Inventirschreiber nöthige Zu wissen Materias ordnungs mäßig examinirt, und finito examine vermittelst gehaltener umbfrag unanimiter Erkandt. Solle Joh: Baptista Anrig ad obtin. benef. inventandi Ghher Räth und XXI. beÿ nächster session bestens recommendirt werden.

Le notaire Jean Baptiste Anrich épouse en août 1761 Anne Marie Barbe Hürler, fille de tisserand : contrat de mariage, célébration

1761 (1.8.), Me Greis (Phil. Jacques, 6 E 41, 586) n° 6
(Eheberedung) zwischen H. Johann Baptist Anrich Not. pub: und pract: dahier, Joh: Jacob Anrichs des burgers und cantzleÿ silber bottens hieselbsten, mit weil. fr. Francisca gebohrner Haumännin seiner gew: Ehegattin nun längst seel. ehel. erzeugtem H sohn als bräutigam
Anna Maria Barbarä geb. Hürlerin weil. Mr Philipp Hürlers des gew. Burgers und Leinenwebers dahier mit auch weil. fr. Gertrud geb. Bambergerin deßen gew: haußfr. ehel. erzielter Jgfr. tochter als hochzeiterin am andern theil
so geschehen Zu Straßburg Sambstags den 1.ten Augusti A° 1761. [unterzeichnet] Johann Baptist Anrich Not° als hochzeitern Anna Maria Barbar hürlerin als hochzeiterin

Mariage, Saint-Etienne (cath. f° 254-v)
Hodie 11 mensis augusti anni 1761 (…) sacro Matrimonÿ vinculo in facie Ecclesiæ conjuncti fuere Dominus Joannes Baptista anrich Civis et notarius hujus urbis filius Johannis Jacobi anrich Civis hujais et defunctæ franciscæ Haumann,Commorans in parochia ad Stum Laurentium et domicella maria Barbara Hürler Defunctorum Philipp Hürler civis olim hujas et gertrudis Bamberger conjugum filia et parochiana nostra (signé) Jean Baptist Anrich, Barbara hürlerin (i 260) – Proclamation, Saint-Laurent (cath. p. 77, 1 août 1761, i. 41)

Anne Marie Barbe Hürler meurt en 1781 en délaissant trois enfants. L’inventaire est dressé dans une maison rue Sainte-Madeleine qui appartient à l’Orphelinat. Les experts estiment 37 livres la maison que le mari a acquise de ses cohéritiers au Bastion de la Bruche. La masse propre aux héritiers s’élève à 15 livres. L’actif du veuf et de la communauté s’élève à 481 livres, le passif à 182 livres.

1781 (13.9.), Me Zimmer (6 E 41, 1427) n° 522
Inventarium über Weiland Fraun Annä Mariä Barbarä Anrichin gebohrner Hürlerin, Herrn Johann Baptistä Anrich, Notarii publici und practici Zu Straßburg im Leben gewesener Ehegattin nun seel. Verlassenschaft auffgerichtet Anno 1781. – nach ihrem den 19.ten Novembris 1780. aus dießer welt genommenen tödlichen Hintritt hier zeitlichen verlaßen hat – So geschehen und angefangen alhier Zu Straßburg den 13. Septembris Anno 1781.
Die seel. Verstorbene hat ab intestato Zu deroselben einigen Erben hinterlassen, benantlich 1.mo Frau Mariam Margaretham Barbaram gebohrne Anrichin H Friderich Wilhelm Ritter, Secretarii bei der Schafenei Löbl. Stiftung Waÿsenhaus alhier Ehegattin, so beiständlich erstgedachten ihres H Mariti hiebey persönlich anwesend war, 2. Johannes Baptusta Tobias Anrich, Phil. studiosum so 15 ½ Jahr am Leben, 3. Maria Josepha Theresia Anrichin, so 12 Jahr alt, Alle drei ihr der Defunctæ mit Eingangs gedachtem deroselben hinterbliebenen H. Wittwer ehelich erzeugte Kinder und ab intestato Zu gleichen Antheilen nachgelaßene Erben. Der beden letztern solcher Erben geordnet und geschworener Vogt ist Hr Frantz Antoni Schenckbecker J. U. Ltus und Adv. et Procurator ordinarius bei E. E. Kleinen Rath alhie, welcher in dieser Qualitæt solches Inventur persönlich beigewohnet

In einer alhier Zu Straßburg ane der St Magdalenæ Gaß gelegener Löbl. Stift Waÿsenhaus Zuständige behausung befunden worden als (…)
Eigenthum ane einer kleinen behausung und Zugehörd. Nemlich eine kleine behausung und Hoffstatt, mit allen deren begriffen, Weiten, Zugehörden, Rechten und Gerechtigkeiten gelegen alhie Zu Straßburg au Bastion de la Bruche, einseit neben Clemente Genty, 2.seit ist eine gemeiner Stadt Zuständige behausung, hinten auf den Wall stosend, davon man jährlich Löbl. Stadt Pfenningthurn 6 ß. 8. d ane bodenzinß zu entrichten hat, sonsten ist solche auser dem hernach passive eingetregenem, darauf haftendem Capital frei, ledig und eigen, auch durch dero Hh. Werckmeistere und geschwornen Schätzer dieser Stadt, laut ihres Zu der Minutte gegenwärtigen Inventarii gefertigten: und dabei annectirt verblibenen Abschatzung Zeduls d. d. 27. 7.bris Anno 1781. angeschlagen worden vor 37. lb 10. ß. Wovon obgedachter bodenzinß zu doppeltem Capital gerechnet abzuziehen belangend, 13. 6. 8, Nach deren Abzug verbleibet an besagtem Anschlag annoch hier auszuwerfen übrig 24. 3. 4. Über solche behausung und Zugehörd besagt ein in alhiesiger C. C. Stub auf Pergament gefertigter Kaufbrieff d. d. 23. Aprilis 1772.
Series rubricarum hujus Inventarÿ. Copia der Zwischen beden im Leben geweßten Ehepersohnen mit Zuziehung H Philipp Jacob Greis Notarii Publici und Practici allhier den 1.ten Augst 1761. auffgerichteter Eheberedung
Der Erben unv. Vermögen, so einig und allein in der ane der Verstorbenen Leib gehörig gew. Kleidung und w. Gezeug bestehet 15 lb
Diesemnach wird auch obeingetragener Eheberedung gemäs alles übrige vorhandene Gut unter einer Massa et Titulo als Zusammengeworfen und theilbar beschrieben, Sa. haußraths 76, Sa. Wein und Faß 21, Sa. Silbers 21, Sa. Gold. Ring 15 ß, Sa. Eig. ane einer Kleinen behausung 24, Sa. Pfenningzinß hauptgüter 275, Sa. Schulden 61, Summa summarum 481. lb – Schulden 182 lb, Nach deren Abzug 299 lb
Stall Summ 315. lb – Zweiffelhaffte Schulden in die theilb. Nahrung zugeltend 182. lb
Copia der Eheberedung (…) So geschehen zu Straßburg Sambstags den 1. Augusti Anno 1761. Philipp Jacob Greis Notarius publ. juratus et requisitus
– Abschatzung Vom 27.ten Septembre 1781. auf begehren Herr Notarius anrich ist Eine behausung allhier in der statt Straßburg im pont Couvert gelegen Ein seÿth neben frau groschin Wittib, anderer seÿts neben Einem gehäulein löbl. statt gehörig und hinten auf den Wall stoßend gelegen solche behausung bestehet in zweÿ stuben zweÿ Kuchen und Etliche Kammern darüber ist der dachstuhl mit breidzigel belegt hat auch Ein glein Kellerlein. Von uns unterschriebenen der statt strasburg geschwornen Werckmeister und Vorhero geschehener besichtigung mit aller ihrer gerechtigkeit dem jetzigen wahren werth nach Estimirt und angeschlagen worden Vor und umb Siebenzig fünff gulden [unterzeichnet] Hueberr, Kaltner Wkmstr.

Jean Baptiste Anrich se remarie avec Geneviève Larché, veuve du garde magasin Pierre Boulanger : contrat de mariage, célébration

1781 (22.10.), Me Zimmer (6 E 41, 1445) n° 240
(Contrat de mariage) sont comparus M° Jean Baptiste Anrich, Notaire juré et public de cette dite ville, futur époux, d’une part
Et De Geneviève née Larché, Veuve du Sr Pierre Boulanger, vivant Garde Magazin du Roi, assistée du St François Tobie Romer, Secrétaire de la fabriqu de Notre Dame delad. Ville future épouse d’autre part – aujourd’hui 22 octobre 1781

Mariage, Saint-Laurent (cath. p. 520)
Hodie 5 Novembris anni 1781 Johannes Baptista Anrich Civis et Notarius hujatis commorans viduus defunctæ Mariæ Barbaræ Hürler ex una, et Genovefa Larcher vidua defuncti Petri Boulanger Cibis hujatis ex altera partibus ambo Parochiani Nostri, dispensatione super impedimento Canonico Cognationis Spiritualis inter eos existente (signé) Anrich, Larché (i 266)

Acte faisant usage d’inventaire des apports

1781 (8.11.), Me Zimmer (6 E 41, 1427) n° 528
Observations pour l’inventaire des apports en mariage de Me Jean Baptiste Anrich Not. juré et public de cette ville et de De Geneviève Boulanger née Laroche tous deux conjoints et bourgeois de cette ville

Geneviève Larché meurt en 1794

Décès, Strasbourg (n° 2717)
Cejourd’hui 13 Germinal l’an second (…) qui constate que Jean Baptiste Anrich agé de 62 ans, Notaire et premier secrétaire de la maison des orphelins et Thérèse Josephine Anrich agée de 24 ans fille légitime du dit Citoyen Jean Baptiste Anrich et de feue Marie Barbe Hürler tous deux domiciliés en cette commune, (…) ont déclaré que Geneviève Larcher, agée de 57 ans, épouse de susdit Jean Baptiste Anrich est morte hier entre une et deux heures de relevée en sa demeure située rue de la Madeleine n° 18 (i 204)

Jean Baptiste Anrich se remarie en 1799 avec Hélène Hægel native de Meistratzheim

Mariage, Strasbourg (n° 46)
Cejourd’hui 10° brumaire l’an VIII de la République française, une et indivisible (…) sont comparus pour contracter mariage d’une part Jean Anrich, agé de 67 ans, notaire public, né et domicilié en cette commune, fils de feu Jacques Anrich, employé à la Commune, et de feuë Françoise Haumann, Veuf de Geneviève Larcher, d’autre part Hélène Haegel agée de 30 ans, domiciliée en cette commune depuis passé dix ans, native de Meistratzheim canton d’Obernai fille d’André Haegel, tisserand à Hindisheim et de feuë Cécile Martz (…) 1° l’acte de naissance du futur portant qu’il est né en cette commune le 2 septembre 1732 (…) 2° de l’acte de naissance de la future portant qu’elle est née le 12 novembre 1769 (…), 3° de l’acte de décès de Genevieve Larcher portant qu’elle est morte en cette commune le 12 Germinal an 2 (…) – i 27

Jean Baptiste Anrich meurt en 1807 en délaissant trois enfants de son premier mariage et deux du dernier. L’inventaire est dressé au deuxième étage de la maison rue Sainte-Madeleine qui porte actuellement le numéro 20

1807 (3.2.), Strasbourg 3 (30), Me Übersaal n° 987 – Enregistrement de Strasbourg, acp 101 F° 183-v du 4.2.
Inventaire de la succession de Jean Baptiste Anrich, vivant notaire impérial à la résidence de Strasbourg, décédéle 25 janvier dernier – à la requête de 1. Hélène Haegel, la veuve, tant en son nom que comme héritière partiaire en exécution du Testament reçu par le soussigné notaire le 16 janvier dernier par lequel il lui a légué une part d’enfant, mère et tutrice légale d’Hélène Thérèse Antoinette 7 ans et de Joseph Amand 3 ans
2. Marguerite Barbe Anrich épouse de Joseph Lachausse, receveur des contributions demeurant a Batzendorff
3. Georges Michel Treiber, propriétaire à Wissembourg, tuteur établi par la justice aux enfants mineurs de feu Jean Baptiste Tobie Anrich, notaire à Wissembourg, fils du défunt procréé avec Sophie Dauphin, nommés Sophie 12 ans et Charles 9 ans
4. Joséphine Thérèse Anrich épouse de Gérard Henri Ritter, contrôleur des contributions directes à Strasbourg
5. Antoine Mertz, marchand de vin subrogé tuteur des deux enfants procréés avec la veuve -la De Lachausse, Jean Baptiste Tobie et la De Ritter enfants du premier lit avec Marie Barbe Hürler, héritiers chacun pour 1/6, et les deux enfants du second lit pour 1/6 – Marie Anne Kern servante

dans la maison mortuaire rue de la Madeleine n° 21 appartenant à la De veuve Walter dont le défunt occupoit le second étage
meubles 2538 fr, garde robe 337 fr, reste à la communauté 2201 fr, numéraire 1399 fr, capitaux portant rente 12 984 fr, total de la communauté 16 584 fr
moitié aux héritiers 8292 fr, habits 337 fr, capitaux 1738 ft, total de la succession 10 367 fr
Contrat de mariage (copie jointe) du 21 frimaire VII reçu Me Übersaal – Testament : dans une chambre au second étage donnant sur la rue
(documents joints) Extrait de la justice de Paix – Livret de la recette faite pour la Chambre des Notaires – Billet de quittance rue dela Madeleine n° 21 signé veuve Walter née Acker 54 livres par trimestre

Marie Thérèse Joséphine Anrich épouse en 1796 Gérard Henri Ritter

Mariage, Strasbourg (n° 62) Cejourd’hui 23 Pluviôse l’an quatre de la République française, une et indivisible (…) sont comparus pour contracter mariage d’une part Gerard Henri Ritter, âgé de 38 ans, chef de bureau des relais militaires, né et domicilié en cette commune, fils de feu Jean Ritter, ancien Caissier des aumones en cette commune, et de feue Cecile Félicité Wetzel, de l’autre part Marie thérèze josephine Anrich, âgée de 26 ans, née et domiciliée en cette commune, fille de Jean Baptiste Anrich, notaire public, et de feue Anne Marie Barbe Hirler (…) l’acte de naissance du futur époux portant qu’il est né le 12 octobre 1757, l’acte de naissance de la futur épouse portant qu’elle est née le 6 août 1769 (i 34)

Antoinette Hélène Anrich meurt célibataire d’un cancer au sein en 1835

Décès, Strasbourg (n° 1867)
Déclaration le 3 novembre 1835 du décès de Antoinette Hélène Anrich, âgée de 35 ans 10 mois 17 jours née à Strasbourg, non mariée, domiciliée à Strasbourg, morte en cette mairie le trois courant à trois heures de relevée dans la maison située n° 33 quai des bateliers, fille de feu Jean Baptiste Anrich, Notaire, et de Hélène Haegel. Premier déclarant, Amand Anrich, âgé de 31 ans, tapissier, frère de la défunte [in margine :] cancer au sein (i 4)


Pierre Boulangé, marchand, et (1755) Genevieve Larché

Le marchand boutonnier Pierre Boulangé épouse en 1754 Genevieve Larché, fille de marchand. L’inventaire de leurs apports a lieu l’année suivante dans une maison rue des Frères. Un inventaire pour cause de dettes est dressé en 1758. Pierre Boulangé meurt en 1781 dans une maison rue du Bain-aux-Roses.

La marchand boutonnier Pierre Boulangé épouse en 1754 Genevieve Larché, fille de marchand : contrat de mariage, célébration

1754 (31.1.), Me Humbourg (6 E 41, 91)
Contrat de mariage – furent presens le Sieur Pierre Boulanger Marchd. Boutonnier Bourgeois de cette ville, fils majeur de feu le Sieur Louis Boulangé en son viv. assesseur au Magistrat de cette ville, et de dam.le Margarite Schmid sa veuve faisant stipulant et agissant pour lui et en son nom du Consentement qu’il a dit avoir de mad. Dame sa Mere d’une part
Et Damle Anne Françoise Contal Epouse du Sieur Pierre François Boutron Employé dans les affaires du Roy et auparavant veuve du Sieur Leonard Larché et le Sieur Jean Christian Drechsler Employé à l’officialité de l’Eveché et Bourgeois de cette ville au nom et en qualité de tuteur établi par Justice à Demoiselle Geneviève Larché fille dud. defunt et de ladite De Boutron pour ce présente de son bon gré et Consentement d’autre part

Mariage, Saint-Etienne (cath. f° 193)
Hodie 25 Februarii anni 1754 (…) sacro Matrimonÿ vinculo in facie Ecclesiæ conjuncti fuerunt Petrus Boulangé civis et Notarius hujas, filius Defuncti Dni Ludovici Boulangé dum viveret Senatoris hujatis et margarethæ Schmitt superstitis ejus conjugis Legitimæ parochianus ad Stum Laurentium hujatem et genovefa Larcher argentinensis filia defuncti Léonardi Larcher mercatoris hujatis et annæ Franciscæ contal ejus conjugis legitimæ un hâc parochia commorans (signé) Pierre Boulangé, genevieve Larché (i 195)

Les nouveaux mariés font dresser l’inventaire de leurs apports dans une maison rue des Frères

1755 (7.8.), Me Koch (Matthias, 6 E 41, 492) n° 554
Inventaire des Biens apportés en mariage par le Sr Pierre Boulanger, Marchand et bourgeois de la Ville de Strasbourg et Demlle Genevieve Larché, son Epouse, dressé l’An 1755 – lesquels biens en Conséquence de l’article trois de leur Contract de mariage, étant reservé en pour à chacun des dts epoux – Fait et passé aud. Strasbourg en presence du Sr Jean Christian Drechsler, employé à l’Officialité dud. Straßburg comme assistent de l’Epouse, le sept° du mois d’Août l’an 1755.
Meubles trouvés dans une Maison Rüe dite Bruderhoff Gass comme il ensuit

Pierre Boulangé et Genevieve Larché font dresser l’inventaire de leurs biens pour cause de dettes. Les biens de la femme s’élèvent à 1276 livres. L’actif de la communauté et du mari est de 36 livres, le passif de 915 livres.

1758 (25.10.), Me Koch (Matthias, 6 E 41, 496) n° 608
Inventarium über Herrn Pierre Boulanger des Handelsmanns und frauen Genevieve geb. Larché, beeder Ehel. u. burgere alh. Zu Straßb. dermalen besitzt. activ und passiv Nahrung, auffgerichtet Anno 1758. – Welche Nahrungen, wie sie von der Ehefrauen in abweßenheit ihren Ehemanns beistandl. hrn Jean Léonard Larché, des bereiters u. brs alhie ihres bruders – So beschehen in der Statt Straßb. auf Mittwoch den 25. Octobris a° 1758.

In einer alhier Zu Straßb. an dem Spithal gäßlein gelegenen hiehero ô gehörig. behaußung ist befunden word. als folgt.
Ergäntzung der Ehefrauen wehrender Ehe abgeg. unveränderten Guths. Vermög Inv.ii Conc. (…) durch Eingangs ged. Notm. den 7. aug. 1755. auffgerichtet
Copia der Eheberedung vor dem königl. Not° hr Humbourg aufger. Contrat de mariage (…) aud. Strasb. le 31 janvier 1758
Der Ehefrau unverändert Guth, Sa. haußr. 134, Sa. Silbers 5, Sa. gold. Ring 2, Sa. schulden 553, Sa. Erg. 590, Summa summarum 1276 lb
Dießemnach wird auch des Ehemanns unver. u. theilb. guth beschrieben, Sa. haußr. 21, Sa. silbers 11, Sa. gold. Ringe 4 Summa summarum 36 lb – Sa. Schulden 915, Compensando 878 lb

Pierre Boulangé meurt en 1781 en délaissant pour héritiers ses frère et sœurs. L’inventaire est dressé dans une maison rue du Bain-aux-Roses.

1781 (3.5.), Me Anrich (6 E 41, 1507) n° 224
Inventaire des Biens délaissés par feû le Sieur Pierre Boulanger vivant employé pour le Roy dans les fourages et bourgeois de cette ville de Strasbourg, dressé en l’an 1781 – après sa mort arrivée le 11 janvier de la presente année, Lesquels biens à la réquisition de Dame Geneviève Boulanger née Larché la Veuve assitée de Me François Tobie Rohmer bourgeois et Secrétaire de la fabrique de notre Dame en cette dite Ville – fait et passé à Strasbourg Jeudy le trois° May l’an 1781.
Le Deffunt a delaissé pour heritiers ab intestat ses frere et sœur de même que leurs Enfants respectives Scavoir 1. Dlle Ursule Huther née Boulanger Epouse du Sr Pierre Huther bourgeois boulanger en cette ville de lui assistée a ce presente, 2° Le Sr Louis Boulanger, officier au Service de sa Majesté l’Empereur des Romains présentement à Cologne, 3° Les quatre Enfants de feuë De Marguerite Drechsler, née Boulanger procréés en légitime mariage avec feu le Sr Jean Chrétien Drechsler Employé à l’officialité de l’Eveché de cette ville, nommement Françoise Marguerithe, Therese et Josephine absens, pour lesquelles deux dernieres branches fut present le Sieur Jean Christophe Pfauth ancien assesseur du grand Senat et assesseur actuel au petit Senat à ce specialement deputé

Remplacement des Biens propres alienés à la De Veuve. Suivant un Etat sommaire des biens délaissés par le Sr Leonard Larché, vivant bourgeois Lieu dit de cette ville pere de le De Veuve, drssé pat feu Me Koch vivant Notaire de cette ville le 15° Mars 1754 (Joint. 18. dec. 1742 Not. Koch)
Rubricarum ordo, Copie du Contrat de mariage passé entre le défunt et la De veuve le 31° janvier 1754 (…) Not. royal Humbourg
Et en premier lieu La Description des biens appartenant et revenans en propre à la De veuve, Total de la dette active 1000, Total du Remplacement 4215, Total general 5215 lb
S’ensuit aussi la Description des Biens appartenans aux Heritiers beneficiaires de même qu’à la Communauté reunis en une seule et même masse, premierement La Description des Meubles trouvés Dans une Maison scize rue dite Rosbadergass appartenante au Sr Stamm boucher, Total des Meubles 405, Total de l’argenterie 83, Total de l’or et des bijoux 49, Total general 538 lb – Dettes passives 6097 lb, Partant il conste que les Dettes passives excedent le bien de la somme de 5558 lb
Excedent final des dettes passives au lieu d’une somme taillable 343 lb, dettes actives douteuses 1943 lb


Les Maisons de Strasbourg sont présentées à l’aide de Word Press. Elles sont hébergées par Free-H.